Lotfi Nagdh, un meurtre sans coupables

Businessnews.com.tn | publié le 15/11/2016 15:59
Par Synda Tajine,

 

« Que le 18 octobre soit la journée de l’épuration et de la liquidation du détestable RCD ». Cette phrase a clos un communiqué des ligues de protection de la révolution publié en octobre 2012 dans la ville de Tataouine. Ce communiqué a été signé par le secrétaire général de cette tristement célèbre ligue, Saïd Chelbi. Ce jour-là, en 2012, le coordinateur général de Nidaa à Tataouine, Lotfi Nagdh, a été lynché par une foule en colère. Ce même Nidaa qu’on avait qualifié, et qu’on qualifie aujourd’hui encore, de résidu du RCD. Cette ligue est aujourd’hui dissoute, ses membres en revanche se narguent d’être des révolutionnaires qui veulent, eux-aussi, sauver le pays.

Ce 18 octobre-là, Lotfi Nagdh est mort. Dans un premier rapport établi par un médecin légiste, on apprend qu’il est mort « suite à une crise cardiaque ». Un deuxième rapport a attesté de la présence de bleus et d’œdèmes sur tout son corps.

 

Hier soir, les présumés assassins de Lotfi Nagdh ont tous été acquittés et relâchés. Un non-lieu retentissant a été prononcé dans l’affaire de son assassinat qui traine devant les tribunaux depuis 2012. Saïd Chelbi, Louhichi Fakhem, Abdelwaheb Thebti et les autres, ont pu rentrer chez eux ce matin sous les applaudissements des pseudos révolutionnaires venus les accueillir et les acclamer. On les présente comme des héros, comme des victimes d’une opinion publique qui les a accusés à tort pendant 4 ans alors qu’ils étaient innocents. Oui car on célèbre cet acquittement comme étant une victoire, une victoire de la justice impartiale et indépendante contre le pouvoir tyrannique. Une justice des révolutionnaires qui ont décidé de faire justice eux-mêmes. Une justice de ceux dont les appartenances politiques les placent hors d’atteinte.

 

Ce procès qui a duré 4 longues années s’est soldé par un fiasco total. La question est simple et aucune réponse n’a été apportée à l’heure actuelle. Qui a tué Lotfi Nagdh ? Aujourd’hui, on estime qu’il n’a pas été tué. Qu’il a tout simplement « succombé » au lynchage de la foule. Qu’il a « perdu la vie » après une crise cardiaque. Qu’il a péri suite « au choc subi lors d’une manifestation qui a dégénéré des deux côtés ». Mais il ne s’agit nullement de meurtre ou d’assassinat. Des jeux de mots permettent de masquer la réalité, de maquiller ce qui est vrai et de disculper les véritables coupables. Au diable la sacralité de la vie humaine !

Mais les véritables coupables ne sont pas seulement ceux qui posent ce matin, le sourire béat et la mine triomphante, aux côtés des « révolutionnaires » de fortune.  Les vrais coupables sont ceux qui ont banalisé l’appel au meurtre et le lynchage public. Ce sont ces élus de l’ancien Parlement qui ont appelé à ce que « des mains soient coupées », à ce que «  ceux qui contestent la légitimité soient lynchés dans la rue ». Ces élus qui ont qualifié les accusés de « lions qui se sont mobilisés pour défendre une noble cause, celle de la révolution et de ses principes », et ce, avant qu’aucun jugement ne soit rendu.

C’est ce pouvoir qui autorise des partis politiques menaçant de « couper des têtes et des mains », d’agir en toute légalité et de continuer à propager ses discours haineux. Les premiers responsables ce sont tous ceux qui ont permis à cette culture de la haine et de la violence de s’enraciner dans le pays et de devenir un langage qualifié de révolutionnaire et largement toléré.

 

Lotfi Nagdh n’est pas le seul à avoir succombé à la légitimité révolutionnaire. Les assassinats de Chorki Belaïd et de Mohamed Brahim, dont on ignore tout à l’heure actuelle hormis quelques bribes d’informations, restent impunis. Il s’agit d’affaires différentes, mais tous sont des meurtres minutieusement préparés. Si des armes ont été achetées et des « hommes de main » payés pour que Belaïd et Brahim soient assassinés, il n’en demeure pas moins que la mort de Nagdh a été tout aussi préméditée. Des discours banalisant tout appel au meurtre, ou passage à l’acte, un climat de tensions et de violence, et un lynchage qui demeure impuni et sur lequel on n’arrive toujours pas à mettre des mots…

Lotfi Nagdh a été tué, mais tous les accusés sont innocents. Qui sont donc les vrais coupables ?

Lotfi Nagdh, un meurtre sans coupables

Par Synda Tajine, publié le 15/11/2016 15:59

 

« Que le 18 octobre soit la journée de l’épuration et de la liquidation du détestable RCD ». Cette phrase a clos un communiqué des ligues de protection de la révolution publié en octobre 2012 dans la ville de Tataouine. Ce communiqué a été signé par le secrétaire général de cette tristement célèbre ligue, Saïd Chelbi. Ce jour-là, en 2012, le coordinateur général de Nidaa à Tataouine, Lotfi Nagdh, a été lynché par une foule en colère. Ce même Nidaa qu’on avait qualifié, et qu’on qualifie aujourd’hui encore, de résidu du RCD. Cette ligue est aujourd’hui dissoute, ses membres en revanche se narguent d’être des révolutionnaires qui veulent, eux-aussi, sauver le pays.

Ce 18 octobre-là, Lotfi Nagdh est mort. Dans un premier rapport établi par un médecin légiste, on apprend qu’il est mort « suite à une crise cardiaque ». Un deuxième rapport a attesté de la présence de bleus et d’œdèmes sur tout son corps.

 

Hier soir, les présumés assassins de Lotfi Nagdh ont tous été acquittés et relâchés. Un non-lieu retentissant a été prononcé dans l’affaire de son assassinat qui traine devant les tribunaux depuis 2012. Saïd Chelbi, Louhichi Fakhem, Abdelwaheb Thebti et les autres, ont pu rentrer chez eux ce matin sous les applaudissements des pseudos révolutionnaires venus les accueillir et les acclamer. On les présente comme des héros, comme des victimes d’une opinion publique qui les a accusés à tort pendant 4 ans alors qu’ils étaient innocents. Oui car on célèbre cet acquittement comme étant une victoire, une victoire de la justice impartiale et indépendante contre le pouvoir tyrannique. Une justice des révolutionnaires qui ont décidé de faire justice eux-mêmes. Une justice de ceux dont les appartenances politiques les placent hors d’atteinte.

 

Ce procès qui a duré 4 longues années s’est soldé par un fiasco total. La question est simple et aucune réponse n’a été apportée à l’heure actuelle. Qui a tué Lotfi Nagdh ? Aujourd’hui, on estime qu’il n’a pas été tué. Qu’il a tout simplement « succombé » au lynchage de la foule. Qu’il a « perdu la vie » après une crise cardiaque. Qu’il a péri suite « au choc subi lors d’une manifestation qui a dégénéré des deux côtés ». Mais il ne s’agit nullement de meurtre ou d’assassinat. Des jeux de mots permettent de masquer la réalité, de maquiller ce qui est vrai et de disculper les véritables coupables. Au diable la sacralité de la vie humaine !

Mais les véritables coupables ne sont pas seulement ceux qui posent ce matin, le sourire béat et la mine triomphante, aux côtés des « révolutionnaires » de fortune.  Les vrais coupables sont ceux qui ont banalisé l’appel au meurtre et le lynchage public. Ce sont ces élus de l’ancien Parlement qui ont appelé à ce que « des mains soient coupées », à ce que «  ceux qui contestent la légitimité soient lynchés dans la rue ». Ces élus qui ont qualifié les accusés de « lions qui se sont mobilisés pour défendre une noble cause, celle de la révolution et de ses principes », et ce, avant qu’aucun jugement ne soit rendu.

C’est ce pouvoir qui autorise des partis politiques menaçant de « couper des têtes et des mains », d’agir en toute légalité et de continuer à propager ses discours haineux. Les premiers responsables ce sont tous ceux qui ont permis à cette culture de la haine et de la violence de s’enraciner dans le pays et de devenir un langage qualifié de révolutionnaire et largement toléré.

 

Lotfi Nagdh n’est pas le seul à avoir succombé à la légitimité révolutionnaire. Les assassinats de Chorki Belaïd et de Mohamed Brahim, dont on ignore tout à l’heure actuelle hormis quelques bribes d’informations, restent impunis. Il s’agit d’affaires différentes, mais tous sont des meurtres minutieusement préparés. Si des armes ont été achetées et des « hommes de main » payés pour que Belaïd et Brahim soient assassinés, il n’en demeure pas moins que la mort de Nagdh a été tout aussi préméditée. Des discours banalisant tout appel au meurtre, ou passage à l’acte, un climat de tensions et de violence, et un lynchage qui demeure impuni et sur lequel on n’arrive toujours pas à mettre des mots…

Lotfi Nagdh a été tué, mais tous les accusés sont innocents. Qui sont donc les vrais coupables ?

Commentaires (30) Commenter
Le même banditisme que lors d'autres assassinats et délits; ltant que la ville est déserte et lâchée à son propre destin on
takilas
| 09-01-2017 00:49
On entendu parler le medecin ramené pour la circostance pour se faire appeler légist;son attitude est très douteuse surtout qu'il avait la langue lourde ?!D'ailleurs son rapport est inconsistant pour ne pas insignifiant et ridicule.Mais un jour viendra et Dieu dévoilera toute la vérité,pour le moment la responsabilité pesera sur sa conscience, d'autant plus qu'il est seul medecin à être chargé à la hâte pour accomplir cette mission historique et qui ne pourra jamais rester sombre
@Khneji ou Khwenji
kameleon78
| 18-11-2016 20:28
Toujours de mauvaise foi, vous ne changez pas.
"Les dégâts de l'ignorance dépassent de loin ceux occasionnés par l'ennemi " disait mon grand-père
G&G
| 17-11-2016 11:31
Moi le petit pauvre RCDiste simple d'esprit
je suis fier d'avoir le privilège d'être le premier à prévenir les révolutionnaires des conséquences de leur acte commis le 14 maudit. Depuis 5 ans je me suis adressé à tous les nouveaux locataires aussi bien de gauche que de droite de faire table rase à leur esprit rancunier et de faire participer tout le monde à la réhabilitation de notre chère Tunisie défigurée bêtement par leur bêtise.
Mais il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
G&G
RCDiste et fier
Synda!vous chercher encore le coupable!!!
khneji
| 17-11-2016 10:32
vous faites semblant de ne pas connaitre le coupable!!!CESSEZ de fermer vos yeux! madame Nagdh a bien désigné ce coupable!Lotfi était victime de Nida tounes et des Azlems du RCD.
@Rayan benne| 15-11-2016 20:34
kameleon78
| 16-11-2016 15:27
Toujours aussi ridicule, le regretté Lotfi Nagdh était là au mauvais endroit et au mauvais moment d'après toi? En fait le martyr de Nidaa Tounès a eu le tort de se promener là au milieu d'une manifestation, quel imprudent....!
@pseudo_tunisien| 15-11-2016 22:28
kameleon78
| 16-11-2016 15:21
Donc d'après vous il est mort de peur.
@Tunisienne| 16-11-2016 12:49
kameleon78
| 16-11-2016 15:20
Je rajouterai à votre commentaire : "Et la Horde Sauvage des LPR n'étaient là que pour témoigner de son suicide devant les caméras de télévision et les téléphones portables"...
@ Citoyen_H
Tunisienne
| 16-11-2016 14:54

Ça, c'est bien vrai cher Citoyen_H !

Voilà ce que donnent l'expression et l'exercice «démocratiques» de l'«opposition» qui s'oppose à l'Humanité, au droit à la vie des contradicteurs, à l'État de droit et à la République, au progrès et au sens de l'Histoire...


Amitiés

LE COUPABLE
Citoyen_H
| 16-11-2016 13:46

est ZABA!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Il a été trop magnanime avec tous ces ploucs chameliers et bouseux de la trika, qui nous pourrissent la vie depuis l'avènement de la brouette et du mulet.
C'est son seul et unique bémol.
Il est vrai que nul n'est parfait.





Ouf !
Tunisienne
| 16-11-2016 12:49
Voilà enfin une qualification des faits qui aura échappé à tout le monde, mais que certaines lumières (de mauvaise foi, si toutefois la mauvaise foi pouvait faire jaillir une quelconque lumière !) ont quand-même trouvée !

Lotfi Naguedh est lui-même coupable de son propre meurtre :

Coupable d'avoir été là;

Coupable de s'être fait lyncher et piétiner;

Coupable d'avoir eu un coeur pas suffisamment solide pour tenir;

Coupable d'avoir eu des opinions politiques «anti-révolutionnaires»;

Et, vraisemblablement, coupable même d'avoir existé !

Nous avons donc tous les ingrédients du suicide («Halel» pour le coup) !



PATHÉTIQUE...

Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration