alexametrics
Dernières news

Tunisie - Affrontements musclés entre manifestants et forces de l'ordre à Siliana (vidéo)

Tunisie - Affrontements musclés entre manifestants et forces de l'ordre à Siliana (vidéo)

Une manifestation réunissant quelques milliers d’habitants de la ville de Siliana ainsi que des syndicalistes et représentants de partis politiques, organisées aujourd’hui, mardi 26 novembre 2012, devant le siège du gouvernorat, a dégénéré en affrontements violents avec les forces de l’ordre qui ont essayé de disperser les manifestants à coups de matraques et de gaz lacrymogène. La ville, qui vit au rythme des contestations depuis le 22 novembre, observe aujourd’hui une grève générale, décrétée il y a quelques jours par l’UGTT, réclamant « le limogeage du gouverneur de Siliana » et « la mise en place d’une réelle stratégie de développement de la ville ».
Lors de cette manifestation, au départ pacifique, les manifestants ont scandé des slogans appelant au départ du gouverneur, dont la présence est vivement contestée, la libération de nombreux prisonniers arrêtés lors des événements du 26 avril dernier, ainsi que le développement de la région, notamment, en matière d’investissement et de création d’emplois. Les manifestants, qui ont été violemment dispersés, par les agents des forces de l’ordre, au moyen de matraques et de gaz lacrymogène, ont riposté par des jets de pierre.

La situation reste très tendue pour le moment et des cas d’étouffement par gaz lacrymogène ainsi que de blessés par balles ont été enregistrés du côté des manifestants selon la page officielle de l’UGTT qui précise également que de nombreuses personnes ont été transportées aux urgences de l’hôpital régional de Siliana. Des membres de l’Assemblée nationale constituante auraient été blessés lors des affrontements, selon la même source.

S.T.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Citoyen_H
| 28-11-2012 20:15
PRATIQUES VIOLENTES, il y a quelque temps de cela.
Y a pas à chier, ZABA avait à 100.000% raison. Le bâton utilisé envers les chameliers était trop souple à mon gout. C'est pas grave. Ce n'est qu'une trêve. Cependant, je reste convaincu que ce qu'ils ont enduré, n'était qu'une séance de danse classique par rapport à ce qui les attend.
Yaamal lallah.

lamjed
| 28-11-2012 18:29
Nos unites d intervention ont fait leur devoir de maintenir l ordre et de faire respecter le droit .
Une bande de provocateurs ont choisi la confrontation et la provocation au lieu de manifester dans le respect de la loi.
Certainement la grande majorite des citoyens de Siliana sont etrangers a ces desordres

je dis la vérité
| 28-11-2012 13:33
Un petit rappel historique de cette célèbre révolte qu'avait connue la Tunisie beylicale, en plein XIXème siècle.

"Chef de la tribu des Majer, il est l'une des figures emblématiques de la révolte menée en 1864 contre le pouvoir des beys, suite au dédoublement des impôts (mejba) imposé en 1858 par la politique financière abusive, instaurée par le ministre Mustapha Khaznadar.

Alors que les soldats du bey s'en prennent à toutes les tribus, Ali Ben Ghedhahem ordonne la désobéissance fiscale et se voit contraint de se réfugier dans les montagnes près d'Oueslatia et Bargou et d'organiser la résistance ; d'autres tribus se rallient à son mouvement dont les Ouled Ayar de la région de Makthar, les Jlass et les Oueslat de la région de Kairouan, les Hemamma de la région de Sidi Bouzid et les Frachich de la région de Kasserine...."

Voilà les faits historiques et est-ce que l'on peut tirer comme leçons de cette énigmatique révolte, venant tout droit de la Tunisie profonde.

La région de Siliana, est une des régions prioritaires du développement du pays. Le gouvernement actuel, préoccupé par l'islamisation de la société, ne s'est réellement jamais penché sur la précarité des habitants des régions déshéritées, loin de là.

