alexametrics
Dernières news

Le réseau Mourakiboun s’oppose à l’amendement de la loi électorale

Temps de lecture : 1 min
Le réseau Mourakiboun s’oppose à l’amendement de la loi électorale

Le réseau Mourakiboun a rejeté, dans un communiqué rendu public ce jeudi 6 février 2020, la proposition de loi n° 2020-1 présentée le 24 janvier 2020 par 24 députés, majoritairement nahdhaouis, à l'instar de Noureddine Bhiri, Jamila Ksiksi, Samir Dilou, Imed Khemiri, Sahbi Atig, Mokhtar Lamouchi et Faycel Derbel.

Une proposition qui vient amender la loi organique n° 2017-7 du 14 février 2017, modifiant et complétant la loi organique n°2014-16 du 26 mai 2014 relative aux élections et référendums et en vertu de laquelle un seuil de 5% des voix aux élections législatives est requis pour obtenir des sièges au Parlement.

Mourakiboun a, en effet, appelé les députés ainsi que les partis politiques à ne pas modifier la loi électorale actuelle et ce afin d’assurer l’intégrité et la transparence des élections loin des calculs partisans étroits.

Le réseau a, également, relevé plusieurs lacunes au niveau de la loi électorale et la loi relative à l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), outre le seuil électoral.

Des manquements à l’instar des conditions de candidature, de la campagne électorale, du financement et de la distribution des sièges.

Ainsi, Mourakiboun a souligné la nécessité de réviser en profondeur ces lois dans le cadre d’un processus législatif comprenant tous les intervenants dans le processus électoral en dehors des périodes électorales.

 

B.L

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

DIEHK : Anti Mourabitounnn & Doustournaaaaa!
| 06-02-2020 13:05
Du Lablabi, si le pois chiche Turc n'est pas mssouass!!!
Voilà 1 association qui ne surveille que des conneries des incompétents et ses pétants dirigeants noyés dans leurs $ & '?'
n'arrêtent pas de outre leur merde anti démocratique en étant au service de "TOUX ceux qui veulent que la Tunisie reste sur place et n'avance plus"
Messieurs, commencez par enlever la lorgnette qui vous sert
de lunette de vue non calibrée à votre vue!!
Vous et l'autre Doustourna n'arrêtez pas de réagir à chaque fois que vous vous sentez en danger et ça ne sert pas les intérêts de vos commanditaires qui ne veulent pas que du bien à notre Tunisie.
Alors, fermez vos sales gueules et circulez, il n'y a rien à voir....

BORHAN
| 06-02-2020 10:28
La loi électorale en vigueur n'est pas adaptée ni à notre régime apparenté parlementaire ni à la configuration politique actuelle.
par conséquent, il est primordial d'opérer une sorte de purge pour réduire le nombre de partis siégeant à l'assemblée.
Le blocage qui règne sur nos institutions est le sous-produit d'un système à la proportionnelle qui s'avère contre productif dans un projet de démocratisation toujours à la recherche de repères fiables.
Donc, le système de la majorité simple à deux tours est à mon avis le plus sûr pour nous assurer un partage du pouvoir et une gouvernance stable.
Dans cette phase de consolidation et d'enrichissement de notre processus démocratique nous avons besoin de deux voire trois grand partis politiques pour faire fonctionner nos institutions et les libérer de leur inertie.
Même avec une modification de 5%, nous risquons de se retrouver dans la même situation de celle de 3%;
Il faut aller plus loin dans cette démarche et opter pour 10%.
Les élections anticipées qui se profilent à l'horizon nous incitent à aller plus vite et à se préparer pour cette nouvelle échéance afin d'espérer débloque une situation intenable surtout que la dynamique générale est complètement en rade pour une durée indéterminée.
Malheureusement, la guerre souterraine entre les deux chefs, par Fakhfekh interposé risque de perdurer car la constitution de 2014 est tellement floue sur certaines dispositions que les interprétations farfelues et les enchères
gratuites ne vont pas manquer à pourrir davantage un climat politique lourdement ubuesque.

A lire aussi

opération toujours en

04/04/2020 21:29
3

Pour examiner la situation des services de réanimation

04/04/2020 21:22
1

Après le vote de l'activation de l'article 70 de la constitution

04/04/2020 19:55
5