alexametrics
dimanche 14 août 2022
Heure de Tunis : 13:51
Dernières news
Nabil Baffoun : l’atteinte à la constitution nous a menés là où nous sommes
20/04/2022 | 14:28
3 min
Nabil Baffoun : l’atteinte à la constitution nous a menés là où nous sommes

 

Le président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), Nabil Baffoun, est revenu, mercredi 20 avril 2022, sur la polémique qu’a suscité sa disparition de la scène publique à quelques mois de la tenue du référendum décidé par le président de la République Kaïs Saïed. 
 
Invité d’Elyes Gharbi dans l’émission Midi Show sur Mosaïque FM, il a affirmé qu’il ne s’était pas prononcé sur l’affaire avant cette semaine de par l’ambiguïté du projet du président de la République. Il a expliqué, dans ce sens, qu’il était, à présent, temps de publier un texte réglementant les prochains rendez-vous électoraux afin que l’Isie puisse préparer son calendrier. « Je me suis exprimé à ce sujet et j’ai bien précisé que ce processus n’était pas conforme aux dispositions de la Constitution (…) Conscients de notre responsabilité, nous avons réitéré la nécessité de publier un texte pour faire réussir le 25-Juillet », a-t-il déclaré.  
 
Commentant la rencontre entre le président de la République et le vice-président de l’Isie, Farouk Bouasker, Nabil Baffoun a souligné que cette réunion aurait pu être plus efficiente si elle s’était déroulée en sa présence. « Je n’ai pas à expliquer les choix du président de la République », a-t-il lancé. 
 
 
 
Interpellé sur les phases à venir, il a signalé que les rendez-vous électoraux devraient être fixés et mentionnés dans la constitution. « Le référendum n’existe que dans les déclarations du président de la République. Cela ne suffit pas pour que l’Isie puisse mettre en place un calendrier et engager les préparatifs. Il nous faut un texte de loi », a-t-il précisé. 
 
Le président de l’Isie a, par ailleurs, taclé le chef de l’Etat sur sa démarche entreprise depuis le 25-Juillet. Notant que l’Isie est fondée sur la « construction démocratique et constitutionnelle », il a avancé que les mesures prises par le président de la République – en contradiction avec la Constitution – étaient l’un des facteurs ayant conduit au flou qui entoure actuellement l’organisation du référendum prévu le 25 juillet 2022. « L’atteinte à la Constitution nous a menés là où nous sommes aujourd’hui : nous ne savons rien de l’objet de ce référendum et de ses modalités alors que nous sommes à trois mois de son organisation, on veut réviser le code électoral par de simples décrets ! » 
 
Revenant sur le budget qui serait alloué au référendum et aux législatives anticipées, Nabil Baffoun a annoncé que l’Isie avait obtenu l’accord du ministère des Finances sur un total de 85 millions de dinars. Il a expliqué, dans ce sens, que le référendum nécessiterait l’organisation de campagnes de sensibilisation et explicatives. 
 
Il a signalé, également, plusieurs contre-vérités en lien avec le référendum affirmant que le Code électoral actuel permet aux partis – qu’ils soient représentés au Parlement ou pas – de participer au référendum contrairement à certaines allégations. 
 
Le président de l'Isie a fait savoir que l'Instance avait sollicité une rencontre avec le chef de l'Etat pour aborder ces différents points et problématiques en lien avec l'organisation du référendum et des légilatives anticipées mais cette requête est restée sans réponse, jusqu'à l'heure. 
 

 N.J. 

 

 

20/04/2022 | 14:28
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Forza
Il faut boycotter le "referendum" et les "élections"
a posté le 21-04-2022 à 12:20
C'est une manière pacifiste et efficace pour faire tomber le coup d'?tat, avec seulement 500000 votants comme lors de l'ISTIchira, Saied ne pourra pas prétendre avoir la légitimité, il ne l'a plus depuis son putsch et il multiplie visites et privilèges aux sécuritaires pour garder son pouvoir.
le s soi-disant "referendum" et "élection" de Saied sont des tricheries, proverbe algérien 'irracham Hmida, willaab Hmida"
takilas
Il a fait bon somme celui-là
a posté le 21-04-2022 à 12:17
Après avoir pris tout son temps pour garantir les arnaques et les duperies, il continuent de 'es défendre comme s'il était chargé de les défendre, alors qu'il est censé être neutre.
N'est-ce pas malhonnête et irrégulier de sa part, alors comment il ose perle maintenant, sauf pour aggraver son cas et demo' trer ses penchants vers cette secte mafieuse.
Donc qu'il se taise au moins d'autant plus qu'il a déshonoré les mahdois.
Lenet
Merci au président
a posté le 21-04-2022 à 11:48
De nous débarrasser de tous les corrompus proche de la secte criminelle et de son gourou...
Nous validons tout ce que le président kaiess said entreprend...
Tous ceux et celles qui étaient au pouvoir ou qui y gravitaient de prés ou de loin doivent disparaître à jamais de la scène politique tunisienne...
Les mafieux de 2011 jusqu'à juillet 2021 doivent disparaître.
Chanchan
à l'entendre parler on dirait qu'il s'agit d'un saint
a posté le 21-04-2022 à 00:17
Est-ce qu'il peut prétendre qu'il n'a pas fauté même inconsciemment ?
Au profit de nahdha, et qu'il a fermé l'?il sur les corruptions de nahdha.
Houcine
Les atteintes au pluriel.
a posté le 20-04-2022 à 21:38
Ces atteintes, ces usages non conformes, ces attaques contre la constitution sont le fait de ceux qui avec vous, et sans vous, parlent d'atteinte.
Qui peut croire en ce discours très général, qui laisse dans l'ombre les responsables et ne précise pas les faits ?
S'il y a des atteintes, et il y en a eu de très nombreuses jusqu'à provoquer un rejet de tous ces personnages et une certaine pratique politique, elles sont de la responsabilité de beaucoup de ceux qui derrière vous, monsieur Baffoun, tirent les ficelles pour crier à l'atteinte.
Cessez de nous prendre pour des ignares, et nommez les choses, et si vous avez du courage dites-nous qui vous a poussé à prendre la parole si fortement.
Rappelez-vous les pressions subies, les entour loupes islamistes que vous avez couvertes, leurs truandages des votes, l'achat des votants, sans qu'ils aient été censurés par vos soins.
C'est à votre institution, je veux dire celle qui vous emploie, qu'il revient de veiller à la régularité des votes, de garantir dans la clarté la sincérité des votes.
Bref, c'est un peu gros de votre part, de nous jouer un numéro en vue de déplacer les problèmes.
Chacun de sa place doit assumer ses responsabilités.
Vous, comme les autres.
Soussi
Baffoun
a posté le 20-04-2022 à 20:28
Ya Si Baffoun
Vous pouvez regarder en arriere
N oubliez pas les elections 2019 et le cirque de l ISIE qui mis le pays dans cette situation sous votre patronage
adel
Là où nous sommes
a posté le 20-04-2022 à 20:09
Est le résultat d'une constitution que personne ne respecte, d'un code de la route que personne ne respecte, d'une fierté inexistante, d'une démocratie non méritée, d'un parlement plein de brigands, de voyous et de contrebandiers, d'un peuple plein de diplômes et dénudé de bon sens, d'une fonction publique parasite ....
VOus pouvez compléter le reste.
BOUSS KHOUK
addoula ya ghali
a posté le à 23:05
les singes te merdent trésor , la prochane fois , mets là en veilleuse , ça t'éviteras de lire du pas jolie !! FHIMT WELLA NZIDOUK ! ya rouh mama !!
Forza
Le referendum et les élections de Saied sont illégaux
a posté le 20-04-2022 à 19:34
Ils sont le résultat d'un putsch de Saied contre la constitution avec l'aide des militaires et des sécuritaires. Chacun qui participe au referendum de juilliet ou aux élections de décembre est complice du coup d'état.
L'ISIE se fait aussi complice si elle organise ces votes anti-constitutionnels.
Houcine
L'injonction d'un agent.
a posté le à 10:40
Chaque participant au référendum exprimera son avis sur cette constitution et contribuera à ouvrir la voie à un compromis nouveau qui mettra un terme aux compromissions, au chantage, aux crapuleries auxquels nous avons été soumis durant dix années.
Cela permettra, je l'espère, de mettre un terme, aussi, aux vols, détournements de l'argent, et au népotisme des islamistes qui, juste avant le 25/7 voulaient encore une rançon de plus.
Harouni en fut pour ses frais.
La secte et ses nervis, aussi.
Nous allons tourner la page, et avec elle, clore cette période d'infamie.
Les gens "propres" vont raser les murs, et nous retrouverons nos droits à vivre, s'amuser, travailler hors la, surveillance des faux dévots, des cheikhs de pacotille, des marchands du Temple.
Daoudaou
@ Forza le nahdhaoui
a posté le à 00:23
L'intervention de Kais Saied est héroïque et a sauvé la Tunisie des griffes et des malheurs causés par najlhdha.
Mais le plus reste à faire, soit de réparer tous les maux causés par nahdha durant onze années.
Bravo au Président le sauveur d'une énorme catastrophe qui allait s'amplifier après le 25 juillet !
Forza
@Takilas - pas besoin que tu changes to pseudo
a posté le à 12:11
.
Hager
Opportuniste
a posté le 20-04-2022 à 19:13
Opportuniste ferme ta bouche
Un citoyen
C'est à cause de vous et d'autres comme vous
a posté le 20-04-2022 à 18:45
Que nous sommes ou nous en sommes '?'
Dégagez Et faites vous oublier !
BOUSS KHOUK
AVIS DE RECHERCHE
a posté le 20-04-2022 à 17:26
un commentaire parlant des 2 MORFALES << safi saiid ET nejib chebbi << A DISPARU et aucune trace sur bn .. ça doit être la reprise de service de L' INCONTOURNABLE (( kassa )) = LA PAIRE DE CISEAUX de Bn. .... comme d'habitude !! MITAAWIDDINE YA BECHA ...
The Mirror
Casse-tou Baffoun
a posté le 20-04-2022 à 17:09
Pourquoi Baffoun s'agite-t-il ces derniers jours?
Réponse: le pauvre a compris que ses jours sont maintenant comptés à l'Isie.

Alors, moi, citoyen tunisien, je reste poli Mr Baffoun et vous demande de foutre le con, parce que les gens de votre espèce ont ruiné mon pays, et je n'accepte pas que l'on touche à ma Tunisie bien-aimée.
Mozart
BN reprend à son propre compte une erreur de Baffoun. Mais pour l'instant seuls les partis parlementaires peuvent faire campagne lors du référendum
a posté le 20-04-2022 à 16:55
Le patron de l'Isie se trompe quand il affirme que même les partis non représentés au Parlement peuvent participer à la campagne du référendum.

Juriste, Farouk Bouasker, vice-président de cette instance, l'avait dit depuis longtemps. Seuls les partis parlementaires sont habilités à faire campagne lors du référendum.

Et la loi électorale donne raison à Bouasker, n'en déplaise à Baffoun.

La loi relative aux élections et aux référendums est claire. Dans sa brève section consacrée aux référendums, cette loi ne parle que des partis parlementaires.

De plus, ailleurs dans ce même texte de loi, une distinction constante est faite entre 1/"les candidats", pour l'élection présidentielle, 2/les "listes de candidats", quand il s'agit des élections législatives et municipales, 3/ "les partis", lorsqu'il est question de référendums.

Personne n'exclut que, avec la dissolution du Parlement, Saied modifie la loi pour permettre que d'autres que les partis parlementaires puissent faire campagne lors du référendum de juillet prochain.

Or BN reprend à son propre compte que, selon Baffoun, "le Code électoral actuel permet aux partis ' qu'ils soient représentés au Parlement ou pas ' de participer au référendum contrairement à certaines allégations".

En fait, actuellement, Baffoun raconte n'importe quoi !
retraité
il fait son baroud d'honneur
a posté le 20-04-2022 à 16:52
depuis le 25 juillet 2021 et ignoré par le maître de Carthage il s'attaque au président de la république pas pour le bien du pays et sa population mais parce qu'il a perdu son président de l'ISIE et ses nombreux avantages alors que les élections législatives ont été catastrophiques pour le pays des dépassements et des financements extérieurs et intérieurs illicites et non respects des lis lors du déroulement du scrutin c'est incroyable ces hommes e ces femmes politiques qui ont échoué dans leurs missions veulent garder leurs places même avec des échecs cuisants dans leurs missions !
SAM53
LE SAUVEUR DES FRERES
a posté le à 19:56
Il defend son poste pour rester encore fidèle a nahdha et la favoriser encore pour les prochaines élections boilà pourquoi il s'accroche
Ok
Opportuniste
a posté le 20-04-2022 à 16:32
D'où il sort celui là.
Citoyen_H
TOUTE
a posté le 20-04-2022 à 16:24
la racaille et la vermine issue de la période antérieure au 25 juillet béni, ou plutôt ayant participé à la vie politique qui s'est étalée de 2011 au 25 juillet 2022 béni (macha Allah) doit dégager sans demander son reste !!!!!

