Success Story – Sahby Gorgi : Winou Etrottoir est le lanceur d’alerte civique tunisien !

Businessnews.com.tn | publié le 04/06/2017 15:59

 

Architecte urbaniste et fondateur du groupe d’alerte Facebook Winou Etrottoir (WET), Sahby Gorgi, 47 ans, est le prototype du citoyen tunisien engagé dans la société civile et dans la lutte contre la corruption. Son groupe, qui a atteint les 82 mille membres, s’est transformé en association en mars 2017 se dotant ainsi d’une assise juridique qui attire les partis politiques à l’aune des élections municipales. Alors que Sahby Gorgi et les 14 autres membres fondateurs de WET ont toujours choisi de rester dans l’ombre, Business News a voulu les faire connaitre au grand jour dans un entretien qui s’est tenu dans les bureaux de l’architecte.

 

Sahby Gorgi et l’engagement citoyen

Fils du célèbre peintre et galeriste Tunisien, Abdelaziz Gorgi, Sahby Gorgi est architecte, architecte du patrimoine et urbaniste. Baignant dans l’esthétique depuis sa plus tendre enfance auprès de sa sœur, Aicha Gorgi, elle aussi artiste, Sahby Gorgi est un homme de valeurs et de droiture. Son engagement citoyen a pris la forme d’un groupe Facebook créé le 21 juin 2015 et devenu, aujourd’hui, un des supports de dénonciation des dépassements par excellence.

En 2011, Sahby Gorgi avait été appelé par la délégation spéciale de l’Ariana qui cherchait un architecte habitant dans la ville pour composer l’équipe de l’ancien maire, Karim Hilali. Il était alors chargé de l’étude des permis de construire de la commune. Une expérience qui prendra fin rapidement au vue « de la politique politicienne qui a vite pris le dessus et surtout eu égard à l'opacité de l'administration ». Il décide de mettre fin à sa mission administrative et s’engage pleinement dans son travail d’architecte et dans l’associatif avec le mouvement Winou Etrottoir.

 

Les débuts de l’aventure Winou Etrottoir

En 2012, Sahby Gorgi déménage à la Marsa où des manifestations avaient lieu en raison des dépassements et infractions observées dans la commune. « Les citoyens s’opposaient à des projets spéculatifs et leurs doléances restaient lettre morte. Ils ont donc décidé de se constituter en collectif d'associations » a expliqué Sahbi Gorgi, précisant qu’avec 3 autres experts (Fethi Ennaifer, Samir Mahdaoui et Raouf Chennoufi), ils avaient décidé d’élaborer un document de 60 pages, photos à l’appui, recensant tous les dépassements.

« Nous avons fait un travail de fourmi qui aurait dû être fait par les autorités administratives. Nous avons également remis à l’ordre du jour le code de voierie de 1947 dont les autorités avaient oublié l’existence… » a-t-il déclaré. Face aux multiples fins de non-recevoir assénés à ses demandes, Sahby Gorgi commence à devenir actif sur Facebook. En juin 2015, une manifestation est organisée et avec six amis, il crée le groupe Facebook Winou Etrottoir.

« C’était un véritable effet boule de neige ! Ce qui est magnifique sur les réseaux sociaux c’est que lorsque quelqu’un interpelle les autorités ou lance un coup de gueule, cela s’opère au milieu d’une agora où se concentre plusieurs milliers de personnes » a déclaré Sahby Gorgi mentionnant que les membres du groupe augmentaient de manière exponentielle favorisant de ce fait la démocratie participative. Les habitants de Carthage, Sidi Bou Said et de l’Ariana puis de Sousse, Sfax, Gabès, Djerba, Kasserine ont commencé à rejoindre le mouvement en publiant à leur tour les dépassements observés dans leur commune. 

 

Du groupe Facebook à la construction d’une association

« La particularité de Winou Etrottoir c’est qu’au départ il s’agissait d’un mouvement qui a ensuite pris la forme d’un groupe Facebook puis d’une association. Le nombre extraordinaire de personnes de toutes les régions, devenues de véritables lanceurs d’alertes au sein du groupe, ont commencé à vouloir voir se mettre en place un travail de terrain dans un cadre associatif » a déclaré Sahby Gorgi. En mars 2017, l’association Winou Etrottoir voit le jour en marge des évènements survenus au Parc du Belvédère où un crocodile avait été assassiné.  « Nous avons travaillé avec de nombreux collectifs, On a été embêté pour vous, Be Tounsi, Sayeb Ettrottoir, Ouled Bizerte et Errakh lé et d’autres » a déclaré Sahby Gorgi expliquant que grâce au format associatif les sujets abordés se sont élargis dépassant la simple recherche du trottoir et les doléances urbanistes. Winou Etrottoir se transforme alors petit à petit en groupe de pression non-partisan dénonçant à la fois l’incivisme, les actes de vandalisme, les conducteurs irresponsables, l’accumulation des poubelles et la saleté des rues, l’absentéisme des pouvoirs publics, la problématique des animaux errants, l’occupation illégale des trottoirs…

 

Les futures élections municipales et l’intérêt grandissant des partis politiques pour l’association Winou Etrottoir

« Plusieurs partis politiques nous ont approchés, certains étaient séduits par nos projets citoyens et d’autres nous ont lynchés» a déclaré avec le sourire Sahby Gorgi. En effet, les partis Al Badil Tounsi, Ettayar, Machrouù Tounes, Al Massar, Al Jomhouri et Al Wafa ont signé très récemment des conventions de partenariat pour s’engager à faire respecter les dispositions de la Charte Winou Etrottoir. Cette Charte promeut l’État de droit, la bonne gouvernance et la démocratie participative en faveur d’une citoyenneté active et responsable en Tunisie. Elle met également en place des stratégies de lutte contre la corruption. D’ailleurs l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) est le partenaire privilégié de l’association Winou Etrottoir.

Dans les prochains jours, ce sera au tour des partis Afek Tounes, Ettakatol, le Front populaire, Al Harak, Nidaa Tounes et Ennahdha de signer cette charte. A ce propos Sahby Gorgi a précisé : « Avec les experts du groupe WET, des juristes, urbanistes et architectes du groupe nous avons élaboré des projets de lois que nous voulons faire passer. Aujourd’hui, nous tentons de faire adhérer les partis politiques à notre projet ». Concernant le timing de la signature de la charte par les partis politiques, il est motivé par la volonté de cadrer le débat sur les thèmes qui concernent les prochaines élections municipales et notamment l’adoption, en juillet 2017, du nouveau code des Collectivités locales et celui de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

 

Les projets futurs de Sahby Gorgi

L’Association Winou Etrottoir étant non confessionnelle, non gouvernementale et non partisane, son président Sahby Gorgi a indiqué qu’il n’avait pas d’ambitions politiques. " Ma naiveté ne me permet pas d'exercer la politique" a t-il déclaré précisant que son objectif tel qu’il le décrit est de consolider l’« identité commune en termes de droits et de devoirs dans le respect de l’espace commun, qu’il soit social, environnemental ou juridique ». Pour Sahby Gorgi, il s’agit de participer à l’ancrage de la citoyenneté chez les tunisiens. Au niveau éducatif, l’Association Winou Etroittoir a également l’ambition de sensibiliser le maximum de jeunes lycéens et collégiens comme à Denden où un débat avait été organisé sur le thème  « La citoyenneté commence dans la rue ». Par ailleurs, le réseau tentaculaire citoyen Winou Etrottoir sera désormais présent dans les 24 gouvernorats du pays.

 

 

Cette success story est aussi celle des 14 autres membres fondateurs de Winou Etrottoir

Dhia Guezguez, Emna Bchir, Fatma Oueslati Labidi, Feriel Ben Jannet, Hakim Ben Abdesattar, Kaouther Razouane, Moncef Fourati, Myriam El Garci, Rafik Al Falah, Ridha Ben Mustapha, Samir Ben Ayed, Samir Mahdaoui, Slim Meherzi et Tarek Nachnouchi.


 

Khawla Hamed

Success Story – Sahby Gorgi : Winou Etrottoir est le lanceur d’alerte civique tunisien !

publié le 04/06/2017 15:59

 

Architecte urbaniste et fondateur du groupe d’alerte Facebook Winou Etrottoir (WET), Sahby Gorgi, 47 ans, est le prototype du citoyen tunisien engagé dans la société civile et dans la lutte contre la corruption. Son groupe, qui a atteint les 82 mille membres, s’est transformé en association en mars 2017 se dotant ainsi d’une assise juridique qui attire les partis politiques à l’aune des élections municipales. Alors que Sahby Gorgi et les 14 autres membres fondateurs de WET ont toujours choisi de rester dans l’ombre, Business News a voulu les faire connaitre au grand jour dans un entretien qui s’est tenu dans les bureaux de l’architecte.

 

Sahby Gorgi et l’engagement citoyen

Fils du célèbre peintre et galeriste Tunisien, Abdelaziz Gorgi, Sahby Gorgi est architecte, architecte du patrimoine et urbaniste. Baignant dans l’esthétique depuis sa plus tendre enfance auprès de sa sœur, Aicha Gorgi, elle aussi artiste, Sahby Gorgi est un homme de valeurs et de droiture. Son engagement citoyen a pris la forme d’un groupe Facebook créé le 21 juin 2015 et devenu, aujourd’hui, un des supports de dénonciation des dépassements par excellence.

