alexametrics
Dernières news

Brahim Kassas tente d'agresser physiquement Mehdi Ben Gharbia (Vidéo)

Brahim Kassas tente d'agresser physiquement Mehdi Ben Gharbia (Vidéo)
Lors de la séance plénière tenue à l’ANC aujourd’hui, jeudi 1er mai 2014, et consacrée au vote de la loi électorale, le député Brahim Kassas a tenté d’agresser son collègue Mehdi Ben Gharbia.

Le clash a commencé lorsque Brahim Kassas a prononcé son avis contre l’article concernant la parité horizontale, indiquant que la place de la femme se trouve à la maison pour s’occuper de ses enfants et « pour laver les pieds de son mari ».
Cette intervention a suscité la colère des députés présents à l’hémicycle. M. Kassas s’est dirigé vers le centre de la cloche continuant ses propos : « Le prophète a déclaré que si la femme devait se prosterner pour quelqu'un, ça serait pour son mari, c'est la religion, et la femme n'a pas le droit de contester. Au lit, elle ne peut  tourner son dos qu'avec l'autorisation de son mari. C'est la religion, c'est la religion, que les efféminés aillent au diable !».

Dans la confusion qui a suivi, la tension est encore montée et Brahim Kassas s’est dirigé vers Mehdi Ben Gharbia, dont les propos n’ont pu être entendus, tentant de l’agresser. Il a fallu l’intervention des autres députés pour les séparer. Continuant dans sa diatribe, Brahim Kassas aurait traité les autres élus d'homosexuels. L'élue Rym Mahjoub a écrit : " Au Bardo , on ne pourrait pas descendre plus bas , on touche le fond, c'est malheureux".


S.H

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

chouaib
| 06-05-2014 16:27
Heureusement que vous avez tenu à lui donner encore une minute. Si c'était pour longtemps cet individu sera capable de causer encore beaucoup de dégâts matériels sans compter les préjudices moraux aux autres députés. C'est un ignorant et ce n'est pas de sa faute de l'élire comme député.
Il croit à l'âge du protoctorat français et même avant. Nous avons de l'eau chaude courante, des douches et salles de bain. Nous n'avons plus besoin que la femme au foyer chauffe de l'eau à son mari. Et là Mr Atik joue l'homme correct et pacifique alors que c'est le contraire. Bref en voyant cette vidéo je suis complètement déçu et je regrette infiniment que cela se passe encore chez nous en Tunisie. Dommage !

Peritotime
| 02-05-2014 19:28
J'ai du respect pour ces jeunes qui pensent croire en dieu et sont prêt à se sacrifier pour cet ideal à des milliers de kilomètre de chez eux. Mais les vielles péripatéticiennes qui découvrent la religion sur le tard, si je respecte leur métier passé je n'ai que mépris pour leur hypocrite bigoterie.

nejma bent el hilel
| 02-05-2014 15:54
Cette ANC s est convertie au fil des mois ,a la faveur d un regime " parlementaro-presidentiel " batard impose par la sinistre Troika,en une dictature d assemlee bien plus implacable que celle exercee par l ancien regime de ZABA..du fait de son caractere resolument ' indetronable "..echappant a la volonte et a la souverainte populaire..et a toutes velleites de remise en cause ou de changement ou de dissolution.. Censee rediger une constitution ..elle s est transformee sans la moindre gene ni vergogne en une assemblee legislative s auto-proclamant le droit de legiferer sur des questions a des annees -lumiere de ses prerogatives et competences ( lois sur l exclusion..sur les Habous etc..)..Devant la grave situation dans la quelle cette ANC a plonge le pays..et pour faire cesser cette " tragi-comedie "..un appel pressant est adresse aux vrais patriotes ,aux democrates et aux honnetes gens qui existent malgre tout au sein de cette assemblee afin de proclamer d urgence l auto-dissolution de cette satanee d ANC qui n a plus aucune raison d etre..d autant plus que les textes aussi bien de la constitution que de la loi electorale sont deja adoptes..il y va plus que jamais..de la credibilite du processus de transition democratique .. de l alternance pacifique au pouvoir .. de la stabililite ,de l avenir de la Tunisie.. de la sauvegarde et de la perennite de ses institutions politiques et democratiques.

TOUNSI MIN TOUNIS
| 02-05-2014 14:33
Je suis indigné par la passivité , l'apathie et la permissivité de Meherzia Laâbidi devant les propos scandaleux et honteux de Brahim Gassas .
Elle semblait d'accord avec ces propos honteux , répétant : "Ce n'est qu'un avis , laissez le parler , il lui reste une minute continuez" ou encore "Si Brahim" !!!!!!!!
Meherzia Laâbidi est une honte pour ce parlement tunisien .
Tout comme Brahim Gassas est une honte pour ce parlement .
Dans un pays libre , les deux seraient exclus du Parlement .
Mais nous sommes en Tunisie qui n'est pas un pays libre .

Nad
| 02-05-2014 14:04
Franchement c'est indigne de notre démocratie, ce charlatan comme il on existe d'autres n'ont pas leurs place dans cet hémicycle.
Ce Kassas qui renvoi le rôle de la femme uniquement pour satisfaire ces besoins personnels ce trompe d'époque.
Il mérite d'être suspendu de l'ANC rien que pour insulte à la constitution.
D'un notre coté la Présidente de l'assemblée aurait du l'expulsé de suite de ces injures envers l'ensemble des femmes Tunisiennes, je trouve qu'elle a failli à son devoir.

mirchams
| 02-05-2014 13:24
Papier lu dans Jeun Afrique:
la cacophonie de cette "révolution" qui tombe entre des mains obscurantistes comme le fruit de l'arbre. Ces islamistes qui parlent de démocratie et n'en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves. Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien ! Et ces "niqabées" qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c'était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c'était une manière de grandir l'islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.
Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d'une élite intellectuelle tunisienne qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de Dinar, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !
Voilà, c'était mon quart d'heure de colère.
Ouf ! l



nazou
| 02-05-2014 13:20
je vous rappelle que mehdi ben gharbia ,n'est pas du tout en reste.
Ce type se la joue democrate ,alors que c'est surtout une grande gueule !!!
Et de democrate il n'en a que le costard !!!
Jai un mauvais souvenir de ce pseudo democrate ,quittant le plateau tv de nessma !!! meme moi je l'aurait entartrer !!!
Avec lui les adversaires politiques n'ont pas droit a la parole !!! ça n'a pas loupé hier !!!!
Seulement a force d'etre provocateur ,il finira avec un oeil au beurre noir ,un de ces jours !!
Gassas a le droit de dire ce qu'il pense ;que l'on soit d'accord ou pas avec ses propos

Zavatta
| 02-05-2014 12:50
El Gassas est devenu fou depuis qu'il touche un gros salaire ;
Avant était vendeur de boite de sardine en Irak a la merci de Saddam .
revenu au pays pleurer chez les Rcdistes pour récolter un permis de louage chose faite.
Les habitant de sa région ont lui faire confiance pour leur représenter a l'assemblée nationale , finalement sont trouvé face a eux un clown du cirque Zavatta .
Et voila aujourd'hui

naoufel
| 02-05-2014 11:08
Minable. Tout simplement minable ce Gassas. Fruit d'une élection ridicule suite à un coup d'état en 2011. Tout ce beau monde qui a voté pour la liste de ce pauv. mec doivent ce rejouir et être complètement fier de leur choix. Cette mascarade va t elle se terminer. pas pour demain vous diront les locataires dont la majorité n'on aucune différence de ce Gassas.
Mais enfin, ça fait partie de l'animation de ce cirque qui a commencer en 2011 et qui continu.

je dis la vérité
| 02-05-2014 11:05
J'ai décidé de publier pour le plaisir de nos lecteurs, des articles que je glane de temps à autre sur la toile. Le texte n'est pas de moi.
........................................

La retraite est un nouveau départ dans la vie conjugale. Souvent, ca se passe bien. Mais un couple sur huit divorce après soixante ans...

«Parfois, il me donne des ordres comme s'il s'adressait à sa secrétaire. Il faut que je lui tape un discours ou que je lui résume un livre... Je regimbe»... Marie-Claire, 74-ans, sourit en évoquant le retour de son mari à la maison, voilà 14-ans. Antoine a commencé par s'aménager un espace à lui, bureau et salle de gym, dans le jardin. De cette façon, il peut continuer à aller au bureau chaque matin, tout en restant en pyjama...

