alexametrics
A la Une

Nidaa Tounes, le cauchemar de l'actuel pouvoir

Nidaa Tounes, le cauchemar de l'actuel pouvoir

Le parti fondé par l’ancien Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi gagne de jour en jour des galons. Indépendamment des sondages qui lui attribuent entre 20 et 25% et le classent comme deuxième force politique du pays, Nidaa Tounes a réussi, en seulement quelques mois, à s’imposer sur la scène politico-médiatique, à attirer de grandes personnalités et à ramener dans ses rangs des élus d’autres partis. Mieux, les chancelleries occidentales et arabes s’intéressent à ce nouveau-né et les hommes d’affaires se bousculent au portillon pour proposer leurs services.
Cette ascension inquiète de plus en plus les partis de la troïka au pouvoir en Tunisie qui fait tout pour lui mettre les bâtons dans les roues avec des méthodes pas toujours légitimes et légales.


Brahim Kassas, élu de la nation à l’Assemblée nationale constituante, se fait agresser dimanche 30 septembre à Kélibia, avant qu’il ne puisse assister à un meeting de son nouveau parti Nidaa Tounes.
Le député accuse Ennahdha d’être derrière cette agression barbare, sur la foi de témoignages d’habitants de cette petite ville où tout le monde connaît tout le monde et où le respect des différences de l’autre a toujours été la règle.
Un mois plus tôt, le jeudi 30 août, un groupe de femmes partisanes de Nidaa Tounes, étaient en réunion à Menzel Chaker, gouvernorat de Sfax, lorsqu’un groupe de "barbus" s’est attaqué à elles et les ont agressées. Cette attaque a engendré un état de panique et des blessures légères qui ont tout de même nécessité le transport des victimes à l’hôpital régional.
Mohsen Marzouk, membre dirigeant du parti Nidaa Tounes a affirmé, alors, que cette attaque a été perpétrée par "une bande de criminels et de truands appartenant au mouvement des salafistes et au parti Ennahdha".
Le 5 septembre, une vingtaine de jeunes de Nidaa Tounes devaient se réunir dans un hôtel à Nabeul, mais cette réunion a été empêchée par l’arrivée de groupes de délinquants aux appartenances politiques bien déterminées.
Le 9 septembre, 150 Nahdhaouis sont venus manifester à l’inauguration des nouveaux locaux de Nidaa Tounes à Testour.
Le 15 septembre, et sur la base des déclarations de Lazhar Akremi, autre membre dirigeant de Nidaa Tounes, on apprend que «des sources étrangères ont mis en garde son parti contre une tentative d’assassinat de Béji Caïd Essebsi, avant le 23 octobre prochain ». Un membre gouvernemental serait derrière cette tentative d’assassinat, selon M. Akremi.

Les agressions physiques et les attaques de locaux du parti Nidaa Tounes feront-elles bientôt partie de l’actualité ordinaire et banale ? Au rythme où vont les choses, le risque y est.
D’autant plus qu’à ces agressions physiques et ces menaces, s’ajoutent des propos affligeants et accusations légères et infondées de la part des partis de la troïka au pouvoir.
Le 9 août dernier, le bureau régional du parti Ennahdha à Sidi Bouzid a publié un communiqué dans lequel il accuse Nidaa Tounes « d’être derrière les troubles de la ville de Sidi Bouzid, en s’alliant avec les voleurs, vendeurs d’alcool et trafiquants de drogue » et le qualifiant de « bras droit de l’ex-RCD ». Face à la grossièreté de l’accusation, le bureau régional a dû se rétracter le lendemain, mais c’était juste un recul tactique. Les accusations seront désormais plus fines et faciles à avaler pour les observateurs non avisés.
Le 22 août, le CPR a ainsi décidé de ne pas inviter les membres de Nidaa Tounes à son congrès prétextant du fait qu’il y ait des RCDistes parmi les membres de Nidaa Tounes.
Dernière trouvaille en date, les membres d’Ennahdha ne vont plus participer aux émissions télévisées, si un membre de Nidaa Tounes y est présent.

Cette accusation de présence de RCDistes sera désormais l’argument phare du pouvoir à l’encontre de Nidaa Tounes. Ce sera le « chewing-gum » présent matin et soir dans les bouches de la troïka au pouvoir et, spécialement, le CPR et Ennahdha. Au point que l’on voudrait faire jouer cette donne pour écarter le parti des prochaines élections et de toute activité politique, durant les cinq voire les dix prochaines années.
Un coup d’Etat qui ne dit pas son nom, basé sur un gros mensonge et une hypocrisie extraordinaires.
Un mensonge parce que l’essentiel des hauts cadres et dirigeants de Nidaa Tounes ne sont pas RCDistes. C’est même tout le contraire. Jusqu’à présent, ni Ennahdha, ni le CPR n’ont pu donner un seul nom d’un seul dirigeant de Nidaa Tounes coupable d’un quelconque crime ou délit.
Hypocrisie, car Ennahdha regorge d’anciens militants du RCD et qui ne sont pas tous propres. Le parti islamiste s’entretient régulièrement avec eux, fait appel à eux et les invite même à ses soirées privées et publiques. Il leur arrive même de les nommer à de hauts postes de l’Etat.
Paradoxalement, il y a un an, ce sont ces mêmes dirigeants d’Ennahdha qui multipliaient les éloges à l’égard de Béji Caïed Essebsi qui a réussi sa mission de transition et ces élections démocratiques et transparentes. Il a même été question de lui proposer la présidence de la République à un certain moment.
Autre hypocrisie, cette fois chez le CPR, les opportunistes et les « retourneurs » de veste trouvent bien leur place dans ce parti, y compris le team présidentiel, mais dès lors qu’il s’agit de Nidaa Tounes, on lève les boucliers !

Dans une toute récente interview, Rached Ghannouchi a admis que son parti Ennahdha a perdu de sa popularité. Ettakatol s’est quasiment disloqué, alors que le CPR est bien divisé et peine énormément à garder ses élément fondateurs. D’ailleurs, le nombre des nouveaux visages dépasse désormais les anciens.
Nidaa Tounes, en revanche, réussit à séduire et attirer de plus en plus de personnes. Les 20-25% attribués par les sondeurs ne sont, peut-être pas, exacts mais reflètent une véritable tendance, bel et bien réelle. Le parti réussi à fédérer autour de lui plusieurs pans de la société qui refusent de voir le pays dirigé par un projet islamiste.
Certes, l’opposition au parti islamiste et à la troïka ne peut pas être un programme en soi, mais (pour le moment) cela suffit à rassurer des millions de personnes et à les réunir autour d’un projet fédérateur : oui, à l’islam, mais non à l’islamisation de la Tunisie.
La stratégie de la diabolisation des anciens RCDistes et de Nidaa Tounes a commencé à montrer ses limites, y compris parmi les sympathisants de la troïka.
On a alors tenté une autre stratégie, celle des procès et des dossiers judiciaires. Mais cela n’a pas marché vu que Nidaa Tounes n’a fait appel qu’à des gens « clean ». Béji Caïd Essebsi s’est même permis la provocation en demandant aux dirigeants de la troïka à dénoncer tout membre de Nidaa Tounes qui aurait des choses à se reprocher.
Autres stratégies pour phagocyter ce parti qui monte vertigineusement, le boycott et l’exclusion, comme cette histoire idiote de non-participation aux émissions télévisées. Ou encore celles d’essayer de proposer des carottes à quelques opposants (notamment Al Joumhouri) afin de les empêcher de rejoindre Nidaa Tounes.
Ne sachant plus quoi faire, on est alors passé à la délinquance primaire avec la mobilisation des milices pour s’attaquer physiquement aux militants et aux dirigeants du parti.
Et, comme par hasard, la police brille toujours par son absence lors de ces différentes agressions, alors que cette même police se trouve aux côtés des manifestations non-autorisées comme celles d’Ekbess (deux vendredi de suite à la Kasbah) ou celle du 14-septembre où on la voyait « escorter » les salafistes.

Cette stratégie de diabolisation, totalement désapprouvée par l’entourage d’un Hamadi Jebali qui a du mal à se faire écouter, a eu un effet inverse : le parti gagne en sympathie et se positionne en victime, aussi bien devant l’opinion publique nationale qu’internationale.
Ainsi, les diplomates occidentaux, anciens et nouveaux, sont déjà allés voir M. Caïd Essebsi ou s’apprêtent à le faire. Idem pour les hommes d’affaires et notamment pour les plus influents et puissants d’entre eux.
Pour la troïka, tout cela a engendré une constante : Nidaa Tounes devient l’ennemi à abattre par tous les moyens. Il hante, désormais, l’esprit de la majorité de nos actuels gouvernants qui ne cessent de multiplier les erreurs, voire les actes criminels.
Le grand point fédérateur de Nidaa Tounes est cette opposition à l’islamisation de la société.
Malgré toutes ses divisions, la troïka a trouvé son point fédérateur : s’opposer au cauchemar de Nidaa Tounes qui la menace démocratiquement d’être privée du pouvoir et du gâteau qui va avec.

Nizar Bahloul

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

ali
| 07-10-2012 22:37
c'est pour cela que Nida Tounes fait peur au cpr et à ennahdha, le peuple n'est pas dupe, l'équipe de Béji Caid Essebsi a fait ses preuves et a su mener à bon port la Tunisie contrairement aux incompétents actuellement au pouvoir qui tirent profit du sentiment religieux des personnes braves pour gouverner
il faut être débile et de mauvaises foi pour ne pas regarder en face le déclin sur tous les plans auquel nous assistons sur à l'échelle nationale et internationale
56 ans d'existence de l'Etat tunisien bafoué par nos incapables gouvernants qui en plusinsistent bech yetaalmou lahjema firous litéma

j.trad
| 07-10-2012 15:20
le juge ,à travers les urnes ,le peuple est à 99%100 mouslim,ce pauvre peuple est diaboliquement manipulé ,par des médias monopolisés par de monstrueux démagogues ,quelques centaines d'intellectuels atteint d'une affreuse ,et incurable allergie contre l'ISLAM ,ces intellectuels ce qui les unis et les dirige,c'est uniquement la haine à l'encontre de l'ISLAM en tant qu'idéologie pouvant joindre toutes les stratégies positives ,aussi bien du capitalisme ,que du socialisme et même du communisme ,auquel il peut ajouter des plus ,qui font de l'économie un alliage (dur comme le fer,malléable comme l'or),parfois j'accuse les partis Islamistes de faillir à leur devoir de mettre les points sur la question de la malléabilité du système économique de l'ISLAM ,puisque le plus important maintenant c'est de réparer le budget ,et de donner à tout le peuple le moyen de dignité urgent ,je me suis indigné de les voir soulever la question de la polygamie qui n'intéresse qu'une très ,très faible minorité de riches (corrompus ,par l'argent ,et qui cherchent le luxe de la polygamie presque prohibée par le verset:"wa lan ta3dilou",ce sujet est un casse tête ,le soulever au milieux d'une crise sociale de chômage ,est un flagrant délit qui accuse les ISLAMISTES de maladresse ,qui tourne les masses vers les partis ,qui activent la démagogie dans l'autre sens ,ils ouvrent les portes des promesses économiques ,et des palliatifs provisoires ,tout en oeuvrant pour continuer le plan de détournement affreux de l'essentiel de l'identité "UNIVERSELLE: LA FOI :élaborée dans un texte DIVIN ,(personne n'a le droit de contester ,mais le droit et le devoir de :comprendre ,surtout le coté UNIVERSEL ) .le partis NAHDHA ,ne semble pas faire son devoir ,de mise en relief de l'essentiel (qui concerne Al3AKIDA )et le temporel( qui concerne ALMA3ACH) ,il n'ya pas de dissolution entre les deux en ISLAM ,mais une distinction ,nuancé entre ceux qui convoitent le plus le passager ,ALLAH leurs promet de leurs en donner ,et ceux qui préfèrent travailler pour l'autre vie ALLAH tient conte de ce deuxième choix ,qu'il qualifie de meilleur ,les SALAFISTES sont les meilleurs en clarté ,leur moyens sont bon pour secouer la conscience du peuple ,pour qu'il ne se laisse pas duper ,( dans la pédagogie scolaire ,il y a l'expression :wasail al idhah :sam3iya ,basariya, tahsisiya,tahfiziya,l'essentiel atteindre l'objectif ...c'est tout une dialectique (la nouvelle pédagogie exclue :atta3nif,parcequ'il peut inhiber l'élève fragile ,ou qui a des handicaps cachés ,mais un élève saint et sauf qui dévie vers la gauche ,ou la droite ,il faut le faire revenir au juste milieux ,pas à NIDAA TUNIS ,mais à NIDAA ALLAH "ya ayyouha-ladhina aamanou..."NAHDHA ,tu n'est pas entrain de mettre en valeur "NIDAA ALLAH" il faut te rattraper ...

mehdi
| 05-10-2012 16:57
hammadi jebali cotoit de tres pres hedi jilani, le beau pere de belhassen trabelsi.. il se rendait chez a quasiemnent toute ses soirees ramadanesque..

Karim
| 03-10-2012 21:20
Tu as dû aller à l'école les jours de fermeture à en juger ton orthographe alors vas à l'école pour pouvoir parler avec les grands

Sophie
| 03-10-2012 12:12
J'ai visité ce journal il y a environ un an et les critiques commençaient, et forcément, les déçus des élections.

Maintenant, je vois que c'est un ras de marée, et au lieu du progrès, il y a du recule, la liste semble etre longue. Corruption, insécurité, collusion avec des gangs salafistes, pas de constitution, islamisation, attaques contre l'opposition...

Je vois un danger réel, l'arrestation de figures de l'opposition, des attentats, de la censure, l'achat des votes, financement illégale... pour empêcher de nouvelles élections. Tout ce que les soi-disant démocracies aux pays islamiques font.

La Tunisie, phare des 'revolutions arabes', le pays le plus développé, le plus laic, ne râtez pas votre révolution, stoppez ces obscurantistes car ils écoutent ceux qui leur disent que la mort (paradis) vaux plus que la vie.

Ayez une pensée pour les Syiens, et donnez-les vos avis pour l'après Bashar.



TUNIBOUZIDIA
| 02-10-2012 20:42
Il est vrai que nous ne savons pas concrètement ce qu'apportera Nida Tounes, mais il est certain que ce ne sera pas l'obscurantisme apporté par Ennahda! Et qui plus est, c'est à mon humble avis, la seule alternative au gouvernement en place actuellement.

J'ai voté Ettakatol, je me suis fait enfler, la prochaine je vote Nida Tounes et si je me fait de nouveau avoir, je voterai pour un autre parti... Vive la démocratie!!!

Enfin j'espère réellement (et je croie), que Nida Tounes changera les choses, car j'ai mal de voir mon pays, stagner, pire, reculer...

nahdhaoui decu
| 02-10-2012 19:58
je demande pardon a mes enfants d'avoir voter ennahdha

dhiaz
| 02-10-2012 17:42
Je n'ai aucun problème avec Nidaa Tounes mais, répondais moi comment nous nous comportons avec le RCD?

nanou
| 02-10-2012 16:34
Au lieu de parler dans les coins et les recoins, et vous paraissez tellement sur de vou, allez portez plainte en tant que citoyen et apportez vos preuves. Ayez le courage de dénoncer ce monsieur à la justice et n'ayez pas peur d'eventuels proces pour diffamation.

juliejolie
| 02-10-2012 16:09
Allez y ,encore plus ,versez du noir,faites de la peur de l autre une veritable strategie,appelez le loup garou,d ailleurs cette image d un phantome aux dents longues est le veritable danger qui guette la Tunisie,ce danger s appelle Chaos,ce danger s appelle anarchie,ce danger s appelle
mensonges generalises,ce danger s appelle
non respect des regles democratiques,ce
danger s appelle non reconnaissance des
resultats des urnes ,ce danger s appelle sabotage de tous les efforts du gouvernement,donc sabotage de la revolution et de la Tunisie.,ce danger s appelle mepriser les citoyens,.........etc.
Vivement les prochaines elections et la victoire des forces de gauche.Ni Nidaa Tounes ..ni Nahdha...deux mouvements ou partis ,appelez les comme vous voulez,ne sont pas dignes de notre confiance,ils nous menent vers une nouvelle dictature,une dictature ultra liberale inhumaine ou une dictature religieuse degradante. Aux forces de gauche,sociale democrates unionistes,tolerantes,fraternelles,gardienne de notre culture arabe et de nos libertes fondamentales,de l egalite entre les deux sexes,jeunes et moins jeunes de
manifester votre appui a ce mouvement populaire et refuser cette guerre destructrice
entre deux partis hegemoniques(Nidaa Tounes et Nahdha) aux vises et aux desseins plusque douteux .Pour sauver notre revolution et nos acquis,il faut se dresser contre toute forme d extremisme et refuser l arbitraire.Nos valeurs sont celles
de la republique et nos comportements respectent les valeurs republicaines.

A lire aussi

Depuis la révolution, l’activité de la CPG a témoigné d’innombrables vacillements dus

18/12/2018 19:59
2

Certains articles de la Loi de finances 2019 ont provoqué la colère des professions libérales, des

17/12/2018 19:59
3

Outre l’Union générale des travailleurs de Tunisie (Ugtt), qui concocte une grève générale dans le

16/12/2018 16:42
8

L’Assemblée des représentants du peuple a rejeté hier, 13 décembre 2018, la proposition

14/12/2018 19:59
14

Newsletter