alexametrics
lundi 04 mars 2024
Heure de Tunis : 22:23
Dernières news
Bassem Maatar : trois facteurs derrière la régression du nombre d’électeurs
29/11/2023 | 11:58
3 min
Bassem Maatar : trois facteurs derrière la régression du nombre d’électeurs

 

Le président de l'Association tunisienne pour l'intégrité et la démocratie des élections (Atide), Bassem Maatar, est revenu, mercredi 29 novembre 2023, sur la régression du nombre d’électeurs constatée au fil des échéances électorales dans le pays.

Au micro de Hatem Ben Amara, sur Jawhara FM, Bassem Maatar a expliqué que cette régression est due à trois facteurs : la perte progressive de l’espoir, la diabolisation de la démocratie et des processus électoraux ainsi que l’épuisement des Tunisiens qui ont connu depuis 2011 de multiples élections successives.

« Le Tunisien s’attendait à des solutions mais il a été déçu, en plus de cela il y a eu une mauvaise gestion et un mauvais rendement de la classe politique arrivée depuis 2011 (…) la succession des crises a rendu le Tunisien nostalgique de l’époque passée. Les prochaines élections des conseils locaux sont entourées de flou car la loi organisant ces conseils et leurs prérogatives n’a pas encore été éditée. Nous avons appelé il y a un mois à ce que la loi organique soit publiée pour donner un meilleur sens et une meilleure participation aux prochaines élections » a-t-il précisé.

Bassem Maatar, avait déjà souligné l’importance de rétablir la confiance et sensibiliser les citoyens au rôle de la démocratie et des élections notant que les grands perdants de la dernière décennie sont, effectivement, la démocratie, la participation et les élections, « criminalisées » et « tenues responsables de l’échec politique et économique ». 

Le 14 novembre, il a laissé entendre, au micro d’Elyes Gharbi, que le nombre de candidats, quel qu’il soit, ne pourrait être significatif. Seul le taux de participation des électeurs compte, à son sens, car il est l’indicateur de la légitimité de la représentativité. 

Se référant aux chiffres communiqués par le porte-parole de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), Mohamed Tlili Mansri, au sujet du nombre d’électeurs qui ont vérifié leurs bureaux de vote ou mis à jour leurs données (1,5 million), le président d’Atide a avancé que cela n’était point suffisant, tout comme les efforts de sensibilisation. 

D’après Bassem Maatar, les électeurs ne sont pas suffisamment informés sur le rôle des conseils locaux, leurs prérogatives, et autres détails importants tels que leurs relations avec les conseils régionaux etc.  

Déplorant ce manque d’informations, il avait alors appelé le président de la République et le Parlement à publier, avant les élections locales prévues en décembre, un texte juridique pour expliquer en détail le fonctionnement des conseils locaux, les liens avec les autres institutions, et leur périmètre d’action, entre autres.

La Tunisie a, rappelons-le, été divisée en cinq districts pour l’élection des membres du Conseil national des régions et des districts ; seconde chambre du Parlement, qui sera composée de 77 représentants dont 72 pour les régions et cinq pour les districts. 

Les élections locales ont été fixées au 24 décembre 2023. Elles devraient aboutir à la création du Conseil des régions et des districts ; un organe de planification dont la mission sera d’examiner les plans et programmes de développement.

 

M.B.Z

29/11/2023 | 11:58
3 min
Suivez-nous