alexametrics
Dernières news

Néji Jalloul prend ses fonctions à l’ITES

Néji Jalloul prend ses fonctions à l’ITES

 

Mandaté par le président de la République, le directeur du cabinet présidentiel, Slim Azzabi, a présidé ce mardi 12 septembre 2017, la cérémonie passation depouvoir de Néji Jalloul au poste de directeur général de l’Institut tunisien des études stratégiques (ITES).

Il succède ainsi à Hatem Ben Salem, nommé au ministère de l’Education nationale.

 

Slim Azzabi a salué, à cette occasion, le travail effectué par Hatem Ben Salem et son équipe pour permettre à cette institution de retrouver son éclat et son rôle fondamental dans la recherche, les analyses et les études prospectives.

 

Il a également exprimé sa foi en Néji Jalloul pour renforcer davantage le travail du centre et apporter ainsi plus d’efficacité à l’action gouvernementale dans divers domaines politiques, économiques, sociaux et culturels.

 

M.B.Z

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Maxula
| 13-09-2017 15:18
"Néji Jalloul prend ses fonctions à l'ITES"...comme on prend un congé...pour reposer celui qui vous l'accorde ce congé...Car tant que Jelloul fera plus ou moins partie du gouvernement...il ne pourra pas (trop) nuire à ceux qui le tiennent à l''il...C'est le coup classique de la nomination d'un turbulent ou d'un velléitaire dans une ambassade au fin fond de l'Afrique...En un mot comme en cent...Jalloul accepte de se faire placardiser...et avec le sourire en plus...//Maxula.

Samira
| 12-09-2017 22:43
S'il avait le moindre sens de l'honneur il n' aurait pas dû accepter le poste. Il a été foutu dehors par beji la veille du 1er mai pour satisfaire l'ugtt, et voilà qu'il revient par la petite porte pour toucher un salaire sans rien foutre.
Que des lâches dans se pays

Abel Chater
| 12-09-2017 21:06
D'habitude et suivant toutes les logiques de ce monde, un nullard lobbyiste déjà limogé de son poste de ministre de l'Education comme ce Néji Jalloul, doit être écarté de la scène politique tunisienne, pour au moins toute une décennie. Mais néanmoins, Béji Caïd Essebsi a besoin de ses hommes comme Néji Jalloul. Ses propres hommes comme au bon vieux temps des deux dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali. Il y va de tout un portefeuille d'adeptes à son propre service. La compétence et l'honnêteté n'appartiennent qu'aux débiles. La ruse, la malhonnêteté, le régionalisme, la trahison et le venin des serpents, sont requis par toute une ancienne garde qui ne veut pas libérer la Tunisie de leur malheur afin de nous permettre un nouvel élan vers les pays avancés de ce monde.
Les relations. Les pistons. Les applaudissements. Les béni-oui-oui. Les lécheurs de bottes. Les services rendus. Les embauches familiales, régionales et sans morale. Toute cette ferraille de mentalité criminellement rouillée, ne disparaitra qu'avec la disparition de toute une génération de résidus des anciens régimes des deux dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali.
S'il nous est impossible de changer la Tunisie de par notre génération, nous devrons lutter et militer pour, au moins préparer le changement à nos futures générations.
La Tunisie et les Tunisiens vaincront tous les saboteurs et tous les égoïstes comme ce Néji Jalloul, qui ne veulent pas laisser leur place aux jeunes tunisiens, afin que la Tunisie puisse démarrer vers un avenir radieux sans eux, sans leurs intrigues et sans leur avidité de pouvoir qui les transforme en de sangsues insatiables jusqu'à la mort.

el manchou
| 12-09-2017 17:41
Encore un machin qui sert à recaser les copains et les coquins ?

himar
| 12-09-2017 17:40
l'ITES est devenu le placard de luxe pour les chercheurs désespérés de salaire pour rien, il suffit de jeter un coup d''il sur son site, la dernière étude publiée date de juin 2013 ! hahahaha Himar en rigole

rz
| 12-09-2017 17:08
Le temps où l'ITES était sous le joug de zouki et son mentor tarak pour accoucher à l'époque d'un livre noir très contesté, ce temps est déjà loin.
Le passage de Mr Ben Salem et maintenant Mr N.Jalloul va peut être donner un autre élan à cette institution dans son rôle d'études stratégiques dont le pays a tant besoin pour voir plus clair dans ce brouillard.

A lire aussi

En préparation de la grève dans la fonction publique, prévue le jeudi 22 novembre 2018, les

17/11/2018 10:11
2

Après son départ du ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, l'ancien

17/11/2018 09:30
0

Rachid Khechana vient d'être nommé PDG de l'agence de presse Tap tel que décidé lors de la réunion

17/11/2018 09:12
0

Le nouveau ministre du Transport, Hichem Ben Ahmed a procédé, ce vendredi 16 novembre 2018, à la

16/11/2018 22:15
0

Newsletter