alexametrics
Dernières news

Lancement de Joussour, nouveau Think Tank présidé par Khayam Turki

Temps de lecture : 1 min
Lancement de Joussour, nouveau Think Tank présidé par Khayam Turki

 

Le lancement officiel du Think Tank, Joussour dont le président n’est autre que Khayam Turki, ancien secrétaire général adjoint d’Ettakatol, a eu lieu, ce mercredi 9 décembre 2015, dans un hôtel de la capitale Tunis.

 

Le Think Tank a été créé par un groupe diversifié de fondateurs : ils sont 10 femmes et 10 hommes venant des secteurs privé et public, avec des sensibilités politiques différentes. Certains membres ont une expérience dans divers partis politiques à l’instar de Nidaa Tounes, Ennahdha, Al Moubadara et Ettakatol.

 

Joussour se veut un espace  spécialisé dans l’élaboration de politiques publiques et focalisé sur les aspects stratégiques de la Tunisie nouvelle. Le but de ce Think Tank est de participer à l’élaboration d’un référentiel national et jeter des ponts intellectuels entre les courants idéologiques, les familles politiques, les appartenances sociales, les générations et les régions, comme l’a expliqué M. Turki.

 

Il s’agit aussi de  participer au renouvellement de la pensée politique pour faire face aux défis majeurs de la Tunisie et répondre aux attentes de sa population, de ses forces vives et de sa jeunesse. Joussour vise également à favoriser l’émergence de compétences nouvelles.

 

Le site www.joussour.org contient les divers rapports réalisés à ce jour par l’équipe du Think Tank.

 

I.L.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

Thanks
| 09-12-2015 17:31
Les deux défis majeurs auxquels va faire face ce Think Tank sont les suivants:
* Engager la réflexion devant aboutir à l'instauration du salaire honnête.
* Expurger la médiocratie de la place publique.
Bonne chance !

lecteur assidu
| 09-12-2015 17:25
Il ne manquait plus que cette personne pour dire qu'elle réfléchi au futur et au bonheur de notre chère Tunisie !! Un incapable haineux dont le parcours à ce jour n'est gratifié que par des échecs tant professionnel que politique et qui a le courage de faire une conférence de presse. le malheur de la Tunisie est dans cette pseudo élite qui se croit inintelligente... pathétique

Bourguibiste nationaliste
| 09-12-2015 16:49
A quoi cela sert d'avoir un nouveau Think Thank, un de plus. C'est de l'argent public gaspillé. En outre, c'est une manière pour Ettakaol de revenir sur la scène politique alors que les Tunisiens n'en veulent plus.

JOHN WAYNE
| 09-12-2015 16:15
a j wayne beni beni| 07-12-2015 19:42 Il n 'y a pas plus fervent defenseur de ben ali que moi mais te voir insulter l'islam me herisse le poil que tu critique les freres musumans daech et consort je le conçois mais que tu insulte l'islam comme tu le fais ouvertement ***.

Monsieur,
De tous les commentaires qui m'ont été adressés depuis que je milite pour une contre-révolution Nationaliste en Tunisie, le vôtre est certainement le plus intéressant et le plus symbolique.
Il rejoint ma série éducative «L'Islam ou le suicide intellectuel des peuples Arabes ».
Votre réaction épidermique et qui s'est illustrée par une sensation de poils hérissés, définie ce que j'ai appelé « le Carcan de l'Islam ».
Cette religion qui lors de ses conquêtes a tenté d'éliminer l'influence de la pensée Grecque qui avait atteint des régions comme la Mésopotamie, s'est en effet attaquée au côté rationnel et de pensée logique de l'homme.
Elle a fait de Dieu un tout que l'on ne doit ni expliquer, ni encore moins étudier.
Elle a donc poussé les Arabes a une pensée rigide et sclérosée qui a empêché ces peuples d'atteindre un esprit logique.
Ce qui signifie que sans bénéficier d'un esprit logique, les peuples Arabes ont immédiatement fermé les portes du savoir et de la recherche scientifique.
Ceux qui ont tenté d'adopter une pensée logique dans leurs études de l'Islam ont été tout de suite considérés comme des hérétiques et ont subi des châtiments corporels de mutilation et de décapitation.
Or, lorsque la pensée logique, qui mène elle-même au savoir, est éliminée de l'homme, celui-ci choisit comme moyen de compréhension d'autres pseudosciences que sont la superstition et la sorcellerie.
Votre réaction capillaire est typique d'un être pris dans le carcan de l'Islam car elle est née de l'esprit d'un homme ayant une partie de son psychè au moins, dépourvu de facultés de raisonnement logique et rationnel et qui ne peut donc que puiser dans les fosses infinies de la superstition.
Vous êtes donc comme ces hommes du 7eme siècle pour qui l'Islam ne doit jamais être remis en question ni critiqué, et chez qui la critique profonde ou superficielle de l'Islam crée des réactions de peur inconnues et incompréhensibles et qui sont la définition même de la superstition.
Ce qui me mène a même établir ici un sujet de recherche philosophique et qui pourrait bien un jour servir de sujet d'examen ou de thèse :

L'Islam va-t-il favorisé le fanatisme et la violence par la superstition ?

La réponse est bien évidemment oui puisque dans le parcours et les écrits d'Habib Bourguiba, ce grand homme mentionne souvent le fatalisme et la superstition comme étant des facteurs de sous-développement qui ont favorisé l'expansion et la consolidation du colonialisme en Tunisie. Or ces aspects néfastes de la pensée se retrouvaient essentiellement chez les populations pauvres de l'intérieur de la Tunisie n'ayant aucune éducation mais s'accrochant à l'Islam comme repère.
Ce sont ces mêmes populations qui aujourd'hui forment le bloc islamiste Tunisien et qui à la fin des années 70 ont débuté une campagne de violence.
Toujours est-il que de nos jours, l'Islam par cette influence néfaste qu'il a exercé sur les esprits de très vastes populations au Moyen Orient, a sans doute été un facteur de retard scientifique et d'incompréhensions du progrès que l'occident connait depuis le début du siècle.
Ce sont ces grandes lacunes qui a mon avis ont abouti à cette haine de l'occident et à cette réaction de violence que sont les mouvements de l'Islam radical face un occident devenu à la fois effrayant et incompréhensible par ses avancées sociologiques, culturelles, et technologiques.

F.M. Alias JOHN WAYNE
Ancien élève au Collège Sadiki
Diplômé d'Histoire et de Sciences Politiques de l'Université Paris-Sorbonne.
Ancien Fonctionnaire aux Ministères des Affaires Etrangères et de l'Intérieur Tunisiens des gouvernements d'Habib Bourguiba et de Zine El Abidine Ben Ali.
Diplomate de carrière et spécialiste de la sécurité et du renseignement.

A lire aussi

Ainsi, les salaires des gouverneurs

23/09/2020 08:38
0

Des dépassements ont été observés ces dernières années

22/09/2020 22:37
1

L’organisation fait porter la responsabilité de ce blocage aux autorités de tutelle, notamment, les

22/09/2020 21:07
1

Le staff médical avait présenté sa démission le 1er juillet

22/09/2020 20:31
5