Aller, HOP, du balai pour tous les vendus et corrompus, avec un passage par la case justice pour épouillage, dans la mesure du possible !!!







Fathi
Le vrai problème
a posté le 20-04-2022 à 16:10
Le vrai problème de la Tunisie est la dictature de Kaïs Saïed qui a violé tous les instances démocratiques en commençant par la constitution. Cet intervieuwer s'attaque à chaque fois aux invités qui ne lèchent pas les bottes du président et s'attaque à eux comme s'ils étaient les coupables. Un exemple de corruption de la fonction journalistique.
Arbitre
Il ne va pas assez loin
a posté le 20-04-2022 à 15:41
"L'atteinte à la constitution nous a menés là où nous sommes".
Tout le monde se souvient,lors du décès de BCE,de sa prise de position ferme (selon l'avis même de YC),qu'il fallait tenir les élections dans les délais,dans le respect de la Constitution,et ce malgré des députés qui y allaient en traînant les pieds;
Il aurait dû maintenir cette ligne,en signifiant au président élu KS,que l'on ne changeait pas les règles du jeu en cours de partie et ce partant que la date des prochaines élections devait être maintenue pour 2024,faute de quoi il était prêt en tant que président de l'ISIE,de présenter sa démission;
C'est probablement afin d'éviter de rencontrer quelqu'un de "Droit dans ses bottes",que KS avait invité son vice-président FB pour parler de son référendum à venir......
Quant à se contenter d'un bref "l'atteinte à la constitution nous a menés là où nous sommes",ech koun yéfhémék yè Hamma?
Mozart
Baffoun est, depuis sa position contre le 25 juillet, disqualifié par Kaïs Saied. Et là, le président en sursis de l'Isie fait son baroud d'honneur
a posté le 20-04-2022 à 15:20
Nabil Baffoun avait pris position contre Kaïs Saied au lendemain du 25 juillet 2021. Ses paroles sont que "la constitution représente un contrat social entre gouvernants et gouvernés et les faits survenus hier ont interrompu cette harmonie sociale". Pour lui, dès le début, la démarche du chef de l'Etat est anticonstitutionnelle.

Puis il a disparu de la scène politico-médiatique.

Maintenant, il revient.

Apparemment, quelque chose lui a donné les coudées franches pour critiquer le président. Quelque chose? Quoi? Mystère, pour l'instant. Un tape affectueuse sur ses épaules par une puissance occidentale n'est cependant pas à exclure.

Mais ça peut aussi être un baroud d'honneur, une manière de dire un truc qui hausse son honneur, avant de quitter la présidence de l'Isie où, pour des tas de raisons, pas forcément liées à Saied, Baffoun est en sursis.

Et son départ ne va pas faire pleurer grand monde...
SAM53
TERMINE SI BAFFOUN
a posté le 20-04-2022 à 15:09
Il veut continuer à favoriser ses amis ( nahdha) mais c'est fini il fait partie du passé. Son cirque a été dévoilé
Warrior
le despote TOUT en un ...................................
a posté le 20-04-2022 à 14:46
le despote EST la constitution , le référundum, l'état .... il est TOUT en un !!
qd je pense qu'au RU il n'y a mème pas de constitution ....
WAK E UP !!!
BOUSS KHOUK
baffoun
a posté le 20-04-2022 à 14:39
jettes l'éponge , tu es trop mouillés !! SAYYEB ALIK MIL CONSTITUTION WIL BEKI !! BARRA DOUR BGHAFIL !! RAK BAADHMTIK .
peritotime
Président fada
a posté le à 15:22
Certes, le président de l'Isie n'est pas une référence, mais les projets de l'idiot qui siège à Carthage sont débiles