alexametrics
Tribunes

Moins d’Etat, plus de mafia

Temps de lecture : 2 min
Moins d’Etat, plus de mafia

Il y a des signes qui ne trompent pas. Depuis que monsieur le président de la République avait annoncé « l’effondrement de l’Etat », les évènements ne font que lui donner raison à une nuance près. En effet, le risque de l’effondrement de l’Etat est aujourd’hui bien réel sauf que ceux désignés par le chef de l’Etat ne sont pas les seuls prétendants à cette sale besogne. Comme dit le vieil adage chinois, quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt.

En effet, en désignant les terroristes et leurs violences comme unique menace qui pèse sur l’Etat, il détourne, sans le savoir peut-être, le regard loin de l’autre menace qui elle est bien plus pernicieuse. Celle de la mafia qui est en train de gangréner l’appareil de l’Etat.

 

Vous avez aimé le commerce parallèle, la contrebande, l’évasion fiscale, la corruption à tous les étages, vous allez maintenant adorer la diplomatie parallèle ! Celle qui emprunte des canaux souterrains avec des ramifications qui vont jusqu’en Libye où se mêlent argent sale, barbouses, milices, faux enlèvement et fausse libération. D’aucuns diront, mais la diplomatie parallèle a toujours existé. Ils te citeront toujours Bob Denard & Co, les plus romantiques te parleront même de James Bond. Sauf que ce genre de diplomatie n’échappe pas au contrôle de l’Etat. Elle est souvent organisée en sous-main par l’Etat pour éviter de faire le sale boulot comme on dit.

 

La diplomatie parallèle à la Tunisienne est réellement parallèle, aucune convergence avec les intérêts de l’Etat. Elle se fait en dehors de toute concertation, de tout contrôle direct ou indirect. Elle ne sert pas l’intérêt de l’Etat bien au contraire elle vise à le doubler, à le vider de sa substance. En apportant la preuve de son « efficacité » elle vise à légitimer son action et à se substituer à l’Etat. Contrairement aux acteurs de la diplomatie parallèle qu’on connaît de par le monde, qui tiennent à rester tapis dans l’ombre, nos trafiquants et apprentis diplomates à nous cherchent à se faire connaître. Ils revendiquent un statut, ils se veulent incontournables en ridiculisant le pouvoir central et en montrant sa faiblesse. Guerre d’influence au détriment de l’Etat et de son prestige, au détriment du politique déjà mal en point dans l’opinion publique.

 

Le plus inquiétant c’est de voir que les représentants de l’Etat, ceux qui sont censés préserver un tant soit peu son prestige et ses prérogatives, ne réagissent pas, acquiescent, faisant fi même, des règles les plus élémentaires régissant les relations internationales. Si on ajoute à cela l’infiltration de la mafia dans les rouages de l’Etat aux moyens d’une corruption systémique on a effectivement la démonstration de l’effondrement de l’Etat. Des décennies de diplomatie prudente et empreinte de sagesse, bâtie avec patience par Bourguiba vient de partir en fumée. Bourguiba doit certainement se retourner dans sa tombe.

 

* Hédi Ben Abbes est universitaire et dirigeant d’entreprise

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (20)

Commenter

Indépendant
| 29-12-2015 17:44
C'est vous, le CPR et compagnie qui avaient introduit la mafia dans les rouages de l'Etat et vous étiez sourd aux appels des patriotes. Aujourd'hui vous endossez le costume de redresseur de torts, c'est cynique ! Si vous étiez vraiment patriote vous auriez réagi à l'époque où vous étiez ministre. Mais, enivré par la pouvoir, vous aviez comme ceux que vous critiquez aujourd'hui, fermez les yeux.

déja-vu
| 29-12-2015 09:31
Chèr intègre,

Apprenez que les "malfrats", et j'en connais beaucoup, les petites gens,les vraies compétences qui faisaient tourner à merveille cette ingénieuse oeuvre d'orfèvre qui était la Tunisie sans les énormes dons, prets et aumones qui partent en fumée,sans concéder le sol national sacré aux bases militaires étrangères et sans vendre des stades nationaux, n'ont jamais repris et ne reprendrons jamais les sales poils de vos betes maudites. Les quelques "revenants" ne les ont jamais représenté.
Ces "malfrats" partent de grands rires amères en voyant des vauriens qu'ils connaissaient parfaitement incapable de diriger un café rayer l'avenir de leurs enfants -et des votres- de la carte des nations et faire de ce pays une ruche de mafias qui vous emmènent vers le noir et blanc de 23 ans en arrière quand les poux se délèctaient de votre sang enpoisonné qui les a décimé.

Je vous fixe un rendez-vous avec l'histoire que vous ne pourrez pas manquer:

Le jour ou vous insèrerez votre carte de va-nu-pied mendiant international à la gab et ou vous lirez ce message Divin sur l'écran:

"Désolé, Erreur de programmation de la date! - 23 ans ! Contactez votre charlatan de service".

La vie se chante,
La vie se pleure,
Elle est changeante,
Comme les couleurs...

A toute allure...

Tunisienne
| 29-12-2015 08:15
Bonjour Monsieur,
Vous n'avez peut-être pas dépassé le premier degré des sarcasmes des commentateurs, mais la plupart des commentaires sont plutôt élogieux et encourageants pour Monsieur HBA!
Bonne journée

fugitif tunisien
| 28-12-2015 20:04
franchement je n'aime pas amadouer les gens monsieur Hédi ben abbès mais situation oblige, je salue votre persévérence et votre amour du pays et je suis sûr que votre jour viendra seulement si vous le permettez faîtes fi des commentaires bellicistes car ils sont comptés sur les doigts ceux qui ont le courage de jeter le porte feuille d'un premier conseiller à la présidence de la république après l'avoir fait depuis longtemps au cpr et au conseil constitutionnel. courage monsieur ben abbès ce que on est en train de voir maintenant c'est le cirque ammar et les belliqueux se délectent et applaudissent quel mascarade!

CAMEL BOY
| 27-12-2015 20:51
Et le sence inverse qui se passait durant la règne du Président Ben Ali plus de Amar 404.04 moins de Mafia .

Hannibal
| 27-12-2015 14:41
Rejoignez les patriotes autour de Mohsen Marzouk,la Tunisie a besoin de toutes ses competences pour retrouver la place que lui a souhaitee Bourguiba Honorez sa memoire pour realiser l ideal pour lequel il s est sacrifie.

déja-vu
| 27-12-2015 14:17
Il n'y a pas de "sales boulots" en politique. Il y a les sacrosaints intérêts de l'état. Qui veut garder ses mains "proprettes" doit se reconvertir dans le volontariat ou les oeuvres de charité...au lieu de jouer à la sainte nitouche pour justifier son incompétence...

Tout travail mérite salaire. Les "sales boulots" plus que les autres...

Pourquoi cette révolution formidiable si on va continuer à exploiter l'éffort des autres avec toute cette "hogra"?!

b m l
| 27-12-2015 10:56
Théoriquement ce monsieur est brillant et sage,pratiquement il fait partie d'un groupe de fous qui n'a laissé qu'un mauvais souvenir par une gestion catastrophique basée sur le populisme,le profit et l'anarchie.Restez universitaire et virtuel comme vous savez bien le faire!

Tunisienne
| 27-12-2015 08:54
C'est en tout cas dans ce sens que vos commentateurs semblent abonder.
C'est qu'il n'est pas usuel pour un CPRiste de faire preuve d'autant de lucidité et de justesse, de mettre le doigt sur les vrais fléaux qui gangrènent ce pays et de reconnaître à Bourguiba ce qui revient à Bourguiba!
Il semblerait donc qu'on ait du mal à vous pardonner l'"incartade" CPR.
Continuez à y travailler Monsieur!
Avec mes salutations

Abell
| 27-12-2015 07:52
Messieurs Hedi Ben Abbés, Moncef Ben Mrad, Samir Taieb et bien d'autres sages ont crié tout haut que le danger réel provient de la corruption qui s'est installée dans notre chère pays sans réaction réelle de la part des gouvernants. Maintenant il ne reste qu'à agir

A lire aussi

L’appât d’une prime d’intéressement est éthiquement condamnable, politiquement irresponsable et

10/12/2019 20:31
10

Chaque semaine, chaque jour la Tunisie connait un lot de drames et de misères comme pour mieux

07/12/2019 15:25
1

« La stratégie, c’est l’art de faire face à son destin », Peter Drucker

05/12/2019 11:16
5

Les élections d’octobre 2019 ont ouvert une nouvelle page dans l’histoire de la jeune révolution

03/12/2019 11:45
6

Newsletter