alexametrics
dimanche 16 janvier 2022
Heure de Tunis : 20:27
Dernières news
Un diplomate sénégalais agressé à l'aéroport de Tunis Carthage, le MAE examine l'affaire
06/07/2015 | 13:43
1 min
Un diplomate sénégalais agressé à l'aéroport de Tunis Carthage, le MAE examine l'affaire

Un diplomate sénégalais aurait été molesté jeudi dernier, 2 juillet 2015, par un policier tunisien, à l’aéroport de Tunis Carthage. Le diplomate s’appelle Ousseynou Fall et il est conseiller en charge des affaires de protocole à l’ambassade du Sénégal à Tunis. L’agression a fait la une de plusieurs journaux sénégalais qui ont dénoncé avec force ce comportement, le qualifiant de raciste.

 

Contacté par Business News, Mokhtar Chaouachi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a indiqué que l’ambassade du Sénégal avait adressé une note dans ce sens au MAE, ajoutant que l’affaire fait actuellement l’objet d’un examen par ledit ministère.

 

Au sujet des suites à donner à cette note, M. Chaouachi a déclaré qu’il ne pouvait pas, pour l’instant, en dire plus. Toutefois, il a affirmé que le MAE reviendrait vers l’ambassade du Sénégal avec une réponse.

 

E.Z.

06/07/2015 | 13:43
1 min
Suivez-nous

Commentaires (24)

Commenter

riri
| 08-07-2015 11:08
Mon pauvre père de 75 ans vient me cherche à l'aéroport même à 1hr du matin exprès pour éviter la mafia des taxis !
Étrangers ou tunisiens de d'étrangers : ne venez JAMAIS à Tunis-Carthage. Les taxis sont violents et voleurs et personne ne vous aideras. L'Espagne c est mille fois mieux pour se reposer et ne pas se faire agresser.

deb
| 07-07-2015 19:54
Pour ceux qui souhaitent les flics sans savoir reellement ce qui s'est passé
Posez vous simplement la question de savoir si oserez en compagnie de votre enfant de 2 ans dans les bras jouer au caid ou agresser des policiers et surtout dans un pays etranger
Quel pere de famille (irresponsable ) aurait ce comportement indigne
La verite est simple ; si ce diplomate etait europeen il n'aurait jamais subi ce sort
Heurseument ce comportement s'il est peut etre majoritaire dans la police tunisienne ne l'est peut etre pas aupres de sa population expatrié en France par exemple
Le racisme n'est que de la betise et de l'ignorance

Peu Importe
| 07-07-2015 16:47
J'ai aussi lu la plupart des commentaires, mais chacun a son idée bornée et ne cherche pas l'ouverture. L'un avance que le Black cherche toujours la victimisation, je dirais que c'est la même chose que le Beurre cherche à se victimiser en Europe. L'autre dis n'avoir pas vu d'agression sur la vidéo, c'est parce qu'il n'a jamais été menotté et conduit au poste de police du carthage, là ce qui se fait ne se filme pas. Et un certain parle d'espionnage. Les vrais espions, on les connait, depuis quand on a vu un black espion? Est-ce que les terroristes, l'EI, les attentistes, les charlistes sont blacks? C'est bien des Beurre ou des Blancos. Bref, vos commentaires et suppositions n'engagent que vous. Mentir est Beurre, cela est connu depuis la nuit des temps.
Ce qu'il faut reconnaitre, c'est que le racisme dans ce pays la Tunisie (comme aussi au Maroc ou la plupart des pays Maghrébins) se manifeste comme suit: jalousie, provocations, insultes, discrimination,agression et attentats. Heureusement que vos attentats vous les orientez vers les Blancos, les Blacks par contre prennent tout le reste.
Faire le ménage: s'il y a un ménage à faire c'est bien au sein de vous même, car sont mêlés terroristes et soit-disant musulmans dans votre pays. A cause de sa pauvreté, le Black il est traité de tous les noms, alors que les faits parlent d'eux mêmes: qui est l'auteur d'attentats au bus piégé? qui est l'auteur d'attentat à la bombe? qui tire sur les etres humains en liberté sur une plage? qui prend en otage des innocents dans une mosquée ou église? qui tire sur des journalistes dans un pays de droit et de liberté? qui s'immole par le feu? Qui fait des attaques terroristes dans des avions en plein vol? Qui s'entretuent à daesh, au yemen,en Syrie, en Afganistan, etc..? C'est bien le Beurre, pas le Black. Donc la barbarie et le manque de civilisation est bien du côté des Beurres et Arabes et non du côté des Blacks. Certes ils sont pauvres, mais ils sont pas barbares et encore moins terroristes.

Tony
| 07-07-2015 15:49
En 2011, comme le peuple tunisien demandait qu'on le soutienne en venant visiter la Tunisie et y dépenser comme touriste, je me suis rendu en Tunisie cet été 2011 pour 3 semaines. J'avais déjà été en Tunisie en 2000 et 2004 (CAN). Quelle ne fut pas ma surprise en 2001, les mentalités avaient totalement changé. Je me suis fait insulté et violenté par des marchands-badauds à l'entrée du souk (fin avenue Bourgiba0 parce que je ne voulais pas acheter les bibelots qu'ils me forçaient à acheter. Je vous épargne des insultes que j'ai reçu parfois ça et là dans les quartiers. Je tiens à préciser que je suis black canadien.

J'envisageais même à acheter un petit appartement en Tunisie pour souvent y aller passer les vacances, j'encourageais des amis à visiter (soutenir) la Tunisie ; mais ô combien je suis désabusé aujourd'hui des tunisiens. je décourage aujourd'hui l'idée à tous mes amis de s'y rendre (les anglais n'ont plus que leurs yeux pour pleurer). Dans ce pays là, je trouve que le black n'est pas le bienvenu. Ce sont là autant de raison qui ont fait que la BAD quitte finalement la Tunisie et ce n'est qu'un début, car même les tunisiens civilisés eux mêmes vont quitter le navire. On dirait que certains tunisiens (je ne sais pas si c'est la majorité) ont fait leur choix : s'accommoder des enturbannés. Aujourd'hui je préfère me limiter ici aux Caraïbes, Jamaïque, Brésil, Bahamas, etc.

Rifman
| 07-07-2015 14:16
Marocain je soutiens la police tunisienne à fond! Il faut savoir se que vous voulez? Un état de droit sans droit? Le diplomate ce soumet aux policier tunisiens point à la ligne. On les connais les black qui espionne pour d'autre pays en échange de leurs garder un compte en banque bien fourni.

dhird
| 07-07-2015 11:07
Ousmane Fall, le deuxième conseiller, chargé des affaires consulaires, culturelles, et des relations avec les citoyens de l'ambassade de la République du Sénégal en Tunisie, tabassé à l'aéroport de Tunis par des policiers, jeudi, dernier, livre sa version des faits dans les colonnes du site 'espacemanager.com'.

Tout commence par une banale histoire de taxi. Ousmane Fall accompagne, en ce jeudi 2 juillet, sa nièce, qui doit retourner au Sénégal, à l'aéroport Tunis-Carthage. Arrivés à destination, vers 17h40, le deuxième conseiller de l'ambassade de la République du Sénégal paie le chauffeur et se dirige vers la malle pour en sortir les bagages. Pendant que le Sénégalais s'occupait des valises de sa nièce, le chauffeur arrive et lui réclame de l'argent sans lui dire autant pourquoi. Ousmane Fall refuse de le lui donner d'autant plus qu'il lui avait déjà payé la somme affichée par le taximètre. Le taximan se dirige vers un policier pour se plaindre que son client ne veut pas le payer, sans lui préciser que la course avait été payée. Le policier lui demande de le suivre au poste. Le Sénégalais est d'accord après avoir fait rentrer les bagages et sa nièce dans l'enceinte de l'aéroport.

«Quand je suis retourné voir le policier, il n'était plus tout seul. Il avait appelé deux de ses collègues. À hauteur du café situé sur le hall supérieur du terminal, j'ai pris mon téléphone pour appeler ma nièce, l'agent de police me dit «Vas-y appelle ton ambassade». Je lui répondis que je n'ai pas besoin d'appeler l'ambassade, parce que je suis de l'ambassade. Réponse à laquelle il réagit par une première insulte en me dépassant. Jugeant que je ne descendais pas assez vite les escaliers 'je tenais par la main mon enfant, un petit garçon de trois ans qui m'avait accompagné à l'aéroport', l'agent de police (celui vêtu d'une chemise de couleur bleue), m'a pris par la ceinture pour me tirer violemment vers le bas des marches, entrainant ainsi mon petit garçon dans une chute brutale. C'est en cherchant à me redresser de mon déséquilibre que je reçus un coup de pied au tibia droit, suivi d'insultes, toujours de la part du même agent. Plusieurs autres policiers se sont alors précipités sur les lieux, s'ajoutant aux trois premiers, pour s'adonner aux exactions», raconte le diplomate.

Il est traîné vers les locaux de la police, son enfant abandonné par les policiers sur les marches de l'escalier. Il est récupéré par un africain subsaharien.

«Dès mon arrivée devant les locaux de la police judiciaire, j'ai reçu plusieurs coups et insultes principalement de la part de trois agents de police particulièrement violents dont celui qui portait un gilet de police de couleur blanche, et d'un agent d'âge avancé vêtu d'une chemise de couleur vert clair. M'apercevant de l'absence de mon fils, je demande de ses nouvelles, et quelqu'un me lance : il est avec ton ami. Je me précipite alors vers la porte en criant : quel ami ? Je suis arrivé seul à l'aéroport. C'est dans ces circonstances que l'officier de police muni d'un gilet blanc m'a donné un violent coup à la poitrine et ensuite plusieurs coups à la figure pendant que j'étais maintenu par un autre très corpulent qui m'insultait. Malgré cela, j'ai demandé plusieurs fois pour qu'ils envoient quelqu'un chercher mon petit garçon, sinon j'irais moi-même. Seule réponse obtenue : il est avec ton ami», ajoute-t-il.

«Un jeune étudiant est arrivé portant mon fils dans ses bras. C'est à lui que, discrètement, j'ai indiqué le numéro d'appel de Son Excellence Madame l'Ambassadeur du Sénégal à Tunis pour l'informer de la situation. Durant plus d'une heure de temps, je suis resté menotté dans une pièce, mon fils sur mes genoux. Pendant ce temps, mes pièces d'identité, à savoir ma carte d'identité diplomatique et ma carte d'accès à la zone sous-douane et quelques cartes de visite étaient aux mains des éléments de la police qui disaient vérifier mon identité, malgré la présence d'un fonctionnaire du Ministère des Affaires Étrangères qui est de permanence au bureau de protocole de l'aéroport. Au bout de deux heures, deux parmi ces mêmes agents sont venus me notifier que j'avais frappé et insulté un officier de police, pour ensuite me remettre mon téléphone et mon portefeuille.... et me dire que j'étais libre de partir. Jusqu'au moment où j'ai quitté les locaux de la police, aucun procès-verbal ne m'a été lu. Ils m'ont libéré aux environs de 19h40», dit-il.

oeilsurterre
| 07-07-2015 10:49
nauséabondes envers la police.

Ce n'est pas parce qu'il est fonctionnaire de l'Ambassade du Sénégal qu'il faut qu'il ait un passe droit.

Ce flic n'a pas soudain pété les plombs sur lui, il y a forcément une raison et si l'autre n'avait rien à se reprocher, il l'aurait suivi sans discussion avant d'en arriver à la force des bras pour qu'il les suive.

Affaire à suivre car on connaît les diplomates, ce ne sont pas des citoyens ordinaires mais EXTRA..OR..DINAIRES !

el KAt'
| 07-07-2015 10:12
Le MAE examine la CHOSE...

Il se prends pour un médecin qui osculte un patient ?!?

Il faut lâcher un communiqué de suite !

A moins qu'on veuille attendre la fin de Ramadan ainsi que laisser filer l'été avant de penser à examiner la CHOSE ..

Famous Corona
| 07-07-2015 08:51
Enquête nécessaire pour en dévoiler les dessous et juger les fautifs à commencer par l'agent de police qui quelles que soient les raisons n'a aucun droit de tabasser une personne de surcroit un diplomate!! Quelle honte...

TunObserver
| 07-07-2015 06:42
S'il s'avère après enquête que la police est fautive , il faut sévir et sanctionner le ou les fautifs , nos frères sénégalais sont les bienvenus chez nous et j'exprime ici mon entière solidarité avec eux .