alexametrics
Dernières news

Chafik Sarsar : le président de la République peut dissoudre le parlement dans certains cas

Temps de lecture : 1 min
Chafik Sarsar : le président de la République peut dissoudre le parlement dans certains cas

L’ancien président de l’Instance supérieure indépendante des élections (Isie), Chafik Sarsar, a été ce vendredi 18 octobre 2019 l’invité de Wassim Ben Larbi sur « Expresso » sur Express FM.

« Si une réforme majeure est établie sur la loi électorale, il y aura un énorme impact sur le fonctionnement du système politique dans le pays. On ne peut pas établir une réforme sur la constitution étant donné que la Cour constitutionnelle n’a pas encore été mise en place », a-t-il expliqué.

A la question « si un gouvernement n’est pas mis en place, que pourrait alors faire le président de la République ? », l’expert en droit constitutionnel a indiqué que le chef de l’Etat devra se réunir avec les différents partis politiques pour ainsi choisir une personnalité pouvant être à la tête du gouvernement.

« Si un chef du gouvernement n’a pas été choisi quatre mois après cette réunion, le président de la République peut dissoudre le parlement. Et des élections législatives seront organisées. S’il refuse de dissoudre l’Assemblée, le chef de l’Etat peut continuer à se réunir avec les partis politiques pour choisir un chef du gouvernement », a-t-il aussi déclaré.

E.B.A.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

cesarios
| 19-10-2019 10:00
Ii y a une belle lurette, notre énorme plaie ,c'est notre ARP, on a vu toutes les sortes de de nullards de profiteurss, d'hypocrites, de "m'enfoutistes" d'ignobles régionalistes faiseurs de troubles et de gabegies, jusqu'à ce jour, on n'a pas voulu comprendre que ce n'est pas à n'importe qui pourra étre un représentant du peuple, quand méme , il faut exiger quelques conditions objectives et nécessaires pour pouvoir mériter cette noble mission qui est au méme temps trop ingrate, comment voulons-nous avancer notre transition démocratique avec des député( e )s qui ne sont pas au courant de ce qui se transforme à une vitesses inouie dans ce monde , qui n'ont aucune éloquence de pouvoir exprimer leurs pensées et leurs propositions, aucune recherche, aucune créativité de trouver des solutions adéquates et réalistes de faire sortir progressivement notre peuple de ses marasmes qui s'aggravent de jour en jour, de les voir fuir et éviter les rencontres et les contacts avec les masses populaires, de ne pas avoir le courage et le culot de les entendre et de se déplacer sur le terrain , de prévoir, suggérer et d'alerter les autorités compétentes des malheurs qui peuvent survenir à tout moment , il est mieux de prévenir , agir, avant de procéder à guérir, collaborer et faire participer les bonnes volontés et ceux qui ont les moyens et les posibilités , et ceux qui sont préts et aptes à trousser les manches pour éviter tout ce qui pourra causer des malheurs et des souffrances et des remords pénibles et difficilement remédiables

Abdessattar
| 18-10-2019 09:31
S'il s'avère que c'est vrai et comme annoncé par certains médias que ' 75 % de l'effectif de l'ARP ont un niveau académique inférieur à la 9ème année de base ' ,
il sera très triste de les garder pour approuver et confirmer des lois à la République Tunisienne.

A lire aussi

Une déception qui l’avait incité à remettre en question sa capacité de s’adapter à cette «

14/11/2019 09:31
5

Dans l’après-midi du 13 novembre, Rached Ghannouchi a été élu à la tête du parlement tunisien avec

14/11/2019 08:47
6

La députée Qalb Tounes et nouvelle première vice-présidente, Samira Chaouachi a assuré, ce mercredi

13/11/2019 23:44
11

L’ami de mon ami n’est pas mon ami et l’allié de mon allié n’est pas mon

13/11/2019 23:10
2

Newsletter