Les patrons en colère, Wided Bouchamaoui dans la tourmente

Businessnews.com.tn | publié le 16/03/2017 18:20
Par Houcine Ben Achour,

C’est un véritable séisme qui a secoué l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), la centrale patronale historique. La fracassante décision de la Fédération nationale du textile (Fenatex) de quitter corps et biens l’organisation patronale, suivi par le profond malaise exprimé par la Fédération nationale du cuir et de la chaussure, relayé  par les menaces, à peine voilées, de la Fédération des transports, de voler de ses propres ailes, ont donné clairement à voir le mal-être et la colère des patrons vis-à-vis du traitement qu’ils subissent depuis quelque temps.

 

Ils ne veulent pas être les seuls à supporter les charges du redressement économique du pays, d’autant qu’ils considèrent que les orientations imprimées à ce redressement sont loin d’être celles qui répondent aux besoins de l’entreprise. Après les lourdes charges fiscales qui leur ont été imposées à travers les dispositions de la loi de finances 2017 afin de satisfaire les besoins de financement du budget de l’Etat, voila qu’ils doivent supporter les charges sociales des augmentations de salaire, afin de satisfaire les désidératas de l’UGTT. Cela en fait trop alors que par ailleurs le gouvernement leur semble ne rien faire pour lutter contre la corruption qui a pris une ampleur sans précédent ou contre le commerce parallèle et le trafic en tout genre qui prend des proportions de plus en plus alarmantes et que l’UGTT ne donne pas des gages pour inciter les salariés à améliorer leur productivité.

Les patrons ont le sentiment qu’on les considère, à tort, comme des poules aux œufs d'or, à tout le moins des vaches à lait, en même temps que des bêtes de trait.

 

En tout cas, ils en tiennent manifestement pour premier responsable Wided Bouchamaoui, dont ils reprochent de plus en plus l’exercice individuel du pouvoir au sein de l’organisation, son absence d’écoute et sa naïveté politique face aux subtiles manœuvres de ses partenaires sociaux lors des négociations. Résultat : on consent tout sans rien obtenir en retour. Car, les sacrifices financiers consentis n’ont pas été compensés par des réformes et des lois économiques qui les confortent : le nouveau code d’investissement n’a pas répondu à leurs attentes ; la nouvelle loi sur les avantages fiscaux n’a pas satisfait leurs espérances ; la loi d’urgence économique peine encore à voir le jour ; la loi sur le partenariat public-privé attend toujours ses décrets d’application…. A la place, on a ouvert grand les portes aux importations, donné libre cours au secteur de la franchise, etc.

A la veille d’un renouvellement des structures de l’organisation patronale qui marquera le démarrage du processus menant au prochain congrès fixé au mois de janvier 2018, on peut légitimement craindre que d’ici là, les coups d’éclat ne se multiplient au sein de l’UTICA et que le démantèlement qu’a réussi à éviter Wided Bouchamaoui en 2011 ne se produise en 2018 au grand plaisir de ceux qui ne cherchent que cela ou ceux qui ont quitté l’organisation patronale à l’époque.

 

 

 

Les patrons en colère, Wided Bouchamaoui dans la tourmente

Par Houcine Ben Achour, publié le 16/03/2017 18:20

C’est un véritable séisme qui a secoué l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA), la centrale patronale historique. La fracassante décision de la Fédération nationale du textile (Fenatex) de quitter corps et biens l’organisation patronale, suivi par le profond malaise exprimé par la Fédération nationale du cuir et de la chaussure, relayé  par les menaces, à peine voilées, de la Fédération des transports, de voler de ses propres ailes, ont donné clairement à voir le mal-être et la colère des patrons vis-à-vis du traitement qu’ils subissent depuis quelque temps.

 

Ils ne veulent pas être les seuls à supporter les charges du redressement économique du pays, d’autant qu’ils considèrent que les orientations imprimées à ce redressement sont loin d’être celles qui répondent aux besoins de l’entreprise. Après les lourdes charges fiscales qui leur ont été imposées à travers les dispositions de la loi de finances 2017 afin de satisfaire les besoins de financement du budget de l’Etat, voila qu’ils doivent supporter les charges sociales des augmentations de salaire, afin de satisfaire les désidératas de l’UGTT. Cela en fait trop alors que par ailleurs le gouvernement leur semble ne rien faire pour lutter contre la corruption qui a pris une ampleur sans précédent ou contre le commerce parallèle et le trafic en tout genre qui prend des proportions de plus en plus alarmantes et que l’UGTT ne donne pas des gages pour inciter les salariés à améliorer leur productivité.

