alexametrics
BN TV

Faycel Derbel : le blanchiment d’argent est une forme de corruption

Faycel Derbel : le blanchiment d’argent est une forme de corruption

Le conseiller auprès du chef du gouvernement chargé de la réforme fiscale, Faycel Derbel, a indiqué, lors de son passage à « Expresso » sur Express FM ce mercredi 21 mai 2019, que la guerre contre la corruption ne se résume pas seulement à l’arrestation de corrompus mais aussi à la mise en place de lois.

 

« Le blanchiment d’argent est une forme de corruption. Il n’y avait pas de cadre législatif concernant la lutte contre le terrorisme comme il se doit. L’ingrédient essentiel du terrorisme est le blanchiment d’argent », a expliqué l’invité de Wassim Ben Larbi tout en assurant que la Tunisie n’a pas subi de pression de la part de l’Union européenne dans la mise en place de la loi sur la lutte contre le terrorisme et le blanchiment d’argent.

 

Par ailleurs, M. Derbel a indiqué que la décision du ministère des Finances d’interdire le payement en cash de certaines opérations d’un montant égal ou supérieur à 5.000 DT vise principalement à encourager les Tunisiens à ouvrir des comptes bancaires et à travailler en toute transparence. Des campagnes de sensibilisation seront par la suite effectuées, a-t-il ajouté.

E.B.A.


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Elamine
| 22-05-2019 22:58
Mon ami qui a son compte à la BH à Ariana, il est allé tiré de l argent à la BH au centre ville à Tunis,il a payé 3,5 d.quand les banques arrêteront de nous voler

Sap
| 22-05-2019 17:06
Comment monsieur Derbel pouvez vous dire qu'il n' y avait pas de cadre législatif en matière de blanchiment d'argent et de lutte contre le terrorrisme, vous n'avez pas réinventez la roue, que faite vous des lois en la matière de 1997, de 2003, de 2015, de la commission des analyses financières, des directions de conformité au sein des institutions financières en charge de faire appliquer les lois et à fortiori les législations en matière de blanchiment d,argent. Il est étonnant qu'il n'y ai pas de réaction de la part de la BCT, la Ctaf et autres institutions financières à cet article alors que les banques entre autre n'ont eu de cesse de lutter contre le terrorisme et le blanchiment d'argent. Après il faut obliger toute la population active à être bancarisee et surtout les entreprises à ne plus payer leurs agents en espèce et au noir, et surtout les obliger à déclarer leurs employés . Ne plus ouvrir les guichets des banques les jours fériés et donner accès à toute la population active à des cartes de crédits et retraits . Par ailleurs obliger les grandes surface à accepter les paiements par chèque et carte de credit, vous allez voir que les paiements en espèce diminueront . Aujourd'hui le taux de bancarisation en Tunisie est très faible, et les sévices des impôts eux même n'accepte pas les paiements par chèque alors quel sont les solutions .
Il aurait fallu aborder le problème différemment et obliger toute une population à avoir un compte bancaire, et obliger les grandes surfaces telle que géant et Carrefour à accepter les paiements par chèque et par carte au delà d'un certain montant, ce qui n'est pas le cas de figure actuellement( sauf pour le cheque certifiés qui coûte cher en matière de commission et de jour de valeur). Actuellement la loi sera difficilement applicable et va créer énormément d'inégalité.

rz
| 22-05-2019 11:28
15000 milliards de DT des circuits parallèles couvent dans des dépôts privés et causent un manque de liquidité perceptible en plus de l'importance grandissante prise par leurs détenteurs. Environ 1.5 millions d'individus travaillent dans l'informel d'où l'hésitation du Gouvernement a ne prendre aucune décision face à ce fléeau, surtout qu'elle est dans l'incapacité de créer de l'emploi par manque d'imagination ou pour avoir les mains liés et surtout en l'absence de consensus général entre les Partis politiques qui apparemment chacun trouvent son compte dans ce laisser aller dangereux. Pour sauver notre économie, tôt ou tard il faut que cette manne trouve le chemin des Banques par une amnistie totale quitte à fermer les yeux sur le blanchiment d'argent ou bien par démonétisation des billets en circulation qui n'est pas dénué d'un prix de revient important. Ce manque de cash chez les Banques a obligé la BCT de freiner les crédits de consommation ce qui ne va pas faciliter le quotidien du citoyen privé de son oxygène.

DHEJ
| 22-05-2019 10:10
Quel nul!

A lire aussi

« En 2012 et 2013, la Tunisie était dans une situation insoutenable. Il y avait la menace de la

22/08/2019 17:43
5

Invité de Mosaïque FM, M. Fakhfakh a précisé que pour certains qui ont étudié ou travaillé à

22/08/2019 15:50
24

Newsletter