alexametrics
Tribunes

Le populisme a toute sa place dans notre société

Le populisme a toute sa place dans notre société

Chiffres du jour : Seuls 15% des Tunisiens de 25 ans et plus suivent ou ont suivi un cursus universitaire contre 30% en France et 35% en Allemagne mais aussi 16% en Turquie.

Par ailleurs, la durée moyenne de scolarisation des plus de 25 ans en Tunisie est de 7 ans seulement contre une moyenne de 12 ans en France et 13 ans en Allemagne mais 8 ans en Turquie.

Près de 20% des plus de 10 ans sont analphabètes, 30% des femmes et 10% des hommes. Le taux d’illettrisme, ne pas savoir lire, écrire ou compter après avoir été scolarisé, est encore bien plus élevé.

Les récents résultats des élèves ayant participé au concours de « sixième », facultatif en Tunisie, ont montré que la moyenne générale de 51 mille enfants était de 3,2/20 en mathématiques et de 6,5/20 en sciences.

Il est légitime au vue de ces résultats factuels de se poser la question sur l’immunité de la société tunisienne face à toutes les formes du populisme et de clientélisme.

On peut aussi se poser des questions sérieuses sur la pratique d’une citoyenneté pleine avec ce manque d’instruction, de culture et de maîtrise des critères de choix dans un processus démocratique.

Le populisme qui se nourrit par l’opposition des élites au « vrai » peuple, a toute sa place dans une telle société.

Le populisme qui se nourrit de la défiance vis-à-vis des institutions représentatives, les corps intermédiaires, les médias, a toute sa place dans une société où l’éducation est aussi précaire.

Le souverainisme béat (winou il pétrole), la xénophobie (étudiants étrangers,...), l’intolérance (vis-à-vis des minorités notamment), le rejet de l’autre car différent (dans les virages de nos stades de foot...), sa négation même (incidents régionalistes et tribaux...), fruit des discours populistes et simplistes, sont très facilement appropriés par des masses incultes.

Les fakenews sont souvent pris pour des vérités absolues, ça passe comme une lettre à la poste en l’absence de recul, de capacité de recoupement, ou de quête d’objectivité.

Bref, le populisme repose sur la faiblesse de la culture politique et le manque de conscience citoyenne, de culture et d’instruction.

Certes, il y a des réalités telles qu’une perception forte de l’éloignement des élites du vécu quotidien souvent très dur du peuple, au niveau du discours et de l’action, l’approche programmatique est rejetée, les poches de colère justifiée et qui ne trouvent pas de réponses claires immédiates du « système », une crise économique et sociale qui dure depuis plus de 10 ans, des réalités qui nourrissent les discours de la rupture et du dénigrement, parfois à caractère fasciste (pureté, exclusion, nous sommes les « vrais »....Le consensus politique de la classe dirigeante alimente aussi ce sentiment de vouloir casser avec le système établi.

Il est encore temps de sauver le processus démocratique car c’est le seul qui garantit la résolution de nos problèmes sans violence et durablement. Et puis, il est connu que le populisme est le chemin tout tracé pour une forme de dictature par la démocratie (cas de la Turquie...),...

Il faut savoir et vite ce qu’on veut ?

Walakom sadid annadhar.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

DHEJ
| 31-05-2019 13:17
Populisme oui et efficace avec un public "bête "!


C'est l'exploit des "politiques ".


Plus ignorants plus facile à abuser.

jilani
| 31-05-2019 10:19
Voilà ce que nous sommes après 50 ans d'indépendance et soi-disant de souveraineté. Un peuple mal éduqué et le malheur est que les personnes illettrées sont les plus actifs dans les médias et la sphère politique et qu'on a tendance souvent à dénigrer notre élite formée dans les grandes écoles et universités. La situation s'empire avec les réseaux sociaux où bcp les prennent comme source unique de culture et d'information et abandonnent la lecture de livres et d'articles de presse.

mztn65
| 31-05-2019 09:09
je crois que vous voulez dire "pragmatique" et non "programmatique"!... bel article sinon!

G&G
| 30-05-2019 23:11
Ce ne sont pas les illettrés qui posent problème en Tunisie. Plutôt ce sont ces va-nu-pieds éduqués par Bourguiba et qui avaient dégagé Ben Ali tout en sachant que cet homme est irremplaçable.
'?duquer les va-nu-pieds !? Quelle folie fatale. La nature récupère ses droit inébranlables.
.N'oublies pas, petit zingénieur, que la Tunisie est un pays zarabe et y demeurera
G&G
RCDiste et fier

A lire aussi

Ces publications ne précisent pas quelle a été la technique

24/06/2019 12:50
1

C'est l'histoire d'une équipe d'une très bonne équipe.

24/06/2019 10:06
6

"Dans le Cloud en 2013" est un article que j'avais écrit en août 2012 où je traitais de la

20/06/2019 10:17
0

Newsletter