Abou Iyadh déclare officiellement la guerre aux forces de l'ordre tunisiennes

Businessnews.com.tn | publié le 12/05/2013 21:13
Dans un communiqué paru dans la soirée du 12 mai sur la page officielle d’Ansar Al Chariaâ, le leader extrémiste, activement recherché par la police, Abou Yadh, exprime son avis et livre ses recommandations à propos du conflit qui se prépare avec les autorités tunisiennes.

Dans son communiqué, Abou Yadh commence par encourager les membres et les partisans d’Ansar Al Chariaâ en précisant que les récentes difficultés sont une épreuve, qu’il ne faut pas reculer et qu'il ne faut rien céder. « Le simple fait de penser à reculer est une défaite » poursuit-il. Le chef extrémiste ajoute que ceci n’est qu’une étape dans un chemin difficile et plein d’embûches qui mènera vers la satisfaction d’Allah.

Par la suite, Abou Yadh s’adresse aux autorités en les qualifiant de « tawaghit » [tyrans] et en précisant que celles-ci se drapent d’Islam alors qu’elles n’en connaissent rien : « Vous commettez des absurdités qui font penser que vous cherchez la confrontation ». Abou Yadh se fait encore plus menaçant en disant : « Vous ne partez pas en guerre contre des jeunes, mais vous partez en guerre contre la religion d’Allah. Une religion qui ne saurait être défaite ». Pour illustrer ses propos, le chef extrémiste rappelle les « victoires » remportées par les jeunes de l’Islam en Afghanistan, Tchétchénie, Bosnie, Irak, Somalie et Syrie. Il ajoute que ces mêmes jeunes sont prêts à donner leur vie à Kairouan, faisant ainsi référence à la réunion d’Ansar Al Chariaâ qui doit y avoir lieu le 19 mai.

Abou Yadh conclut son communiqué en ordonnant aux autorités d’arrêter leurs « absurdités » et à ne pas compter sur leurs soutiens extérieurs que sont les Etats-Unis, l’Occident, l’Algérie, la Turquie et le Qatar lorsque « les épées seront tirées des fourreaux ». Abou Yadh ajoute : « Nos vies ne seront pas cher payées si notre religion est attaquée et si notre prédication est gênée ».


M.A.



Abou Iyadh déclare officiellement la guerre aux forces de l'ordre tunisiennes

publié le 12/05/2013 21:13
Dans un communiqué paru dans la soirée du 12 mai sur la page officielle d’Ansar Al Chariaâ, le leader extrémiste, activement recherché par la police, Abou Yadh, exprime son avis et livre ses recommandations à propos du conflit qui se prépare avec les autorités tunisiennes.

Dans son communiqué, Abou Yadh commence par encourager les membres et les partisans d’Ansar Al Chariaâ en précisant que les récentes difficultés sont une épreuve, qu’il ne faut pas reculer et qu'il ne faut rien céder. « Le simple fait de penser à reculer est une défaite » poursuit-il. Le chef extrémiste ajoute que ceci n’est qu’une étape dans un chemin difficile et plein d’embûches qui mènera vers la satisfaction d’Allah.

Par la suite, Abou Yadh s’adresse aux autorités en les qualifiant de « tawaghit » [tyrans] et en précisant que celles-ci se drapent d’Islam alors qu’elles n’en connaissent rien : « Vous commettez des absurdités qui font penser que vous cherchez la confrontation ». Abou Yadh se fait encore plus menaçant en disant : « Vous ne partez pas en guerre contre des jeunes, mais vous partez en guerre contre la religion d’Allah. Une religion qui ne saurait être défaite ». Pour illustrer ses propos, le chef extrémiste rappelle les « victoires » remportées par les jeunes de l’Islam en Afghanistan, Tchétchénie, Bosnie, Irak, Somalie et Syrie. Il ajoute que ces mêmes jeunes sont prêts à donner leur vie à Kairouan, faisant ainsi référence à la réunion d’Ansar Al Chariaâ qui doit y avoir lieu le 19 mai.

Abou Yadh conclut son communiqué en ordonnant aux autorités d’arrêter leurs « absurdités » et à ne pas compter sur leurs soutiens extérieurs que sont les Etats-Unis, l’Occident, l’Algérie, la Turquie et le Qatar lorsque « les épées seront tirées des fourreaux ». Abou Yadh ajoute : « Nos vies ne seront pas cher payées si notre religion est attaquée et si notre prédication est gênée ».


M.A.



Ads
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration