alexametrics
Chroniques

Un vote qui n’a fait que des perdants

Temps de lecture : 3 min
Un vote qui n’a fait que des perdants

Par Sofiene Ben Hamida 

 

C’est extraordinaire comment un vote, censé trancher un litige et clarifier une situation, peut devenir un blocage supplémentaire dans une situation déjà congestionnée. Le vote de la motion de censure contre Rached Ghannouchi, jeudi dernier n’a pas réussi à départager les deux camps au sein de l’ARP. Au contraire, il a renforcé la ligne de démarcation entre les islamistes et leurs acolytes d’un côté et les autres blocs parlementaires de l’autre. Au final, ce vote n’a fait que des perdants, à commencer par l’éthique politique dans le pays.

Ceux qui ont présenté cette motion n’ont récolté que 97 voix. Ils ont raté leur objectif et manqué leur coup pour douze petites voix. Mais peu importe, ils ont échoué à récolter les voix nécessaires en faveur de leur motion. En politique, seul le résultat compte. Ils n’avaient qu’à mieux construire leur projet, prendre le temps de discuter et convaincre leurs partenaires, élargir le cercle des alliés et afficher un minimum de solidarité et de cohésion. Or, en aucun moment, le clan qui a présenté la motion de censure n’a donné l’impression qu’il était uni et solidaire dans sa démarche. Dés l’annonce du résultat final du vote, les chamailleries entres les différentes composantes de cette alliance anti islamiste a repris de plus belle. Par points de presse interposés, ils ont commencé à se disputer une victoire qui n’en est pas une. Il est évident que l’expérience des dernières semaines, au lieu de tisser des liens entre les blocs parlementaires qui soutiennent la motion de censure contre Ghannouchi, n’a fait qu’augmenter la suspicion entre eux et élargir le gouffre qui les sépare. En définitive, le bloc anti islamiste au sein de l’ARP a montré ses limites. Il est incapable de s’unir autour d’un objectif, avance en rangs dispersés et souffre outrageusement du syndrome du chef. Hier, comme aujourd’hui, ce clan moderniste, démocratique, libéral, progressiste, etc…n’arrive pas de se défaire de ses démons de toujours : la division. Les causes défendues par ce clan peuvent être justes, mais il les perdra toutes. Dans la configuration actuelle du moins.

Dans l’autre camp, celui des islamistes et de leurs acolytes, les choses ne vont guère mieux. La motion de censure contre leur chef a échoué et Ghannouchi peut rester à son poste de président de l’ARP. Mais il n’y a pas lieu de fêter un échec comme s’il s’agissait d’une victoire. Pour eux, ce qu’il faut retenir de ce vote, c’est que 97 députés sont insatisfaits de la prestation de Ghannouchi, que 16 députés seulement lui sont favorables et que même s’il a réussi à se maintenir à son poste de président, son siège est désormais dangereusement vacillant. Pour peu qu’on soit objectif et honnête, il est aisé de constater que parmi tous ses prédécesseurs, Ghannouchi est le pire président du parlement depuis la révolution. Même son compagnon Abdelfettah Mourou, premier vice président  de l’ARP sortante, avec ses manières théâtrales, parfois folkloriques, faisait meilleure mine que lui. Sur un plan personnel et éthique, après ce vote, Ghannouchi est dans l’incapacité de continuer à présider le parlement. Il sera exposé lors de chaque séance qu’il présidera aux attaques et aux critiques de ses détracteurs qui lui rendront sa mission impossible. D’ailleurs, il est peut-être temps pour lui de s’isoler de sa cour, loin des opportunistes qui l’entourent pour se demander sereinement, pourquoi selon tous les sondages d’opinion concordants depuis des années, les Tunisiens le classent parmi les personnalités politiques les plus haies du pays ? Pourquoi ils ne lui font pas confiance ? Seulement Ghannouchi a-t-il le courage de le faire ?           

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

JAMES-TK
| 04-08-2020 18:24
Un vieux dicton tunisien dit : " Il s'est convaincu que c'était de la m...rde, que lorsqu'on lui a fourré son nez dedans " ! ! !
De toute façon les sales manoeuvres politiques de ce Guru ont pris fin ce 30 Juillet 2020. Lui qui, un jour emporté par l'euphorie de son élection à la tete de l'ARP, et poussé par un narcicisme débordant, s'est hasardé à gerber qu'il " est le président de tous les tunisiens", mon oeil ?

tounsi
| 03-08-2020 12:13
AHAHAHA de quel courage parlez vous ya pas de courage il y a un OBJECTIF avec ses alliés foutre la Tunisie en l'air et avoir un ventre plus gros changer son dentier chaque année.....
La Tunisie n'est jamais tombée aussi bas
et puis ne parlez plus de Bourguiba en soit disant le critiquant il n'aurait jamis du faire ce qu'il a fait à la Tunisie et au Tunisien qui vivent encore de son travail et laissé ce pays et nous avec allez vers l'ignorance la surpopulation et nous laisser nous les homme avoir le dessus sur la femmes comme au moyen orient des gens non reconnaissants il aurait du laisser tomber ainsi il serai parti en paix mais à force de conards son âme est déchirée

Bbaya
| 03-08-2020 10:12
@BN selon les derniers infos 6 elus de Ettayar ont voté contre la motion avec un vote null (oui et non coché)

Tunisian proud
| 03-08-2020 09:31
En toute objectivité et sans parti pris, on peut compter deux gagnants à l'issue du vote de la motion de censure contre Ghannouchi. Incontestablement, Abir Moussi va tirer profit de ce résultat qui a mis à nu les contradictions au sein des partisans de Qalb Tounes et à un degré moindre Ettayar qui vont perdre une bonne partie de leur électorat, vote utile oblige, lors des prochaines élections législatives au profit du PDL, puisque dorénavant on assistera à une bipolarisation du paysage politique avec un PDL qui se régénère d'un côté et Ennahdha qui continue de survivre avec son réservoir de votants inconditionnels qui se réduit , de l'autre.Le second gagnant est manifestement le président Kais Saïed qui voit la thèse d'un régime politique présidentiel gagner du terrain auprès du corps électoral, suite au rendement médiocre du régime parlementaire actuel incapable de trouver des solutions aux problèmes quotidiens des tunisiens dont la frustration et l'impatience ont grandi, toutes tendances politiques confondues, suite aux conséquences économiques et sociales de la pandémie. En somme, Rached Ghannouchi et son parti sont entre le marteau et l'enclume. D'un côté, soit ils auraient à appuyer un 'gouvernement du président ' impartial avec toutes les conséquences qui s'en suivent. Soit, ils devraient accepter le risque d'élections législatives anticipées avec une grande probabilité d'observer au nouveau parlement l'arrivée d'une déferlante vague rouge au profit du PDL, vote utile oblige, suite à l'absence d'alternatives crédibles pour bon nombre d'électeurs pressés de voir leur quotidien s'améliorer.

Zut et Flûte
| 03-08-2020 08:39
Il devrait en être pour la Cour Constitutionnelle comme pour la désignation du CDG;
Si l'ARP n'arrive pas à se mettre d'accord sur la désignation des 4 Candidats ARP pour cette CC,la main devrait revenir au président de la république,un peu comme l'article 89 où la main revient au président de la république pour désigner le CDG,une fois que l'ARP a échoué dans la désignation du CDG.
Dans tous les cas ,cette Institution (CC) est l'un des piliers de cette Constitution tunisienne de 2014 et évoluer dans une démocratie sans CC c'est comme un match hwém sans arbitre ou bien comme une Démocratie sans CDG.....

Gg
| 03-08-2020 07:25
Pourquoi faites vous semblant?
Vous parlez de Ghannouchi comme d'un homme politique normal. Qui serait patriote, voudrait le bien de son pays, voudrait être populaire... Mais de tout cela il se moque éperdument!
Son but est de mettre le pays à genoux, de le ruiner, l'affamer, pour qu'il tombe dans le califat ottoman. Par tous les moyens, honnêtes et malhonnêtes!
Et vous le savez bien, alors pourquoi faites vous semblant de le considérer comme normal?
;

Ahmed
| 03-08-2020 07:08
Que de gagner dans le déshonneur.

Sauf pour NK qui lui perd dans le déshonneur.

Alya
| 03-08-2020 01:15
Vous avez tout résumé .Mme moussu ne peut exister sans
Son altesse ghannouchi. Et elle a su les manipuler à souhait tout en sachant qu il ne sera pas destitué je leur souhaite a tous 2 longs mois de vacances puis peut-être une dissolution

Momo
| 03-08-2020 01:09
Le PDL de 3abir Moussi a ramassé la mise.

Welles
| 02-08-2020 23:12
Votre délire n'a d'égal que votre rancune et votre haine.
Mais comment osez-vous vous déformer autant la réalité ; » Madame Moussi ,camp des émirats , mais quel mensonge éhonté s'il y avait un moindre soupçon,avec ses islamistes terroristes,elle serait déjà en prison depuis belle lurette, Bhiri et ses amis auraient eu un malin plaisir de fabriquer un dossier qui mène droit au cachot.
Par contre tout le monde sait comment le Qatar et la Turquie se comporte avec ton maître Ghannouchi.
»

A lire aussi

quels sont les objectifs réels de ces manœuvres

27/09/2020 17:00
3

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Les Hommes de pouvoirs restent, eux, immuablement

26/09/2020 13:03
24

Que fait le symbole de l’unité de la République, le garant de sa continuité et du respect de sa

25/09/2020 17:30
25

si ce n’est une insoutenable

24/09/2020 20:00
6