Tunisie – Visite de Moncef Marzouki à Kébili : Des chômeurs réclament sa démission

Businessnews.com.tn | publié le 21/12/2012 16:03
Le président de la République Moncef Marzouki est actuellement en visite dans le gouvernorat de Kébili. Un accueil populaire lui a été réservé à son arrivée devant le siège du gouvernorat de Kébili où il a eu un échangé avec la foule, venue l'accueillir, concernant les questions en rapport avec l'emploi et les problèmes de développement dans la région.
Un groupe de diplômés de l'enseignement supérieur au chômage s’y sont rassemblés, scandant des slogans réclamant «le droit à l'emploi, à la liberté, à la dignité» et «la démission de Marzouki».
Les slogans scandés par ces jeunes n'ont pas empêché le président Marzouki d'écouter leurs doléances et leurs revendications. Les protestataires lui ont reproché, ainsi qu’au gouvernement, «de ne pas avoir honoré leurs promesses concernant l'emploi des diplômés chômeurs».

Notons que Moncef Marzouki s'est rendu, vendredi matin 21 décembre 2012, au site du projet de la station de pompage d'eau chaude située au village Ain Guizi à Om Somâa, (délégation Souk Lahad, 15km au nord-ouest de Kébili).
Un exposé a été présenté à cette occasion sur le projet, ses spécificités techniques et sa contribution à la réduction du coût de l'eau et de l'électricité destinés à l'oasis de Om Somâa, qui s'étend sur 104 ha.
Ce projet dont le coût est estimé à 40 mille dinars est financé par une société française (SOITEC) spécialisée dans le secteur de l'énergie.
Le président Marzouki s'est informé, à cette occasion, des préoccupations des habitants de la région qui ont revendiqué le droit au développement et à l'emploi. Ils ont aussi réclamé la réduction du coût de l'eau d'irrigation. «Les tarifs d'eau d'irrigation dans le gouvernorat du Kébili sont considérés comme étant les plus élevés», ont-ils soutenu.

D’après TAP

Tunisie – Visite de Moncef Marzouki à Kébili : Des chômeurs réclament sa démission

publié le 21/12/2012 16:03
Le président de la République Moncef Marzouki est actuellement en visite dans le gouvernorat de Kébili. Un accueil populaire lui a été réservé à son arrivée devant le siège du gouvernorat de Kébili où il a eu un échangé avec la foule, venue l'accueillir, concernant les questions en rapport avec l'emploi et les problèmes de développement dans la région.
Un groupe de diplômés de l'enseignement supérieur au chômage s’y sont rassemblés, scandant des slogans réclamant «le droit à l'emploi, à la liberté, à la dignité» et «la démission de Marzouki».
Les slogans scandés par ces jeunes n'ont pas empêché le président Marzouki d'écouter leurs doléances et leurs revendications. Les protestataires lui ont reproché, ainsi qu’au gouvernement, «de ne pas avoir honoré leurs promesses concernant l'emploi des diplômés chômeurs».

Notons que Moncef Marzouki s'est rendu, vendredi matin 21 décembre 2012, au site du projet de la station de pompage d'eau chaude située au village Ain Guizi à Om Somâa, (délégation Souk Lahad, 15km au nord-ouest de Kébili).
Un exposé a été présenté à cette occasion sur le projet, ses spécificités techniques et sa contribution à la réduction du coût de l'eau et de l'électricité destinés à l'oasis de Om Somâa, qui s'étend sur 104 ha.
Ce projet dont le coût est estimé à 40 mille dinars est financé par une société française (SOITEC) spécialisée dans le secteur de l'énergie.
Le président Marzouki s'est informé, à cette occasion, des préoccupations des habitants de la région qui ont revendiqué le droit au développement et à l'emploi. Ils ont aussi réclamé la réduction du coût de l'eau d'irrigation. «Les tarifs d'eau d'irrigation dans le gouvernorat du Kébili sont considérés comme étant les plus élevés», ont-ils soutenu.

D’après TAP


Ads
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération