Tunisie - Sahbi Atig appelle au meurtre de ceux qui contrent la légitimité (Vidéo)

Businessnews.com.tn | publié le 13/07/2013 18:34

Dans le cadre de la manifestation pro-Morsi organisée aujourd’hui 13 juillet 2013 par le parti Ennahdha, et réunissant entre 2 et 3 mille personnes, le chef du bloc parlementaire du mouvement islamiste Sahbi Atig a enflammé la foule par un discours menaçant à l’adresse de ceux qui soutiennent la rébellion contre ce qu’il appelle la volonté du peuple et la légitimité. Des propos qui ont suscité immédiatement après une polémique. 

En effet, Sahbi Atig a lancé des menaces trop graves et tombant sous le coup de la loi. « Toute personne qui piétine la légitimité en Tunisie, sera piétinée par cette légitimité et toute personne qui ose tuer la volonté du peuple en Tunisie ou en Egypte, la rue tunisienne sera autorisée à en faire ce qu’elle veut y compris de faire couler son sang (youstabahou) », a-t-il dit en substance.

 

Ces propos ont fait scandale sur les réseaux sociaux, car y voyant clairement un appel au meurtre. En effet, la traduction du mot « istébaha » prononcé par le membre du parti islamiste ne laisse aucun doute quant à sa signification. Business News a tout de même fait appel à un docteur en langue arabe qui nous a expliqué que le mot prononcé par le député ne pouvait signifier autre chose qu’un évident appel au meurtre. 

Indignée, la militante Naziha Rjiba (Om Zied) s’est empressée de dénoncer sur sa page Facebook les propos du député d'Ennahdha. Elle décrit une scène qui ressemblerait, selon ses dires, à la « bataille de Badr » qui a opposé les Musulmans au clan quraychite. Selon Om Zied, les menaces de Sahbi Attig, qu’elle n’a pas hésité à qualifier de « criminel », présagent d’une guerre civile telle que celle qui a eu lieu en Algérie au début des années 90. Une guerre qui a engendré 250.000 morts et qui a causé la fin des islamistes et non leur gloire...

 

 

R.B.H


 

Tunisie - Sahbi Atig appelle au meurtre de ceux qui contrent la légitimité (Vidéo)

publié le 13/07/2013 18:34

Dans le cadre de la manifestation pro-Morsi organisée aujourd’hui 13 juillet 2013 par le parti Ennahdha, et réunissant entre 2 et 3 mille personnes, le chef du bloc parlementaire du mouvement islamiste Sahbi Atig a enflammé la foule par un discours menaçant à l’adresse de ceux qui soutiennent la rébellion contre ce qu’il appelle la volonté du peuple et la légitimité. Des propos qui ont suscité immédiatement après une polémique. 

En effet, Sahbi Atig a lancé des menaces trop graves et tombant sous le coup de la loi. « Toute personne qui piétine la légitimité en Tunisie, sera piétinée par cette légitimité et toute personne qui ose tuer la volonté du peuple en Tunisie ou en Egypte, la rue tunisienne sera autorisée à en faire ce qu’elle veut y compris de faire couler son sang (youstabahou) », a-t-il dit en substance.

 

Ces propos ont fait scandale sur les réseaux sociaux, car y voyant clairement un appel au meurtre. En effet, la traduction du mot « istébaha » prononcé par le membre du parti islamiste ne laisse aucun doute quant à sa signification. Business News a tout de même fait appel à un docteur en langue arabe qui nous a expliqué que le mot prononcé par le député ne pouvait signifier autre chose qu’un évident appel au meurtre. 

Indignée, la militante Naziha Rjiba (Om Zied) s’est empressée de dénoncer sur sa page Facebook les propos du député d'Ennahdha. Elle décrit une scène qui ressemblerait, selon ses dires, à la « bataille de Badr » qui a opposé les Musulmans au clan quraychite. Selon Om Zied, les menaces de Sahbi Attig, qu’elle n’a pas hésité à qualifier de « criminel », présagent d’une guerre civile telle que celle qui a eu lieu en Algérie au début des années 90. Une guerre qui a engendré 250.000 morts et qui a causé la fin des islamistes et non leur gloire...

 

 

R.B.H


 



Ads
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration