alexametrics
Chroniques

Arrêter ce délire sur l’économie informelle

Arrêter ce délire sur l’économie informelle

Par Houcine Ben Achour

 

Il faut réellement mettre fin à cette spéculation concernant l’ampleur de l’économie informelle dans le pays. Chacun y va avec son estimation jusqu’à ce qu’on arrive à un chiffre faramineux qui dépasse l’entendement, au vrai sens du terme, à savoir que le poids de cette économie  dépasserait l’équivalent de 50% du PIB. Et comme si de rien n’était, de plus en plus de nos hommes politiques, certains soi-disant experts économiques et mêmes des responsables de représentations d’employeurs, a fortiori syndicaux, ont fait une telle estimation. Il convient de savoir raison garder vis-à-vis d’une telle aberration. Oui, une aberration. Il faut arrêter ce délire.

 

A-t-on vraiment conscience de l’ordre de grandeur que représente 50% du PIB, c'est-à-dire la moitié du volume des richesses créées par le pays durant une année, l’équivalent de près de 50 milliards de dinars. Ainsi, nos superficies agricoles produiraient 50% de plus que ce qui est comptabilisé officiellement. Qu’il existerait 50% d’entreprises industrielles de plus que ce qui est recensé. Qu’il existerait 50% de plus de commerce, d’hôtels, de restaurants, de cliniques et d’hôpitaux, etc. Mais, mon dieu, cela se verrait. A moins que le secteur informel fasse preuve d’un niveau de productivité tel qu’il serait préférable pour tous les opérateurs économiques du secteur formel de basculer dans l’informel. Ce qui, à l’évidence, est une absurdité économique.

 

Soyons sérieux. Il n’est nullement question ici de nier l’existence d’une économie souterraine dans le pays, disons plutôt d’une économie parallèle. Une donnée qui le prouve amplement est la masse de monnaies et de billets en circulation dans le pays ; la monnaie fiduciaire dans le jargon des économistes. Selon les statistiques de la Banque centrale de Tunisie (BCT), elle a plus que doublé depuis 2010, passant de 5,4 milliards de dinars en septembre 2010 à plus de 11,7 milliards de dinars au même mois de l’année 2018. Et encore, car, au mois d’août 2018, la masse de monnaie et de billets en circulation dépassait les 12 milliards de dinars. Un recul dont l’interface se situe au niveau de l’augmentation du stock d’avoirs en devises. Cependant, tout cela ne peut corroborer le fait que le poids de l’économie parallèle équivaudrait plus de 50% du PIB.

 

A la rigueur, un taux de 30% serait plus sage. Mais à la condition qu’on élargit le spectre d’analyse en passant de l’économie parallèle à l’économie informelle. Les deux notions étant sémantiquement différentes. La première est logiquement insaisissable, au mieux difficilement mesurable, tandis que la deuxième est, un tant soit peu, quantifiable compte tenu d’une norme communément admise dans le milieu économique selon laquelle toute entreprise de moins de 6 salariés fait partie du secteur informel. Du couturier patenté, au menuisier en passant par le cafetier et autre gargotier et plus généralement de ces petits métiers dont regorge l’économie du pays, mais aussi de tous ces professions dites non commerciales qui emploient secrétaires ou assistantes,  de tous ces détenteurs de patente, majoritairement assujettis au régime fiscal forfaitaire, qui ne déclarent pas tous leurs employés et/ou sous-déclarent leurs activités. La plus crédible des études visant à évaluer le poids du secteur informel en croisant les données de la comptabilité nationale avec celles du Répertoire national des entreprises de l’Institut national de la statistique a abouti à une estimation du poids du secteur informel équivalent à 24% du PIB en 2015.

 

De ce point de vue, il est clair qu’on est en présence d’un réservoir de valeur ajoutée que l’INS gagnerait à cerner et à mesurer sans qu’on le lui ordonne expressément, donnant certainement par là un meilleur gage d’indépendance. En tout cas, une telle entreprise ne serait pas sans conséquence dans la mesure où elle pourrait révéler une sous-évaluation du PIB. Auquel cas, tous les ratios ayant un lien avec le PIB seraient à réviser: taux de déficit budgétaire, taux de déficit des paiements courants, taux d’endettement, vitesse de circulation de la monnaie, taux d’exportation, taux d’importation… tous les calculs de quotients dont le numérateur ou le dénominateur serait le PIB seraient modifiés dans un sens qui signifierait que la santé économique du pays n’est pas si grave qu’on pouvait le penser. Mais gardons-nous là aussi d’un quelconque optimisme. Et si la situation ne serait pas si grave. Elle est bel et bien mauvaise. Très mauvaise.      

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

B2b
| 03-12-2018 19:18
Monsieur le chroniqueur ne vit pas pas dans ce bled. Il n'a jamais acheté une boîte de tomate.Il n a jamais fait la queue pour acheter un paquet de lait. Il mange du boeuf .Du mouton et du poisson de haute gamme. Il n'a pas affaire au poulet. Il se soigne pas dans les hôpitaux publics. Il va dans des cliniques très clémentes... donc ce n'est si grave que ça. Que veut de plus Mr

manixsv
| 03-12-2018 17:23
C'est un peu comme en France, on se focalise sur les recette alors qu'il y aurait tant à faire sur les dépenses en valeur et en optimisation

En soit, un faible niveau de prélèvement devrait rendre la Tunisie ultra concurrentielle, surtout que la main d'oeuvre est relativement qualifiée (pourvu que ça dure). Mais quelle lourdeur administrative

manixsv
| 03-12-2018 17:17
oups, ma faute, j'ai mal lu

manixsv
| 03-12-2018 17:16
si 50% du PIB est informel, alors il existerait 100% de + d'industries etc etc...

HatemC
| 29-11-2018 22:35
700 000 Tunisiens ne paient pas leur impôt, manque à gagner pour le Trésor Tunisien, c'est ce fléau qu'il faut combattre, combattre le commerce parallèle.

L'économie souterraine ?

Le chiffre est sans appel, 40% de l'emploi du secteur privé Tunisien est actif dans l'informel.

Plus de 80% de ces effectifs travaillent dans la construction immobilière et dans le commerce et le reste la contrebande ...

Il est vrai que l'économie informelle permet à des personnes en rupture avec le marché de l'emploi, de renouer avec l'activité économique.

Environ 700.000 tunisiens vivent directement de l'économie informelle aujourd'hui.

A combien estimerions-nous le manque à gagner en impôts directs et indirects pour l'Etat ?

A combien estimerions-nous le manque à gagner pour les caisses d'assurance maladie et de retraite auxquelles ces actifs ne cotisent pas ?

Si on ne traite pas l'informel, l'anarchie restera la norme, il faut donner un grand coup et les inciter à se ranger dans la légalité ... qu'ils s'acquittent de leur charges comme tout bon Tunisien ...

"ils disent " que c'est leur seul revenu ... Donc ils ont des revenus ... POURQUOI NE PAS LE D'?CLARER

Comment voulez vous construire des écoles ou les rénover par exemple si plus personne ne paie ses impôts et ses chatges ?

C'est une injustice à l'encontre de l'intérêt général, dans ce cas tous les salariés de ce pays arrêtent de cotiser ...

Finalement ces Beni Hilel mène la Tunisie à sa perte '?'

De plus c'est à cause de la contrebande que les régions ne se développent pas ...

Tous les projets sont voués à l'échec tant que ces régions sont tenus par une MAFIA ...

Proposition
La Tunisie peut créer des zones franches aux frontières ... Et les produits vendus sur place le sont sans TVA ... un peu comme il se passe ailleurs... ANDORRE par exemple ... HC

DHEJ
| 29-11-2018 20:36
Encore il fallait citer LE BOULANGER et la STATION D'ESSENCE!!!

A lire aussi

Est-ce parce que c’est le dernier budget de la législature que les députés s’en sont donnés à

13/12/2018 18:50
5

Une entreprise en bonne santé paie ses impôts, dégage du bénéfice et participe à la création de

12/12/2018 15:59
9

L’actualité de la semaine est passionnante. Non, elle n’est pas uniquement faite de la nouvelle

11/12/2018 15:59
8

Les débats parlementaires concernant la Loi de finances 2019 vont bon train. Il y a beaucoup à dire

10/12/2018 15:59
28

Newsletter