Ces terroristes qui entrent par la porte et sortent par la fenêtre

Businessnews.com.tn | publié le 13/02/2017 19:59

En Tunisie, il ne passe pas une semaine sans que les médias ne fassent état de la libération de suspects pour terrorisme. Une situation qui suscite le courroux, parfois les moqueries, les théories de complot en tout genre, mais surtout l’incompréhension d’une grande frange de la société. Les Tunisiens sont inquiets face à ces multiples libérations d’individus présentés comme potentiellement dangereux. Pourquoi autant d’arrestations et autant de libérations ? Qu’en est-il réellement dans les faits ? Explication.

 

C’est dans un hammam dans la région de Ben Arous, que les forces sécuritaires ont pu, récemment, mettre la main sur une présumée cellule terroriste, après des jours et des jours d’investigations. Les services du ministère de l’Intérieur se sont même hâtés pour annoncer la nouvelle via un communiqué officiel. On apprenait que ces personnes organisaient des réunions au hammam pour planifier des opérations.

Quelques jours plus tard, les huit individus ont été libérés, après avoir comparu devant le juge d’instruction. Aucune preuve concrète n’a été retenue contre les « baigneurs » qui, au vue des investigations, ne faisaient que prendre leur bain en toute tranquillité et qui avaient été surpris de voir débarquer la police au hammam.  

 

Le 10 février, six autres présumés terroristes, arrêtés au cours d’une descente effectuée à Mnihla et la Cité Intilaka, sont libérés par le juge d’instruction. Une fois encore, le ministère de l’Intérieur avait informé de ces arrestations dans un communiqué, précisant que ces personnes sont soupçonnées d’appartenir à l’organisation terroriste Daech.

Ils sont pourtant libérés, alors même qu’ils avaient avoué lors des interrogatoires, être des takfiristes et entretenir des liens avec d’autres groupuscules adoptant la même idéologie en Tunisie et en Syrie.

 

Des exemples de la sorte, on pourrait en énumérer des dizaines, voire des centaines. La question qui se pose, et c’est logique, est comment pouvait-on lâcher dans la nature des éléments qui représentent pourtant de sérieuses menaces ?

Si les Tunisiens en sont venus à accuser tantôt l’appareil sécuritaire d’être infiltré, tantôt celui judiciaire d’être à la solde d’un certain parti islamiste qui veut protéger ses « enfants » et semer la terreur à travers eux, dans la réalité les choses ne sont pas aussi évidentes qu’il n’y parait.  

 

C’est à partir d’octobre 2015, date de l’entrée en service du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme que la question a commencé à se poser. Le nombre des arrêtés a atteint un pic sans précédent entre novembre et décembre 2015, près de 600. Cela s’est passé juste après l’attentat kamikaze contre le bus de la Garde présidentielle à Mohamed V. Il s’en était suivi d’importantes rafles. Près de 300 mandats de dépôt ont été émis mais aussi près de 300 libérations.

Au mois de mars-avril 2016, un nouveau pic d’arrestations est enregistré, près de 350 personnes, suite à l’opération de Ben Guerdène.

Si on suit l’historique des arrestations depuis octobre 2015 jusqu’à fin 2016, on constatera que le nombre des personnes libérées, en juin 2016, a dépassé celui des arrêtées (100 libérés, moins de 70 arrêtés). Il s’agit de la seule fois que cela se produit.

 

Ce qui se passe maintenant, c’est que ce ne sont pas forcément les sécuritaires qui sont en faute ou, de l’autre côté, les juges. Il existe dans les faits un véritable problème procédural et structurel. Ainsi, les services de renseignements tunisiens, quand ils cherchent des informations sur une personne ou un groupe de personnes, ont bien évidemment leurs propres méthodes : écoute, infiltration, espionnage, etc.

Dans le cas où ils détiennent des informations sûres à propos de l’implication d’un individu dans des affaires de terrorisme, ils procèdent à son arrestation et ils le défèrent devant le juge d’instruction.

Ce dernier est alors tenu de leur demander les preuves de son implication, sauf que les renseignements ne peuvent pas donner ces preuves. Pourquoi ? Simplement, parce qu’ils ne veulent pas risquer de dévoiler leur stratégie, leurs méthodes ou par exemple l’identité des indicateurs. Des « secrets » qu’ils préfèrent garder afin de ne pas risquer de compromettre leurs opérations. S’ils mettent à la disposition du juge d’instruction toutes les données, celui-ci, de par les procédures, se doit de tout noter. Ainsi, les renseignements veulent éviter que leurs méthodes soient retranscrites, surtout qu’on sait que plusieurs PV ont été retrouvés chez les terroristes qui ont pris le maquis au Mont Châambi… Il existe des fuites et le risque est bien réel. Au final, on se retrouve dans certains cas dans l’impasse lorsque le juge a besoin de preuves pour inculper le suspect et que le sécuritaire invoque la sûreté de l’Etat.

 

La solution préconisée, selon plusieurs juges et experts, serait d’octroyer des prérogatives judiciaires aux services de renseignement, de sorte qu’ils puissent arrêter les présumés terroristes et les interroger sans que les moyens pour y arriver ne soient dévoilés. Le problème est donc en partie dû aux procédures et à la structure judiciaire tunisienne.

Il ne faudrait pas non plus écarter un problème au niveau de l’appareil sécuritaire qui pèche par excès de zèle. L’exemple du groupe du hammam en est la preuve. Une course à l’arrestation, une concurrence entre les différents services pour donner cette image positive d’un appareil sur le pied de guerre. En cause, la politisation des institutions sécuritaires. Quand le responsable devient tributaire d’un décideur politique ou d’un parti pour garder son poste, on s’implique parfois un peu trop.

 

Cette situation appelle à la nécessité de réviser le code de procédure pénale. A l’heure actuelle, une commission présidée par Béchir Ferchichi, aux côtés d’experts, de juges et d’universitaires, se penche sur ces défaillances.

Entre temps des personnes véritablement dangereuses sont libérées et d’autres innocentes se retrouvent arrêtées par erreur…

 

 

 

   

Ces terroristes qui entrent par la porte et sortent par la fenêtre

publié le 13/02/2017 19:59

En Tunisie, il ne passe pas une semaine sans que les médias ne fassent état de la libération de suspects pour terrorisme. Une situation qui suscite le courroux, parfois les moqueries, les théories de complot en tout genre, mais surtout l’incompréhension d’une grande frange de la société. Les Tunisiens sont inquiets face à ces multiples libérations d’individus présentés comme potentiellement dangereux. Pourquoi autant d’arrestations et autant de libérations ? Qu’en est-il réellement dans les faits ? Explication.

 

C’est dans un hammam dans la région de Ben Arous, que les forces sécuritaires ont pu, récemment, mettre la main sur une présumée cellule terroriste, après des jours et des jours d’investigations. Les services du ministère de l’Intérieur se sont même hâtés pour annoncer la nouvelle via un communiqué officiel. On apprenait que ces personnes organisaient des réunions au hammam pour planifier des opérations.

Quelques jours plus tard, les huit individus ont été libérés, après avoir comparu devant le juge d’instruction. Aucune preuve concrète n’a été retenue contre les « baigneurs » qui, au vue des investigations, ne faisaient que prendre leur bain en toute tranquillité et qui avaient été surpris de voir débarquer la police au hammam.  

 

Le 10 février, six autres présumés terroristes, arrêtés au cours d’une descente effectuée à Mnihla et la Cité Intilaka, sont libérés par le juge d’instruction. Une fois encore, le ministère de l’Intérieur avait informé de ces arrestations dans un communiqué, précisant que ces personnes sont soupçonnées d’appartenir à l’organisation terroriste Daech.

Ils sont pourtant libérés, alors même qu’ils avaient avoué lors des interrogatoires, être des takfiristes et entretenir des liens avec d’autres groupuscules adoptant la même idéologie en Tunisie et en Syrie.

 

Des exemples de la sorte, on pourrait en énumérer des dizaines, voire des centaines. La question qui se pose, et c’est logique, est comment pouvait-on lâcher dans la nature des éléments qui représentent pourtant de sérieuses menaces ?

Si les Tunisiens en sont venus à accuser tantôt l’appareil sécuritaire d’être infiltré, tantôt celui judiciaire d’être à la solde d’un certain parti islamiste qui veut protéger ses « enfants » et semer la terreur à travers eux, dans la réalité les choses ne sont pas aussi évidentes qu’il n’y parait.  

 

C’est à partir d’octobre 2015, date de l’entrée en service du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme que la question a commencé à se poser. Le nombre des arrêtés a atteint un pic sans précédent entre novembre et décembre 2015, près de 600. Cela s’est passé juste après l’attentat kamikaze contre le bus de la Garde présidentielle à Mohamed V. Il s’en était suivi d’importantes rafles. Près de 300 mandats de dépôt ont été émis mais aussi près de 300 libérations.

Au mois de mars-avril 2016, un nouveau pic d’arrestations est enregistré, près de 350 personnes, suite à l’opération de Ben Guerdène.

