alexametrics
dimanche 07 août 2022
Heure de Tunis : 23:56
Dernières news
Zakraoui : la longévité de cette constitution sera égale à la durée de vie politique du président
01/07/2022 | 20:52
1 min
Zakraoui : la longévité de cette constitution sera égale à la durée de vie politique du président

 

Le professeur et chef du département de droit public à la Faculté de Droit et des Sciences politiques de Tunis, Sghaier Zakraoui, est intervenu vendredi 1er juillet 2022, dans l’émission de la chaine Attesia, « le Grand débat », où il a commenté la constitution qui vient de paraitre et qui doit être soumise au référendum le 25 juillet prochain.

A la question est ce que cette constitution répond à vos attentes : le professeur a répondu par la négative. « La constitution est un contrat social auquel tous doivent participer et ceci n’est pas arrivé ! Elle est en revanche, aujourd’hui, sujette à controverse », a déclaré le professeur.

Pour Sghaier Zakraoui, une constitution est par définition caractérisée par sa longévité et sa stabilité. « Alors que cette constitution ne créera pas de longévité, ni de stabilité politique. Selon moi, la durée de vie de cette constitution est égale à la durée de vie politique du président de la République », a aussi expliqué M.  Zakraoui tout en soulignant que c’est l’architecture et le contenu d’une manière générale qui pose problème.

Dans son discours, le professeur a rappelé que la commission juridique en charge de participer à la rédaction de la nouvelle constitution ne s’est jamais réunie.

« Nous avons dès le début insisté sur le fait que la rédaction d’un tel document doit être faite de manière participative. On n’écrit pas une constitution en catimini ! Pire, avez-vous jamais vu un président écrire une constitution ? », a finalement déploré Sghaier Zakraoui.

 

 

S.A

01/07/2022 | 20:52
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Virtuel
Amateurisme
a posté le 02-07-2022 à 18:39
La majorite des pseudo politiques tunisiens n a pas la culture democratique adequate. De la chamaille, de l insulte au lieu du dialogue
Bruno
La vérité
a posté le 02-07-2022 à 13:02
Vous n'êtes pas le bon dieu qui détient la vérité. Une opinion rien de plus. Comme le dit le proverbe : le chien aboie la caravane passe.
EL OUAFfY y
Uun peu de respect pour notre expere en droit
a posté le à 15:16
@ Bruno :qu est ce que cette impression Zekraouoi comme meme est un homme de spécialité des législations des constitutions il a le droit de donner don avis a propos de cette constitution c est vrai qu il avait dit on constater chaque president change la constitution qui a ete creer avant don arrive au pouvoir .
faut s occuper des préoccupations du peuple car toutes les jeunes sont en etat de desesperence depuis le depart volontaire de Ben ALi car a cette moment la la situation ete supportable dans l ensemble la vie etait a la porter de toute le monde la Tunisie etait l exemple par rapport a des pays riches AH nous avons regrette le depart de Ben Ali l homme qui avait souffre pour notre dignité et notre mieux vivre ou sont les brave fils de Trablsy la bonne gestion en investissement Malagré que certains ont ete jaloux d eux car ils les considèrent comme des Libyens f origine
Kays
Réécriture
a posté le 02-07-2022 à 12:52
Le régime présidentiel est le régime le mieux adapté en période de crise car il permet une gouvernance rapide et efficace. D'ailleurs la plupart des pays européens vont revenir à des politiques de planification tant il est vrai que nous vivrons le retour des politiques structurelles en raison des bouleversements économiques dûs aux crises climatiques et énergétiques.

Pourtant certains articles devront être réécrits.

En effet cette Constitution est trop liée à la personnalité du potentiel Président.

Un président intégriste aura toute latitude pour appliquer la politique qu'il souhaite sans aucun garde-fou.

Une Constitution doit aussi protéger le peuple des dérives idéologiques des dirigeants en inscrivant dans le marbre certains droits inaliénables et en les soumettant tous à la loi.

Les conceptions et acceptions de l'Islam étant plurielles , l'article 5 dans sa rédaction laisse trop de latitude dans son application.

Il n'est pas trop tard pour modifier le texte final qui sera soumis au référendum...

TAHYA TOUNES

MH
@Kais
a posté le à 13:42
Réécriture dites-vous ? Il est déjà publié dans le JORT, une revue sans comité de lecture. Et puis, qui va le réécrire si ce n'est l'auteur lui-même? Je pense que ce que vous demandez relève de l'impossible. C'est un projet, murement préparé depuis bien longtemps, je dirais même bien avant le 25/07/2022 et cette mascarade de consultation nationale et comité d'experts n'est que de la poudre de perlimpinpin. C'est ce que je pense, dur comme fer.
GZ
@MH
a posté le à 18:43
A nouveau bonjour MH.
Le JORT ,"une revue sans comité de lecture"!
On n'est pas à Nature, Science ou à la NRF.
Ce serait au demeurant une excellente idée puisqu'il semble bien que les conseillers juridiques ne sont pas légion qui attireraient l'attention du rédacteur des décrets-lois sur les incohérences, approximations et autres abus de droit entachant certains de ses textes nuitamment mis sous presse. On s'épargnerait bien des déboires.
Quant à la crise de légitimité évoquée infra par @Kays, on y viendra tôt ou tard.
Deux légitimités, la présidentielle et la parlementaire, les deux issues du suffrage universel ne sauraient se confondre éternellement. Observez ce qui se passe en France. Fatalement, vient un jour où les deux s'opposent. Le monarque se trouve réduit à l'Etat de "roi fainéant".
La cohabitation peut être houleuse ou apaisée. Selon les caractères de l'un et des autres.
C'est pourquoi, cette copie amplifiée de la Constitution française, de par les pouvoirs exorbitants accordés au président, si elle fonctionne un jour, ne marchera pas toujours.
Il faut en finir avec ces monarques en république et s'inspirer des monarchies démocratiques d'Europe du Nord où le monarque règne sans gouverner. La direction des affaires de la cité étant confiée à la formation majoritaire ou une coalition de partis en accord sur un programme de gouvernement.
Je ne suis pas inconscient du fait que l'émiettement du paysage politique du pays rend, pour l'heure, la chose difficilement envisageable.
Bien à vous.
Kays
J'espère que ce n'est pas le cas
a posté le à 16:08
J'espère qu'il y aura des changements non seulement parce que ce texte est plus qu'imparfait mais surtout car une Constitution a vocation a durer dans le temps et surtout si le référendum est un échec alors il y aura une grave crise de L'?GITIMIT'? dans le pays et nous reviendrons à une période d'instabilité....
Mansour Lahyani
Même ce zakkar !!!
a posté le 02-07-2022 à 11:53
C'est la dernière personne que j'estimais capable de prendre une position aussi tranchée !!! Il mériterait d'être moins sghaIer, et de grandir aux yeux de tous...
Naim
Un vrais patriote ne doit pas dire ça !
a posté le 02-07-2022 à 09:38
Vous qui, présumé tout savoir, ne vous presenteriez pas aux prochaines élections présidentielles afin de maintenir et probablement améliorer l'objet afin de maintenir la Tunisie un état souverain et débarrassée de l'islam politique ?
GZ
Jetable
a posté le 02-07-2022 à 01:14
Il faut savoir voir le bon côté des choses.
Se dire qu'une fois encore, La Tunisie
aura ébloui le monde par l'invention de la Constitution jetable ou à usage unique. Si tant est, bien sûr, que le bon peuple avaleur de couleuvres, dit "désireux" sans fin l'adopte.
Au train où va la supercherie, ce ne sera que formalité.
L'ISIE avalise, le bon peuple avale.
MH
@GZ
a posté le à 11:46
Je suis très heureux de voir que vous avez enfin radicalement changé d'avis sur les événements du 25 juillet, qui ne devaient servir qu'à se débarrasser de l'hégémonie des islamistes. C'était une tromperie évidente pour ma petite personne dès le premier jour. Les affaires de KS s'éclaircissent de jour en jour et il n'y a plus aucun doute sur sa légendaire honnêteté intellectuelle. Changer d'opinion devient alors naturel. Seuls les imbéciles ne changent pas d'avis, n'est-ce pas ? Si seulement les Tunisiens sont comme vous, ouverts d'esprit, cultivés et éveillés, il y aura encore de l'espoir de sauver ce qui peut l'être. Mais hélas, nous en sommes très loin et je crains que les carottes ne soient cuites.
Cordialement cher ami.
GZ
@MH
a posté le à 12:59
Bonjour MH.
Votre "cher ami" me touche.
Je vous le retourne bien volontiers. Pour l'évolution, comme beaucoup, j'ai pu croire...Je n'y crois plus.
J'en suis profondément attristé.
Il reste une petite, minuscule lueur d'espoir. Sait-on jamais.
Je vous souhaite une bonne fin de semaine.
BORHAN
LA SURPRISE FU PROF...!
a posté le 01-07-2022 à 22:16
Du jamais vu...!
la Tunisie découvre enfin qu'elle a à sa tête un président prisonnier de son vécu de prof. à l'université.
En effet, ce président élu par défaut ( un accident de parcours de notre histoire comtemporaine) s'avère très attaché à sa spécialité de base, à savoir enseigner, rédiger, parler en arabe classique en cherchant le verbe, les mots avec la peur de se tromper.!!!!
Mais delà, à oser rédiger un document fondamental (une constitution sacrée) pour tout un pays de plus de douze millions de sujets est une performance inédite dans le monde.
Effectivement, " on n'est mieux servi que par soi-même ".
Personnellement, je suis ébahi par le culot de ce personnage hors du temps.
J'applaudis son courage en dépit des risques encourus !
Par son comportement, discipline oblige pour un modeste enseignant, ce fin usurpateur se permets le luxe de défier tous ceux qui s'opposent à sa façon de voir et de gérer tout un pays.
Il s'octroie même le l'idiotie d'écraser tout sur son passage croyant dur comme fer que la populace est indiscutablement acquise à sa folie.
Et tous ceux qui aboient timidement voire discrètement, ne sont à ses yeux que de vulgaires chiens errants ou des brebis galeuses qui finiront par rentrer dans le rang.
Le pire, plus il avance plus il prend de l'assurance dans la réalisation de son '?uvre diabolique.
'?videmment le terrain est bien loti, confortablement ratissé dans la mesure où les lâches, ces faux patriotes militants pour la dignité, tous politiques confondus, se distinguent par leur silence et leur peur, par leur absence,...
Quant au peuple, il est le grand absent de ce karakouz folklorique où le nouveau maître crois plus que jamais que les damnés sont incroyablement acquis à sa cause et que l'accession au trône n'est qu'un jeu d'enfant.
Et à preuve du contraire, ni Annibal, ni César, n'ont fait mieux que notre bien aimé monarque des temps modernes.
En un mot, si par malheur le peuple tunisien adopte ce torchon de papier il cautionne naïvement un dangereux dictateur.
Et, il n'a qu'à creuser sa propre tombe pour l'éternité.
Triste de mon pays.

zozo
Réponse
a posté le à 09:25
Bien vu et bien résumé;
Sahha lih,les politiciens de pacotille de l'avant 25 Juillet 2021 jèbou èlou fi tbak.
Forza
Ce n'est pas un accident de parcours
a posté le à 06:08
L'élection de Saied montre le problème du peuple tunisien, un peuple qui cherche une identité en refusant la sienne. Saied a séduit les tunisiens par son arabe (médiocre) alors que ce n'est pas leur langue. Il y a des services secrets étrangers et des cercles tunisiens intérieurs tunisiens qui ont détecte cette faille chez ce peuple pour faire placer un pion de la contre-révolution au sommet de l'état. Je vous invite à réfléchir sur les pages sponsorisées depuis l'étranger qui ont fait la campane pour Saied et je vous invite aussi à réfléchir sur l'affaire de cet israélien qu'on a lancée contre Nabil El KAroui une semaine avant le deuxième tour. Qui insista cet agent à israélien à dire qu'il travaille pour Karoui alors qu'il devait savoir que ceci nuira a son client (comme il prétend). On a diabolisé Karoui pour placer Saied et ils ont joué sur l'instabilité identitaire des tunisiens.
GZ
La coquille
a posté le à 01:00
Bonjour.
"douze millions de sujets".
Fortuite ou volontaire, la coquille ne manque pas de saveur. En république, nous sommes des citoyens, sujets de droit. En régime monarchique des sujets de sa Majesté. A la façon de l'Ancien Régime, ou l'actuel dans certaines monarchies du golfe entre autres. Ces souverains qui ont pour ainsi dire droit de vie et de mort sur leurs sujets.
Notez que dans certaines monarchies démocratiques, les sujets jouissent d'infiniment plus de droits que les citoyens de certaines prétendues républiques pas toujours réputées bananières.
Si la coquille ne traduit pas votre état d'esprit, elle reflète bien en revanche celui du "régent" de Carthage.
Quant à ce pauvre Mahfoudh, victime de supercherie qui ne reconnaît pas son bébé, et pour cause, on se met à sa place et on imagine son profond dépit.
"Douze millions de sujets" sont dans son même cas, victimes de la même lamentable supercherie.

Bien à vous.

Ghanou
Vous nous décevez
a posté le 01-07-2022 à 21:08
C'est trop facile de faire des assertions comme vous le faites: la constitution n'est pas ceci, la constitution n'est pas cela, elle n'assure pas la stabilité, elle n'aura pas de longévité.... Mais il faut argumenter, monsieur. En tant qu'universitaire, vous êtes bien placé pour le savoir. Un papier sans argumentations ne vaut rien. Sinon on peut dire ce qu'on veut. Mais je trouve bizarre que vous soyez parmi les premiers à dénigrer la constitution, vous qui défendiez le président et l'après 25 juillet bec et ongles.
Forza
Absolument
a posté le 01-07-2022 à 21:02
Le torchon ne survivra pas un seul jour le départ du putschiste. '?a reste grave pour le futur du pays même après une défaite et fuite du putschiste car chaque homme fort du pays (il sera probablement un militaire ou sécuritaire) fabriquera son propre torchon et trouvera des opportunistes professeurs de droit constitutionnel comme Belaid et un Mahfoudh pour ridiger. Le pays est tombé très bas.