Said Aïdi : Beni Watani est un mouvement horizontal

Businessnews.com.tn | publié le 23/11/2017 14:03

L’ancien ministre de la Santé et ex-dirigeant de Nidaa Tounes, Said Aïdi a réitéré, lors d’une conférence de presse tenue jeudi 23 novembre 2017, à Tunis, l’engagement de son parti Beni Watani dans la transition démocratique et électorale ainsi que sa position quant à la situation politique, sociale et économique du pays. Il s’agit de la première conférence de presse de ce parti, fondé le 25 mai 2017, après avoir obtenu son visa le 20 octobre 2017. Un parti représenté par un fruit, la grenade, contenant 24 graines en rappel des 24 gouvernorats de la Tunisie et dont les mots d’ordre sont «crédibilité, patriotisme et travail, liberté et responsabilité».

 

Beni Watani a déjà reçu environ 4500 demandes d’adhésion dont 9.8% sont des Tunisiens résidents à l’étranger, toutes classes sociales confondues dont 85% n’ont jamais fait de la politique. Said Aïdi a réaffirmé lors de cette conférence que son parti est un mouvement horizontal fondé sur des groupes de travail et sur des moyens de communications modernes. Son objectif est d’être une force de proposition et de présenter une vision constructive fondée sur des programmes réalistes.

 

Il vise à créer une nouvelle classe politique, rompant avec les stéréotypes, en plaçant le citoyen au centre de l’action politique et en impliquant le citoyen dans le processus décisionnel. L’intervention de Mona Ben Othmane, chargée de la commission économique de Beni Watani a porté sur la position du parti vis-à-vis le projet de loi des finances 2018. En effet, le parti considère que ce projet de loi n’est pas à la hauteur des enjeux et ne permettra pas une relance économique mais il ne fera qu’aggraver la situation socio-économique. Il alerte également, sur les conséquences de l’instabilité fiscale qui pourrait perturber les investisseurs locaux et étrangers et diminuer les ressources fiscales de l’Etat. Le parti, de ce fait, adopte une approche économique libérale vu son engagement à encourager l’initiative privée.

Dans une déclaration accordée à Business News, la responsable de la communication politique du parti Beni Watani, Samar Samoud, ex membre du bureau politique d'Al Joumhouri, a souligné que le parti n’était pas un parti laïc mais qu’il refusait toutefois, tout parti ayant une idéologie religieuse. Selon elle, le parti prône la séparation entre la religion et la politique mais pas entre la religion et l’Etat vu que «c’est l’Etat qui protège la religion et tout parti doit puiser des fondements de l’Etat civique.»

Elle a par ailleurs, ajouté que, pour l’instant, son parti ne s’intéressait pas aux coalitions partisanes mais il cherche essentiellement l’intérêt général. En effet, son parti «ne cèdera pas aux lobbies et il ne s’intéresse aux conflits au sein des autres partis que lorsque ces problèmes débordent au niveau du gouvernement »

Il est à noter, que le parti renouvelle son soutien à la liste Bent Watani à Emna El Ouni, candidate de Beni Watani dans les élections législatives partielles pour la circonscription d’Allemagne.

 

B.L

Said Aïdi : Beni Watani est un mouvement horizontal

publié le 23/11/2017 14:03

L’ancien ministre de la Santé et ex-dirigeant de Nidaa Tounes, Said Aïdi a réitéré, lors d’une conférence de presse tenue jeudi 23 novembre 2017, à Tunis, l’engagement de son parti Beni Watani dans la transition démocratique et électorale ainsi que sa position quant à la situation politique, sociale et économique du pays. Il s’agit de la première conférence de presse de ce parti, fondé le 25 mai 2017, après avoir obtenu son visa le 20 octobre 2017. Un parti représenté par un fruit, la grenade, contenant 24 graines en rappel des 24 gouvernorats de la Tunisie et dont les mots d’ordre sont «crédibilité, patriotisme et travail, liberté et responsabilité».

 

Beni Watani a déjà reçu environ 4500 demandes d’adhésion dont 9.8% sont des Tunisiens résidents à l’étranger, toutes classes sociales confondues dont 85% n’ont jamais fait de la politique. Said Aïdi a réaffirmé lors de cette conférence que son parti est un mouvement horizontal fondé sur des groupes de travail et sur des moyens de communications modernes. Son objectif est d’être une force de proposition et de présenter une vision constructive fondée sur des programmes réalistes.

 

Il vise à créer une nouvelle classe politique, rompant avec les stéréotypes, en plaçant le citoyen au centre de l’action politique et en impliquant le citoyen dans le processus décisionnel. L’intervention de Mona Ben Othmane, chargée de la commission économique de Beni Watani a porté sur la position du parti vis-à-vis le projet de loi des finances 2018. En effet, le parti considère que ce projet de loi n’est pas à la hauteur des enjeux et ne permettra pas une relance économique mais il ne fera qu’aggraver la situation socio-économique. Il alerte également, sur les conséquences de l’instabilité fiscale qui pourrait perturber les investisseurs locaux et étrangers et diminuer les ressources fiscales de l’Etat. Le parti, de ce fait, adopte une approche économique libérale vu son engagement à encourager l’initiative privée.

Dans une déclaration accordée à Business News, la responsable de la communication politique du parti Beni Watani, Samar Samoud, ex membre du bureau politique d'Al Joumhouri, a souligné que le parti n’était pas un parti laïc mais qu’il refusait toutefois, tout parti ayant une idéologie religieuse. Selon elle, le parti prône la séparation entre la religion et la politique mais pas entre la religion et l’Etat vu que «c’est l’Etat qui protège la religion et tout parti doit puiser des fondements de l’Etat civique.»

Elle a par ailleurs, ajouté que, pour l’instant, son parti ne s’intéressait pas aux coalitions partisanes mais il cherche essentiellement l’intérêt général. En effet, son parti «ne cèdera pas aux lobbies et il ne s’intéresse aux conflits au sein des autres partis que lorsque ces problèmes débordent au niveau du gouvernement »

Il est à noter, que le parti renouvelle son soutien à la liste Bent Watani à Emna El Ouni, candidate de Beni Watani dans les élections législatives partielles pour la circonscription d’Allemagne.

 

B.L

Commentaires (2) Commenter
Horizontal
Coucu
| 23-11-2017 18:11
Genial le titre. Horizontal va si bien à Sammar.
Tout es basé sur l'horizontalité. On a aussi d'un parti braguette.
Ceci étant dit ce Said Aidi est dangereux pour la Tunisie. C'est un démagogue intelligent qui a manipulé la vérité à plusieurs reprises. Il a fait du mal là où il est passé. Vérifiable cartes sur table.
horizontal
bahrila
| 23-11-2017 17:26
ou bien à l'horizontale?
bonne nuit les petits
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration