alexametrics
Dernières news

Saadia Mosbah en larmes après l’adoption de la loi antiraciste

Temps de lecture : 1 min
Saadia Mosbah en larmes après l’adoption de la loi antiraciste

Copyright photo : Omar Fassatoui

 

Saadia Mosbah, présidente de l’association M’nemty qui lutte contre les discriminations raciales, a fondu en larmes, en ce soir du mardi 9 octobre 2018 au parlement. Des larmes de joie, après l’adoption, dans son intégralité, de la loi antiraciste à l’ARP pour laquelle l’association a fortement milité. Le projet de loi est passé avec 125 voix pour, 5 abstentions et une voix contre.

 

 

Il s’agit d’un moment historique pour la Tunisie, fruit d’un long combat de plus de 7 ans d’après l’association tunisienne de soutien aux minorités (ATSM). L’ATSM a également indiqué qu’elle continuera le combat afin de veiller à la bonne application du projet de loi.

 

F.J 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (35)

Commenter

Abel Chater
| 10-10-2018 21:20
Aux mariages des Bédouins en Tunisie, ils remplissent un couffin de morceaux de viande, qu'ils servent autour de cuviers de couscous. Ils cousent l'ouverture du couffin, ne laissant qu'une petite ouverture pour la main du serveur, comme quoi la répartition de la viande se fait à l'aveuglette et au hasard, afin qu'il n'y ait pas d'injustice et d'inégalité dans la distribution des morceaux de viande, chose sacrée dans les mariages des Bédouins. Toutefois, et malgré l'aveuglement du serveur, il peut vite tâtonner à l'aveuglette lequel des morceaux est plus grand et plus volumineux que les autres. Et de là vient l'adage tunisien:"chouf loujouh oufarrak ell'hamm" ou (regarde les visages et distribue les morceaux de viande).
Donc, même s'ils cousent toutes les bouches des Tunisiens, les morceaux de viande seront distribués suivant les visages et la sympathie qu'acquièrent ces visages. La loi n'y peut rien changer des sentiments humains.
Si j'étais le serveur de viande dans ces mariages au couffin, et que je me trouve devant Claudia Schiffer, Naomi Campbell et Bochra Belhaj Hamida, j'offrirais le plus grand morceau à Claudia Schiffer, et encore le meilleur morceau à Naomi Campbell et à Bochra Belhaj Hamida, je lui offrirai un tout petit morceau osseux et graisseux. C'est ça ! Il y va de sympathie, de beauté et d'agréabilité.
Rien à faire ! Ce qui est humain demeurera toujours humain.

abouali
| 10-10-2018 21:13
cher Si Hatem, j'ai réagi uniquement sur l'affirmation concernant le racisme dans le Coran. Pour le reste, c'est un autre débat, que nous pouvons engager si vous le souhaitez, avec plaisir, à une autre occasion. Mais je partage beaucoup de ce que vous avez présenté concernant l'esclavage, dont étaient victimes, soit dit en passant, toutes les races, blancs comme noirs. De nos jours, nous devons faire un distinguo entre ces deux pratiques abominables . Le racisme qui s'exerce au quotidien et dans toutes les sphères de la société, sous forme d'ostracisme principalement contre la population noire, n'est plus lié à l'esclavage, alors que celui ci prend aujourd'hui des formes variées et déguisées comme celles que vous avez citées et concerne des groupes vulnérables ou dans le besoin, sans distinction de couleur de peau.
Merci de votre réaction. Bien à vous.

HatemC
| 10-10-2018 20:40
Je vous laisse méditer sur cela ... le racisme n'a jamais été aboli par l'islam ... et encore moins par la Charia ...la Tunisie a été le seul pays a avoir aboli l'esclavage ... mais malheureusement l'esclavage n'a jamais été éradiquer ... l'emploi des jeunes gamines comme esclave reste une pratique répandue .... et souvent elles sont la cibles de prédateurs ...

Les règles prescrites dans le Coran sont en OPPOSITIONS avec les règles des droits de l'homme '?'

Article 1: Tous les êtres humains naissent LIBRES et '?GAUX en dignité et en droits,

Or la loi Coranique stipule que les femmes sont des êtres INFERIEURS, leur témoignage devant une cour de justice vaut la moitié de celui d'un homme, elle n'ont pas le droit de se déplacer librement, ne peuvent disposer de leur propre personne, ne peuvent épouser un non-musulman, leur part d'héritage vaut la moitié de celle de l'homme, elles peuvent être légalement violentée par leur mari si celui-ci CRAINT ou ANTICIPE leur désobéissance, elle ne peuvent refuser ses avances sexuelles, elle ne peuvent quitter le domicile conjugal même si elles sont violentées, elles peuvent être répudiées à tous moments et n'ont pas en contrepartie le droit de répudier leur mari, elles sont tenues de partager leur mari avec d'autres épouses, elles ont l'obligation de se couvrir le corps au complet et ne rien révéler de leur épiderme.


Article 3: «Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne:»

Que décrète la loi coranique? Les athées n'ont pas droit à la vie, au même titre que les polythéistes ils sont condamnés à mourir et ne peuvent échapper à la mort qu'en se convertissant à l'islam. La peine de mort est prescrite à ceux parmi les musulmans qui abandonnent leur religion.