En 2011, Sahby Gorgi avait été appelé par la délégation spéciale de l’Ariana qui cherchait un architecte habitant dans la ville pour composer l’équipe de l’ancien maire, Karim Hilali. Il était alors chargé de l’étude des permis de construire de la commune. Une expérience qui prendra fin rapidement au vue « de la politique politicienne qui a vite pris le dessus et surtout eu égard à l'opacité de l'administration ». Il décide de mettre fin à sa mission administrative et s’engage pleinement dans son travail d’architecte et dans l’associatif avec le mouvement Winou Etrottoir.

 

Les débuts de l’aventure Winou Etrottoir

En 2012, Sahby Gorgi déménage à la Marsa où des manifestations avaient lieu en raison des dépassements et infractions observées dans la commune. « Les citoyens s’opposaient à des projets spéculatifs et leurs doléances restaient lettre morte. Ils ont donc décidé de se constituter en collectif d'associations » a expliqué Sahbi Gorgi, précisant qu’avec 3 autres experts (Fethi Ennaifer, Samir Mahdaoui et Raouf Chennoufi), ils avaient décidé d’élaborer un document de 60 pages, photos à l’appui, recensant tous les dépassements.

« Nous avons fait un travail de fourmi qui aurait dû être fait par les autorités administratives. Nous avons également remis à l’ordre du jour le code de voierie de 1947 dont les autorités avaient oublié l’existence… » a-t-il déclaré. Face aux multiples fins de non-recevoir assénés à ses demandes, Sahby Gorgi commence à devenir actif sur Facebook. En juin 2015, une manifestation est organisée et avec six amis, il crée le groupe Facebook Winou Etrottoir.

« C’était un véritable effet boule de neige ! Ce qui est magnifique sur les réseaux sociaux c’est que lorsque quelqu’un interpelle les autorités ou lance un coup de gueule, cela s’opère au milieu d’une agora où se concentre plusieurs milliers de personnes » a déclaré Sahby Gorgi mentionnant que les membres du groupe augmentaient de manière exponentielle favorisant de ce fait la démocratie participative. Les habitants de Carthage, Sidi Bou Said et de l’Ariana puis de Sousse, Sfax, Gabès, Djerba, Kasserine ont commencé à rejoindre le mouvement en publiant à leur tour les dépassements observés dans leur commune. 

 

Du groupe Facebook à la construction d’une association

« La particularité de Winou Etrottoir c’est qu’au départ il s’agissait d’un mouvement qui a ensuite pris la forme d’un groupe Facebook puis d’une association. Le nombre extraordinaire de personnes de toutes les régions, devenues de véritables lanceurs d’alertes au sein du groupe, ont commencé à vouloir voir se mettre en place un travail de terrain dans un cadre associatif » a déclaré Sahby Gorgi. En mars 2017, l’association Winou Etrottoir voit le jour en marge des évènements survenus au Parc du Belvédère où un crocodile avait été assassiné.  « Nous avons travaillé avec de nombreux collectifs, On a été embêté pour vous, Be Tounsi, Sayeb Ettrottoir, Ouled Bizerte et Errakh lé et d’autres » a déclaré Sahby Gorgi expliquant que grâce au format associatif les sujets abordés se sont élargis dépassant la simple recherche du trottoir et les doléances urbanistes. Winou Etrottoir se transforme alors petit à petit en groupe de pression non-partisan dénonçant à la fois l’incivisme, les actes de vandalisme, les conducteurs irresponsables, l’accumulation des poubelles et la saleté des rues, l’absentéisme des pouvoirs publics, la problématique des animaux errants, l’occupation illégale des trottoirs…

 

Les futures élections municipales et l’intérêt grandissant des partis politiques pour l’association Winou Etrottoir

« Plusieurs partis politiques nous ont approchés, certains étaient séduits par nos projets citoyens et d’autres nous ont lynchés» a déclaré avec le sourire Sahby Gorgi. En effet, les partis Al Badil Tounsi, Ettayar, Machrouù Tounes, Al Massar, Al Jomhouri et Al Wafa ont signé très récemment des conventions de partenariat pour s’engager à faire respecter les dispositions de la Charte Winou Etrottoir. Cette Charte promeut l’État de droit, la bonne gouvernance et la démocratie participative en faveur d’une citoyenneté active et responsable en Tunisie. Elle met également en place des stratégies de lutte contre la corruption. D’ailleurs l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) est le partenaire privilégié de l’association Winou Etrottoir.

Dans les prochains jours, ce sera au tour des partis Afek Tounes, Ettakatol, le Front populaire, Al Harak, Nidaa Tounes et Ennahdha de signer cette charte. A ce propos Sahby Gorgi a précisé : « Avec les experts du groupe WET, des juristes, urbanistes et architectes du groupe nous avons élaboré des projets de lois que nous voulons faire passer. Aujourd’hui, nous tentons de faire adhérer les partis politiques à notre projet ». Concernant le timing de la signature de la charte par les partis politiques, il est motivé par la volonté de cadrer le débat sur les thèmes qui concernent les prochaines élections municipales et notamment l’adoption, en juillet 2017, du nouveau code des Collectivités locales et celui de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

 

Les projets futurs de Sahby Gorgi

L’Association Winou Etrottoir étant non confessionnelle, non gouvernementale et non partisane, son président Sahby Gorgi a indiqué qu’il n’avait pas d’ambitions politiques. " Ma naiveté ne me permet pas d'exercer la politique" a t-il déclaré précisant que son objectif tel qu’il le décrit est de consolider l’« identité commune en termes de droits et de devoirs dans le respect de l’espace commun, qu’il soit social, environnemental ou juridique ». Pour Sahby Gorgi, il s’agit de participer à l’ancrage de la citoyenneté chez les tunisiens. Au niveau éducatif, l’Association Winou Etroittoir a également l’ambition de sensibiliser le maximum de jeunes lycéens et collégiens comme à Denden où un débat avait été organisé sur le thème  « La citoyenneté commence dans la rue ». Par ailleurs, le réseau tentaculaire citoyen Winou Etrottoir sera désormais présent dans les 24 gouvernorats du pays.

 

 

Cette success story est aussi celle des 14 autres membres fondateurs de Winou Etrottoir

Dhia Guezguez, Emna Bchir, Fatma Oueslati Labidi, Feriel Ben Jannet, Hakim Ben Abdesattar, Kaouther Razouane, Moncef Fourati, Myriam El Garci, Rafik Al Falah, Ridha Ben Mustapha, Samir Ben Ayed, Samir Mahdaoui, Slim Meherzi et Tarek Nachnouchi.


 

Khawla Hamed

Commentaires (9) Commenter
BRAVO JE PARTICIPE
HAMMADI
| 05-06-2017 17:40
bravo pour votre initiative !!!!
Une bonne initiative
Tunisie Prolongations
| 05-06-2017 15:50
Une fois n'est pas coutume, il faut bien reconnaître que cet homme a essayé de faire quelques chose. Avant beaucoup d'autres, il a pris les devants devant la passivité des municipalités.
@Rafik61
DHEJ
| 05-06-2017 15:47
J'ai en tête la mère Soltani et l'environnement où elle vit ...
@DHEJ
Rafik61
| 05-06-2017 15:40
Vous avez mal compris le "encore la Marsa" cela voulait dire la Marsa précurseurs dans l'action citoyenne et toujours militante pour le bien vivre ensemble
Réponse
kamel
| 05-06-2017 14:25
Le trottoir est envie par les commerçants et les cafés.
Les piétons ne se manifeste pas malheureusement bien que ses leurs droits même contre ces genre de dépassement
@DHEJ - Les Marsois sont avant tout des TUNISIENS
Garrincha
| 05-06-2017 10:26
C'est quoi ce sous-entendu ? "encore la Marsa"... Je ne comprends pas ces allusions déplacées... Les citoyens de La Marsa sont des citoyens tunisiens comme les autres.. Où est le mal s'ils se mobilisent pour une cause nationale, s'ils veulent le "bien-vivre" pour tous leurs compatriotes ? L'initiative vient de citoyens marsois certes, mais elle a reçu un écho favorable à l'échelle nationale (Bizerte, Sousse, Sfax, Gabès, Kasserine)... Dépassez le syndrome du "provincial" et du "campagnard"... L'écrasante majorité des citoyens de cette commune sont des braves gens humbles et honnêtes, des tunisiens comme les autres qui luttent dignement pour vivre et faire vivre... Alors, s'il vous plaît, soyez moins sectaire et ne jouez pas à ce petit jeu malsain...
Au fait monsieur, je suis marsois de naissance et depuis des siècles... mais je n'ai pas de carte d'identité marsoise... J'ai la nationalité tunisienne.
L'endurance
Hafedh
| 05-06-2017 00:33
Bravo Sahbi, Rabbi maakom
Bon ne idee pour la promotion de l esprit citoyen
Ameur k
| 04-06-2017 22:39
Excellente initiative citoyenne...bonne continuation et bravo
Encore la Marsa...
DHEJ
| 04-06-2017 22:22
...
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration