alexametrics
Chroniques

Entre Moez Ben Gharbia et Samir El Wafi, il manquait la justice

Entre Moez Ben Gharbia et Samir El Wafi, il manquait la justice

 

De nouveau, un journaliste se trouve en prison. Révolution ou pas, les médias demeurent encore et toujours la cible des hommes politiques. A la moindre faille, le couperet tombe sur notre gorge. Et dans l’affaire de Moez Ben Gharbia, des failles, il y en avait. Sous Ben Ali, les choses étaient claires et on connaissait les lignes rouges à ne pas dépasser. Sous Moncef Marzouki, il y avait du cynisme mélangé à la bêtise dans la chasse menée contre les journalistes. Zied El Héni et Slim Bagga  qui ont passé de courts séjours en LPD à Mornaguia ou Zouheir El Jiss et moi-même en savons quelque chose. Sous Béji Caïd Essebsi, les choses diffèrent. Tu es journaliste, ok, on te respecte. Mais dès que tu te trompes, on est là pour t’accueillir.
L’amitié qui me lie à Moez Ben Gharbia ne devrait pas m’empêcher d’être objectif et de dire que le plus populaire des animateurs tunisiens a failli. Il a bien failli et a multiplié les fautes (et non les erreurs) en trainant avec lui l’humoriste Migalo, le producteur Abdelhaq Toumi et l’animateur Amine Gara. Oui, Moez a failli et nous nous devons, nous autres ses amis, de l’avouer pour pouvoir le défendre.

 

Moez Ben Gharbia prépare le lancement de sa chaîne « Attassiâa » dont le démarrage est (était ?) prévu le mois prochain. Parmi les émissions du démarrage, il en a prévu une dénonçant la corruption et le racket de certains ministres de la troïka. Il avait un « tuyau » comme on dit dans notre jargon et il voulait obtenir les preuves. Il savait qu’un ancien ministre (du CPR) a racketté (via Samir El Wafi) un homme d’affaires proche de l’ancien régime. L’homme d’affaires en question s’appelle Hamadi Touil et ce dernier a bien indiqué, à plus d’une personne, le racket qu’il a subi. Moez Ben Gharbia savait et ça le rageait de ne pouvoir rien dire, faute de preuves tangibles. Il savait depuis des années et ça le rageait que la justice ne fasse rien pour mettre fin au manège de ces anciens ministres de la troïka qui ont multiplié le business indécent et le racket des proches du régime de Ben Ali. Il savait comme beaucoup d’entre nous et on ne pouvait rien dire ou faire, car la justice refusait d’agir. Des noms ? Nous en avons beaucoup. Des preuves, nous n’en avons aucune. Quand bien même nous en aurions, la justice n’a pas vraiment bougé face à ces anciens ministres. Le cas de Sihem Badi et Abdelmonem Daïmi reste dans les annales, tout comme celui de Rafik Abdessalem.

 

Première erreur de Moez Ben Gharbia, il s’est mis dans la peau du justicier oubliant que là n’est pas le rôle du journaliste. Il était, à vrai dire, plus ou moins motivé par une bataille personnelle contre Samir El Wafi et il cherchait à prouver, coûte que coûte, que ce dernier est impliqué dans les transactions de racket entre les hommes d’affaires proches de Ben Ali et certains ministres de la troïka. C’est là la deuxième erreur de Moez, un journaliste ne doit pas et n’a pas à régler des comptes en usant de sa profession.
Moez Ben Gharbia appelle Hamadi Touil et lui dit que le président de la République va l’appeler pour lui signifier qu’il peut rentrer en Tunisie après un exil de quatre ans. L’humoriste prend le relais et imite à merveille Béji Caïd Essebsi. Il y a quelque chose qui cloche cependant, car le faux président de la République demande à M. Touil de lui rendre un service. Et le service en question consiste à lui fournir la preuve de l’implication de l’animateur (et derrière lui l’ancien ministre) dans l’affaire du racket. Cette demande étrange met la puce à l’oreille de Hamadi Touil, car il sait qu’un président de la République digne de ce nom ne peut pas tomber à ce niveau. C’était la troisième erreur de Moez qui, dans cette partie de l’histoire, commet une faute gravissime. Il a fait tout « un scénario » pour faire croire à Hamadi Touil qu’il pouvait rentrer en Tunisie en toute tranquillité. Supposons qu’il lui ait remis la preuve impliquant l’animateur et l’ancien ministre et qu’il soit rentré ensuite. Que serait-il devenu ? Comme Slim Chiboub, il aurait été arrêté à son atterrissage à la différence que M. Touil a de gros ennuis de santé et qu’il aurait pu y passer et que M. Touil clame son innocence. S’il n’est pas venu, c’est qu’il ne fait pas confiance à la justice. Quelle aurait été la position de Moez Ben Gharbia quand il y aurait eu mort d’homme ?
Tout cela pour faire tomber un animateur supposé corrompu et un ancien ministre supposé racketteur ? Si c’est pour faire le travail de la justice, Moez s’est trompé car il n’est pas et n’a pas à être un justicier. Même si l’on peut considérer que c’est louable de piéger une personne recherchée pour la ramener en Tunisie, ce n’est pas son travail ! Et si c’est pour le scoop, il s’est trompé davantage, car Moez n’a pas respecté la déontologie. Pire, que va penser de lui l’opinion publique, lui qui bénéficie d’une très grande popularité et d’une crédibilité certaine ?

 

La vérité est que tout cela ne serait pas arrivé si la justice avait fait son travail. Or comment la justice pourrait faire son travail et comment le procureur pourrait réagir s’il n’y a pas de plainte ni de preuves ? Si l’on a que des présomptions et que des informations circulant de bouche à oreille sans témoignages et sans documents ?
Aujourd’hui, la justice et les moyens mis à sa disposition sont tellement faibles que plusieurs se croient au dessus des lois et bénéficient d’une impunité à durée indéterminée. La corruption est telle que des mafias constituées s’y adonnent de la manière la plus naturelle. Conséquence de cette gangrène de la corruption et de cette justice en manque de moyens et de compétences, les gens cherchent à faire justice eux-mêmes. Les journalistes se métamorphosent en justiciers pour essayer de sauver ce qu’il y a à sauver. Dans son action contre ce racket, on retrouve le Moez qui a dévoilé l’affaire du Chocotom ou celui qui a fait limoger (sous Ben Ali) le maire de la Capitale et un omda.

 

L’objectif de Moez Ben Gharbia était noble, il voulait faire éclater la vérité que l’instance de la vérité ne veut pas voir. Mal lui en a pris, le pays n’est pas encore prêt à voir ses journalistes jouer aux justiciers à la place des justiciers nommés à cet effet.
Moez Ben Gharbia a fauté, mais vu son objectif, il est pardonnable. Aux yeux de ses amis et de ses proches au moins. Il est en prison, alors que d’autres personnes devraient être à sa place. Morale de toute cette mésaventure : la fin ne justifie pas les moyens. Moez sera libre dans quelques jours et il restera grand à nos yeux. Quant aux autres, ils ne perdent rien pour attendre, tôt ou tard, ils seront rattrapés par la véritable justice. On l’espère du moins.

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (25) Commenter
And the beat goes on
aziz
| 18-03-2015 18:44
La Tunisie, est en train de basculer, la Tunisie d'après la pseudo révolution de 2011 n'arrive pas à trouver sa vitesse de croisière. A la place de la dictature de BENALI, nous vivons aujourd hui une anarchie, cette anarchie que l'intelligentsia tunisienne n'arrive plus a freiné. A travers les plateaux TV et les émissions radiophoniques, les chroniqueurs, les journalistes les avocats qui furent longtemps des supporters de l'ancien régime ou à l'affut d'un simple petit bonjour du clan " Trabelso Benali" se sont métamorphoses en des révolutionnaires de longue date.....Depuis plus de 04 ans nous vivons, nous respirons nous rêvons que de politique. Nos artistes parlent politique, nos chanteurs même ceux du mezioud sont devenus comme par magie des Marcel KHALIFA, nos animateurs Tv qui plongent dans une débilitée invraisemblable souffrent presque tous de la OUERTANIPHOBIE. Nos politiciens quant à eux nous parlent dans un monde presque KAFKAEN, mais vivent ailleurs. Du coup on ne parle que de 4eme pouvoir ou le journaliste est devenu presque un dieu, à telle enseigne que parmi eux " journalistes ou autres" veulent nous faire croire pour cacher des arnaques que le rôle d'un journaliste d'investigation doit absolument agir dans une impunité presque absolue, ou encore nous faire croire qu'une caméra cachée peut être faite par téléphone...!!
Le gouvernement fragile de ce pays est dans un dilemme sans précèdent, au nom de la démocratie doit t il se taire? au nom des droits de "l homme" doit t'il accepter ? au nom de la liberté de penser doit t'il croire à cette version de camera cachée....?
En finale, ce pays a aujourd hui a besoin plus que jamais d'un vrai leader qui sache en même temps être Democrate et Dictateur à la manière de nos sauveurs Américains qui sont simplement des Demo-dictateurs.

La Honte
z2pique
| 17-03-2015 22:47
Quand on voit les voyous,les voleurs,les violeurs proliférer et gangrener nos rues,les terroristes aussitôt arrêtés et aussitôt libérés,des êtres malfaisants et corrompus jusqu'à la moelle jamais inquiétés alors que deux personnes honnêtes: Un grand journaliste célèbre et un grand humoriste, deux esprits libres et brillants croupir en prison pour une histoire à dormir debout et complètement tirée par les cheveux...on se rend bien compte que la Tunisie n'est plus...
Ah G&G
DHEJ
| 17-03-2015 20:59
Je te souhaite un prompt rétablissement cher ami...

La loi de la jungle
G&G
| 17-03-2015 13:10
L'innocence de N Bahloul dans son analyse est poussée à l'extrème.
Nizar Bahloul vit encore dans l'espoir de voir un jour la Tunisie rejoindre la Suède. Il n'a pas caché son optimisme le 14/01/2011 alors que je pleurai le pays qui jadis étais le fleuron du monde arabe.
Non monsieur Bahloul. Vous n'avez plus le droit à l'espoir. vous n'avez meme pas le droit de rèverer . On s'enfout de ce que vous racontez.Tout le monde s'en fichent de tous le monde. Le problème est structurel. Nous avions emprunté le faux chemin quand on avait aboli le destour et instaurer un régime qui n'est pas le notre. Le laisser aller et la pagaille régnent dans tous les rouages du sommet jusqu'à la base.
Permettez moi de vous donner l'exemple suivant
Le temps que vous écrive c'est quelques lignes, je suis allongé sur mon lit avec une jambe totalement immobolisé suite à un accident banal et une négligence de la part du personnel d'une grande surface que je suis contraint de citer le nom. *** .
Hier matin,vers le coup de 10 H, devant le stand des poissons, Alors que le parterre était mouillé par une eau infecte issue des étalages, j'ai du glissé pour me trouver avec une jambe brisée. Mais le problème n'est pas là. Les responsables refusaient de me secourir que j'ai du appeler ma famille qui m'avait secouru en appelant le Samu privé à ma charge pour m'emmener aprés une heure à l'urgence Sahloul à 200 m du lieu de l'accident. cet accident en plus des frais va me couter 2 mois de repos.
Jusqu'à cet heure-ci aucun des responsables de cette boite n'a oser s'informer sur ma santé. Autrement dit Bhim wa gdem karaa
Malgré ça je refuse de porter plainte dans un système totalement biaisé.
Maintenant, je vois plus clair !
Salah HORCHANI
| 17-03-2015 12:21
Enfin, un article qui explique clairement l'Affaire Moez Ben Gharbia - Wassim Herissi - Hamadi Touil et ses dessous !
ce n'est pas étrange de la part de Mr NB!
khNeji
| 17-03-2015 11:58
La justice dira son mot et j'espère que moez et migalo soient libre le plus tôt possible mais je m'adresse à BAHLOUL pour lui dire que yassine ayari mérite le soutien 1000 fois plus mais....RABI YAHDIC
Les journalistes apprentis
Amoros
| 17-03-2015 00:24
La presse d investigations a ses regles et nécessité des compétences requises. Malheureusement ces deux personnes ne remplissent pas encore les conditions précitées. Monsieur Bahloul doit faire la part des choses entre faire le journalisme et la camaraderie et l amitié. Dans l affaire Watergate, on n a pas usurpe l identité et utilise l escroquerie pour achever les investigations qui ont mene a la chute du président des USA. Ben Gharbia et Hrissi sont justiciables comme tout citoyen, mais ils demeurent innocents jusqu'à preuve de leur culpabilité. Ayons confiance dans la justice.
A qui la faute?
aziz
| 16-03-2015 22:00
J ai apprécié effectivement votre article et l'analyse cohérente faite par vous bien que vous soyez un ami proche de MB, comme vous le dite si bien dans votre article. Mais grande fut ma déception à la fin;....ou l'ami à pris le dessus dans sa plume. Je suis de ceux qui pensent que la liberté est un droit mais nous nous devons de ne pas enfreindre ce droit. Je ne pense pas qu au nom du 4eme pouvoir nous avons une carte blanche et qu au nom de l investigation nous pouvons nous permettre toute action. Dans ce cas je pense que parler de camera cachée est une abération et qu une telle justification n est qu une preuve accablante d'une magouille de MB qui par sa faute risque de nuire à plusieurs personnes. C'est ce que je considère comme le fruit d'une media vendetta entre un journaliste qui fut depuis des années un "cleaner" de l ancien régime et qui par miracle est devenu contre ce même régime après le 14 Janvier.
qui est pris qui croyait prendre.
U2
| 16-03-2015 21:53
Désolant et décevant voila comment on peut résumer cette affaire.
Voila où des petites mesquineries peuvent mener.
Mr Ben Gharbia n'en sort pas grandit et il a entrainé deux personnes avec lui dans sa chute.
Mr Bahloul!
Dhiba
| 16-03-2015 21:07
Il ne faut pas être naïf quand on ne connait pas les dessous de la table. La rectangulaire n´est pas bonne comme le disait Rockefeller... A vous de deviner le reste. Conseil d´un expert en finances à l´échelle internationale.

Born to be the Boss!

A lire aussi

La recomposition que connait actuellement la scène politique tunisienne à la lumière des nouvelles

14/11/2018 15:59
6

Les députés ont validé hier, lors d’une plénière mortelle de platitude, les ministres proposés dans

13/11/2018 15:59
2

Le parlement examine ce lundi 12 novembre 2018 la nouvelle formation gouvernementale proposée par

12/11/2018 15:59
13

Le chef du gouvernement Youssef Chahed présentera demain sa nouvelle composition gouvernementale à

11/11/2018 15:59
9

Newsletter