alexametrics
Dernières news

Suspension de l’Accord de Carthage

Temps de lecture : 1 min
Suspension de l’Accord de Carthage

 

Après des semaines de concertations, l’Accord de Carthage a été suspendu, ce lundi 28 mai 2018, selon une source officielle de l’UGTT.

 

Les partis et organisations signataires ne sont pas arrivés à un consensus à propos du 64ème point qui concerne le départ du chef du gouvernement, Youssef Chahed. La décision de suspendre l’accord a été prise par le président de la République, Béji Caïd Essebsi suite au différend.

 

I.L

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

ommiaziza1912
| 28-05-2018 17:45
Le vieux essaie de gagner du temps. Il va se concerter en solo avec le gourou son ami et allie pour nous sortir un autre ali le large ou hamadi mac cain.

Charle lesco
| 28-05-2018 17:17
Le président B C E il sait qu'est ce qu'il fait il entrain de noyer les éléments de NAHDA il le responsabilise de tous faille car il savait que la situation est très difficile impossible de l'améliorer empirée depuis la chute du pouvoir de l'Etat profonde ,il me semble que Essebssi avait pris la leçon de ce qu'il s'état passé à coté ( le pays voisin ) événement 1992 .
Ghanouchi de l'instant ce plus n'est Ghanouchi d'hier il a changé totalement préoccupé ce n'est plus Ghanouchi du temps de l'opposition ou il était libre de toute responsabilité et maintenant peut être il n'arrivera pas a dormir aisément .
Badji Caid Essebsi il est conscient de ce qu'il entrain de faire .

EL OUAFYA
| 28-05-2018 16:55
C'est la meilleur solution il me semble que cette méthode n'est pas applicable dans un Etat pourvu d'un président élu selon les règles des'Etats .
Un président doit existe ou non ( yakoun aou la yakoun), seul habilité de prendre la décision après avoir consulter ses conseillés .
Ce que est certain que le président et le seul responsable devant l'ensemble politiser ou non



Bernard Henry Levy
| 28-05-2018 16:41
Le peuple a été roulé dans la farine par les Sebsi & Co. Elu pou rééquilibrer le paysage politique dans le pays, BCE a invité le Gourou au Congrès de Nidaa. Une première gifle à ses électeurs. La seconde gifle c'est l'incapacité de gouverner du parti vainqueur des élections à cause de l'effritement du Parti. HCE, personnage étranger au monde politique a complété ce paysage par sa médiocrité, et ses prises de position en faveur des personnages corrompus qui lui font ceinture. La Tunisie est passé dans l'oubli de ces gens là qui ne pensent qu'à leur égo et à leur compte en banque. Une période noire dans l'histoire du pays qui se relèvera surement avec des hommes qui servent honnêtement leur pays et non pas comme nos gouvernants actuels qui ne font que se servir.

déja-vu
| 28-05-2018 14:42
Héhéhé...Quel cinema ...Ils se moquent du monde. Quel interet pour un pays ruiné?!
Ahmed Saatour ferait tout aussi bien l'affaire. Au moins lui, c'est un menteur honnête et drôle... Le pays coulerait dans la joie.
Pas comme ces tristes sires qui nous y mènent en se chamaillant comme des charretiers pour des restes.

#Yakthiboun...

DHEJ
| 28-05-2018 14:29
L'enfant prodige de cet accord!


Wait and see

Jm
| 28-05-2018 14:17
Moi j'opterais Plutôt pour le vieux barbu

Bab ezzira
| 28-05-2018 13:31
Chaque fois que l'Etat avance dans sa lutte contre la corruption,le terrorisme, l'engagement de vrais réformes des voix s'élèvent de l'UGTT pour demander le départ de certains ministres qui dérange la corruption et les mafieux.
Faut-il rappeler le départ de Said El Aidi, de Slim Chaker lorsqu'il était de Fadhel Abdelkefi, de Neji Jalloul tous des ministres de NT qui ont proposés des solutions douloureuses mais concrètes pour sortir du fond du gouffre.
La question qui se pose : Pourquoi l'IGTT n'a jamais demandé le départ d'aucun ministre des frérots malgré leurs prestations controversés ? Pourquoi l'UGTT s'attaque-t-elle uniquement à ceux qui travaillent réellement ? Pourqui bosse l'UGTT
Pourquoi HCE s'aligne-t-il sur la position de l'UGTT ? QUI MANIPULE QUI ?
Aujourd'hui les bailleurs de fonds ne peuvent cautionner éternellement des incompétents ou un gouvernement dirigé par l'UGTT manipulé par le couple batard islamo-communiste. Le FMI ne doit plus payer les salaires de cet énorme capital oisif qu'est la fonction publique. Chacun doit assumer sa responsabilité et on doit mettre fin à cet enfantillage grotesque de ce qu'on appelle le CON-SANG-SUCE. Chacun doit assumer dorénavant ses responsabilités devant les diverses juridictions notamment militaire lorsqu'il s'agit de la sécurité nationale. BCE doit se pencher sur l'assainissement du pouvoir judiciaire empoisonné par le couple bâtard.

Jilani
| 28-05-2018 12:24
YC doit maintenant excercer son réel pouvoir face à cette bande présidée par un renard devenu non crédible et dangereux pour le pays pour son égoïsme et ses magouilles et man'?uvres sans fin. Il devra mettre en résidence surveillée ce président et ces fous syndicalistes.

Bilel
| 28-05-2018 12:21
je propose de mettre sebsi junior à la tête du gouvernement et qu'il nous montre ses compétences.

A lire aussi

L’ordre national des avocats de Tunisie précise que « l’Ordre des avocats de Tunis » apparait dans

01/04/2020 00:07
2

au Tchad l’épidémie fera des ravages alors que le système de santé est presque inexistant

31/03/2020 23:55
3

Les contaminations sont réparties sur 22 gouvernorats et se présentent comme suit :

31/03/2020 22:37
3

La version approuvée par la commission parlementaire indique que le chef du gouvernement pourra

31/03/2020 21:58
1