alexametrics
A la Une

Nidaa Tounes réforme et s'engage?

Nidaa Tounes réforme et s'engage?

 

Après plusieurs mois de report dû aux tensions le secouant, Nidaa Tounes a finalement pu tenir son congrès électif tant attendu. Choisissant la ville symbolique de Monastir, le congrès rassemblant de nombreuses personnalités politiques et nationales s’étale sur 3 jours et déterminera notamment la nouvelle composition du parti ainsi que l’amendement de son règlement intérieur.

Nous sommes le 6 avril 2019 et la ville de Monastir vit au rythme de la commémoration du 19ème anniversaire du décès du leader Habib Bourguiba. Le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi s’est déplacé au mausolée de Bourguiba à cette occasion. Une coutume présidentielle ancrée ayant pour objectif de rendre hommage au « Père de la Nation ».

Néanmoins, le 6 avril ne représentait pas uniquement la date du décès de l’ancien président de la République. Elle a été également fixée pour la tenue du congrès électif de Nidaa Tounes. Un congrès qui tardait à venir à cause d’innombrables crises internes qui le plombaient et les divers différends entre ses dirigeants notamment entre le chef du gouvernement, Youssef Chahed, dont l’adhésion au parti est à présent gelée, et Hafedh Caïd Essebsi, fils du chef de l’Etat, ancien directeur exécutif et actuel président du comité politique.


Le choix de la date ainsi que de l’endroit de la tenue du congrès électif n’était pas fortuit. Nidaa Tounes dont le fondateur est Béji Caïd Essebsi, ministre sous Bourguiba, s’inspire dans plusieurs aspects de la pensée bourguibienne. Une pensée moderniste, progressiste et centriste se reposant sur la garantie des droits de l’Homme et des libertés individuelles.


Le congrès a été organisé sous le thème « Congrès de la Réforme et de l’Engagement » et bien avant 10h du matin, heure du démarrage de ses travaux, les invités commençaient à rejoindre la salle olympique Mohamed Mzali. A peine une heure, la salle a été déjà pleine à craquer avec l’assistance de 10 mille adhérents à Nidaa Tounes dont 1800 élus des bureaux locaux relevant du parti.

 

Les premières rangées étaient, certes, réservées aux dirigeants les plus marquants de Nidaa Tounes ainsi qu’aux d’autres personnalités nationales à l’instar de Hafedh Caïd Essebsi, Sofiène Toubel, Ons Hattab, Abdelaziz Kotti, Khaled Chouket, Mongi Harbaoui, Faouzi Elloumi, Samira Belkadhi, Néji Jalloul, Majdouline Cherni, Mohamed Ennaceur, Mohamed Trabselsi, Fadhel Abdelkefi et Hakim Ben Hammouda.

 

 

Les organisations nationales à savoir l’UGTT et l’Utica ont également été présentes à travers Samir cheffi, secrétaire général adjoint de la centrale syndicale ainsi que Samir Majoul, président de la centrale patronale. Cependant, l’absence la plus ressentie était celle des autres partis politiques opposée à la présence de plusieurs représentants diplomatiques et ambassadeurs à savoir Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France en Tunisie, Hayel Al Fahoum, ambassadeur de Palestine en Tunisie ainsi que l’ambassadeur de Roumanie en Tunisie, Dan Stoenescu.


Le congrès a démarré avec la récitation de quelques versets du Coran suivie par un spectacle de Hadhra tunisienne en attendant l’arrivée du chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi qui est venu en retard depuis le mausolée de Bourguiba. Décor simple mais minutieux avec 2 écrans géants à droite et à gauche et de la lumière rouge, le point le plus remarquable était l’arrière-plan au podium derrière le chef de l’Etat. Un photomontage assemblant sa photo à celle de Habib Bourguiba en allusion à la fibre destourienne du parti Nidaa Tounes et son affiliation à Bourguiba.

 

 

 

Après l’hymne national, le discours présidentiel commence ! Le référentiel religieux était, comme d’habitude, présent. Des versets coraniques, des Hadiths ainsi que des citations ont marqué ce discours donnant le coup d’envoi aux travaux du congrès électif. L’assistance était tout ouïe et très attentive. Le calme a, subitement, régné dans la salle mis à part quelques interruptions pendant le discours de la part du public scandant des slogans pro Essebsi l’exhortant à briguer un 2ème mandat.Une requête qui a été rejetée, plus tard dans le discours, par BCE qui a relevé que la Tunisie avait besoin de changement et que ce changement exige qu’il ne se portera pas à la présidentielle de 2019 car le pays a enfanté des hommes capables de mener à bien cette mission.

Le discours était exhaustif portant, par ailleurs, sur la solidité de Nidaa Tounes malgré les multiples crises qui le secouent soulignant que Nidaa n’était pas encore achevé et que ce qui est resté est suffisant pour le réédifier ainsi que pour jouer un rôle crucial dans le sauvetage de la Tunisie et se distinguer des autres 215 partis sur la scène politique aujourd’hui.

Béji Caïd Essebsi a, de surcroît, véhiculé plusieurs messages à travers son discours visant essentiellement Tahya Tounes insinuant que son poids était négligeable et que les 2 partis fondamentaux étaient Nidaa Tounes et Ennahdha. Il s’est, aussi, adressé à ceux qui prétendent qu’il compte léguer le pouvoir à son fils, Hafedh soulignant que les temps ont désormais changé et que les choses ont évolué.
BCE n’a pas manqué, également, de revenir sur la question de l’égalité successorale indiquant qu’il s’agissait d’un projet très cher à Habib Bourguiba qu’il n’a pas pu mener de son vivant et qui aurait été fier de voir ces accomplissements se réaliser à présent.

Toutefois et probablement la demande à laquelle personne ne s’attendait est celle de lever le gel d’adhésion au parti de Youssef Chahed. Une demande qui a surpris le président du comité politique, Hafedh Caïd Essebsi et qui sera examinée et soumise au vote des congressistes aujourd’hui même si depuis hier cet appel avait créé une divergence parmi les nidaïstes.

Quoiqu’il en soit et indépendamment de la décision que prendra le parti à propos de la requête de BCE concernant Youssef Chahed, ce congrès électif demeure d’une grande envergure pour Nidaa Tounes et aura d’importantes retombées sur le paysage politique. A l’issue des travaux du congrès, une nouvelle composition du parti verra le jour. De nouvelles structures à l’instar d’un comité central et d’un comité politique seront également créées.

Dans une tentative de se ressaisir avant les prochaines échéances électorales, La « ligne politique » du parti sera également réformée ainsi que le règlement intérieur, tout dans l’esprit du thème de ce congrès électif. Un bon nombre de personnalités nationales rejoindra, par ailleurs, Nidaa Tounes dont les noms seront annoncés lors de la clôture des travaux du congrès. Des changements qui aboutiraient à un Nidaa rénové, frais et avec du nouveau sang.

Boutheïna Laâtar

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

A lire aussi

La situation de la compagnie aérienne nationale, Tunisair a été débattue lors d’un conseil

21/05/2019 16:59
0

De quoi nier, une fois encore, l’évidence…

20/05/2019 16:59
1

L’image, déjà écornée, du président du bloc parlementaire et du comité central de Nidaa, dans un

19/05/2019 16:59
11

La pénurie des médicaments fin 2018, on s’en souvient

17/05/2019 17:59
5

Newsletter