Commémoration du 75ème anniversaire du décès de Tahar Sfar

Businessnews.com.tn | publié le 12/08/2017 22:37

 

Dans la ville de Mahdia, d’où il est originaire, s’est tenue, ce samedi 12 août 2017, la commémoration du 75ème anniversaire du décès du nationaliste Tahar Sfar, ami du Leader Habib Bourguiba avec lequel il a cofondé, en compagnie de Mahmoud Materi et de Bahri Guiga, le néo-destour.

 

 

A cette occasion, et en présence de son fils, l’ancien Premier ministre, Rachid Sfar ainsi que de l’ancien ministre, Tahar Belkhodja, parmi d’autres personnalités locales, une Fatiha a été récitée devant la sépulture de Tahar Sfar, décédé à 39 ans le 9 août 1942.

Une série de conférences se sont ensuite tenues dans un hôtel de ville, en hommage au penseur érudit qu’il était.

 

M.B.Z


Crédit Photo : Ali Kesraoui

Commémoration du 75ème anniversaire du décès de Tahar Sfar

publié le 12/08/2017 22:37

 

Dans la ville de Mahdia, d’où il est originaire, s’est tenue, ce samedi 12 août 2017, la commémoration du 75ème anniversaire du décès du nationaliste Tahar Sfar, ami du Leader Habib Bourguiba avec lequel il a cofondé, en compagnie de Mahmoud Materi et de Bahri Guiga, le néo-destour.

 

 

A cette occasion, et en présence de son fils, l’ancien Premier ministre, Rachid Sfar ainsi que de l’ancien ministre, Tahar Belkhodja, parmi d’autres personnalités locales, une Fatiha a été récitée devant la sépulture de Tahar Sfar, décédé à 39 ans le 9 août 1942.

Une série de conférences se sont ensuite tenues dans un hôtel de ville, en hommage au penseur érudit qu’il était.

 

M.B.Z


Crédit Photo : Ali Kesraoui

Commentaires (3) Commenter
La bave du Crapeau n'atteint pas la blanche Colombe!
Hanni2
| 14-08-2017 13:03
Quoi de mieux que des revolutionaires de la dernière heure pour apprécier mieux encore l'exploit monumental du Zaim? Il suffit de lire un Chater allemand pour se rendre compte que faire rentrer un tel peuple dans la modernité n'était pas une mince affaire et ne pouvait en aucun cas se faire sans casse...Ils (détracteurs du Zaim) ne ménagent pas leur peine pourtant, pensant les tunisiens tellement débiles au point de juger l'oeuvre de Bourguiba de manière monolithique et totalement hors contexte...un peu à la façon dont ils interprètent le Coran comme si nous vivions encore au VIIeme siècle...heureusement les faits sont la, prouvant chaque jour que Dieu fait que Bourguiba, malgé tous ces défauts, n'en reste pas moins une bénédiction pour la Tunisie qui ne résiste aux assauts des frérots-nihilistes que grâce à l'oeuvre civilisatrice du Zaim...

Le plus beau? On a même plus besoin de défendre le Zaim! Ceux qui le haissent s'en charge pour nous...

Hannibal
@Moha2020
Abel Chater
| 13-08-2017 20:55
Mille bravos pour ton esprit étincelant de sagesse, de vérité et de lucidité.
Après avoir laissé tomber leur Bourguiba pour s'accrocher davantage au pouvoir avec Ben Ali, ils nous sont revenus après la Révolution du 14 janvier 2011, pour re-commercialiser de nouveau le nom de Bourguiba et nous revenir par leurs larmes de crocodiles, dans l'idée de s'emparer encore une fois du pouvoir en Tunisie.
Par la suite, ils se sont regroupés suivant leur appartenance régionaliste, pour flotter sur l'eau des marécages qu'ils avaient eux-mêmes salie jusqu'à la puanteur.
Je te donne à mille pour cent raison. Tous les vrais combattants de l'indépendance, avaient fini dans la pauvreté et la misère. Seuls les lèche-bottes et les applaudisseurs du défunt dictateur déchu Bourguiba avaient été privilégiés. Tu n'as qu'à jeter un coup d'oeil du côté du péage de Mornag sur l'autoroute vers Tunis, à l'aller le vendredi et le samedi et à leur retour vers Tunis le dimanche, pour bien comprendre cette catastrophe de régionalisme, qu'il nous ont créé en Tunisie.
Au lieu que Rachid Sfar aille réciter la Fatiha sur la tombe de son père, il appelle tous les "Mahdaouis", ayant profité de leur régionalisme pour accéder au sommet du pouvoir perpétuel en Tunisie, pour faire leur théâtre habituel. La question qui s'impose d'elle-même : »qui leur finance ces salles et ces réceptions et pour quel but?.
Tout le monde change, sauf eux.
Il faut arrêter la falsification de notre histoire!
Moha2020
| 13-08-2017 09:35
La Tunisie a été libérée du colonialisme par les combattants de l'ombre, ceux qui ont combattu et qui se sont sacrifiés pour la nation sans s'exhibitionner devant les caméras et sans rien recevoir en retour. C'était un devoir dont certains continuent à en faire un commerce. Mon père a perdu son bras droit et son pied a été endommagé lors d'un bombardement français, il n'a rien eu et il ne voulait rien avoir! Ce qu'il a fait, il l'a fait par amour de la patrie et de son peuple!


Il faut réciter une Fatiha plutôt à la mémoire de tous les combattants de l'ombre et non seulement d'une seule personne qui a été éventuellement victime de ses propres ambitions politiques!

Depuis 2011, on nous parle des pseudo-combattants contre la dictature! Et un jour on nous parlera des combattants contre les extraterrestres! La Tunisie a apparemment besoin de ses pseudo-combattants qui confisquent le pouvoir politique et les biens du pays et à qui on finit un jour par construire un mausolée!
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration