Signature d’un accord de prêt entre la Tunisie et le Koweït dans le domaine de la santé

Businessnews.com.tn | publié le 17/11/2017 14:00
Un accord de prêt de 24 millions de dinars koweïtiens (197 millions de dinars tunisiens) a été signé hier jeudi 16 novembre 2017 entre Zied Ladhari, ministre de l’Investissement, du Développement et de la Coopération internationale et le directeur général du Fonds Koweïtien de développement économique arabe (Kfaed), Abdelwaheb Ahmed Al-Badr au siège du ministère.  La secrétaire d’Etat auprès du ministre de la santé, Sonia Ben Cheick, a également été présente lors de cette signature.
Ce prêt, précise le ministère du Développement dans un communiqué rendu public hier, serait destiné au financement de projets de construction et d’équipement de 4 hôpitaux régionaux de la classe B avec un taux d’intérêt de 1.5% et un délai de remboursement de 20 ans avec une période de grâce de 4 ans. Il s’agit de construire et équiper 4 hôpitaux dans les délégations de Jelma, Haffouz, Ghardimaou et Makthar avec une capacité de 105 lits dans chaque hôpital.
 
Ces hôpitaux comprendront notamment des consultations externes avec des spécialités de médecine générale, pédiatrique, de chirurgie, de gynécologie, de radiologie ainsi que de réanimation et d’urgence.   Chaque hôpital comportera des services de médecine interne, de chirurgie générale, d’obstétrique et de pédiatrie. Des équipements médicaux de diagnostic et de soin seront importés et installés dans ces structures.
 
Le projet devrait être finalisé en 2021, affirme le ministère, ajoutant qu’un accord de don d’une valeur de 2.4 millions de dinars a été signé pour la préparation et la construction d’un centre d’oncologie sur le Grand Tunis.
Ce projet vise à renforcer l’encadrement des malades atteints de cancer et à alléger la pression sur l’institut Salah Azayez afin de fournir les services de santé nécessaires dans des délais raisonnables et limiter le taux de décès engendrés par le retard de prise en charge.  Ce centre, qui répondra aux normes internationales, aura un coût total de 200 millions de dinars.

B.L
 

Signature d’un accord de prêt entre la Tunisie et le Koweït dans le domaine de la santé

publié le 17/11/2017 14:00
Un accord de prêt de 24 millions de dinars koweïtiens (197 millions de dinars tunisiens) a été signé hier jeudi 16 novembre 2017 entre Zied Ladhari, ministre de l’Investissement, du Développement et de la Coopération internationale et le directeur général du Fonds Koweïtien de développement économique arabe (Kfaed), Abdelwaheb Ahmed Al-Badr au siège du ministère.  La secrétaire d’Etat auprès du ministre de la santé, Sonia Ben Cheick, a également été présente lors de cette signature.
Ce prêt, précise le ministère du Développement dans un communiqué rendu public hier, serait destiné au financement de projets de construction et d’équipement de 4 hôpitaux régionaux de la classe B avec un taux d’intérêt de 1.5% et un délai de remboursement de 20 ans avec une période de grâce de 4 ans. Il s’agit de construire et équiper 4 hôpitaux dans les délégations de Jelma, Haffouz, Ghardimaou et Makthar avec une capacité de 105 lits dans chaque hôpital.
 
Ces hôpitaux comprendront notamment des consultations externes avec des spécialités de médecine générale, pédiatrique, de chirurgie, de gynécologie, de radiologie ainsi que de réanimation et d’urgence.   Chaque hôpital comportera des services de médecine interne, de chirurgie générale, d’obstétrique et de pédiatrie. Des équipements médicaux de diagnostic et de soin seront importés et installés dans ces structures.
 
Le projet devrait être finalisé en 2021, affirme le ministère, ajoutant qu’un accord de don d’une valeur de 2.4 millions de dinars a été signé pour la préparation et la construction d’un centre d’oncologie sur le Grand Tunis.
Ce projet vise à renforcer l’encadrement des malades atteints de cancer et à alléger la pression sur l’institut Salah Azayez afin de fournir les services de santé nécessaires dans des délais raisonnables et limiter le taux de décès engendrés par le retard de prise en charge.  Ce centre, qui répondra aux normes internationales, aura un coût total de 200 millions de dinars.

B.L
 
Commentaires (4) Commenter
Et c'est parti pour le show !
el manchou
| 17-11-2017 18:42
Allez hop, encore un prêt à rembourser par les générations futures.

Et le ribaa c'est halal ?
Arrêtez le massacre du secteur public
Vieux Routier
| 17-11-2017 18:23
Si je calcule bien chacun de ces 4 hôpitaux coûtera environ 50 milliards de nos millimes.
Le délai d'exécution est estimé à 4 ans, de la conclusion des marchés à la réception définitive, bâtiments, installations et équipements mobiles compris. On espère que ces hôpitaux soient ouverts au public, avec tous leurs services, au début de l'année 2022.
Connaissant nos capacités de réalisation, j'ajouterais au moins 2 ans et je reste optimiste, sans tenir compte de ce qui va suivre.
En effet, le problème majeur pour faire fonctionner ces hôpitaux est de disposer du personnel médical spécialiste en nombre suffisant et le personnel paramédical idoine. Pour que chaque hôpital puisse fonctionner dans les limites normales 7 jours sur 7 et 365 jours par an, il faudrait pas moins de 4 chirurgiens, 4 gynécologues, 4 anesthésistes et un radiologue et j'en passe... Multipliez tout par quatre et demandez aux gestionnaires de vous dire où est ce qu'ils en sont pour les hôpitaux type B plus anciens : Tabarka, Mejez El Bab, Menzel Temime, Métlaoui, Kerkenna...
Quand on sait que les hôpitaux universitaires et régionaux de type A, aux chefs lieu des gouvernorats manquent cruellement de radiologues, d'anesthésistes, de gynécologues et autres spécialités et quand on prend connaissance de tous les investissements analogues programmés par le ministère de la santé et le nombre annuel de départs á la retraite du personnel paramédical au cours des années á venir, permettez moi de crier haut et fort : Arrêtez le massacre et la dilapidation et faites fonctionner correctement ce qui existe.
Je passe sous silence la pertinence et l'opportunité de créer de tels étalissements en termes de population à couvrir. Je passe aussi sur la fausse sécurité que ces hôpitaux créeront auprès de la population, car ils auront toujours des problèmes de disponibilité de spécialistes... Regardez les hôpitaux analogues SVP.
A bon entendeur... Mes respects
Ne publiez pas mon commentaire car incomplet
Vieux Routier
| 17-11-2017 17:36
Une mauvaise manipulation m'a fait envoyer un texte incomplet. Je reviens
Arrêtez les frais
Vieux Routier
| 17-11-2017 17:32
Si je calcule bien chaque hôpital nous coûtera 50 milliards de nos millimes, avec un délai d'exécution disons de deux ans de tous les travaux, installations des équipements comprises! !! Soit une performance jamais réalisée auparavant, face à nos procédures des marchés et aux capacités de nos entreprises. Vous voulez un exemple, posez la question sur l'hôpital régional de Tabarka.
Pour être réaliste donnons 1 année pour la conclusion des marchés et 5 ans pour la réalisation des travaux
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration