alexametrics
A la Une

Tunisie - Qui est Slim Riahi et que pèse-t-il sur l'échiquier politique

Tunisie - Qui est Slim Riahi et que pèse-t-il sur l'échiquier politique

Slim Riahi agace ou fascine. Deus ex machina qui sortira le pays du chaos à coup de liasses de billets, ironisent les premiers. Incarnation de la jeunesse conquérante pour d’autres. Dans tous les cas, le mystérieux milliardaire de 39 ans affole la rumeur sur la toile et dans les médias.
Nous connaissons très peu de choses de lui excepté les informations qui filtrent au compte-gouttes sur la page Facebook ou sur le site de son parti l’Union Patriotique Libre. Mais nous pouvons être sûrs que l’homme dépense sans compter pour asseoir la notoriété de son parti à travers une vaste campagne de promotion à travers les médias.
Un vide ou une absence de réglementation qui lui profite et qui dérange. Une mise en orbite qui ressemble au lancement d’un produit commercial. A se demander si l’UPL est vraiment un parti politique et si Slim Riahi possède une vision pour la Tunisie outre son ambition personnelle. Beaucoup de questions et quelques éléments de réponses…

Argent et politique font-il bon ménage ? Aux Etats-Unis un programme politique, un parti, un candidat aux présidentielles se vendent comme se vend n’importe quel produit de lessive, à coup de matraquage publicitaire, d’enquêtes-consommateurs et de positionnement marketing...
A chaque duel républicains-démocrates pour décrocher la magistrature suprême, un indépendant issu du monde des affaires vient jouer les troisièmes hommes. Les démocraties européennes se montrent plus strictes, le financement des campagnes politiques suit des règles strictes et la publicité y est interdite.

En Tunisie, les autorités ne se sont pas encore prononcées et certains partis ont exploité ce flottement. On citera les campagnes d’affichage du PDP et d’Ettakatol par exemple. La grande feria publicitaire ramadanesque, d’habitude grande foire annuelle des fabricants de yaourts, a été investie par un nouveau venu : l’UPL. Un parti politique qui diffuse ses spots, tournés par une grande agence de la place, entre deux tranches d’un feuilleton à succès.
Cela peut paraître de bonne guerre a priori.
Mais le hic est que la publicité n’a rien laissé filtrer sur les fondateurs du parti, son bureau politique, son programme, ni même sa couleur politique. Idem pour la page Facebook qui, lorsqu’elle a été lancée, n’informait en rien sur le parti. A peine s’ils n’avaient pas lancé un teasing s’empressent d’ironiser la communauté web. Résultat du premier round : le parti intrigue plus qu’il n’intéresse. Est-ce l’effet voulu et escompté.

Le nom du mystérieux nabab qui se cache derrière cette campagne est révélé plus tard : Slim Riahi. On lui prête un passé sulfureux. L’homme aurait amassé une grande fortune en Libye dans le pétrole et serait un proche d’un des fils de Kadhafi. Il approcherait les blogueurs influents et les cyberdissidents pour qu’ils fassent sa promotion. L’homme d’affaire s’investirait dans le social pour s’attirer les faveurs des plus démunis. Comme pour Ennahdha et le PDP, on l’accuse d’organiser d’ores et déjà l’achat des voix. Ajouté à cela qu’il finalise un rachat de 20% du quotidien Assabah. Et la curiosité se mue en inquiétude.

Accusations toutes démenties officiellement. Oui, Slim Riahi a créé des entreprises dans les domaines de la construction et des services pétroliers. Des entreprises qui disposent de clients sur trois continents. Mais l’homme d’affaires nie catégoriquement avoir un quelconque lien avec le clan Kadhafi. Son parti, « fondé par un groupe de patriotes », condamne, même, « les pratiques que certains utilisent en pensant acheter le vote de nos concitoyens ». « Son argent, il le mettra au service de la jeunesse ». L’homme d’affaires nie, également, son ambition de se présenter à la moindre échéance électorale.
Une absence déclarée d’ambition politique mais qui n’empêche pas Slim Riahi de peaufiner son discours. Un discours séduisant, adressé à la jeunesse (qui verse dans le jeunisme, diront ses détracteurs) essentiellement. Une coupure nette avec le passé est inévitable si on veut aller de l’avant, explique-t-il. Les jeunes ont réussi là où les partis politiques traditionnels ont échoué depuis 30 ans. Comment leur confier à ces partis l’avenir du pays alors, se demande-t-il. La manœuvre pour discréditer les poids lourds de la scène politique locale ne manque pas de finesse.

