Tunisie - Violente attaque contre le siège de l’UGTT, des milices d’Ennahdha accusées (vidéos) (mise à jour)

Envoyer cette page
De violentes attaques ont ciblé aujourd’hui mardi 4 décembre 2012 vers 14 heures le siège de l’UGTT à la place Mohamed Ali à Tunis.
Un membre de l’UGTT, le visage tout en sang (vidéo ci-dessous), accuse des milices du parti au pouvoir Ennahdha d’être derrière cette attaque. Il accuse également de hautes personnalités politiques au pouvoir d’alimenter la tension et de jeter de l’huile sur le feu.

Mise à jour :
Intervenant sur les ondes de Mosaïque Fm, Hfaiedh Hfaiedh, membre du bureau exécutif et blessé lors de l’agression, a témoigné : « Nous étions à la Kasbah pour signer deux conventions avec le gouvernement en rapport avec le secteur public et privé (NDLR : augmentation des salaires) et dès que nous sommes arrivés au siège de l’UGTT, nous avons été surpris par des membres du comité de protection de la révolution qui appartiennent, dans leur majorité, à un parti politique connu et qui criaient « dégage » et appelaient à l’assainissement de l’UGTT.

Ces comités ont perpétré des actes de violences notamment sur ma propre personne et nous avons recensé jusqu’à maintenant une dizaine de blessés. Pour nous, il est clair que chacun doit assumer ses responsabilités, car nous constatons qu’il y a réellement un double discours entre ce que nous avons vécu au siège du gouvernement et ce qu’on a vu devant le siège de l’UGTT. Personne ne pourra nous éloigner des véritables objectifs pour lesquels cette institution a été créée, nous représentons une force de contre-pouvoir et nous représentons une garantie pour la protection de la révolution. Nous considérons ces actes comme violents et semant le chaos et ceux qui sont derrière doivent assumer leur responsabilité.
En outre certains députés de l’Assemblée Nationale Constituante ont appelé les services du ministère de l’Intérieur, mais aucune suite n’y a été donnée. Toutes ces personnes n’ont aucun rapport avec l’UGTT. Elles veulent semer la panique le jour où nous décidons d’organiser notre marche annuelle à la mémoire de Farhat Hached et nous considérons cela comme un véritable crime contre tous les syndicalistes », a t-il conclu.



R.B.H.





A lire également:

Tunisie - Affrontement de l’UGTT : Que s’est-il passé ?
UGTT - Houcine Abassi : La porte des affrontements est à présent ouverte !
ANC - Le débat sur l’ISIE suspendu, les élus débattent des violences contre l’UGTT
Sami Tahri : Une grève générale dans toute la Tunisie n'est pas à écarter (vidéo)
L'UGTT décide de boycotter les émissions TV dans lesquelles participe Ennahdha
Vidéo de Nessma montrant les agressions des milices contre les membres de l'UGTT
La photo du jour: voilà à quoi ressemble un homme politique sous la troïka !

Ads
104 commentaires
UGTT dangereux pour le pays
musulman, nationaliste et conservateur |07-06-2013 21:08
Ce syndicat est extrêment dangereux pour le pays. Il pousse les gens à manifester pour des revendications irresponsables.
Le résultat est que les unes après les autres les entreprises étrangères quittent le pays et les travailleurs deviennent des chomeurs.
Ce syndicat travaille en collaboration avec les partis laîques afin de mettre le pays dans le chaos et permettre à certains partis laiques de venir au pouvoir par suite du mécontentement de la population envers la TROIKA.
AU CALME....AU CALME SVP !!
commentator |06-12-2012 10:47
on a entendu des revendications des deux cotés...on a vu sur les chaines TV et sur le Net des images qui montrent des actes de violence des deux parts....
barra imchi lawej 3alli bde w illi rad 3ali bde....et ainsi de suite...

maintenant chacun voit les choses de son coté.......chkoun es7i7 w chkoun il ghalet ......???
soyons sages......pourquoi tout cet acharnement.......yesir klem fil internet....yesir klem chez les partis politiques y compris troyka et opposition........
houma yet3arkou 3alikresi w...la3bed tekil fi b3adhha...... nseysou rwe7na ......w n3addiw chwaya lib3adhna......

la Tunisie est un pays de longue histoire...
il s'est passé à toutes les époques des évènements pareils.....
nous souffrirons .......d'accord mais nous arriverons ....je suis certain ....
la preuve ...rappelons nous les premiers jours après le 14 Janv.......comment tous le monde a du avoir le courage pour défendre son foyer ....ses biens....sa famille....les barrières qui se sont installés partout face aux délinquants et aux agresseurs.....
on est tjr là wa9t il echidda....et on le restera toujours.....que se soit t3arkou les politiciens ou les syndicats ou autres.....

je répète:

le calme et le calme...

A bon entendeurs.
ah ya twansa ,
mohamed |05-12-2012 17:32
cesser de palabrer , essayez de raisonner !

ces gents qui se sont rassemblés devant le siège de L'UGTT ;

pourquoi ils sont venu ? puisqu'ils ne sont pas des syndicalistes !!!
c'est un jour de commémoration ?
donc de fête .

voila la question ; pourquoi ils sont venu ?????
J'ai lu l'article de Thierry B.
jobi joba |05-12-2012 16:25
Celui ne discrédite pas l'UGTT et n'innocente pas Ennahda! Bien au contraire!