Gare aux critiques ! Que ce soit venant de l'opposition ou des médias, ou de tout autre. Vous êtes rapidement lapidé, jeté en pâture aux "milices d'Ennahda", qui vous achèveront.
La pensée unique règne. Même les députés, venant de ces endroits "hors du temps", aux prix de grèves de la faim, sont incapables de faire bouger les choses....
Les nahdaouis, tirent leur force, de la politique du mensonge et du sacré. On dirait que le "sacré" qui va donner du travail à ces milliers de chômeurs, agglutinés dans les cafés ou collés contre les murs.
Le "ras-le-bol", généralisé à d'autres régions, finira par emporter ces obscurantistes dans un tourbillon sans nom.....

Neutre
| 28-11-2012 12:50
Mohammed Jribi n'est pas loin de la vérité l'ugtt,régionale ou nationale poursuit une politique devastatrice ,elle s'identifie manifestement à un parti politique qui entend au-delà de sa mission de défense de la classe ouvrière ,à mettre en 'uvre un projet politique inavouable.Il y a lieu de mettre fin à son entreprise visant à généraliser le chaos.Ses dirigeants sont libres d'accorder leur soutien au gouvernement LÉGITIME du pays ou de le leur refuser,ils ont le droit d'en penser ce qu'ils veulent,ils peuvent le faire a titre individuel,Ils n'ont pas le droit de dénaturer laa mission de l'institution qu'ils dirigent et de la de voyer de ses objectifs fondamentaux.Ils ne. Peuvent pas s'appeler Organisation synndicale et fonctionner comme un parti politique,à l'abri des interpellations.bref ils ne peuvent continuer d'avoir le beurre et l'argent du beurre.Ils ne peuvent pas marcher sous la pluie sans se mouiller.Ils ne peuvent échapper aux rigueurs des lois qui régissent le pays,leur immunité n'est pas indéfectible ,ils doivent répondre de leurs actes comme tout un chacun.jusqu'ici ils ont impunément abusé de leurs prérogatives ,sans jamais être inquiètes .Ils peuvent joindre ,à titre personnel,le parti d'opposition qu'ils souhaitent,mais pas sous couvert du Syndicat qu'ils dirigent.L'action qui est la leur,en ce moment est partisane et laisse supposer qu'ils appréhendent l'Etat de droit qui cherche à s'instaurer.Leur salut et celui de l'UGTT dépend de leur clairvoyance et de leur honnêteté .Esperons qu'ils feront le bon choix,avant que les les Tunisiens, à l'instar de Mohammed Jribi ,ne finissent par réclamer ,la remise en question,de leur utilité .Un pseudo-syndicaliste averti en vaut deux!

Noury
| 28-11-2012 12:08
Au diable Siliana et ses citoyens importés qui agressent les gentils flics avec des cailloux importés ! Il faut sauver M. Neveu....

HL75TN
| 28-11-2012 10:17
L'Emir du Qatar doit trembler sur son trône, là-bas, à Doha et pour cause ! Les choses vont mal dans deux des provinces qu'il croyait avoir conquises et soumises.

D'abord, en Egypte où son proconsul, le dénommé Mohamed Morsi, s'était, il y'a juste une semaine, octroyé les pleins pouvoirs, pour, selon ses dires, accélérer la réalisation des objectifs de la révolution et depuis une semaine, la rue égyptienne lui refuse ce pas de plus vers l'arbitraire et le retour à la dictature et depuis encore, les images des morts et des blessés viennent nous rappeler les images des mois de janvier et de février 2011.

Ensuite, en Tunisie et plus précisément à Siliana. Le nombre des manifestants et leurs revendications nous ramènent également deux années en arrière et les images des blessés aussi. Certes, il n'y a pas encore de morts mais la chevrotine tirée en plein visage aurait pu être mortelle, mais cela aurait-il dérangé le gouvernement de la province outre mesure ?

Au train où vont les choses dans les provinces qataries d'Afrique du Nord, nous ne sommes pas loin d'entendre des manifestants hurler à pleins poumons : Non à l'Islam et ce ne serait que justice après ce que les tenants de cette religion qui prétendent nous gouverner au nom d'Allah ont montré comme inaptitude à gouverner pour le bien de l'homme et dans l'intérêt de tous.

b2b
| 28-11-2012 09:07
...lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maitres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque , finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus au-dessus d'eux l'autorité de rien, ni de personne, alors c'est là en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyrannie...
PLATON 429-347 av- JC
extrait de la république
chère pseudo élite tunisienne, chers paris, chère UGTT, avez vous lu ça? lè haoula wa lè kouatè illè billeh!

Léon
| 28-11-2012 09:07
Tu es un MALADE régionaliste. Le pays a été foutu en l'air par les haineux qui sont sorti dans la rue arguant d'arguments semblables aux tiens.
La dynamique d'une région profite à tous les tunisiens espèce de malade. Si tu travaillais ta région et te mettais au travail çà vaudrait mieux, espèce de tribal ou plutôt de trou de balle.

Léon
| 28-11-2012 09:03
J'avais dit du temps de la révolution que c'était trop facile de coller toutes les fautes du pays sur quelques personnes et s'en laver les mains. J'avais dit qu'en adoptant cette politique (de l'autruche) on ne résolvait rien, pire encore, cela amplifierait ce qui existait déjà.
J'ai désigné UN coupable: Le peuple! Celui-là même qui a huilé tous les rouages du système par ses pratiques de corruption: N'est-ce pas les petits commis de municipalité et les policiers qui en faisaient le plus usage? Le tunisien n'est-il pas potentiellement un corrompu. Ils en veulent aux Trabelsi mais s'ils étaient à leur place, ils en auront fait bien plus.
C'est un fait et vous n'y pourraient rien si vous ne vous faites pas à l'évidence.
Il s'agit du suicide d'une Nation. C'est l'histoire du serpent qui se mord la queue et croyant se nourrir, il continue jusqu'à sa fin.
Je vous en conjure, arrêtez le massacre en arrêtant de désigner les autres. Le problème, c'est VOUS!
Rappelez-vous de ce que je vous raconte dans 3 ans quand vous regretterez tout ce que vous avez entrepris.
Et surtout, lisez le verset 112 de la sourate des abeilles et remettez-vous à Dieu.

Mohamed DJERBI
| 28-11-2012 07:30
Une partie de la population à Siliana mécontente et insatisfaite fait un sit in ou une manifestation pacifique, tout le monde est d'accord, mais quand l'UGTT, dévouée à la défense des travailleurs demande le LIMOGEAGE DU GOUVERNEUR, cela devient impossible à supporter.
On reproche au gouverneur l'absence de stratégie de développement pour Siliana. Que ces experts en développement présentent leur programme, et la manière dont ils vont le réaliser, et le gouverneur avec le gouvernement en entier seront d'accord.
O Tunisiens, réveillez vous et travaillez plus et dur, au jour J ni les syndicats, ni les responsables politiques ne partageront leurs revenus avec vous, au pire on vous donnera quelques sous pour accomplir des actions suicidaire. Réveillez vous Tunisiens, vous avez élus des représentants à l'ANC, la première chose à laquelle ont pensé vos élus c'est leurs salaires, indemnités et conforts.
Avez vous vu un seul dire que la rémunération est élevée ? Réveillez vous, allez au travail, cherchez du boulot là où il se trouve, n'attendez pas que le travail vous vienne au lit.

A lire aussi

Le Conseil régional élargi de Nidaa Tounes à Monastir a appelé le directeur exécutif de Nidaa

22/09/2018 15:26
0

Après les démissions collectives de Ben Arous et de Hammam Lif, c’est au tour des membres de la

22/09/2018 14:23
1

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a reçu, ce samedi 22 septembre 2018, l’avocate et veuve du

22/09/2018 14:03
4

Les pêcheurs tunisiens arrêtés par les Garde-côtes italiens et qui sont en état d’arrestation depuis

22/09/2018 13:23
0

Newsletter