***

Merci de me donner votre feedback ... Cdt ... HC

abouali
| 10-10-2018 20:07
Cher ami, permettez de réagir à votre affirmation que " le racisme est inscrit noir sur blanc dans le Coran" en vous faisant remarquer que ceci contredit, littéralement ou dans l'esprit, tout ce qui est écrit dans le livre sacré. Je ne prétend pas ici défendre quoi que ce soit, mais simplement rétablir succinctement quelques vérités universelles, extraites d'études et d'écrits de spécialistes de chercheurs et d'érudits.
L'Islam considère en effet le racisme comme une pratique abominable relevant de la "jahilia". Dès son apparition, il a aboli toute sorte de discrimination "fondée sur la race, la couleur, la fortune, l'honneur ou la noblesse. Il prône l'égalité entre tous les êtres humains seule la vertu peut servir de critère de distinction entre les uns et les autres :
Voici le principal verset qui consacre cette affirmation :
« '? vous les hommes ! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle. Nous vous avons constitués en peuples et en tribus pour que vous vous connaissiez entre vous. Le plus noble d'entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. » Coran 49.13
De nombreux autres versets vont également dans le même sens.
L'hétérogénéité du premier noyau constitué autour du Prophète traduit le caractère universel et antiraciste de l'Islam. Ce noyau était composé d'Arabes, d'Africains, de Persans, de Romains, etc.
Mohamed, qui a nommé un noir, Bilal, comme le premier "mouadhan" en Islam, a souvent répété à ses fidèles :
« N'est pas des nôtres celui qui prône le racisme, ni celui qui se bat ni celui qui meurt pour une cause raciste » hadith
Il a réaffirmé ces principes lors de son discours d'adieu :
« '? gens votre Dieu est Un et votre ancêtre est un. L'Arabe n'a aucun mérite sur le non Arabe, ni le blanc sur le noir, sauf par la piété... "
Ainsi, cher ami, les références du rejet du racisme aussi bien dans le Coran que dans le Hadith sont foison, et il serait fastidieux de les énumérer tous. Ce sont les musulmans qui font comme toujours une interprétation erronée des prescriptions de la religion.
NB : Je ne suis ni islamiste ni intégriste, mais quelqu'un qui essaie de comprendre correctement son époque.
Bien à vous.

HatemC
| 10-10-2018 17:56
Le racisme est inscrit noir sur blanc dans le Coran ... et dabs les gènes des zarabes de considérer les noirs des sous hommes, l'esclavage dans les pays arabes est une réalités .... HC

safari72
| 10-10-2018 17:48
Ce qui est triste c'est de se trouver dans l'obligation de voter des lois pour lutter contre le racisme, un fléau contre-nature. Il n'aurait pas dû exister dans notre pays.

Maxula
| 10-10-2018 16:51
"il accuse les citoyens du racisme à tord"
Votre raisonnement "tordu" est de plus naïf, s'il n'était pas seulement "niais" !
Vous ne voyez même pas vos propres contradictions...quand vous "niez" le racisme des tunisiens et qu'en même temps vous envisagez que "la réglementation qu"elle s'applique à tout dépassement".
Pour vous, cette loi est inutile...mais doit réprimer "tout dépassement" !
Vous ne voyez pas la contradiction ? Non ?
"Résonner" par le vide en faisant du bruit comme un tambour, ce n'est pas "raisonner" mais nier la réalité du pays !
Et vivre en dehors du bled n'excuse nullement de porter des oeillères'?'
Maxula.

Mansour Lahyani
| 10-10-2018 16:50
Comme tous les êtres progressistes, humains, et convaincus de cette justice évidente et incontournable, JE SUIS Saadia Mosbah : je partage sa joie pour cette consécration qui a pris son temps, mais a fini par arriver et par ceindre le front de ma Tunisie ! Je fonds à mon tour en larmes avec elle; Et j'espère que de dépit tous les racistes n'en trouveront plus le sommeil, à commencer par ce flic ou super flic qui s'est produit de cette façon si remarquable auprès de Saadia, un jour de février 2018!!

Layla
| 10-10-2018 15:46
Oui, à présent notre devoir de citoyens-nes est de veiller, au quotidien, à l'application de cette loi qui fait honneur à notre pays.

EL OUAFFY Y
| 10-10-2018 15:39
Ce loi ne nécessite pas l'adoptionet ceux qu'ils ont voté cette loi témoigne que la Tunisie était un pays raciste malgré que le pays n'était jamais raciste en Tunisie tous les êtres humains sont égaux et s"il y a des dépassement il y a la réglementation qu"elle s'applique à tout dépassement .
Par mes respects il me semble que ce parlement n'est pas conscient de ce qu'il fait au lieu de s'occuper des préoccupations du peuple ,il accuse les citoyens du racisme à tord au contraire le Tunisien n'était jamais racisme dans ses relations avec l'autre au contraire les visiteurs du pays témoignent qu'ils ce sont à l'aise quand ils sont en Tunisie et comment ce parlement ne prendrait pas ces témoignages avant d'adoption de ces lois .

A lire aussi

Le président du Conseil de la Choura d'Ennahdha, Abdelkarim Harouni, a donné ce lundi 27 janvier

27/01/2020 13:00
0

« Notre programme est essentiellement social et nous allons entamer les négociations aujourd’hui

27/01/2020 10:08
3

Le député et dirigeant Ennahdha, Samir Dilou, était l’invité ce matin du lundi 27 janvier 2020,

27/01/2020 09:31
10

Le président du syndicat patronal, la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT),

27/01/2020 08:58
1

Newsletter