François Hollande en Tunisie : cachez ces droits que je ne saurais voir !

Envoyer cette page
C’est dans un contexte tumultueux que le président français, issu du parti socialiste, François Hollande effectuera une visite d’Etat très attendue en Tunisie afin d’y délivrer un « message d’encouragement ». Une visite, annoncée de longue date mais maintes fois ajournée, perçue aujourd’hui comme un cautionnement d’un pouvoir dont la légitimité est plus que jamais controversée. Critiqué par médias et classe politique françaises, tout porte à croire que la visite de Hollande connaitra le même sort en Tunisie et se fera dans la continuité de ses prédécesseurs ayant honoré la dictature en place. Prélude d’une visite qui s’annonce parsemée de déceptions et à travers laquelle tout porte à croire que François Hollande perpétuera la tradition du soutien aveugle…

A la veille de sa visite, François Hollande a été interpellé par une lettre ouverte adressée par Reporters sans frontières, Human Rights Watch, la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme et le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme, l’appelant à plaider en faveur d’une démocratie respectueuse des droits de l’Homme et à faire pression sur la Tunisie pour protéger la liberté d’expression. Les ONG pointent du doigt de nombreuses mises en examen, parfois assorties de peines, formulées contre des personnes ayant exprimé leur opinion de manière non-violente, dont notamment, les militantes du mouvement Femen, le rappeur Weld el XV, les caricaturistes Ghazi et Jabeur, Sami Fehri, Raja Ben Slama, Olfa Riahi et bien d’autres encore. « Bien que la liberté d’expression se soit considérablement développée en Tunisie depuis la chute de Ben Ali, les autorités utilisent des lois répressives pour poursuivre des formes d’expression jugées répréhensibles », s’est exprimé Human Rights Watch.

Si la liberté d’expression semble être, pour le moment, le premier acquis de la période postrévolutionnaire, Reporters sans frontières qualifie le projet actuel de la Constitution de « source d’inquiétude ». S’adressant à François Hollande aujourd’hui, RSF affirme en substance « Malgré de récentes améliorations substantielles, le texte n’apporte pas les garanties nécessaires et suffisantes au respect et à la protection de la liberté d’information ». Les lacunes se trouvent au niveau de l’article 19 qui affirme que « la Constitution tunisienne prévaut sur les engagements internationaux », réduisant la valeur des engagements internationaux de la Tunisie. Egalement pointé du doigt, l’article 124, qui prévoit la mise en place d’une instance constitutionnelle de régulation des médias qu’il juge « dangereuse pour la liberté de l’information en Tunisie ».



La venue en Tunisie du président français, François Hollande, est la première visite d’un président français depuis celle effectuée par Nicolas Sarkozy en 2008 dans laquelle il a loué son ancien homologue Ben Ali pour « les avancées accomplies en matière de libertés ». Son prédécesseur, Jacques Chirac affirmait lors de sa visite en Tunisie en 2003 que le premier des droits de l’Homme était « de se nourrir ». En plus de l’autisme des autorités françaises face au soulèvement populaire de 2010, de telles déclarations n’ont pas encore été digérées par les défenseurs des libertés en Tunisie.
Des traces que Moncef Marzouki se dit être prêt à effacer, lors de sa première visite dans l’Hexagone. A l’adresse du nouveau gouvernement français, il a ajouté : « ces problèmes, on va les résoudre très rapidement parce que de part et d'autre de la Méditerranée nous avons maintenant les mêmes idéaux, les mêmes principes ».
Opposants et société civile restent aujourd’hui dans l’attente d’une nette rupture, à travers le discours de François Hollande qu’il prononcera demain au sein de l’hémicycle de l’Assemblée nationale constituante.



Le gouvernement qui en découle, dont la légitimité juridique s’est achevée le 22 octobre dernier et dont les égarements ne sont plus à énumérer, affiche de nombreuses tâches noires à son palmarès.
La position de l’opposition et de la société civile a été donnée sans équivoque : Hollande devrait s’abstenir de venir. Cette visite d’Etat qui s’annonce comme un cautionnement du pouvoir en place et aurait « l’allure d’un soutien à la Troïka et au gouvernement », tance Zied Lakdhar, porte-parole du Watad qui appelle Hollande à « s’abstenir de venir en Tunisie [comme] geste positif pour aider le pays à sortir de l’impasse », dans une interview accordée au journal français l’Humanité en date du 19 juin.

Adel Fekih, ambassadeur de Tunisie en France y voit, dans une interview accordée à Jeune Afrique, l’occasion de « dire [aux Tunisiens] qu’ils ne sont pas seuls. François Hollande un président assez controversé en Tunisie et dont la popularité est en décrépitude, ridiculisé par les médias et la classe politique, un peu à l’image de Moncef Marzouki, aurait bien besoin de se refaire une image. Sa visite en Tunisie semble être une occasion inespérée. La délégation qui l’accompagne, réunissant sa compagne Valérie Trierweiler ainsi qu’une brochette de personnalités, ministres, parlementaires, PDG et artistes de laquelle manquera un Manuel Valls qui s’est attiré les foudres des Tunisiens, au lendemain de l’assassinat de Chokri Belaïd, en évoquant « la montée d’un fascisme religieux en Tunisie ».
Si Hollande a préféré tempérer les tensions liées à sa visite en retirant le nom de Manuel Valls de la liste des ministres présents, il s’agit cependant du même pouvoir qu’on accuse de fascisme religieux qu’il viendra cautionner demain. Lors de cette visite au cours de laquelle Hollande effectuera plusieurs rencontres avec des dirigeants de partis politiques, Rached Ghannouchi ne serait visiblement pas de la partie, actuellement en visite à Qatar. Un choix délibéré de la part du leader du parti islamiste ? On ne saurait le dire…

On l’a bien compris, les relations économiques priment et les accords commerciaux que François Hollande devra conclure avec son homologue tunisien, au début de sa visite, l’emportent sur les menaces des droits de l’Homme qui pèsent sur la Tunisie. « Le président Hollande devrait user de l’influence de la France, comme partenaire économique clé et comme allié stratégique, pour faire pression sur le gouvernement tunisien pour qu’il protège la liberté d’expression », fait remarquer Eric Goldstein, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch.

Hollande fera-t-il preuve d’autant de frilosité en évitant de s’acquitter de la lourde tâche que lui confèrent les ONG ? Selon l’ambassadeur de Tunisie en France, Fekih, Hollande « en tant qu’homme politique ayant le sens de l’Histoire, a compris que c’était important de venir maintenant parce que c’est aujourd’hui qu’il faut montrer son soutien aux Tunisiens », c’est en revanche une certaine partie de l’histoire que certains Tunisiens ne pardonnent aujourd’hui pas encore à la France. Celles des années de copinage avec Ben Ali, durant lesquelles Nicolas Sarkozy est allé jusqu’à déclarer que « la Tunisie a fait le choix volontaire de la démocratie et que la France n’a donc pas à lui donner de leçons »… Synda TAJINE
17 commentaires
l'opposition tunisienne
Démocratie |05-07-2013 16:31
@hatem chaieb : l'opposition tunisienne a enfin su s'allier dans l'Union pour la Tunisie. C'est le plus important. Maintenant plus rien n'empêche un soulèvement populaire comme en Egypte.
Belles photos
BA .F |04-07-2013 17:40
J adore les photos du President Ben Ali c etait vraiment la belle époque. Il doit bien rigoler en regardant ce qui se passe dans ce pays.Aux commentateurs hostiles a ces photos et à ce superbe article je leur dis de ne pas rêver il n y aura jamais de soulèvement en Tunisie contrairement à l Egypte et je rajouterai meme qu il n y a eu jamais de révolution en tunisie mais plutôt un coup d etat.contre notre cher president ben ali.Alors mes chers compatriotes à vos mouchoirs..
@ST
Mohamed 2 |04-07-2013 17:28
Un petit "s" à ajouter dans le titre.
Bien à vous.

B.N. : Merci d'avoir attiré notre attention.
!!!!!!!!!!!
ABEL |04-07-2013 16:02
comment s'appelle le type entre Moncef Marzouki et François HOLLANDE
HOLLANDE en TUNISIE
AMBO |04-07-2013 16:02
Comme tous les autres Présidents Français il ne dira que ce qui est toléré en diplomatie internationale . C'est au Peuple Tunisien d'exiger de leurs dirigeants de faire le bon choix économique, social , politique et environnemental . Demandez surtout à nos politiques de ne pas salir notre pays avec des prises de positions qui font peur à plusieurs pays auxquels nous devons beaucoup . La France , et d'autres pays , peuvent , malgré la crise , nous aider à condition de ne pas les affoler avec des idées islamistes dangereuses et qui n'ont rien à voir avec nos mentalités et nos traditions .
@ b n la déception-
yam alias gavroche |04-07-2013 14:27
busines .news . deviations tout azimuth décéption pour votre article pas seulement tajine bel homs mais chacchouca bel kaddid ya synda revois un poeu tes connaissances quant aux problèmes politiques les photos de ton maitre ben ali ne font plus le scoop mais plutot l effet boomerang. business news evitez les assistances à journalistes en herbe.déceptions.
t'es pas le bienvenu
lambda |04-07-2013 11:11
tu n'es vraiment pas le bienvenu françois hollande. alors là, pas du tout. on se souviendra de ton soutien à cette secte et ce président à 7000 voix !
@ TOUTE L'ÉQUIPE DE B N
CHL |04-07-2013 11:08
Vous êtes les seuls à rester fidèles à votre votre maitre .
J'espère qu'il est toujours aussi généreux avec vous
journaliste au rabais
pifpaf |04-07-2013 06:20
Un article bidon limite haineux .
Mauvais timing !
Scarabée |04-07-2013 01:21
Mauvaise idée, que de venir sous nos cieux en ce moment.
Non seulement le fait de venir sous le règne des incompétents et des fascistes islamistes illégitimes est mal perçu par les tunisiens, parce que cela veut dire les cautionner, mais aujourd'hui, la donne a changé : Morsi est tombé, sa secte est discréditée, et les dirigeants tunisiens sont sur la corde raide.

Mais le monsieur maladroit, qui ne fait que se prendre les pieds dans le tapis, veut faire son vrp. Seul le volet économique l'intéresse.
L'homme qui a fait fuir les riches de son pays et qui délocalise à tout-va, histoire d'augmenter le nombre de chômeurs, a tout faux depuis le début de son mandat.
La France n'est plus ce qu'elle était. Elle s'abaisse à rendre visite à un pays en plein marasme, avec à sa tête une parodie de président, à la tête de l'Assemblée Constituante un soi-disant socialiste qui s'est vendu aux islamistes, un gouvernement en majorité sorti de geôle qui est incapable de gérer une épicerie, quelques ex-terroristes recyclés en gouvernants.
Mais ce n'est pas grave, l'essentiel est de faire des affaires. Les droits de l'homme, on s'en fout. Le fait que la révolution ait été confisquée à des millions de tunisiens, ce n'est pas le problème de la France.
Le grand absent de cette visite inopportune est celui qui a le plus de valeur : monsieur Valls. Lui, au moins, a dénoncé.
Tapis rouge pour celui qui n'a pas été élu pour sa popularité, mais uniquement pour se débarrasser de son prédécesseur...
12
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025