«Je ne n'aurais pas supporté de le voir ronfler sur un fauteuil», dit encore Marie-Claire.

«Heureusement, Antoine reste très actif. Il a toujours eu des activités syndicale et politique.

Il continue de participer à des réunions. Nous avons une maison de campagne, dans le Comminges, où nous allons, à la belle saison, surveiller les pois et les fèves. Mon secret, c'est que je laisse Antoine libre comme l'air... Tenez, cet aprèsmidi, il participe à une émission de radio. Je suis sûre qu'il va faire le joli coeur avec ces dames, et qu'il va rentrer à la maison pour me reprocher le coin de tarte qui a brûlé. C'est un macho. Mais je ne me laisse pas faire...»

Etranger dans un foyer régenté par l'épouse
Chaque année, en France, 900.000 personnes prennent leur retraite. Ce retour au bercail, après une vie professionnelle bien remplie, n'est pas forcément de rêve... Le couple se retrouve en tête-à-tête. «Une fois que j'ai sorti la poubelle et fait pisser le chien, je ne sais plus quoi faire», se lamente Lucien, ex-cadre commercial, qui ne se découvre plus de vie après le travail.

Les hommes se sentent parfois étrangers dans un foyer investi et régenté par leurs épouses. Alors les bricoleurs descendent au sous-sol, et s'aménagent un atelier. Certains jardinent avec bonheur. D'autres s'investissent dans le bénévolat. Pour rien au monde, Jean, un Toulousain de 62-ans, ne pourrait rester à la maison. Chaque matin, il enfile son costume comme s'il partait au travail.

«J'ai toujours eu des passions que je n'avais pas le temps de cultiver. Maintenant, j'en profite».

Et vlan, passe-moi l'éponge!
Jean s'occupe d'un club sportif, il vient d'entrer au Lions Club. Il adore la tauromachie. «Je fais en sorte de ne pas coller aux basques de ma femme. Et comme cela, tout va bien. Et puis nous avons huit petits-enfants. Cela occupe».

Bernard, un Toulousain qui occupait une fonction de cadre financier dans un grande entreprise, ignore ce que le mot «ennui» veut dire. Il profite de son «extraordinaire liberté» pour faciliter la vie de sa compagne, plus jeune, et qui elle continue d'aller au bureau tous les matins. Il fait les courses, du ménage. «Comme ça, le samedi, nous pouvons nous promener tous les deux». Heureuse femme...

Les agents immobiliers se frottent les mains lorsqu'ils voient arriver ces seniors, aux tempes aussi argentées que le porte-monnaie. Car la retraite est propice aux projets. Sur le Littoral, beaucoup investissent pour passer des vacances prolongées avec les petits-enfants.

«En périphérie de Toulouse, nous avons affaire à des couples qui veulent vendre leur maison, devenue trop grande, pour aller vivre dans des appartements proches des commerces», remarque Jérôme QuentinMauroy, président de la fédération des agences Fnaim de la Haute-Garonne.

Le plus souvent, la retraite est un nouveau départ dans la vie du couple. Mais parfois, la cohabitation se révèle explosive. «J'ai vu un couple se déchirer. Lui dînait au salon, et sa femme mangeait sous la véranda», raconte un avocat bordelais. «J'ai un copain qui ne supporte plus sa femme. Sa vie est un enfer», dit Jean. Et vlan, passe-moi l'éponge ! Après soixante ans, un couple sur huit se sépare. «Nous rencontrons assez fréquemment ce type de situation où le couple se rend compte qu'il n'a plus rien à se dire. La vie professionnelle masquait un différend, qui éclate à la retraite», observe une avocate toulousaine.....

A lire aussi

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a reçu, ce samedi 17 octobre 2018, à Dar Dhiafa à Carthage,

17/11/2018 13:40
0

En préparation de la grève dans la fonction publique, prévue le jeudi 22 novembre 2018, les

17/11/2018 10:11
5

Après son départ du ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, l'ancien

17/11/2018 09:30
1

Rachid Khechana vient d'être nommé PDG de l'agence de presse Tap tel que décidé lors de la réunion

17/11/2018 09:12
0

Newsletter