Voici le passage que les nahdaouis mettent en avant:

A ce moment là, la situation est tendue, mais aucun signe de violence n'est visible. La foule est compacte, immobile et les manifestants brandissent une affichette sur laquelle est écrit :

« Le peuple veut un syndicat neutre ! »


Deux minutes avant le début des violences
"A ce moment un groupe d'une dizaine de syndicalistes, vêtus de chasubles rouges, sort armés de bâtons, des locaux de l'UGTT. Ils se retrouvent presque nez-à-nez avec les militants d'Ennahdha. Cette sortie, dans ce contexte chauffé à blanc par une heure d'invectives et d'insultes, fait l'effet d'une allumette dans un baril de poudre."

En gros, si les syndicalistes sont sortis avec des batons et ont frappé des personnes, c'était pour se PROTEGER car ils se sentaient menacés comme l'indique le debut de l'article et ce qui était noté juste avant:

"Entre temps la foule a grossi et au moins 1 000, sinon plus, sympathisants d'Ennahdha occupent toute la place Mohamed Ali. Ceux de l'UGTT, qui occupaient encore une moitié de la place, sont acculés contre les bâtiments et les manifestants ne sont qu'à quelques mètres de la porte d'une des annexes du syndicat, où des sympathisants de l'UGTT ont trouvé refuge."

En bref, c'est le SERVICE D'ORDRE de l'UGTT qui est intervenu, car les syndicalistes se sentaient clairement menacés et en danger face à ces partisans nahdaouis. Il ne s'agissait pas des syndicalistes.
De plus, l'auteur Thierry B. rédige un article qui n'est clairement pas en faveur du parti ennahda et surtout de ces pseudos comités:

"Les comités de protection de la révolution semblent avoir joué un rôle déterminant dans cette journée. Ils avaient déjà été impliqués dans la mort d'un militant du parti Nidaa Tounes, à Tataouine, lynché après qu'une manifestation devant le local du parti ait dégénéré, le 18 octobre."

Ou encore:

"Said Aidi, membre du Parti d'opposition Joumhouri (parti républicain), et ancien ministre du Travail dans le gouvernement de transition, a été lui aussi victime de la violence des partisans des Comités de protection.

« J'allais rejoindre le rassemblement de l'UGTT, mais j'ai vu le regroupement des Comités de protection. J'ai préféré me tenir à l'écart et emprunter une petite rue parallèle pour redescendre. Mais j'ai été reconnu et une vingtaine ou une trentaine de personnes venues du rassemblement m'ont pris en chasse, insulté, frappé au niveau de l'oreille et jeté à terre. J'ai pris un coup dans le visage qui m'a blessé à l''il. Puis plusieurs coups dans les côtes."
@slim2212
jobi joba |05-12-2012 16:24
Ce n'est pas la majorité des tunisiens qui ont voté nahda, 1million sur 11 millions c'est tres loin d'etre une majorité!!!!!
@ jilani
slim2212 |05-12-2012 15:42
ennahda ne peut pas etre l'ennemi de ceux qui l'ont elu, acceptez votre defaite ô ****** guachiste liberale laique !!!!
@halim
slim2212 |05-12-2012 15:28
c'est toi qui est stupide en insultant la majorité de tunisiens qui a voté ennahda pour eviter de retomber sous un regime anti islam et anti religion !!!!!!!
Désobeissance civile.
HatemC |05-12-2012 13:09
L'usage de la violence par les tendances islamistes radicales dénote un déficit intellectuel manifeste de cette catégorie de la population qui agit en montrant ses biceps. On connait la branche armé qui se structure de jour en jour Ansar Alchariaa, cette bande de malfaiteurs n'a pas fini de faire parler d'elle. Puis nous avons eu la folie Ekbess, une milice sorti de la cuisse de Ghannouchi, dont il est l'instigateur et le pourvoyeur, une milice qui s'est glissé dans la peau de ces soit disants comités de défense. C'est le monde à l'envers eux qui étaient dans leur grotte pendant que le peuple degageait BenAli, les voilà aujourd'hui auréolé de Révolutionnaire !!!!! Des repris de justice des criminels qui usent de la violence devant leur insuffisance intellectuel. d'ailleurs la violence est l'arme du déficient mental, une catégorie qui a recours à la violence collective aveugle, absolue, barbare, ne faisant pas de distinguo entre les objectifs et n'épargnant pas les civils. Il est nécessaire de renvoyer dans leur cellule ces charlatans "religieux". Je reste persuader que l'UGTT est notre institution la plus respectueuse en Tunisie et ce n'est surement pas ces vitrioleurs qui feront basculer la Tunisie. Ils ne sont rien, il est aussi necessaire de les mépriser. Hatem Chaieb
Terrorismes alors qu'ils sont au pouvoir
GentilTun |05-12-2012 11:54
***
Qu'en sera-t-il quand ils en seront écartés Inchallah?
Rabbi yostor que dieu nous protège.
Si les milices de Benali ont mis le feu à la Tunisie pendant une journée après son éviction, alors Ghannouchi voudra très certainement reproduire la guerre civile algérienne. Je suis persuadé qu'il n'hésitera pas à le faire.
objectivité et responsabilité
tahar |05-12-2012 10:42
BN svp c'est avec insistance que je demande de publier le témoignage du journaliste français qui est en principe neutre . ensuite je demande aux victimes des deux côtés de porter plainte auprès des tribunaux si on a confiance à notre justice ou c'est comme d'habitude la justice st tjrs complice et corrumpue.
soyons honetes et défondons notre pays par l'élimination et des syndicalistes pourris et des politiciens aussi pourris de quel parti qu'ils soient.
1234567891011
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025