L’UPL dispose-t-elle d’un programme en bonne et due forme pour être « le rempart contre la confiscation du pouvoir » par l’arrière-garde, ou bien d’idées ou d’une démarche claire pour réussir la rupture ? Un modèle de société même ? Des étendards, des slogans, des crédos… Slim Riahi ne fait pas la différence et se contente de bonnes intentions comme tous les autres partis. Et il martèle son message encore et encore. La vocation (ou le fond de commerce) de l’UPL sera de gêner la classe politique traditionnelle. Et défendre « un modèle tunisien construit sur l’idée qu’une minorité ne peut détenir à elle seule la majorité des richesses et du pouvoir. » Beaucoup de littérature mais nous ne pouvons pas lui reprocher à lui seul de se contenter de rhétorique et d’effets d’annonce.

Slim Riahi bénéficie, clairement pour le moment, d’un effet de curiosité. Le personnage est atypique. Un halo de mystère entoure sa vie. Et l’inconnu fascine toujours, encore plus lorsqu’il est associé au pouvoir de l’argent. Pouvoir de l’argent qui fait peur après 23 ans d’un régime où l’affairisme, le clientélisme et l’appât du gain étaient légion. Pouvoir permis par le flou artistique qui caractérise actuellement l’organisation des partis et el financement des campagnes. Un vide légal qui n’est pas fait pour atténuer le risque (qui existera toujours) de collusion entre les politiques et les médias.
Sur la légitimité ou l’efficacité d’une telle démarche d’un point de vue politique, il faudrait relativiser l’impact de l’argent. La politique nécessite de la persévérance, de l’endurance. La vie d’un homme politique est jalonnée de turpitudes, de coups-bas, de traitrises, d’échecs. Nous l’observons en suivant la vie politique des pays occidentaux, le travail politique est un travail de longue haleine.

Et même en l’absence d’une vie politique à proprement parler, la Tunisie ne déroge pas à la règle. Les sondages d’opinion (pour ce qu’ils valent) disponibles l’attestent. Les partis et les hommes politiques qui bénéficient d’une certaine notoriété sont ceux qui occupent le terrain depuis Bourguiba et Ben Ali : Ennahdha et Ghannouchi, le PDP et Chebbi, Ettajdid et Ahmed Brahim, Ettakatol et Mustapha Ben Jaâfar… En politique rien ne sert de courir, il faut partir à point, pourrions-nous conclure.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

kiproko
| 15-09-2011 15:53
i remember what you did last summer Mr Slim..

pipo
| 07-09-2011 17:00
on veut la democratie, et on la critique...
bien sur que mr riahi a le droit de se presenter, comme tout autre tunisien..il n a qu a se conformer a la loi tunisienne..apparemment il le fait..on se pose des questions sur son argent, et son origine..pourquoi lui seulement?..et ennahdha, et le pdp..et moi aussi, je pourrai beneficier de beaucoup d argent si je me presente dans ce desert juridique de notre premiere election democratique..tenez, voila une liste de beaucoup d interresses qui pourraienet me fiancer..guaddafi pere, et fils, la cia, le mossad, les services algeriens..bon, bon, bon..j arrete..et je ne serais pas taxe de traitre..la loi, ou plutot son absence....ma mere, le ciel soit loue, et qu il aide notre bonne tunisie..

khaled
| 05-09-2011 16:37
Http://issuu.com/gaj_dubai/docs/gaj_brochure_2011

regardez ce lien présentant un projet immobilier au centre de tripoli au nom d'un certain slim riahi de la société capital gate holding, quel personne, du temps de khadafi, pourrait à votre avis bâtir un projet immobilier aussi impressionnant à tripoli sans être dérangé ?

il faut être un slim riahi !

deuxième point comment un groupe aussi prestigieux en dehors de la tunisie comme disent certains n'a même pas de site internet institutionnel présentant le holding !!

a moins qu'on nous dise que slim riahi aime la discrétion !!!

khaled ben amor

par khaled

choukrov
| 30-08-2011 00:20
Les tunisiens doivent se méfier comme de la peste de ce genres d'individus. Manifestement, c'est un manipulateur qui essaie de nous amadouer. D'ou vient réellement sa fortune? Derrière chaque fortune phénoménale il y a toujours un crime!
Mefiance c'est le mot d'ordre absolu!

Tunisienne
| 29-08-2011 23:25
Se tailler une religion sur mesure n'est pas propre à moi ou aux laîques. chacun aujourd'hui se taille un islam sur mesure: islmistes, conservateurs et modérés, comme la surenchère des fatawi qui pourissent cette religion et qui l'empoisonnent: le laîque est un mécréant qui va aller en enfer, la femme doit porter le niqab sinon elle va aller en enfer, mange et écrit avec la main droite sinon tu vas aller en enfer, Mickey Mouse doit disparaître de nos chaînes, ... Je pense que ces fatawi, dignes de l'incquisition au moyen âge chrétien, anéantissent la religion, plus que la laîcité en tout cas. Je suis pour un islam réformée et moderne, je suis pour un islam loin des vices de la politique. Un jour, peut-être, les musulmans comprenderont ce message et cesseront de croire aux idéologies salvatrices de la décadance, car peut-être faut-il traverser une période islamiste pour reconnaître la supercherie des commerçants de la religion. J'espère que je viverai assez longtemps pour voir ça.

Ergo sum
| 29-08-2011 13:34
Je parle de l'émancipation socio-intellectuelle, les autres sont ses dérivés!
Si vous vous êtes taillé une religion sur mesure, les lois ne sont pas les mêmes pour tous les monothéistes, selon le coran l'islam est la religion promise, Mohamed est le dernier des prophètes qui doit être suivi par tous, bref. Ok achahadatèni, mais pour celui qui a les capacités intellectuelles de savoir plus il faut qu'il fournisse l'effort pour le faire, il faut qu'il prenne connaissance des sourates et de leurs explications, c'est ce que dit aussi l'islam.
Je vais clore ce débat, je serai prêt à la continuer en live;)

Tunisienne
| 29-08-2011 11:39
Je ne comprends pas votre définition de l'émancipation, parlez-vous de l'émancipation sociale, professionelle, intellectuelle, "biologique" et encore ..?? le coran est apparu il y'a 14 siècles, à cette époque c'était une révolution humaniste car il a émancipé la femme et l'homme, avec des degrés puisqu'il fallait être concordant avec les moeurs et la mentalité des arabes à cette époque. Vous voyez le coran en vous basant sur le statut de la femme aujourd'hui et c'est normal qu'il nous paraisse qu'il a émancipé l'homme plus que la femme. Les mentalités changent mais il faut regarder le coran dans son contexte de sa parution. Les lois sacrés et divines concernent tous les croyants, musulmans, juifs et chrétiens, donc là aussi il parlait des croyants et non des musulmans. Les lectures sont nombreuses pour le coran et vous savez très bien il n'existe pas une seule interprétation. Le hadith sacré, qui a dit ça? Pourquoi sacracliser la sunna alors que le prophète est un être humain qui peut se tromper, lui aussi dit qu'il n'est pas infaible. Norlamlement, seul le coran doit être considéré sacré car ce sont les paroles de dieu et non d'un profane. Ou voyez-vous une fatwa? J'ai défini le musulman objectivement, comme on nous l'a apris sur les bancs de l'école. A l'aube de l'islam, celui qui veut devenir musulman doit dire les chahadatayn non. Les détails je les laisse aux spécialistes.

Ergo sum
| 29-08-2011 09:34
Déposez vos candidatures pour les postes de présidents de bureaux de vote ou d'observateurs
Participons tous à la réussite des élections du 23 (on n'a pas d'autres choix)

Ergo sum
| 29-08-2011 09:33
Je suis rationnel!
Je veux que tous nos actes soient réfléchis: la croyance, l'athéisme, la laïcité, et pour ce faire il faudra bien connaitre tous les éléments à notre disposition pour pouvoir choisir en toute conviction et librement notre position!
C'est un parti mystère, ses dirigeants sont inconnus, et en plus faiseurs de lapsus

Ergo sum
| 29-08-2011 09:07
Oui le suivisme est un phénomène qui n'est pas lié à un sexe bien déterminé, mais là on parle d'émancipation, les hommes n'en sont pas concernés, la nature, l'histoire, le divin... ont fait que l'homme était né émancipé, théoriquement!
Ces lois divines dont je parlais étaient dictées à l'homme au travers du livre sacré de l'islam qui est le coran, donc cela revient au même. Vous connaissez ce que c'est qu'un "hadith 9odossiye"? Donc la sunna est aussi importante, bref, j'explique que laïcité et islam ne peuvent pas s'accoupler!
"Pour être musulman, certes il faut avoir effectué les 5 piliers dont la prière et non l'apprentissage du coran" vous êtes en train de nous faire des fatwas:), ce n'est pas aussi facile que ça

A lire aussi

La crise de l’immobilier n’est un secret pour personne. Alors que beaucoup de Tunisiens privilégient

16/11/2018 19:59
2

Les indicateurs économiques sont en nette amélioration, mais il faut poursuivre les efforts et

15/11/2018 19:59
0

Le paysage politique et partisan est en perpétuelle métamorphose. Le passage à l’Assemblée des

14/11/2018 20:13
10

En dépit de son appartenance à l’un des plus grands groupes internationaux, Total Tunisie brille par

13/11/2018 16:59
22

Newsletter