alexametrics
vendredi 09 décembre 2022
Heure de Tunis : 21:05
Dernières news
Kaïs Saïed annonce l'amendement de la loi électorale
01/06/2022 | 20:13
3 min
Kaïs Saïed annonce l'amendement de la loi électorale

 

Le président de la République, Kaïs Saïed a présidé, ce mercredi 1er juin 2022, le conseil des ministres, consacré à l'examen d'un nombre de décrets et d’arrêtés.

Le président de la République indique que le conseil examinera, dans un premier temps, un projet de décret amendant la loi électorale, pour préparer le terrain au référendum du 25 juillet 2022 portant sur la nouvelle constitution pour une nouvelle République. « Encore une fois, celui qui craint la volonté du peuple sait que la majorité est contre lui et contre ses positions et ses pratiques et il sait que la volonté émanant des urnes changerait la direction de l’histoire en Tunisie. Il n’a qu’à revenir aux fables de Kalila wa Dimna ».


Le deuxième projet qu’il a été décidé d’approuver et qui sera débattu par la suite, concerne l’amendement du décret relatif au conseil supérieur provisoire de la magistrature.

« Nous avons émis plusieurs mises en garde pour que la justice procède à son propre assainissement. Nous ne pouvons éradiquer la corruption et les dépassements de la loi qu’à travers l’assainissement total de la justice. Il y a un retard et des ajournements prémédités pour l’ouverture des dossiers malgré le fait qu’ils soient prêts. Cette situation ne peut perdurer indéfiniment. Le peuple tunisien a perdu patience. Tous les dossiers ont été examinés par plusieurs parties pour ne pas causer la moindre injustice », a ajouté le chef de l'Etat.
 
 
Le chef de l’Etat considère qu’il est inadmissible que la justice ne soit appliquée qu’aux pauvres, et que les riches, les criminels et les assassins bénéficient d’un autre traitement. « Nous ne nous ingérerons jamais dans la justice. Tous les citoyens sont égaux devant la justice, peu importe leur rang. Cependant, le devoir nous impose de prendre de telles mesures pour préserver la paix sociale et l’Etat, avec tout notre respect pour les juges intègres. Nous n’accepterons aucun dépassement de la loi ».


« Je ne citerai pas de noms, mais ils seront publiés. Je parlerai des motifs et des faits qui sont reprochés à plusieurs personnes », indique le chef de l’Etat. Dans ce contexte, il cite des magistrats ayant entravé le déroulement des enquêtes, la partialité, l’orientation des enquêtes, les violations des procédures, la menace des magistrats, mais aussi l’enrichissement illicite, l’entrave des enquêtes dans l’appareil secret et la protection des suspects dans des affaires terroristes profitant de leur statut, soulignant que ces magistrats font l’objet de poursuites disciplinaires, mais ces dossiers sont restés sans suite.


Le président de la République a, également, fait état d’autres dépassements, dont notamment, l’implication dans des affaires de trafic douanier, la falsification de documents officiels (Octroi de la nationalité tunisienne à des terroristes), la complicité dans l’affaire de l’appareil secret, le maintien en liberté de suspects dans des affaires terroristes, les liens avec des partis politiques et la falsification des affaires de corruption impliquant des proches de dirigeants politiques.


Parmi les autres dépassements, le chef de l’Etat cite le cas d’un magistrat travaillant comme conseiller auprès d’une entreprise privée. Il évoque aussi celui d’un magistrat accusé de harcèlement sexuel par trois de ses collègues. Outre des affaires de pots-de-vin, d’adultère, de blanchiment d’argent, de corruption financière...


S.H

01/06/2022 | 20:13
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Fares
Enfantillages
a posté le 01-06-2022 à 20:46
C'est comme ça que Saïed gère le pays, il est toujours en mode réaction. Bravo l'UGTT.
Chevy
Fares
a posté le à 22:13
Et en bon français...malgré que...alors, on dit bien que...c est mieux de parler en arabe, si on ne sait pas...mais bon, quand on est...