Tunisie - Hiba Missaoui, journaliste pour TWT, agressée par la police à l’Avenue Habib Bourguiba

Envoyer cette page

Hiba Missaoui, journaliste pour TWT (Tunisia World Television) affirme sur les ondes de Shems Fm avoir été agressée « physiquement et verbalement », à l’avenue Habib Bourguiba, par des membres de la brigade des opérations de protection, aujourd’hui, samedi 21 juillet 2012.


Lors d’un micro-trottoir, Hiba Missaoui, accompagnée de sa collègue, la camerawoman Rahma Ghalleb, a assisté à un accident de la circulation entre un métro et une voiture de police, qu’elles se sont mises à filmer. Ce qui semble avoir déplu aux membres de la brigade des opérations de protection,  présents sur les lieux, qui ont tenté de leur arracher la caméra, sans succès, et les ont brutalisées et agressées verbalement, toujours selon les déclarations de Hiba Missaoui.


S.T.

Ads
18 commentaires
@.ABROUD
los-pistoleros-de-tunez |23-07-2012 10:41
"L'acte du policier n'est qu'une conséquence de la mauvaise conduite professionnelle des deux journalistes."

Alors comme ça un flic a la droit de me brutaliser si jamais je fais une présumée gaffe professionnelle ? J'aimerais bien vous y voir un jour : vous grillant un stop et un agent de la circulation vous mettant une baffe pour manque de professionnalisme au volant !
Il y a de quoi avoir peur jeune fille !!
salahtataouine |22-07-2012 13:30
http://www.youtube.com/watch?v=eGIkC4u0hR0
Encore une journaliste qui ne connait pas qu'elle est sous l'autorité
Engineer Juridique |22-07-2012 11:14
Des agents de l'ordre qu'elle veut filmer...

Eux aussi sous l'autorité du ministère public et son représentant l'avocat général article 22 du code pénal...

Alors notre demoiselle se trouvait-elle en flagrant délit punissable par la loi???

Abroud a-t-il vu juste???

Alors quand les journalistes qui sont les 22% de réussite du bac 2012 vont comprendre que sous la voie publique l'autorité est à l'autorité... Et non à eux...
C est pour quand la police républicaine
Hannibal barca |22-07-2012 10:36
BEN ALI ou ghanouchi même combat pour le pouvoir ,le népotisme,la corruption,l intolérance,l arbitraire ....
Ça les flics qui reprennent leurs vielles habitudes violentes l ont senti et désormais ils sont décomplexés et se vengent de la période ou comme des lâches ils rasaient les murs ayant peur de la réaction du peuple qui brûla leur symboles....
Attention la révolution est un long processus et cette police nahdhaoui connaîtra le même sort que celle de ben ali
Chassez le naturel....
aboulghaïeb |22-07-2012 05:03
La flicaille de ce pays est toujours celle formée par Benali et ses acolytes. Durant 23 ans on a inculqué aux policiers, en civil ou en tenue, que les patrons c'est eux. Tous les passe-droits leurs sont permis pourvu que l'ordre règne. Ils sont assurés de l'impunité la plus totale, quelles que soient les exactions commises contre les citoyens.
Passée l'euphorie de la révolution et le atmosphère de liberté que nous avons vécue, on revient à la case départ.
Les Nahdhaouis ne pouvaient trouver mieux que cette structure formée à la dure, certes irrespectueuse des libertés individuelles, mais hyperefficace pour mater les citoyens. Et au diable les promesses électorales.
Cette journaliste, dans sa naïveté, l'a su au détriment de sa dignité et dans sa chair.
Planète Mars
Pitbul |22-07-2012 01:13
@ABROUD

Drôle de raisonnement ,c'est juste pour donner raison aux policiers partie prenante de l'accident. Les gens du métier appellent ça un SCOOP .Au fait vous vivez sur quelle planète.
Les forces de l'ordre 2012 et la cocotte minute !
ghazi |21-07-2012 20:29
Quelle est la différence entre brigade des opérations de protection tunisiennes et une cocotte-minute ?
Il n'y en a pas car pour tous les deux, dès qu'ils sifflent c'est cuit !
@.ABROUD
Alhambra |21-07-2012 19:53
Votre post montre bien que vous ne connaissez rien ni au metier ni a la deontologie ni aux regles qui regissent le metier de journaliste.
En effet un bon et vrai journaliste est toujours a l'affut du moindre "chien ecrase" qui peut cacher bien d'autres choses. Et en l'occurrence, le fait que l'un des protagonistes de l'accident fasse partie du MI ne change rien a l'affaire.
Si l'on en croit votre ecrit, cela veut dire que chez nous plus aucun journaliste ne pourra faire son travail correctement.
Felicitations a Hiba pour sa reactivite face a un evenement imprevu !
PS. Ayant enseigné à l'Ecole de Journalistes de Marseille, je me sens fondé a donner mon avis sur ce point. J'ai suffisamment reproche a BN son manque de professionnalisme...
Comportement pervers
gringo |21-07-2012 19:22
Les fonctionnaires de l'Etat se la jouent nahdhaouis. Notre pays ne changera pas tant que l'administration reste inchangée.
Où allons-nous?
chrguivara positif |21-07-2012 19:21
Trop de choses négatives, de temps en temps quelques points positifs; chaque jours apportent son petit lot d'évènements et avec le temps cela s'accumule pour finir par peser quelque chose de significatif par rapport à l'orientation démocratique ou non de notre société. Il est clair pour quelqu'un qui veut voir que tous les dossiers commencent à prendre de la couleur, mais il est un fait que l'histoire de notre pays aura connu une secousse que nos enfants en connaîtront les retombées. Espérant qu'elles seront bonnes.
12
Votre commentaire
Pseudo*
E-mail*
Titre*
Texte
Conditions d'utilisations
- Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne sont pas rédigés par les journalistes.
- Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ne sera publié.
- Aucun commentaire contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
- Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de modération
Conditions d'utilisation
Business News remercie vivement ses lecteurs pour leurs commentaires, qui en apportant leur contributions, participent à l'enrichissement du journal en ligne. Cet espace reflète une multiplicité de points de vue à l'unique condition que ces points de vue se respectent les uns les autres.


- Les commentaires envoyés seront archivés sur les serveurs de Business News et demeureront consultables, avec l'article objet du commentaire, tant que le site fonctionne ;
- Les mails des lecteurs seront conservés dans nos archives internes et ne feront l'objet d'aucune exploitation commerciale. Aucun mail non sollicité (spam) ne sera délivré après l'insertion d'un commentaire dans Business News.
- Les mails des participants aux commentaires seront conservés dans nos archivages internes. Ils ne seront jamais communiqués, sans autorisation de leur titulaire ou à la demande d'une autorité judiciaire tunisienne.
- Tout commentaire envoyé sera lu par un modérateur avant publication.
- Business News n'est pas garant de la véracité des commentaires des lecteurs. Le rôle de ses modérateurs s'arrête aux vérifications d'usage liées aux règles de modération indiquées ci-dessus et non aux vérifications journalistiques du fond de l'information.
- Les commentaires sont généralement publiés dans un délai maximal d'une heure approximativement après envoi et ce, les jours ouvrables de 9h à 18h.

Règles de modération
Tous les commentaires sont publiés à la condition qu'ils respectent les règles de conformité à la loi tunisienne et de bienséance. Les contributions qui ne seront pas validées sont celles qui :


- Encourageraient un sentiment raciste et/ou haineux de quelque nature que ce soit ;
- Déprécieraient un groupe de personnes, une profession entière, une entreprise entière ;
- Injurient ou diffament les personnes, les entreprises et/ou toute autre entité ;
- Attaqueraient sans argumenter, ou argumenteraient de manière haineuse ;
- Alimenteraient des rumeurs, qu'elles soient fondées ou non ;
- N'auraient aucun lien avec le sujet principal de l'article objet du commentaire ;
- Ne s'adresseraient qu'à un autre lecteur en particulier, sans que les autres lecteurs puissent être concernés par le débat.
- Assimileraient la rubrique « commentaire » à un forum de discussions.

Business News se réserve le droit de retirer, ou de rewriter, un titre ou une partie du commentaire, même après insertion, au cas où cela se justifierait dans les situations suivantes :
- Paragraphe hors sujet ;
- Paragraphe ou phrase diffamatoire ;
- Paragraphe ou phrase non conforme avec les règles de modération indiquées ci-dessus ;
- Commentaire trop long ;
- Paragraphes ou phrases formulés en langage abrégé ou comportant un nombre élevé d'erreurs.
- Paragraphes ou phrases formulés en langue arabe ou en langue autre que le français et ce pour des raisons techniques.

Nos lecteurs peuvent signaler tout message litigieux aux modérateurs par l'envoi d'un mail à : mail@dmc.com.tn ou par téléphone au +216 70 831 100 ou par fax au +216 70 831 025