alexametrics
Dernières news

Mohamed Ghannouchi : le nouveau gouvernement, fruit d'un consensus national


Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, a annoncé, jeudi soir 27 janvier 2011, lors d'une intervention à la télévision nationale, la nouvelle composition du Gouvernement d'union nationale, qu'il a considérée comme étant le fruit de concertations approfondies et intenses effectuées entre l'ensemble des parties politiques nationales et les différentes composantes de la société civile, et qui ont abouti à un consensus autour d'une nouvelle formation gouvernementale.

Après avoir donné lecture de la composition complète des membres du gouvernement, le Premier ministre a indiqué qu'il ressort de cette nouvelle formation gouvernementale le maintien de neuf portefeuilles ministériels contre le renouvellement de 12 autres, par rapport à la composition précédente, affirmant que la détermination était grande pour que les ministres choisis soient compétents, expérimentés et capables de relever les défis et de gagner les paris qui se posent au pays.
Il a indiqué que le gouvernement annoncé est un gouvernement transitoire et provisoire, dont la mission consiste à permettre au pays de réaliser la transition démocratique et à réunir les conditions nécessaires pour l'organisation de la prochaine présidentielle, qui offrira au peuple l'opportunité de s'exprimer en toute liberté et avec toutes les garanties afin que cette élection puisse refléter la volonté du peuple tunisien.

M. Mohamed Ghannouchi a fait observer que le gouvernement s'engage pour les prochaines élections, à travers les orientations décidées, à ce que cette échéance se déroule sous la supervision d'une commission indépendante et en présence d'observateurs internationaux, afin que le scrutin soit un scrutin transparent et crédible.
Le premier ministre a relevé que la principale mission du gouvernement transitoire demeure l'introduction des réformes politiques requises, sur la base de la participation de l'ensemble des parties du paysage politique et civil et des compétences aux travaux de la Commission supérieure de réforme politique.
Il a ajouté que l'objectif consiste à parvenir à introduire des réformes majeures et de qualité qui toucheraient les différentes législations régissant la vie publique, notamment le Code de la presse, le Code électoral, la loi relative à la lutte contre le terrorisme et la loi relative aux partis, afin de parvenir à une révision de l'ensemble des législations anti-démocratiques et d'élargir le cercle et les garanties de la liberté et du pluralisme.

Le premier ministre a relevé qu'il a été procédé, dans le cadre des concertations intenses, tenues en vue de constituer la nouvelle composition du gouvernement, à l'écoute des différentes visions et positions, de même qu'il y a eu recours à toutes les potentialités nationales connues pour leur crédibilité, leur expérience, leur compétence scientifique et leur rayonnement à l'échelle nationale et internationale.
M. Mohamed Ghannouchi a exprimé, dans ce contexte, sa considération à toutes les personnalités et compétences qui ont répondu favorablement à l'appel de la patrie, et accepté de faire partie de la composition de ce gouvernement, en dépit de leurs engagements internationaux, avec pour seul objectif de servir la Tunisie et de promouvoir la Nation.
Partant d'une profonde prise de conscience du caractère difficile et délicat de la situation, le premier ministre a indiqué que le devoir commande, aujourd'hui, la conjugaison de tous les efforts et de toutes les énergies pour sauver le pays et assurer le retour à la normale dans les plus brefs délais, de manière à faire face aux répercussions des événements survenus durant la dernière période et à reprendre le rythme normal à tous les niveaux, notamment la reprise par les enfants de la Tunisie, parmi les élèves et les étudiants des cours, soulignant que le gouvernement est au service de tous les Tunisiens et de toutes les Tunisiennes ainsi que de l'intérêt de la patrie.

Il a insisté sur le rôle vital dévolu aux trois commissions nationales constituées récemment et qui ont déjà, a-t-il précisé, commencé leur travaux, dès lors qu'ils seront à la base de l'introduction de réformes radicales et profondes propres à permettre au pays d'engager une nouvelle étape, durant laquelle les libertés et la démocratie seront confortées, et les garanties des droits de l'Homme seront enracinés.
Le Premier ministre a mis en relief, à cet égard, la mission cruciale qui incombe, tout particulièrement, à la commission supérieure de réforme politique, qui comprend dans sa composition l'ensemble des sensibilités de la scène nationale, partis reconnus et non reconnus, organisations de la société civile et compétences, ce qui ne manquera pas de faire en sorte que les conclusions de ses travaux soient le couronnement du consensus de l'ensemble des Tunisiens et Tunisiennes, en cette étape décisive de la marche du pays.

M. Mohamed Ghannouchi a affirmé que la logique exige, actuellement, d'être sincère avec les Tunisiens en leur indiquant que la situation est très délicate, qu'il existe d'innombrables difficultés dans plusieurs domaines et que cette situation nécessite le retour de tous au travail et à la persévérance, faisant remarquer que le monde entier observe la révolution du peuple tunisien avec estime et considération et aspire à voir les Tunisiens se consacrer au travail pour relever les défis qui se posent.
Il a déclaré que la Tunisie et son peuple sont aujourd'hui au rendez-vous avec l'histoire et qu'ils sont tous appelés, à tous les niveaux, à s'acquitter convenablement de leurs missions, partant en cela du devoir de fidélité aux martyrs de la patrie, au premier rang desquels figure le regretté Mohamed Bouazizi, ce qui est de nature à hisser la Tunisie, dont les enfants aspirent à l'ériger en modèle pour un peuple qui exerce sa souveraineté dans la liberté et la démocratie.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Almoustakim
| 28-01-2011 18:17
L'équipe en place tien la route, il faut maintenant mettre les bouchés double pour à tous les niveaux afin de réussir le pari de la démocratie de se côté de la meditéranée et se n'est pas une mince affaire croyez moi. Bon vent..!

Citoyen de Tunisie
| 28-01-2011 12:22
D'après tous les commentaires des compétences intègres de notre pays (politiciens, juristes & journalistes), ce nouveau gouvernement de transition saura mettre le pays sur les vrais rails de la démocratie. Nul n'a le droit de douter de l'intégrité de ces ministres mais aura le droit de suivre l'évolution des dossiers, le peuple a émis ses requêtes et revendications maintenant laissons le gouvernement relancer le pays, étudier les dossiers et proposer des solutions radicales et définitives dignes de notre Tunisie libre et par la suite nous aurons la liberté de les juger. Le peuple ne supportera plus de nouvelles oppressions et chacun saura dorénavant à quoi s'en tenir. Bonne chance à ce gouvernement de transition.

aziz
| 28-01-2011 11:33
Sincèrement, le cas de Mr. Gannouchi m'intrigue. Pourquoi tient-il à figurer dans ce gouvernement transitoire, bien qu'on sait que Mr. Med JGAM est aussi très intègre et quand même il a démissionné. Veut-il par hasard servir encore ses collaborateurs à s'évader.

saima
| 28-01-2011 11:03
bravo, c'est rassurant Mr GHANNOUCHI, laissons-le travailler et il en a besoin,nous devons avoir confiance en lui et restons patients tout en éspérant que ce gouvernement provisoire remette notre pays sur ses pieds rapidement, soyons confiants.

sihem
| 28-01-2011 11:02
Le défi est donc là !

latifa
| 28-01-2011 10:56
very good, Tu. sens que ces technocrates qui vont certainement des nouvelles méthodes de travail, de nouvelles façons de voir les choses. on a marre des gens des anciennes écoles.

Mohamed
| 28-01-2011 10:55
Reste à savoir si M. Ghannouchi - qui est connu pour sa droiture - saura résister à la pression de ses anciens alliés. Ce n'est pas une question de personnes mais une question d'appareils et de rapports de forces. Et les derniers jours montrent que certains réseaux rétrogrades ne sont pas disposés à passer la main.

Ali
| 28-01-2011 10:18
J'ai quand même une question qui m'intrigue et pour la quelle je ne trouve pas de réponse, pourquoi Mohamed Ghanouchi ne veut pas quitter son poste? et surtout ne me dites pas par patriotisme.

mehdi
| 28-01-2011 10:08
POURQUOI M. LE MINISTRE NE SE RESOUD PAS A DISSOUDRE LE RCD, LE PARTIE UNIQUE QUI EST RESTE AU POUVOIR 23 ANS? il veut prouver au peuple qu'il est honnete quand il a été le baton dans la main de zin ben ali!! il a été le chef du gouvernement tunisien, donc il est le premier responsable des desisions prises par ce gourvernement. Personne ne dit qu'il a volé ou qu'il a torturé ou volé, on lui demande juste de DISSOUDRE LE RCD et d'interdire à ses membres de faire de la politique. c'est une condition inrevocanle!!

optimiste
| 28-01-2011 09:59
"être contre ou observer et critiquer mais pas avec"
j'espère que notre gouvernement sera à la hauteur des attentes du peuple tunisien "RABBY M3ANA"

A lire aussi

En préparation de la grève dans la fonction publique, prévue le jeudi 22 novembre 2018, les

17/11/2018 10:11
2

Après son départ du ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, l'ancien

17/11/2018 09:30
0

Rachid Khechana vient d'être nommé PDG de l'agence de presse Tap tel que décidé lors de la réunion

17/11/2018 09:12
0

Le nouveau ministre du Transport, Hichem Ben Ahmed a procédé, ce vendredi 16 novembre 2018, à la

16/11/2018 22:15
0

Newsletter