alexametrics
A la Une

Tunisie - Que reste-t-il encore du CPR et d'Ettakatol dans la Troïka ?

Tunisie - Que reste-t-il encore du CPR et d'Ettakatol dans la Troïka ?

Dans leur alliance avec Ennahdha, le CPR et Ettakatol n’étaient pas loin d’ignorer leur petite taille face à la «bête» islamiste, au pouvoir d’attiser les foules et de déchaîner les passions. Un «pacte avec le diable», privilégiant les considérations partisanes aux intérêts nationaux, que les deux partis ont préféré aux rangs de l’opposition.
Dans cette alliance contre-nature, les deux alliés adoptent une stratégie d’opposants laissant Ennahdha rafler la mise. Postes clés au sein du gouvernement, nominations des gouverneurs dans de nombreuses régions, main basse sur le secteur des médias. Le parti de Rached Ghannouchi semble avoir décroché le sésame d’une Troïka soumise et obéissante.


Si au sein de la Troïka, Ennahdha affiche d’emblée ses ambitions politiques, elle n’en demeure pas moins consciente que la concentration des pouvoirs entre les mains d’un seul parti reste dangereuse, voire, suicidaire. Un écueil qui a pu être aisément contourné par une coalition de forces opposées, présentée sous couvert de principes démocratiques.

Le CPR et Ettakatol, deux alliés timorés et tenus en laisse par des postes secondaires au pouvoir, font office de caution laïque à Ennahdha. L’os jeté par le parti au pouvoir a été le poste de président de la République, tant convoité par Moncef Marzouki. Un poste aux prérogatives honorifiques et limitées, mais qui permettra à l’homme d’avoir, enfin, sa place dans les livres d’histoire et de prendre sa revanche sur une dictature qu’il a longtemps combattue.
Même calcul du côté d’Ettakatol. Le troisième parti de la Troïka s’est contenté de peu et Mustapha Ben Jaâfar s’est vu élire président de l’Assemblée constituante, chargé d’orchestrer le débat et de donner des coups de marteau pour couper le temps de parole à certains députés impertinents. Une marge de manœuvre des plus limitées pour une personnalité qui souhaitait être au cœur du dispositif.
Hormis quelques rares concessions, Ennahdha n’a pas hésité à aller le plus loin possible. Le sort a été scellé dès l’élaboration du texte régissant la répartition des pouvoirs au sein des instances publiques, dirigée d’une main de fer par Ennahdha. La «mini-constitution» qui a vu le jour a fait nettement ressentir ce clivage net et bien tranché.

Dernière actualité en date, la nomination de 7 nouveaux gouverneurs dans les régions de Monastir, Sfax, Kairouan, Zaghouan, Nabeul, Le Kef et Médenine a provoqué un véritable tollé, auprès des partis d’opposition et des représentants de la société civile, dans la mesure où la grande majorité de ces gouverneurs est composée de cadres du parti Ennahdha.
Cette décision est contestée au sein même de la Troïka. Rappelons que Karima Souid, députée d’Ettakatol, a fustigé «l’absence d’une concertation avec Mustapha Ben Jaâfar et Moncef Marzouki» à ce sujet, et a regretté «le manque de transparence et de neutralité politique» dont Hamadi Jebali, chef du gouvernement, a fait preuve.
Mais si certains dénoncent, Rached Ghannouchi précise que ces nominations ne relèvent nullement du «scandale politique», mais qu’il est naturel pour « tout parti au pouvoir, d’œuvrer à s’entourer d’hommes de confiances, proches de sa stratégie ».
Un manque de concertation entre les alliés au pouvoir qui a également été dénoncé lors de la nomination des hauts cadres des médias publics. Décision dans laquelle l’opinion du CPR et d’Ettakatol semble avoir été totalement occultée.

Pis encore, certains membres du parti islamiste n’ont pas hésité à qualifier Mustapha Ben Jaâfar de «danger pour l’identité arabo-musulmane», privilégiant ainsi un député indépendant au poste de président de la commission mixte, convoité par le secrétaire général d’Ettakatol.
Dans les coulisses et devant les médias, les jeux de dénigrement vont bon train. Si Karima Souid, élue d’Ettakatol, critique les décisions de Samir Dilou et le manque de neutralité de Hamadi Jebali, Yamina Zoghlami, élue d’Ennahdha, fustige l’inaction de Khelil Zaouia, concernant le dossier des martyrs et des blessés de la révolution.
Ettakatol, jouant pleinement son rôle d’opposant, va même jusqu’à dénoncer certains agissements d’Ennahdha sur sa page officielle.
Avec les prochaines élections, prévues pour l’année 2013, ces dernières péripéties semblent sceller de plus en plus la perte d’influence de ces deux partis auprès de leur électorat et de l’opinion publique.
A tel point, que les deux partis ont annoncé une éventuelle fusion dans les prochains mois. Une alliance qui est censée leur permettre de faire face à l’hégémonie d’Ennahdha dans la Troïka, mais qui devra composer avec les tensions qui règnent au sein même des deux partis

Alliés au pouvoir ou simple caution pour le parti islamiste, le CPR et Ettakatol, laissant tomber la chance historique de devenir leaders d’une opposition qu’ils auraient pu rassembler, ont préféré se contenter de pouvoirs limités et d'une coalition hégémonique dans laquelle ils se sont révélés être un excellent soutien dans la prise de pouvoir d’Ennahdha.

Force est de reconnaître que le parti de Rached Ghannouchi demeure pour l’instant le seul bénéficiaire de la Troïka, jetant aux oubliettes les prérogatives de ses deux alliés. En effet, avec un président honorifique et un gouvernement aux larges attributions, Ennahdha reste pour l’instant le favori des élections prévues en 2013.


Synda TAJINE

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

samiro
| 17-04-2012 22:23
Jeune mais talentueux, enthousiaste et très créatif, animé par une grande passion pour l'art, Samir Khelil est un peintre autodidacte qui s'immisce dans ce monde de l'art où il n'est pas aisé de s'imposer.

Il lui suffit juste de concevoir une image dans son esprit pour qu'une 'uvre soit réalisée, en quelques minutes, à l'aide simplement d'un pinceau ou d'un crayon de dessin.
La carrière de cet artiste, né en 1978 à tizi ouzou, a pris naissance en 2006 et c'est en 2008 que son rêve a commencé à prendre forme par l'exposition de ses 'uvres et en participant à différentes activités culturelles, lesquelles lui ont permis de se faire connaître et de recevoir des prix, des diplômes et des attestations. En effet, il a été honoré à maintes reprises pour ses différentes 'uvres artistiques, qu'elles aient été réalisées sur papier ou sur toile. A titre d'exemple, on peut citer l'attestation qui lui a été attribuée à la Maison de la culture Mouloud Mammeri pour sa participation au troisième «Salon des Arts Culinaires Traditionnels», organisé l'année écoulée. De même qu'en 2008, l'APW et l'APC d'azazga ainsi que le comité des fêtes de cette ville l'ont honoré et remercié pour ses 'uvres. Samir Khelil a choisi la peinture comme moyen d'expression par lequel il a voulu promouvoir la culture berbère, fasciné qu'il est par la richesse de celle-ci. C'est aussi, pour lui, un moyen d'étaler sa perception du monde et interpréter sa vision de la vie et de la réalité. Ce domaine, selon ses dires, lui a permis de transporter les gens, à travers ses couleurs, pour les faire voyager dans le temps et même dans l'espace. Le moins que l'on puisse dire de ce peintre est qu'il est tellement ambitieux et motivé qu'il se dépense corps et âme pour la confection de ses toiles. Il souhaite vivement accomplir son devoir d'artiste, celui de contribuer à la promotion et à l'épanouissement de la culture berbère en participant à des festivités culturelles internationales.
nom: khelil un artiste qui progresse
Prénom: SAMIR
Adresse: cite 400 logements bt 8 n° 350 Draa ben khedda
Tizi ouzou ALGERIE
Passeport N°6712542
Tel: 00213.799.24.36.43
Facebook : samir khelil
E-mail: khelilsamir@yahoo.fr
Site: http://www.artmajeur.com/samiro sam.art@live.fr

Objet: Demande de participation
J'ai l'honneur de solliciter votre haute bienveillance de bien vouloir me renseigner sur les conditions pour une participation à l'une de vos manifestations culturelles programmées au fil de l'année. Cela me permettrait d'atteindre une certaine dimension culturelle au niveau international et pouvoir entamer du moins une pratique d'intérêt culturel.
Renseignement me concernant:
- Nom: KHELIL,
- Prénom: SAMIR,
- Né le: 11/06/1978 à Tizi-Ouzou (Algérie)
- Expérience: Plusieurs expositions, manifestations, festivals culturelles
- (Un Membre à: l'ONDA (l'Office National des Droits d'Auteurs et Droits Voisins) Membre en qualité auteur d'uvres artistiques depuis 06/02/2007 matricule : N° 85403 , à l'UNAC union Nationale des Arts Culturels carte de artiste peintre plasticien matricule 47/2010)et carte d'artiste audio visuel (58/2009) ainsi qu'à l'Association Culturelle pour la Sauvegarde du Patrimoine et de l'Authenticité de la wilaya de Tizi-Ouzou.
- Membre a la chambre de l'artisanat et des métiers : dessinateur décorateur .carte d'artisan numérus N°1544.012086.11 code.01/08/006
Pour d'autres renseignements me concernant, je reste à votre entière disposition.
Dans l'attente d'une suite favorable, veuillez agréer, Madame monsieur l'expression de mon profond respect.
Cordialement Khelil samir

NEO
| 06-04-2012 11:24
"Ces trois parties appartenant à différentes idiologies ont mis l'intérêt de la Tunisie au dessus de tout."

Non je ne le crois pas , c'est fini ce temps là, les hommes de bien ont disparus depuis bien longtemps...Regardez en france pays que je connais asssez bien...c'est soi disant une democratie... elle l'etait oui... c'est termine .. les partie politiques verrouillent le systeme afin que ça ne puisse passé que par eux... c'est d'abord eux..! ensuite le parti et si il reste de la place eventuellement le pays..!
je ne vous dirais pas ici (car ce n'est pas le sujet) les magouille du clan SARKOZY et consors....et vous croyez qu'en tunisie ce serait different...!

morsi
| 05-04-2012 16:23
jamais on ne reussi la democratie ni en tunisie dans aucunes des pays arabes parceque nous somme un peuples egoiste et ingras

fethia
| 04-04-2012 23:28
s'il y a des partis qui ont été la cause de ce que nous vivons actuellement ce sont bien ettakatol et le cpr car s'ils ne se sont pas alliés à ennahdha ,ce parti n'aura jamais eu ce pouvoir et n'aura jamais pu être dans la majorité et faire ce qu'ils font du pays at des tunisiens.

Ridmir
| 02-04-2012 19:43
« Parce que chacun deux prépare son avenir électoral «

Mais je rêve.. ! Vous lancez des mots vers qui .. ? A ce qui est un os qu'ils lui ont donné à ronger ou vers ce pantin, ce minus ! je reprends ce qui a été dit par Synda Tajine, « ces dernières péripéties semblent sceller de plus en plus la perte d'influence de ces deux partis auprès de leur électorat et de l'opinion publique ». Il fallait se remettre à l'évidence .que l'un et l'autre ne sont plus comestibles (politique) mauvaise cuisson, ça fumait un peu partout, les retirer définitivement du feu. Et c'est déjas fait.. !

Mes amitiés.

R.F :alias Ridmir. Originaire de la ville de Monastir
«Le désespoir comble non seulement notre misère, mais notre faiblesse.»

Ibrahim.D.
| 02-04-2012 13:40
Qu'on veuille ou non Ennahdha est le parti majoritaire à la constituante et vu ses anciens « liens » avec le C.P.R et « l'invitation » du Ettakatol pour former un gouvernement, ces deux derniers ne peuvent en aucun cas faire une entorse à la feuille de route tracée par le 1er ministre.
Rappelez 'vous le 1er gouvernement du parti socialiste en France du Pierre Mauroy il y a eu des alliances avec le parti communiste et MRG, et là on ne peut pas comparer des décennies de démocratie et une 1ère année d'apprentissage en liberté et en démocratie. C'est là où réside le problème !!!!!
Actuellement on assiste vraiment à un état à « trois têtes » !!!!!!! Parce que chacun deux prépare son avenir électoral !!!!!!!!!!!

kangerofski
| 02-04-2012 11:46
Votre Titre est sous forme de question, alors je vais vous répondre avec toute la simplicité du monde :

Il ne Reste que le parti "UNIQUE" ENNAHDHA.

Pauvre Tunisie....!!!!!

ZZZ
| 02-04-2012 10:43
Tout ce que vous décivez est,malheureusement vrai.Marzouki et surtout Ben Jaafar jouent les idiots utiles (aux **** d'Ennahdha) et le peuple est le dindon de la farce-comme souvent-.

S O S
| 02-04-2012 09:48
Chere synda

La tunisie ne reussit jamais la democratie d'un seul parti au pouvoir ; l'enjeu associatif a fait le grand succes de reussite aux yeux du monde entier sauf qq tunisiens malades.

Le pays est en revolution , la nomination se fait selon la situation et cas par cas.

Peut être les nommés sont mieux dotés de travailler plus et ne pas rentrer à 18 h .

Dans tt les pays du monde , cest le president du gvt qui choisit ses collaborateurs avec avis du ministre.

Quant à la peur aux elections prochaines , le peuple tunisien est intelligent et choisit selon le merite.

Dors en repos chere petite ce sont les tunisiens qui vont gouverner les tunisiens par des institutions et pas par des personnes.

Cordialement.

AZER
| 02-04-2012 09:29
Je pense que le PDP et le PDM et autres auraient dû rentrer au gouvernement avec le CPR et Ettakatol, les "modernistes" auraient pu avoir plus de poids et puis il ne faut pas laisser le terrain à Ennahdha seule et apprendre à exercer le pouvoir. Ennahdha a montré des pratiques rcdistes et s'intéresse surtout aux élections qu'aux urgences du pays ils placent leurs pions et laissent faire les salafistes.

A lire aussi

Si la grève dans le secteur public a été annulée suite à un accord convenu entre le gouvernement et

21/11/2018 19:59
0

L’actualité de ces deux derniers jours nous vient du côté de Monplaisir. Il s’agit du discours

19/11/2018 19:59
11

Le retour au protectionnisme, la forte disparité et concentration des revenus mondiaux, la

18/11/2018 15:59
10

La crise de l’immobilier n’est un secret pour personne. Alors que beaucoup de Tunisiens privilégient

16/11/2018 19:59
5

Newsletter