Cession d’Assabah et de Shems FM : c’est officiellement parti pour la consultation

Businessnews.com.tn | publié le 06/01/2017 13:03
 
Le processus de cession des sociétés propriétaires d’Assabah et de Shems FM est officiellement lancé avec la publication du tout premier appel d’offres ce vendredi 6 janvier 2017. Al Karama Holding vient en effet de lancer une consultation pour le choix d’une banque d’affaires ou/et de cabinet conseil pour l’accompagner dans la mission d’appui à la cession de ces deux sociétés confisquées par l’Etat au lendemain de la révolution en 2011. 
 
 
Plus précisément, il s’agit de céder les participations publiques directes et indirectes de 79,624% du capital de la société Dar Assabah qui appartenaient à Sakher El Materi, gendre de l’ancien président de la République et de 69,88% du capital de la Société Tunisia Broadcasting « Shems Fm » qui appartenaient à Cyrine Ben Ali, fille de l’ancien président. 
Le dernier délai de remise des offres pour les banques et les bureaux désirant participer est fixé au 27 janvier courant. Ceci signifie que la cession effective aura lieu au courant de cette année 2017. 
 
 
Dar Assabah édite quatre journaux, à savoir le quotidien arabophone Assabah, le quotidien francophone Le Temps, l’hebdomadaire arabophone Al Ousbouï et le journal électronique arabophone Assabah News. 
Le groupe de presse a été fondé en 1951 par feu Habib Cheïkhrouhou. A l’exception de son fils Raouf, le reste de ses enfants ont vendu leurs parts en 2009 à Sakher El Materi qui s’est vu confisquer ses propriétés en 2011. Depuis, le journal est géré par l’Etat. La direction éditoriale des journaux est attribuée à Hafedh El Ghribi, alors que la société est dirigée par Abderrahman Khochtali. 
Quant à la Société Tunisia Broadcasting, elle gère la radio Shems FM. Elle a été lancée en septembre 2010 par Cyrine Ben Ali et une équipe d’hommes de médias et de journalistes, dont une partie s’est retournée contre elle pour devenir révolutionnaires et militants farouches de l’ancien régime. Confisquée depuis 2011, elle est restée longtemps dirigée par son directeur-fondateur et actionnaire-administrateur Fethy Bhoury, puis Elyes Gharbi, puis de nouveau Fethy Bhoury et maintenant par Lotfi Zaghdana. 
A noter, que ce soit pour la première société ou la seconde, qu’il n’est pas impossible que des  actionnaires manifestent leur intérêt pour le rachat et fassent part de leur droit de préemption. 
 
 
R.B.H.

Cession d’Assabah et de Shems FM : c’est officiellement parti pour la consultation

publié le 06/01/2017 13:03
 
Le processus de cession des sociétés propriétaires d’Assabah et de Shems FM est officiellement lancé avec la publication du tout premier appel d’offres ce vendredi 6 janvier 2017. Al Karama Holding vient en effet de lancer une consultation pour le choix d’une banque d’affaires ou/et de cabinet conseil pour l’accompagner dans la mission d’appui à la cession de ces deux sociétés confisquées par l’Etat au lendemain de la révolution en 2011. 
 
 
Plus précisément, il s’agit de céder les participations publiques directes et indirectes de 79,624% du capital de la société Dar Assabah qui appartenaient à Sakher El Materi, gendre de l’ancien président de la République et de 69,88% du capital de la Société Tunisia Broadcasting « Shems Fm » qui appartenaient à Cyrine Ben Ali, fille de l’ancien président. 
Le dernier délai de remise des offres pour les banques et les bureaux désirant participer est fixé au 27 janvier courant. Ceci signifie que la cession effective aura lieu au courant de cette année 2017. 
 
 
Dar Assabah édite quatre journaux, à savoir le quotidien arabophone Assabah, le quotidien francophone Le Temps, l’hebdomadaire arabophone Al Ousbouï et le journal électronique arabophone Assabah News. 
Le groupe de presse a été fondé en 1951 par feu Habib Cheïkhrouhou. A l’exception de son fils Raouf, le reste de ses enfants ont vendu leurs parts en 2009 à Sakher El Materi qui s’est vu confisquer ses propriétés en 2011. Depuis, le journal est géré par l’Etat. La direction éditoriale des journaux est attribuée à Hafedh El Ghribi, alors que la société est dirigée par Abderrahman Khochtali. 
Quant à la Société Tunisia Broadcasting, elle gère la radio Shems FM. Elle a été lancée en septembre 2010 par Cyrine Ben Ali et une équipe d’hommes de médias et de journalistes, dont une partie s’est retournée contre elle pour devenir révolutionnaires et militants farouches de l’ancien régime. Confisquée depuis 2011, elle est restée longtemps dirigée par son directeur-fondateur et actionnaire-administrateur Fethy Bhoury, puis Elyes Gharbi, puis de nouveau Fethy Bhoury et maintenant par Lotfi Zaghdana. 
A noter, que ce soit pour la première société ou la seconde, qu’il n’est pas impossible que des  actionnaires manifestent leur intérêt pour le rachat et fassent part de leur droit de préemption. 
 