Les patrons ont le sentiment qu’on les considère, à tort, comme des poules aux œufs d'or, à tout le moins des vaches à lait, en même temps que des bêtes de trait.

 

En tout cas, ils en tiennent manifestement pour premier responsable Wided Bouchamaoui, dont ils reprochent de plus en plus l’exercice individuel du pouvoir au sein de l’organisation, son absence d’écoute et sa naïveté politique face aux subtiles manœuvres de ses partenaires sociaux lors des négociations. Résultat : on consent tout sans rien obtenir en retour. Car, les sacrifices financiers consentis n’ont pas été compensés par des réformes et des lois économiques qui les confortent : le nouveau code d’investissement n’a pas répondu à leurs attentes ; la nouvelle loi sur les avantages fiscaux n’a pas satisfait leurs espérances ; la loi d’urgence économique peine encore à voir le jour ; la loi sur le partenariat public-privé attend toujours ses décrets d’application…. A la place, on a ouvert grand les portes aux importations, donné libre cours au secteur de la franchise, etc.

A la veille d’un renouvellement des structures de l’organisation patronale qui marquera le démarrage du processus menant au prochain congrès fixé au mois de janvier 2018, on peut légitimement craindre que d’ici là, les coups d’éclat ne se multiplient au sein de l’UTICA et que le démantèlement qu’a réussi à éviter Wided Bouchamaoui en 2011 ne se produise en 2018 au grand plaisir de ceux qui ne cherchent que cela ou ceux qui ont quitté l’organisation patronale à l’époque.

 

 

 

Commentaires (5) Commenter
@Général Hamadoulah
Citoyen_H
| 17-03-2017 02:14

"Mine fomok li rabbi".
Pas besoin d'acteurs payés plusieurs millions.
Le Tunisien a le "rôle" parfait de l'emploi, comme vous l'avez décrit.

Même un miracle ne pourra sauver ce pays qui ne cesse de nous révéler, de seconde en seconde, la vraie nature du plouc Tunisien.
"Kouwétt Rabbi".
Ya latif.
Salutations.



Bouchamaoui dans la tourmente, l'industrie dans la détresse...
Tunisienne
| 16-03-2017 20:12




Les revendications des industriels du Textile et chaussures (et d'autres secteurs) sont tout à fait légitimes, dans le sens où Wided Bouchamaoui n'est pas dans son rôle. Elle est en train de faire de la politique politicienne, d'asseoir son statut de femme (et de femme d'affaires) influente, de céder du terrain sur des questions décisives (augmentations salariales inopportunes et injustifiées dans le contexte de crise actuel) voire d'afficher un mutisme déconcertant sur des questions essentielles comme le commerce parallèle, les accords bilatéraux qui permettent le bombardement du marché par des produits étrangers, les franchises à la pelle...


En même temps, il est de la responsabilité et même du devoir de ces industriels d'émettre des propositions et des recommandations concrètes et autorisées sur ce qui peut permettre d'envisager une sortie de crise. Parmi ces recommandations, il y aura certainement des aspects sectoriels collectifs dont une partie pourra être prise en charge par l'État. Mais il est grand temps que ces industriels en finissent avec l'attentisme, apprennent à chercher des opportunités de marché avec beaucoup plus d'agressivité et répercutent cela en termes de nouvelles techniques et technologies, maîtrise de la qualité, des coûts et du rapport qualité/ prix, mettent plus de valeur sur les produits, investissent dans des savoir-faire (et non uniquement dans une main-d'oeuvre non qualifiée et bon marché), coopèrent sur plusieurs aspects avec d'autres entreprises du même secteur...




Si c'est le cas ...
DHEJ
| 16-03-2017 19:32
Investissement en panne qui du taux de croissance projeté???
Utica: union des importateurs!
Amaricano
| 16-03-2017 19:28
Mme Bouchamaoui peut maintenant changer la lettre i de l'ut(i)ca en importateurs au lieu d'industriels.
Kaboul Kitchen
Général Hamadoulah
| 16-03-2017 18:47
6 années de misère, d'anarchie de décrépitude, d'incivisme, de terrorisme, de pseudo Islam, de saleté et d'insalubrité, de vociférations, d'éructations dignes des grands singes qui pourrissent au zoo du Belvédère... Je propose à Canal + de tourner la saison 3 de KABOUL KITCHEN FI TOUNES... Nous avons tous les profils requis pour faire de la saison 4 un collector!!!
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration