Tunisie - Sahbi Atig appelle au meurtre de ceux qui contrent la légitimité (Vidéo)

Envoyer cette page

Dans le cadre de la manifestation pro-Morsi organisée aujourd’hui 13 juillet 2013 par le parti Ennahdha, et réunissant entre 2 et 3 mille personnes, le chef du bloc parlementaire du mouvement islamiste Sahbi Atig a enflammé la foule par un discours menaçant à l’adresse de ceux qui soutiennent la rébellion contre ce qu’il appelle la volonté du peuple et la légitimité. Des propos qui ont suscité immédiatement après une polémique. 

En effet, Sahbi Atig a lancé des menaces trop graves et tombant sous le coup de la loi. « Toute personne qui piétine la légitimité en Tunisie, sera piétinée par cette légitimité et toute personne qui ose tuer la volonté du peuple en Tunisie ou en Egypte, la rue tunisienne sera autorisée à en faire ce qu’elle veut y compris de faire couler son sang (youstabahou) », a-t-il dit en substance.

 

Ces propos ont fait scandale sur les réseaux sociaux, car y voyant clairement un appel au meurtre. En effet, la traduction du mot « istébaha » prononcé par le membre du parti islamiste ne laisse aucun doute quant à sa signification. Business News a tout de même fait appel à un docteur en langue arabe qui nous a expliqué que le mot prononcé par le député ne pouvait signifier autre chose qu’un évident appel au meurtre. 

Indignée, la militante Naziha Rjiba (Om Zied) s’est empressée de dénoncer sur sa page Facebook les propos du député d'Ennahdha. Elle décrit une scène qui ressemblerait, selon ses dires, à la « bataille de Badr » qui a opposé les Musulmans au clan quraychite. Selon Om Zied, les menaces de Sahbi Attig, qu’elle n’a pas hésité à qualifier de « criminel », présagent d’une guerre civile telle que celle qui a eu lieu en Algérie au début des années 90. Une guerre qui a engendré 250.000 morts et qui a causé la fin des islamistes et non leur gloire...

 

 

R.B.H


 

141 commentaires
afh
ilhem |08-09-2013 02:24
l'emission Hannibal TV DE MONSIEUR SAHBI ATIG
CONCERNANT LE TERRAIN AFH Monsieur ma demande de puis 1991 et j'ai passé voir presque tous les PDG DE L'AFH pas de réponse que des promesse pourtant je suis priorétaire au terrain du jardin de carthage à partiens à mes grand parent et mon MARIE je suis encore locataire et comment Mme ATIG sa demande datée depuis 1994 arrive avoir un terrain au jardin d'El Manzah ....
ohhhh mais quelle surprise
Salma K |03-08-2013 10:13
Om Zied, dirigeante historique du CPR a côtoyé et protégé ces psychopathes ennemis de la démocratie et de tout type de développement durant des années. Elle a travaillé main dans la main avec eux. était-ce par "ghaltouha"?? par stratégie absurde?? ou par calculs??
Dans tous les cas, toutes ces personnes qui ont donné aux khwenjeya leur légitimité, qui leur ont permis d'effacer leur passé de terroristes et de faire avaler au peuple tous les mensonges qu'on entend depuis la pseudo-révolution sont responsables du sang qui a coulé et de l'horreur à venir. Ce ne sont pas leurs déclarations dans lesquelles ils semblent découvrir le monde qui les blanchiront.
ce ne sont que des islamistes voyous
hamahama |15-07-2013 13:56
il n y a pas autre choses a dire que sont des vendeurs de la haine du désordre de la division de l'agressivité les champions de l'arrogance et les mensonge inexpérimenté incompétents peureux et je vous l'assure que nous auront rien de bien avec eux sure et très sure le pouvoir le veulent par la force
par le sang s'il faut et leurs objectif ou le mot d'ordre qui circule entre eux ces de fatigué ce peuples le maximum possible par la peur les menaces la vengeance ces politiciens de la dernière minute sont plus préoccupées de diviser que de réunies cherches a affamées une catégorie des tunisiens pour ont favorisé une autres alors sont des nuls ils faut rester debout fière et courageux et ne pas lâché jusqu'à ce qu'ils partes
kaskaslou yarja3 liaslou
tamarod |15-07-2013 11:28
Chassez le naturel il revient au galop. C'est sa vrai nature, ainsi que celle de ses semblables et de ses 3000 militants qui étaient la, la peur nous a montré qu'ils n'ont pas changé, ils ne veulent pas de la Tunisie libre mais celle des nahdhawis, ils partiront par la rue ces arrivistes.
ILS SONT EN TRAIN DE SIGNER LEUR MORT
rzz |15-07-2013 11:06
Quel hargne : ils veulent piétiner le peuple. Ils n'ont plus de légitimité depuis qu'ils ont craché sur les symboliques de la "révolution".
Ils n'ont plus raison d'être et ils seront bayés tôt ou tard.
UN PAUVRE DEBILE
TOUNSI HORR |15-07-2013 11:03
Ce minable sahbi attig, enseignant à la con d'éducation religieuse dans le sud tunisien et pour des années s'est enrôlé dans le mouvement islamique à la recherche d'une identité qu'il a au fin fonds de lui même mais juste pour se montrer comme opposant à la modernité et au civisme. Donc un minable pareil quand il trouve une audience apeurée et hystérique, il devient capable de dire n'importe quoi même des conneries à sa hauteur. Le problème n'est pas sahbi attig le minable mais bien plus profond que ça??? Mais il va sans dire que tout un chacun assumera la responsabilité entière de ses paroles et en paiera le prix qu'il faut même si c'est des sottises. Il n'en demeure pas moins que sahbi attig est le président du groupe des députés du parti au pouvoir et nécessairement majoritaire dans l'instance unique du Pouvoir élue démocratiquement mais qui n'a pas assumé le rôle assigné par le peuple et on comprend aujourd'hui pourquoi ????
ça devient encore très dangereux !!!
Nouri-Saïd |15-07-2013 08:13
Avez-vous encore un doute sur l'assassinat de Lotfi, Chokri et qui encore... par cette bande d'écervelés et *** regardez-les, ils ont perdu complètement la boussole, ils tremblent de peur de ce qui s'est passé chez les braves Egyptiens, ils ne savent plus où aller et quoi dire, ils ne dorment plus. Je commence à féliciter le peuple tunisien, c'est leur fin et leur trépas pour toujours, nous allons être bientôt débarassés de ces bactéries mortelles et on goûtera vraiment la vraie liberté de notre révolution.
tounis
dragon |15-07-2013 08:11
allahomma inni sayem .
@ Patriote
6 sigma |15-07-2013 00:14
Cher monsieur,
Aucune loi dans le monde ne stigmatise les discours hypothétiques et subjonctifs, tel le discours de Mr ATIG.
En plus de ça, le mec vient de donner une équation qui a été vérifiée en long et en large dans l'affaire égyptienne, à savoir, (violer la légitimité électorale et démocratique = Sonner les cloches d'une guerre civile)
Du coup, prendre ses propos comme appel au meurtre reflète la superficialité de l'analyse de Business news
'la mort aux trousses'
Ahmed |14-07-2013 21:20
Il a des cauchemars et il court, pour fuir l'angoisse.
123456789101112131415
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025