 
R.B.H.
Commentaires (10) Commenter
@Réalistic (pas Mansour Lahyani) | 07-01-2017 13:03
Mansour Lahyani
| 09-01-2017 17:25
Votre argumentation est un peu trop vaseuse... Si vous soupçonnez les Cheikhrouhou d'avoir mené cette cabale pour récupérer leur journal après avoir empoché le fric, ça ne tient pas : ils auraient sûrement préféré ne pas en être spoliés... D'ailleurs je ne suis pas pour leur rendre leur bien sans qu'ils aient remboursé ce qu'ils ont été forcés à percevoir !
Votre plaidoirie est à l'image de votre "Cher collègue" : qui vous a dit que j'en suis un ??
Et je vous laisse la responsabilité de vos appréciations relatives à Raouf Cheikhrouhou : je ne le connais pas assez bien pour avoir la même opinion que vous, et je ne comprends rien à vos assertions sur les espérantistes, les journalistes, les Carthaginois et ceux que vous passez!!!

privatisation
Fadi
| 07-01-2017 19:04
De la RTT, pour alléger la facture de la STEG, c'est urgent.
Le beurre et l'argent du beurre
@Mansour Lahyani
| 07-01-2017 13:03
La ficelle est trop grosse Cher Collègue.
Sakhr ne payait pas de sa poche. D'ailleurs ce n'était pas les méthodes qu'il utilisait. Il payait mais ce n'était pas son argent. Donc après avoir empoché des milliards, ils veulent récupérer la boite. Belle manoeuvre dirigée par un membre influent. Pourquoi pas?
Quand à Raouf, il ne faut pas être sorcier pour connaitre son parcours. Espérantistes, Journalistes, Carthaginois et j'en passe.
@Réalistic| 07-01-2017 10:42
Mansour Lahyani
| 07-01-2017 11:48
Sakher aurait payé le journal cinq fois son prix ?? Il aurait donc été bien mal cornaqué, et sa "qualité" de Monsieur Gendre ne lui aurait servi à rien...
"Quant à Raouf il devrait passer son bac d'abord avant de diriger un journal" : vous semblez bien connaître Raouf Cheikhrouhou, pour en parler de la sorte ? De toutes les manières, il n'est pas question ici de supputer des capacités de journaliste et de décerner des cartes professionnelles, mas de trancher un point de justice : les Cheikhrouhou ne sont-ils pas prioritaires pour récupérer leur bien historique ??
On efface tout
Réalistic
| 07-01-2017 10:42
Ce qui m'étonne c'est que le Mabrouk qui ont profité du système à fond ne soient pas inquiétés. Ils ont traficoté intelligemment avec des avocats en soutien, mais les chiffres sont têtus, ils ont multiplié leur fortune, déjà importante par 100. Après le 14 janvier, ils ont su distribuer des millions et des millions de dinars...ils ont gardé les milliards bien sûr. Cyrine a été répudiée, le mec s'est remarié, on oublie tout et on part à zéro avec une jeunette. Voilà le travail. Une Omra par çi une Hajja par là, un article élogieux de temps en temps grâce à un ami bien remercié. Miskina Tounes.
Pour Essabeh Sakhr a acheté Essabeh 5 fois son prix. Il faut se le rappeler. Les actionnaires n'avaient pas le choix face à la machine Ben Ali sinon ils coulaient avec le journal, plus de publicité plus de papier, plus rien.
Quant à Raouf il devrait passer son bac d'abord avant de diriger un journal.
Les émiratis ?
Forza
| 06-01-2017 19:40
Ils dictent déjà la politique rédactionnelle d'Assabahnews.
Le report insidieux et perfide
stouramed
| 06-01-2017 18:26
Le report des établissements confisqués est voulu par les nouveaux maitres surtout les nakbaoui.Les années passées ont permis aux biens confisqués d'être dépréciés et at nakbaoui de faire des fortunes pour acquérir tout. Projet perfide et insidieux
Pour Dar Essabah!
Bacchus
| 06-01-2017 18:03
Priorité à Raouf d'acheter oui puiqu'il est la seul de la famille à avoir des couilles pour dire non à Sakhr Materi. Mai pour le reste de la famille surtout l'ancien ministre et la présidente du conseil d'administration : non!
ce sont les Khouanjias qui acheteront
Raoul
| 06-01-2017 16:19
sur et certain que les Khouanjias auront le dernier mot et acheteront surtout Assabah
Pourquoi préférer des requins aux proprio naturels ???
Mansour Lahyani
| 06-01-2017 15:34
Cession d'Assabah ? C'est une engeance, une insupportable injustice ! Assabah a été kidnappé par l'ignoble ZABA et sa famille, contre une somme symbolique. Aujourd'hui que le tyran et les tyranneaux ont été dégommés, il aurait été équitable de leur rendre leur bien, qui fait partie de leur patrimoine depuis 1951 : le père de famille a assez trimé pour le faire vivre, et en faire une institution du patrimoine national ! Pourquoi ne pas le leur rendre contre la restitution de la misère qu'ils ont encaissée, et ta7 ra7??? Ce serait, au moins, une belle décision de cette Révolution tant acclamée...
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration