Mandat de dépôt contre Imed Achour : Son épouse sort du silence

Businessnews.com.tn | publié le 04/11/2017 12:40

Un point presse a été organisé hier, vendredi 3 novembre 2017, au domicile de l’ancien DG des services spécialisés, Imed Achour, écroué pour une affaire de contacts ayant eu lieu entre des sécuritaires tunisiens et des Libyens du temps où Najem Gharsalli était ministre de l’Intérieur.

Durant ce point presse, l’épouse de Imed Achour a témoigné de certains éléments mettant en évidence des contradictions dans cette affaire. Elle a avancé que dans ce dossier, tout tourne autour de la question « Comment avez-vous connu Chafik Jarraya ? ».

 

Selon l’épouse de Imed Achour, l’affaire se résume ainsi « Chafik Jarraya est allé voir le président de la République. Le président de la République l’a envoyé à Kamel Akrout. Kamel Akrout a envoyé Chafik Jarraya à Habib Essid. Habib Essid l’a envoyé à Najem Gharsalli et Najem Gharsalli l’a envoyé à Imed Achour qui l’a envoyé à Saber Lâajili. Toutes ces informations peuvent être authentifiées ».

Elle a poursuivi en déclarant : « Le juge d’instruction a demandé à Imed Achour comment il connaissait Chafik Jarraya ce à quoi il a répondu qu’il le connaissait pour l’avoir reçu dans ses bureaux sur ordre de Najem Gharsalli pour travailler sur un dossier. Najem Gharsalli a confirmé avoir donné cet ordre à Imed Achour. Imed Achour ne s’est jamais rendu en voyage en Libye avec Chafik Jarraya et il est possible de vérifier la véracité de ses dires en consultant la fiche de mouvement de ses voyages à l’administration centrale des aéroports ».

 

Elle a ajouté que Imed Achour s’est bien rendu en Libye sur ordre de mission avec signature du ministre Gharsalli et du directeur général de la Garde nationale pour une mission d’un jour. Il était alors accompagné de 4 autres cadres et Chafik Jarraya n’était absolument pas présent durant ce voyage.

 

L’épouse de Imed Achour a également précisé que le 17 septembre 2017 Imed Achour et elle-même étaient de retour en Tunisie suite à un voyage effectué à la Mecque. « Dès notre arrivée en Tunisie, on a tendu à Imed Achour les papiers faisant état de son limogeage du poste de DG des services spécialisés. Il avait été remplacé par Ramzi Rajhi qui jusqu’à cet instant n’a été ni entendu ni convoqué sur l’affaire qui nous concerne ». Elle a poursuivi « Le juge d’instruction a appelé Imed Achour pour témoigner alors qu’il n’était plus en poste à ce moment-là. Il n’a jamais appelé son remplaçant Ramzi Rajhi pour témoigner. Pourquoi ?».

 

Concernant la convocation de Imed Achour pour être entendu par le juge d’instruction, son épouse a précisé : «Jeudi 2 novembre 2017, le juge d’instruction du parquet militaire lui a envoyé une convocation pour témoigner à 16h et nous y sommes allés. Sur place, le juge lui apprend qu’il ne sera pas entendu en tant que témoin mais en tant qu’accusé et qu’un mandat de dépôt a été émis contre lui. Le juge a refusé de l’écouter et il a été directement envoyé à la prison de la Mornaguia. Une arrestation entachée de nombreux vices de formes », conclut elle.

 

K.H

Mandat de dépôt contre Imed Achour : Son épouse sort du silence

publié le 04/11/2017 12:40

Un point presse a été organisé hier, vendredi 3 novembre 2017, au domicile de l’ancien DG des services spécialisés, Imed Achour, écroué pour une affaire de contacts ayant eu lieu entre des sécuritaires tunisiens et des Libyens du temps où Najem Gharsalli était ministre de l’Intérieur.

Durant ce point presse, l’épouse de Imed Achour a témoigné de certains éléments mettant en évidence des contradictions dans cette affaire. Elle a avancé que dans ce dossier, tout tourne autour de la question « Comment avez-vous connu Chafik Jarraya ? ».

 

Selon l’épouse de Imed Achour, l’affaire se résume ainsi « Chafik Jarraya est allé voir le président de la République. Le président de la République l’a envoyé à Kamel Akrout. Kamel Akrout a envoyé Chafik Jarraya à Habib Essid. Habib Essid l’a envoyé à Najem Gharsalli et Najem Gharsalli l’a envoyé à Imed Achour qui l’a envoyé à Saber Lâajili. Toutes ces informations peuvent être authentifiées ».

Elle a poursuivi en déclarant : « Le juge d’instruction a demandé à Imed Achour comment il connaissait Chafik Jarraya ce à quoi il a répondu qu’il le connaissait pour l’avoir reçu dans ses bureaux sur ordre de Najem Gharsalli pour travailler sur un dossier. Najem Gharsalli a confirmé avoir donné cet ordre à Imed Achour. Imed Achour ne s’est jamais rendu en voyage en Libye avec Chafik Jarraya et il est possible de vérifier la véracité de ses dires en consultant la fiche de mouvement de ses voyages à l’administration centrale des aéroports ».

 

Elle a ajouté que Imed Achour s’est bien rendu en Libye sur ordre de mission avec signature du ministre Gharsalli et du directeur général de la Garde nationale pour une mission d’un jour. Il était alors accompagné de 4 autres cadres et Chafik Jarraya n’était absolument pas présent durant ce voyage.

 

L’épouse de Imed Achour a également précisé que le 17 septembre 2017 Imed Achour et elle-même étaient de retour en Tunisie suite à un voyage effectué à la Mecque. « Dès notre arrivée en Tunisie, on a tendu à Imed Achour les papiers faisant état de son limogeage du poste de DG des services spécialisés. Il avait été remplacé par Ramzi Rajhi qui jusqu’à cet instant n’a été ni entendu ni convoqué sur l’affaire qui nous concerne ». Elle a poursuivi « Le juge d’instruction a appelé Imed Achour pour témoigner alors qu’il n’était plus en poste à ce moment-là. Il n’a jamais appelé son remplaçant Ramzi Rajhi pour témoigner. Pourquoi ?».

 

Concernant la convocation de Imed Achour pour être entendu par le juge d’instruction, son épouse a précisé : «Jeudi 2 novembre 2017, le juge d’instruction du parquet militaire lui a envoyé une convocation pour témoigner à 16h et nous y sommes allés. Sur place, le juge lui apprend qu’il ne sera pas entendu en tant que témoin mais en tant qu’accusé et qu’un mandat de dépôt a été émis contre lui. Le juge a refusé de l’écouter et il a été directement envoyé à la prison de la Mornaguia. Une arrestation entachée de nombreux vices de formes », conclut elle.

 

K.H

Commentaires (15) Commenter
Règne absolu
hounga le vrai
| 13-11-2017 12:43
Dans ce pays, les juges sont rois et la monarchie est absolue au détriment des droits du citoyen Attention de ne pas avoir une quelconque altercation avec ces dictateurs .Et le gouvernement est mou.
Niveau très bas
Jamal
| 08-11-2017 14:16
Le niveau des commentaires est vraiment très bas. Même ceux qui témoignent sans parti pris sont pris à partie. C'est la fin et il faut s'attendre au pire lorsque des tunisiens ne peuvent plus parler sans se faire injurier.
Témoignage
Mourad NABI
| 06-11-2017 16:54
Aslama Tous, je voudrais vous donner un témoignage de Si Imed ACHOUR, que j'ai connus au début de sa carrière, il a toujours fait preuve d'intégrité et fidèle au valeur de la république. Donc cessé vos calomnies et que les mauvaises langues se taisent, et Rabbi sabbar sa famille et sa femme qui est issue d'une grande famille et je ne souhaites à personnes d'être à sa place.
La vérité
Renardine
| 05-11-2017 18:01
Il était à la Mecque ,puis en Libye.ça ne tourne pas rond.Pourquoi?.il y a de la mélasse dans ce dossier.le juge ne peut inculper sans vraiment de preuves.il paraît que Gharsalli a demandé l'exil au Maroc.
@LTM
TMT
| 05-11-2017 15:00
1/ je ne vous est pas permis de me tutoyer
2/je me suis adressé à la dame respectueusement et je confirme qu'il s'agit d'une question innocente
A ce propos,je ne suis qu'un simple citoyen et dans cette histoire " ma indi la nana oula jamal* Capito?
Miskina Tounis
Dommage
| 05-11-2017 10:31
C'est dommage de lire des commentaires insultants et agressifs contre un homme et sa famille qui n'a fait que travail et son devoir envers son pays, j'espère qu'un jour tu ne te trouveras pas dans une situation pareille et tu réclame ton innocence et personne ne te crois. N'oublions pas que tout accusé est innocent jusqu'à preuve du contraire. Que la vérité éclate ..
Le menteur Mohamed.m
Anis
| 05-11-2017 10:09
On dit : "elbagra ki ti7 tokthér skakinha" et en le coran dit:"idha ja2akom fasi9one binaba2in fatabayanou" je prie Mr Mohamed.m de dire ce qu'il a osé écrire au juge d'instruction avec les preuves... bon j'ai compris que tu n'es qu'un menteur imbécile et personne ne croira à tes conneries... je ne connais ni cette dame ni son époux Imed pacontre j'ai beaucoup entendu parler du pourri Najem Gharsalli... arrêtez de dire n'importe quoi et ne tombons pas dans le piège de la politique de (al9ati3) et comme a dit notre ami le grand leche-*** et menteur Mohamed.m " Vive la tunisie...vive y.chahed et vive notre président. Vive tous les tunisiens patriotes et honnêtes".
Pourquoi rapporter les propos de sa famille?
Liberté
| 04-11-2017 23:50
Tant qu'on donne la parole à son épouse, elle ne peut que refuter toute accusation, ce qui est normal.

Quant au détail du retour de la Mecque, on s'en fiche et on s'en contre fiche. Le tunisien a été assez berné ainsi, pas besoin d'en rajouter.

Je fais confiance au tribunal militaire de mon pays!
La Veuve Noire
keftagi
| 04-11-2017 21:56
Si ce vous dites est vrai , l'épouse semble pire que son mari !!!! donc à mettre en taule aussi !! A la Mecque ?? donc chez Leila ??
@hatem
Zohra
| 04-11-2017 20:39
Ils sont en train de nous raconter "hikeyet omi sissi" or c'est des affaires tellement graves montant les les pourritures qui ont touché un jour ou l'autre un poste important à l'état jouant de l'avenir des tunisiens

bonne soirée
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration