alexametrics
Dernières news

Le spectacle de Lotfi Abdelli à Menzel Bourguiba sera empêché ce soir par les salafistes (vidéo)

Le spectacle de Lotfi Abdelli à Menzel Bourguiba sera empêché ce soir par les salafistes (vidéo)

Le spectacle 100% hallal de l’humoriste Lotfi Abdelli, prévu ce soir à Menzel Bourguiba (60 kilomètres au nord de Tunis), sera empêché par les salafistes.
Selon eux, le spectacle porterait atteinte à l’Islam et au sacré, il représente le « mal », se moque du coran et des hadith du Prophète et il est inconcevable qu’il soit joué en cette sainte « nuit du sacré », veille du 27 ramadan.
Selon un des salafistes mobilisés pour empêcher le spectacle, il n’y aura pas de violence, on se limitera à mettre en place des tapis pour lire le coran devant la salle et tous les habitants de Menzel Bourguiba se mobiliseront pour cette action.
Une évidence saute aux yeux, ces salafistes qui condamnent et cherchent à censurer Lotfi Abdelli n’ont pas vu son spectacle. Et le paradoxe est qu’il est intitulé 100% hallal.
R.B.H.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Sémir
| 15-08-2012 22:30
Les révolutionnaires égyptiens auraient-ils définitivement perdu leur bataille pour la liberté ? Dans l'Egypte post-Moubarak, la liberté d'expression semble en effet plus que jamais mise à mal. L'acteur égyptien Adel Imam, monstre sacré du cinéma arabe, a été condamné jeudi 2 février à trois mois de prison par un tribunal du Caire pour "diffamation envers l'islam".

Que lui reprochait donc Asran Mansour, un avocat proche des islamistes, l'auteur des poursuites en justice ? Non pas des propos tenus récemment contre la religion musulmane, mais des rôles joués à l'écran comme à la scène il y a 10 à 20 ans de cela. Aux nombres des 'uvres incriminées figurent en effet le film Al-Irhabi ("Le Terroriste") réalisé en 1994 et dans lequel Adel Imam joue le rôle d'un musulman fondamentaliste, et la pièce de théâtre Al-Zaim ("Le leader"), une comédie créée en 1985 dans laquelle il tourne en dérision les leaders autocratiques de la région.

FILM EN ENTIER : http://www.aflamedia.com/movies/films/irhabi.htm

PIECE DE THEATRE EN ENTIER : http://adelimamfilm.com/id-31-view-The-Leader.html

Extraits du film Le Terroriste de Nachaate Abdelatif, avec Adel Imam : http://www.youtube.com/watch?v=B_2BI2-VXgA&feature=player_embedded

Or, ce qui a fait le succès de Adel Imam et la longévité de sa carrière (plus d'une centaine de films et une dizaine de pièces de théâtre) est bel et bien le sarcasme qui s'exprime dans les différents rôles qu'il a incarnés à l'encontre des leaders et des religieux. Pour le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), qui l'a choisi comme ambassadeur de bonne volonté en 2000, c'est pour ses rôles dans lesquels il incarnait l'injustice subie par les petites gens que "Adel Imam est devenu un symbole pour les gens, promouvant la tolérance et les droits de l'homme dans le monde arabe".
[Sa biographie sur le site de l'UNHCR] : http://www.unhcr.fr/pages/4aae621e22d.html

Le caractère diffamatoire de ces 'uvres n'avait d'ailleurs pas alerté les sbires de la censure d'Etat, qui contrôlent pourtant scrupuleusement toutes les productions culturelles diffusées en Egypte. "Tous les films ou pièces de théâtre dans lesquels j'ai joué ont été soumis à la censure. Si celle-ci les avait jugés diffamatoires, elle les aurait interdits", s'est défendu M. Imam.

EXTRAIT : http://www.youtube.com/watch?v=Q4PHTUM9o9s&feature=player_embedded

L'immeuble Yacoubian, un film de Marwan Hamed, inspiré du roman de Alaa Al-Aswani, avait reçu en 2006 le Grand Prix de l'Institut du monde arabe (IMA).

Les islamistes n'en sont pas à leur première attaque à l'encontre de la star de 71 ans. Celui que l'on désigne souvent comme le Charlie Chaplin du monde arabe a, par le passé, été impliqué dans plusieurs affaires de justice avec les islamistes qui considèrent son travail comme blasphématoire. Lors d'un débat télévisé en 1998, Adel Imam avait ainsi eu une discussion très tendue avec trois islamistes des Frères musulmans, qui dominent aujourd'hui le Parlement égyptien.

Mais, cette fois, la justice égyptienne s'est mise du côté des islamistes, en rendant une sentence pour le moins sévère. Et, qui pourrait mettre à mal la liberté d'expression dans l'Egypte post-Moubarak. Adel Imam n'a toutefois pas dit son dernier mot. "Je vais faire appel de la sentence", a-t-il dit. "Certaines personnes cherchant la gloire m'ont intenté un procès pour certaines de mes prestations qu'elles considèrent comme insultantes pour l'islam, et cela n'est évidemment pas vrai", a ajouté Adel Imam.

Sémir
| 15-08-2012 22:03
Un spectacle de l'humoriste Lotfi Abdelli, intitulé 100 % Halal, a été perturbé par un groupe d'islamistes issus de la mouvance salafiste, mercredi 15 août, dans la ville de Menzel Bourguiba, dans le nord de la Tunisie. Selon Lotfi Abdelli, interrogé par la radio Mosaïque FM, "des barbus se sont présentés à mon spectacle (...), ils ont posé leurs tapis de prière dans la salle de spectacle le matin et ont dit qu'ils allaient prier toute la journée ici".

"Les forces de l'ordre étaient là et nous ont dit qu'elles n'avaient reçu aucun ordre pour intervenir. J'ai eu peur, je ne suis pas Superman. J'étais là pour faire passer une bonne soirée et rire et pas pour me battre", a-t-il ajouté, affirmant que l'imam de la ville avait appelé à empêcher le spectacle, accusant M. Abdelli d'offense à l'islam.

"Ce genre d'agissements constitue une atteinte à la liberté d'expression et une menace dangereuse pour le droit à la culture", a réagi le ministère de la culture, précisant que "ses services compétents se sont pourvus en justice".

"ATTEINTES AU SACRÉ"

Le parti islamiste Ennahda, qui dirige la coalition au pouvoir en Tunisie, a condamné cette attaque, mais l'opposition estime qu'il manque toujours de fermeté à l'égard des militants fondamentalistes.
En juin, des salafistes avaient déjà attaqué une exposition d'art dans la banlieue de Tunis la jugeant insultante pour l'islam, provoquant des violences dans plusieurs régions et l'instauration d'un couvre-feu. A la même époque, deux hommes étaient condamnés à de lourdes peines de prison pour trouble à l'ordre public et atteinte à la morale après avoir publié sur Facebook des caricatures du prophète Mahomet.

Un projet de loi défendu par Ennahda prévoit des peines de prison ferme pour "les atteintes au sacré", au grand dam des nombreuses ONG et partis d'opposition.

vrai démocrate
| 15-08-2012 19:42
votre MI est en dessous de tout. ce n'est pas a lui de décider qui peut faire quoi mais c'est à la justice de condamner si l'artiste dépasse les limites de la liberté d'expression. En fait c'est le MI qui ne respecte pas la liberté d'expression en ne protégeant pas l'artiste pour son spectacle.
Tout ceci à le goût amer d'un pays qui glisse tout doucement (mais sûrement) vers la dictature d'un parti islamique.
Tunisiens en octobre 2011 je vous disais que vous aviez voté pour une théocratie et non une démocratie. Il faut désormais vous reprendre et virer tous ces pantins au service d'un pouvoir à l'alibi religieux et non d'une religion.

Laiki
| 15-08-2012 19:16
Je suis tunisien totalement indépendant et je dis s'il le faut tozz fi la gauche et la droite ...mais j'ai eu l'occasion récente( il y a qq jours) de voir cette mascarade de Lotfi Abdelli. J'étais en famille ! Wallahi, je suis laique en tête plutôt que fataliste !! mais c'est vraiment du ridicule si on croit que ce que fait ce **************************** est de l'art.... C'est répugant Imaginer qu'il passe plus de 30 minutes à nous parler de son ***********************************************************************************...

Bulldog
| 15-08-2012 18:55

Cher Lotfi,
Je pense qu'il faut te tuer, et ce depuis le jour où tu es venu sur le plateau de « Bila Moujamala », accompagné de ton avocat, pour faire valoir ton droit à l'expression. Ce jour là, cette émission là, chaque fois que je me la repasse sur internet, j'ai la larme à l'il.

J'ai eu la larme à l'il lorsqu'ils ont passé le VTR du spectacle de Nabeul, je crois, lorsqu'il y a eu bousculade et heurts à la porte d'entrée, je ne comprenais pas si c'était des spectateurs en surbooking ou des barbus plâtrés mécontents.

J'ai eu la larme à l'il lorsque j'ai vu et entendu un soi disant responsable assurer que la sécurité était assurée, en civil, disait-il, puis se contredire dans un baragouin digne de la langue de bois novembriste.

J'ai eu la larme à l'il au vu des jets de pierres et autres projectiles qui t'ont visé ainsi que tes spectateurs, venus en grand nombre, si bien que le théâtre ne pouvait les accueillir. Messieurs les barbus, plâtrés de la cervelle, si autant de gens veulent venir voir Lotfi, de quel droit les empêcheriez-vous ? Ne sommes nous pas en démocratie ? Il vous écorche ? Soit. Mais vous êtes vous regardés, ce que vous êtes, ce que vous êtes devenus, un repaire de bandits repentis qui savent à peine ânonner quatre sourates du premier quart du Coran. Des Foutuwwas à l'égyptienne qui, sous couvert de barbe et de vertu, prétendez et voulez la mainmise sur des quartiers entiers. Sam Giancana, John Gotti, Patti Genovese et autres grandes figures de la Mafia ne s'y seraient pas autrement pris. Surtout avec des âmes incultes, candides, et ne voyant qu'en l'islam leur seul secours. Seulement vous n'êtes qu'une caricature de l'islam, un patchwork de ce que vous avez glané sur les 626 maudites chaines satellitaires islamiques, d'où votre apparence burlesque, frisant le ridicule, et appelant soit la pitié ou le mépris.

J'en ai pleuré lorsque tu as dit que, devant l'absence de protection institutionnelle, tu avais du recruter tes propres gardes du corps. Pleuré parce que depuis la révolution, l'Etat est aux abonnés absents, ajoutons-y une cuillerée de mauvaise volonté, une pincée de chmata et beaucoup de m'enfoutisme. A ce stade, je devrai recruter deux gardes du corps chaque fois que voudrais boire un verre ou inviter une ukrainienne à ma table. Et il faudra me servir mon whisky dans une theière, à la manière de la Reine mère d'Angleterre et d'un certain souverain arabe. L'hypocrisie est notre nouvelle religion, pas l'islam, quoique ce dernier en comporte des monumentales.

Mais j'ai rigolé le jour où j'étais à Sousse, sur une terrasse en train de déguster une glace. Mes vis-à-vis étaient une « bâchée » et une « djinée ». Elles me faisaient de l'il. Je n'y croyais pas, puis de fil en aiguille, nous avons conversé, et imagine toi que c'est la bâchée qui était la patronne, qui fixait les prix et qui disposait du logement.

Vas-y, Ludwig, vas-y mon cher Lotfi, nous sommes des dizaines, voire des centaines de milliers à t'approuver, t'aimer, le cas échéant à te protéger. A bas la Bhama, vive l'intelligence et la virulence.

En attendant, fais nous mourir de rire. Dieu te protège;
Ton ami que tu ne connais pas
Bulldog
Cordialement, mon frère.

bechirtounsi
| 15-08-2012 18:02
si le spectacle plait a ghanouchi ,laraayedth envoie ses flics ,peut etre auront nous un barbu genre ibn qatada un ex voisin londonien a l aeroport tunis carthage de notre venere calife et il sera bien sur recu en grande pompes spectacle et tournee des mosquees garantis par layareth...
mais une expo ou un sketch d un mecreant alors la notre emir est indispose et donc il envoie....les barbares salafistes ses enfants...SIMPLE et EFFICACE
encore une fois rappelons le mot de napoleon;
ds toute revolution,il y a 2 sortes de gens ,ceux qui la font et ceux qui en profitent'
ghanouchi et sa secte en profitent

Bulldog
| 15-08-2012 15:02
Barbus de toute engeance, esprits mastiqués au plâtre, enfoulardées jusqu'au tampax, vaillants sabreurs anti-Gillette, pauvres de portefeuille et d'esprit, refoulés sexuels jusqu'à l'onanisme par fatwa interposée, c'est certain, il faut tuer Lotfi Abdelli. Allez chez le rémouleur, affûtez vos sabres, ramassez vos cailloux, et à l'occasion munissez vous de surplus de chlakas pour bombarder les milliers de spectateurs qui viennent pour l'écouter.

C'est qui ce maigrichon qui vient nous dire nos quatre vérités en face ? De quel droit se permet-il de railler notre bienveillante police et nos très saints nahdhaouis ? Police qui a refusé d'assurer la sécurité de ses spectacles et sa sécurité, et nos chers barbus qui le menacent à chaque tournant de rue. Sa faute : dire la vérité.

Car, comme chacun sait, tout va très bien en Tunisie. L'économie est prospère, le SMIG est à 600 dinars, le plein emploi est garanti par nos bras cassés de gouvernants, si bien que nous en sommes à importer de la main d'uvre, on ne se cogne pas dans les mosquées, les flics ne farfouillent pas dans les jupes des jeunes filles pour savoir si elles sont vierges, des douches publiques et une piscine olympique ont été installées à Bouheurtma, nos cliniques et nos hôpitaux dépassent tout ce qui existe en Suisse et en Allemagne, nos rues sont tellement propres qu'elles ne voudraient pas d'un clochard, notre langage est tellement poli et policé depuis que les dockers et les bandiyya ont fait la Omra (d'ailleurs, il n'y a plus de bandiyya en Tunisie, juste des arnaqueurs), nos routes sont de véritables rubans de soie, sans nid de poule ou dos d'âne, notre eau n'a rien à envier à l'eau d'Evian, à part peut-être uns surcroit de chlore et le vibrion du choléra, nos portefeuilles regorgent de dinars par la baraka de Sidi Rached, si bien qu'à chaque mendiant que je rencontre (26 en une journée), je donne une pièce de cinq dinars, et lorsque je fais mon marché, mon majordome et moi prenons le mini-van question de nourrir les trois femmes de ménage, deux cuisinières, le jardinier e et les dix personnes qui composent ma famille. Tout est si bon marché, bref, la Tunisie est le paradis sur terre.

Ce Monsieur Lotfi Abdelli vient juste de nous mettre un miroir pour réfléchir cette belle réalité. L'image rendue n'est pas celle que les abrutis voulaient qu'il leur renvoie, pas celle qu'ils voulaient entendre. Alors tuons Lotfi Abdelli, empêchons le de faire des spectacles. Soit. Mais qu'en est-il du miroir ? Il ne peut vous renvoyer que l'image de ce que vous êtes. Vous en casserez un, il en ressurgira mille autres.

Avec toute mon amitié, Lotfi, continue, tant que tu les emmerderas, le pays sera bien.

Cordialement
Bulldog

bechirtounsi
| 15-08-2012 13:58
c est ghanouchi le satan qui se croit designe par dieu ,il en a recu un sms qui les manipule.
chaque fois qu il peut distiller une dose de charia il les envoie au charbon...
officiellement il ne faut pas les exciter car ils peuvent devenir violents....
donc fini les spectacles,les resto,l alcool,la tenue normale des femmes
il faut imiter le soudan,la saoudia..
nous jurons qu apres le 23/10 ils deviendront comme toi des hors la loi et que nous ferons tout pour te virer ya mounafik

www
| 15-08-2012 13:41
Un avis sur ce qui se passe? Soyez expressifs comme vous l'avez fais pour la marche du 13 août...

Hope
| 15-08-2012 13:34
elles sont ou ?
Ce pays est devenu chacun pour soi ... et meme pas Dieu pour tous !

A lire aussi

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a reçu, ce samedi 17 octobre 2018, à Dar Dhiafa à Carthage,

17/11/2018 13:40
0

En préparation de la grève dans la fonction publique, prévue le jeudi 22 novembre 2018, les

17/11/2018 10:11
5

Après son départ du ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, l'ancien

17/11/2018 09:30
1

Rachid Khechana vient d'être nommé PDG de l'agence de presse Tap tel que décidé lors de la réunion

17/11/2018 09:12
0

Newsletter