Si on suit l’historique des arrestations depuis octobre 2015 jusqu’à fin 2016, on constatera que le nombre des personnes libérées, en juin 2016, a dépassé celui des arrêtées (100 libérés, moins de 70 arrêtés). Il s’agit de la seule fois que cela se produit.

 

Ce qui se passe maintenant, c’est que ce ne sont pas forcément les sécuritaires qui sont en faute ou, de l’autre côté, les juges. Il existe dans les faits un véritable problème procédural et structurel. Ainsi, les services de renseignements tunisiens, quand ils cherchent des informations sur une personne ou un groupe de personnes, ont bien évidemment leurs propres méthodes : écoute, infiltration, espionnage, etc.

Dans le cas où ils détiennent des informations sûres à propos de l’implication d’un individu dans des affaires de terrorisme, ils procèdent à son arrestation et ils le défèrent devant le juge d’instruction.

Ce dernier est alors tenu de leur demander les preuves de son implication, sauf que les renseignements ne peuvent pas donner ces preuves. Pourquoi ? Simplement, parce qu’ils ne veulent pas risquer de dévoiler leur stratégie, leurs méthodes ou par exemple l’identité des indicateurs. Des « secrets » qu’ils préfèrent garder afin de ne pas risquer de compromettre leurs opérations. S’ils mettent à la disposition du juge d’instruction toutes les données, celui-ci, de par les procédures, se doit de tout noter. Ainsi, les renseignements veulent éviter que leurs méthodes soient retranscrites, surtout qu’on sait que plusieurs PV ont été retrouvés chez les terroristes qui ont pris le maquis au Mont Châambi… Il existe des fuites et le risque est bien réel. Au final, on se retrouve dans certains cas dans l’impasse lorsque le juge a besoin de preuves pour inculper le suspect et que le sécuritaire invoque la sûreté de l’Etat.

 

La solution préconisée, selon plusieurs juges et experts, serait d’octroyer des prérogatives judiciaires aux services de renseignement, de sorte qu’ils puissent arrêter les présumés terroristes et les interroger sans que les moyens pour y arriver ne soient dévoilés. Le problème est donc en partie dû aux procédures et à la structure judiciaire tunisienne.

Il ne faudrait pas non plus écarter un problème au niveau de l’appareil sécuritaire qui pèche par excès de zèle. L’exemple du groupe du hammam en est la preuve. Une course à l’arrestation, une concurrence entre les différents services pour donner cette image positive d’un appareil sur le pied de guerre. En cause, la politisation des institutions sécuritaires. Quand le responsable devient tributaire d’un décideur politique ou d’un parti pour garder son poste, on s’implique parfois un peu trop.

 

Cette situation appelle à la nécessité de réviser le code de procédure pénale. A l’heure actuelle, une commission présidée par Béchir Ferchichi, aux côtés d’experts, de juges et d’universitaires, se penche sur ces défaillances.

Entre temps des personnes véritablement dangereuses sont libérées et d’autres innocentes se retrouvent arrêtées par erreur…

 

 

 

   

Ikhlas Latif et Mohamed Garoui
Commentaires (13) Commenter
incroyable votre solution...Stupide
badreddine
| 14-02-2017 19:10
La solution préconisée, selon plusieurs juges et experts, serait d'octroyer des prérogatives judiciaires aux services de renseignement, de sorte qu'ils puissent arrêter les présumés terroristes et les interroger sans que les moyens pour y arriver ne soient dévoilés. ...Quel expert a preconise cette solution digne d'un regime de coree du nord. Mr. Gouri and Mme Ltif...croyez vous en la justice? BN le media pro-dictature. de toutes les solutions possibles il n'y a quel la plus extremiste que vous relayez?? une police plus professionelle, mieux formee, mieux equipee, etc...n'est pas la solution. Une justice mieux organisee, plus specialisee plus independante et dispose de beaucoup plus de moyens techniques...n'est pas la solution. (eh oui les preuves existe quand il y a une realite...il faut juste les chercher, si les preuves n'existent pas c'est soit qu'on n'a pas su les collecter, soit que les faits n'existent pas). CHAQUE DINARS INVESTIT POUR L'ARRESTATION D'UN INOCENT SANS PREUVE SOLIDE EST UN DINARS DILAPIDE POUR RIEN, INEFFICACE, QUI EXPOSE D'AUTRES INNOCENTS A UN DANGER REEL DES VRAIS CRIMINELS QUI SERONT DEHORS PARCEQU'ON A VISE LES INOCENTS. Ce qui compte ce sont les preuves, des preuves derrieres des portes closes ne sont pas dignes d'une justice a la quelle chaque tunisien inspire (peut etre pas BN). Merci
LE TERRORISTE DEVENU PEDE !!!!!!
CHDOULA
| 14-02-2017 18:18
Il y a six mois un terroriste manipulant une bombe artisanale , cette dernière explose en lui arrachant le bras gauche et la main droite , il ne lui restait qu'un moignon dans la main droite , ce qui n'était pas pratique pour faire sa toilette intime , mais il n'avait pas de choix , le mektoub en a décidé ainsi . Un mois plus tard , sa façon de parler et de marcher à changée complètement et aux dernières nouvelles il a laissé tomber le terrorisme et il est amoureux d'Abel son copain de quartier !
@Gg| 14-02-2017 12:15
kameleon78
| 14-02-2017 18:05
Vous vous trompez mon cher Gg, dans un régime parlementaire un parti ne peut gouverner seul et en l'occurrence c'est Nidaa Tounès qui détient l'exécutif, donc aucun rapport avec l'ARP mais en revanche l'équipe de Bhiri a laissé des collaborateurs non seulement au ministère de la justice mais aussi au sein de la magistrature, voilà le fond du problème.
Question d'idéologie
kameleon78
| 14-02-2017 15:53
Les terroristes sont proches idéologiquement des islamistes donc c'est compréhensible ce paradoxe. Loi 52 et loi 130 sont plus importantes pour l'idéologie islamiste que la loi anti-terroriste.

