alexametrics
Dernières news

Sfax – Inauguration de la statue du leader Farhat Hached

Sfax – Inauguration de la statue du leader Farhat Hached

Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi a inauguré, aujourd’hui, mardi 5 décembre 2017, une statue du leader Farhat Hached dans la ville de Sfax, à l’occasion de la commémoration du 65ème anniversaire de son assassinat.


Le secrétaire général de l’UGTT a affirmé que ce geste symbolique témoigne de la reconnaissance des syndicalistes de la région de Sfax au fondateur de la centrale syndicale.

Par ailleurs, M. Taboubi a inauguré le siège du syndicat régional de Tunisie Telecom ainsi que celui de l’hôpital Hédi Chaker.


On notera qu’une marche syndicale a également, eu lieu en présence de plusieurs personnalités, notamment, l’ancien secrétaire général de l’UGTT, Houcine Abassi et du fils de Farhat Hached, Noureddine Hached.


S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Abel Chater
| 07-12-2017 08:44
Les sauvages sans foi ni loi, détruisent le restant du pays pour se vanter de la construction de leur région. Ils écartent les Tunisiens de leur pouvoir régionaliste, pour prétendre être les seuls à "savoir gouverner". Malgré toute leur faillite qu'ils camouflaient sous les cendres et sous les flammes de leur dictature et de leur despotisme de criminels reconnus par le peuple entier, ils osent encore ouvrir leurs becs de vautours, pour se réjouir du moindre grain qui fait grincer la trop difficile réparation de leurs 55 années de «république bananière» de «yahya Boutbila» et de «berrouh beddem nefdik ya Zalèm».
A la fuite du dictateur Ben Ali le 14 janvier 2011, il est incroyable combien de milliers de jeunes tunisiens se sauvèrent à leur tour de la Tunisie à la même journée, tellement ils craignaient le retour de ces despotes et tellement ils n'avaient même pas un seul iota d'espoir de continuer à vivre sous leur règne familial-régionaliste, dont l'échec ne pourra être réparé avant au moins toute une autre génération. Ils nous sabotent notre deuxième République de régime parlementaire, qui leur barre le chemin à leurs anciennes méthodes criminelles de «Sayèd Lassiyèd» et de «tillilliri ya bendiri». Ils essaient par toutes leurs méthodes pourries, de restituer leur régime présidentiel déchu, afin de créer d'autres «Gourous» à la manière de leurs deux dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali, suivant l'adage : «mèn faraânek yè Faraon ?» (qui t'a pharaonisé ô Pharaon?). Cinquante-cinq longues années qu'ils esclavagent le peuple tunisien suivant leurs propres intérêts, maintenant, ils font tout pour se désister de leur responsabilité en prétendant que notre merveilleuse Révolution tunisienne que les universités du monde entier utilisent pour thèmes de doctorats, devrait être responsable de la faillite qu'ils nous ont laissée, comme si les clous rouillés dont souffre la Tunisie, étaient nés après le 14 janvier 2011. Ils osent même se réjouir du malentendu entre l'Union Européenne et la Tunisie, sans perdre un seul mot, qu'il s'agit-là de leur propre loi 72, créée pour esclavager les travailleurs tunisiens par Bourguiba depuis 1972. Plus bête et plus débile, tu meurs.
Des criminels sauvages qui vendent le singe et se moquent de son acheteur. Ils ne veulent même pas parler de l'hypothèse de l'assassinat de Farhat Hachèd, pour éliminer un concurrent de grand gabarit contre l'homme des colonisateurs français, Bourguiba, bien que ce même Bourguiba ait libéré tous les assassins meurtriers français de l'organisation criminelle la Main Rouge, arrêtés par les Tunisiens de l'époque, ni qu'il n'avait jamais cherché à ouvrir leur dossier. L'histoire de l'assassinat de Salah Ben Youssef, est bien connue à tout le monde.
Ya katil Errouh, wine etrouh !!!

Le Fouineur
| 06-12-2017 18:01
Plus vil que cet ignorant d'éboueur de Merkel, jusqu'à ce jour je n'ai pas rencontré. Une statue de Farhat Hached est érigée en plein centre-ville à la place Bab Bhar en face de la Banque Centrale à Sousse depuis les années 60. A l'époque le train qui se rendait à Sfax traversait le centre-ville de Sousse, je m'asseyais à gauche rien que pour la voir. Ces imbéciles comparent l'incomparable, du temps du dictateur Bourguiba le dollar s'échangeait contre zéro dinar 380 millimes, du temps du despote Ben Ali le dollar s'échangeait à un dinar 200 millimes aujourd'hui le dollar s'échange contre deux dinars 500 millimes et nous sommes sur la liste noire. Seconde république ! Deux présidents sur trois, ont des points commun : c'est d'avoir été des directeurs de la sûreté nationale sous Bourguiba, des ministres de Bourguiba et des présidents du parlement sous Ben Ali ! Signé : ex perspectiviste.

MFH
| 06-12-2017 12:16
Il n'existe pas de laid héros. Tous les Tunisiens, d'où qu'ils viennent et quelque soit leurs différences, leurs appartenances et leurs vues et qui ont participé dans l'édification de cette terre méritent respect et hommage.
Pour le reste, disons les chiens aboient, la caravane passe.

Mansour Lahyani
| 06-12-2017 12:09
Merveilleuse initiative !
On aurait aimé la voir réaliser un peu plus tôt...

Abel Chater
| 06-12-2017 10:06
Ah, si les "Azlèms" esclaves des deux dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali, avaient un minimum de pouvoir. Ils n'auraient jamais permis d'installer la statue du Martyr Farhat Hached avec une telle Grandeur, même plus de 60 ans après l'indépendance de la Tunisie. Je me rappelle du petit buste de Farhat Hached, que j'admirais depuis mon enfance au passage du train par le dépôt de la SNCFT à «Dubosville» après Jébèl Jeloud. Il est déposé de profil aux passages des trains, afin qu'on ne voie pas le visage de notre Grand Martyr de l'indépendance de la Tunisie.
Le défunt dictateur déchu Bourguiba avait déjà monopolisé de son vivant, l'exclusivité des noms des Avenues, des Boulevards, des villes et de tout endroit de valeur en Tunisie. Il laissa la misère des cités populaires aux Grands Martyrs de la Tunisie comme Farhat Hachèd, Mohamed-Ali El-Hammi, etc.
Bravo à ceux qui ont 'uvré pour la création de cette merveilleuse statue. Sauf que son installation à Sfax, la dénude de sa vraie valeur. Le Martyr était «Kerkhenni» de Kekennah et ne vécut qu'entre Rades et Tunis la Capitale. Même son mausolée se trouve à Tunis à Bab Bnèt. C'est quoi donc ce retour du régionalisme bidon, qui ne fera que léser aux «Sfaxiens» comme le régionalisme de Bourguiba lèse aux «Swahliyas»?

MFH
| 05-12-2017 23:33
Excellente idée.
Que chaque ville fasse pareil avec ses hommes ou femmes illustres et qui ont laissé des traces dans l'histoire (les héros, martyrs, sportifs, hommes de lettres.... ne manquent pas en Tunisie).
Ça embellit la ville et ça incite les visiteurs à mieux connaître l'histoire de la région.

A lire aussi

La libération du dirigeant de Nidaa Borhen Bsaies, à la faveur d’une grâce présidentielle, a fait

16/12/2018 14:08
0

Le secrétaire général de Machrouû Tounes, Mohsen Marzouk, a indiqué ce dimanche 16 décembre 2018,

16/12/2018 13:15
3

Une réunion sécuritaire de haut niveau se tient, le 16 décembre 2018, à Dar dhiafa à Carthage sou la

16/12/2018 13:05
7

Le secrétaire général du mouvement Chaâb, Zouheir Maghzaoui, a indiqué, ce dimanche 16 décembre

16/12/2018 12:45
2

Newsletter