@BN : pourquoi avoir supprimé mon commentaire?

BN: votre commentaire comportait des propos diffamatoires.
"Excès de zèle" ?
Tunisienne
| 14-02-2017 13:25



Autant le diagnostic des problèmes procéduraux et structurels pesant sur le système judiciaire me paraît pertinent, autant j'ai des réserves sur ce qui est qualifié ici d'excès de zèle et de concurrence entre les services sécuritaires pour donner une image positive. Mais enfin, la (grande) menace terroriste pesant sur le pays est-elle imaginaire ? Les cellules terroristes démantelées, l'Emirat de Ben Guerdene avorté, les menaces sur de grandes institutions publiques et, malheureusement, les attentats effectivement perpétrés..., tout ceci relève-t-il du fantasme des sécuritaires ? Les services sécuritaires ne sont-ils pas en train de nous éviter le pire, si l'on s'en tient à ce qui a filtré sur le nombre d'attentats déjoués ?




C'est du n'importe quoi!!!
khneji
| 14-02-2017 13:11
a ce couple qui a fait d'énormes efforts pour nous donner un pareil article!!!je vous présente notre fameux proverbe qui dit"Si les paroles sont de l'argent alors le silence est de l'or" (je m'excuse pour la mauvaise traduction)votre article est très superficiel qui n'a pas pu examiner le fond du problème.
Le comble du comble du comble..
Le comble du comble
| 14-02-2017 12:43
... c'est qu'une majorité de terroriste sont terroristes ET toxicomanes ET extremement pervers sexuellement..
Bravo DHEJ !
Gg
| 14-02-2017 12:15
"La NAHDHA n'est-elle pas majoritaire à l'ARP?!"

C'est aussi simple que cela.
Banditisme
takilas
| 14-02-2017 12:09
Pourtant les preuves contre le présumé assassin de Chokri Belaid sont accablantes et tout le monde le sait, il n'y a plus qu'il vienne lui même vous dire j'ai tué et je vous emmerde.
On aimerait y croire, mais...
Gg
| 14-02-2017 10:25
La phrase clé :

"(le juge) est alors tenu de leur demander les preuves de son implication, sauf que les renseignements ne peuvent pas donner ces preuves. Pourquoi ? Simplement, parce qu'ils ne veulent pas risquer de dévoiler leur stratégie, leurs méthodes ou par exemple l'identité des indicateurs. Des « secrets » qu'ils préfèrent garder afin de ne pas risquer de compromettre leurs opérations."

On aimerait y croire, mais cela ne tient pas. En effet, si les renseignement veulent que leur opération continue, ils n'arrêtent personne, et le renseignement et l'infiltration continuent.
Dès lors que des arrestations ont lieu, la cellule se sait découverte et cesse son activité, se disperse et poursuit ses activités d'une autre façon! Au final les terroristes libérés sont mis en situation de poursuivre leurs exactions.
Enfin quoi, dans tous les pays on apprend que telles personnes étaient suivies de longue date, parfois même infiltrées, mais lorsque des arrestations ont lieu, la prison suit.
Non, le plus vraisemblable est bien que des juges sont complices, ou au moins sympathisants.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration