alexametrics
lundi 06 décembre 2021
Heure de Tunis : 13:28
Dernières news
Al Karama Holding : Adel Grar dit tout sur les cessions de 2020
23/12/2020 | 11:28
6 min
Al Karama Holding : Adel Grar dit tout sur les cessions de 2020

 

Le PDG d'Al Karama Holding, Adel Grar, est revenu ce mercredi 23 décembre 2020 sur les cessions opérées par Al Karama Holding pour le compte de l’Etat en 2020, notamment celle de Carthage Cement. Il a également évoqué les dossiers de Shems Fm et de Dar Assabah.

 

Invité de Anis Morai dans l'émission "Dans le vif du sujet" sur RTCI, M. Grar a ainsi indiqué qu’en 2020, la holding a engrangé pour le compte de l’Etat plus de 260 MD dans le cadre de cessions.

Il a expliqué qu’en 2020, Al Karama Holding a fait autant d’opérations que 2019, sauf qu’il y a certaines plus porteuses que d’autres.

« En 2019, nous avons réalisé neuf appels d’offres qui ont abouti sur la cession de dix sociétés : cinq ont été cédées et cinq appels d’offres ont été infructueux. En 2020, nous avons fait également dix appel d’offres, neuf cédés ou en cours de cession et un seul infructueux », a-t-il noté.

Ainsi, plus d’un milliard de dinars sont entrés dans les caisses de l’Etat grâce à Al Karama Holding depuis la venue de Adel Grar, il y a quatre ans, en comptabilisant les revenus des placements, et deux milliards avaient été collectés avant cette date.

Le PDG a précisé qu’un changement stratégique au niveau du programme de cession a été opéré. Il a révélé qu’Al Karama Holding détient 22 groupes, à peu près 65 sociétés, pas toutes vendables et qu’à partir de fin 2019/ début 2020, la société a commencé à faire un deuxième travail qui est la vente pour le compte de l’Etat.

« Je rappelle qu’il y a plus de 250 participations détenues par la commission de gestion et qui n’ont pas été cédées à Al Karama. En 2020, le plus gros des sociétés vendues sont pour le compte de l’Etat », a-t-il indiqué.

Parmi ces ventes : AVS (80% détenus par l’Etat) ; bientôt la concrétisation de la vente Karthago Private Jet (un hangar à l’aéroport) ; Alpha Ford qui sera bientôt finalisée avec un consortium tuniso-portugais pour 57,7 MD (100% de Alpha Ford, une opération difficile, Ford intervenant pour choisir son partenaire) ; et 9% de Ooredoo pour 187 MD en gardant 1%.

 

Et d’admettre en réponse à une interrogation de l’animateur que depuis quatre ans qu’il est en poste, il n’a jamais vu d’interférence sauf dans un seul domaine, celui du social.

 

 

En ce qui concerne Carthage Cement, M. Grar a rappelé que le premier appel d’offres avait échoué car les deux soumissionnaires s’étaient désistés à la dernière minute, en expliquant qu’ils étaient intéressés par le rachat mais pas dans cette configuration (contexte général, endettement et sureffectif). D’où la nécessité d’effectuer une restructuration du cimentier qui a été un challenge, selon lui.

« L’opération a commencé un 2 janvier 2019, à travers une réunion avec les banques. Il fallait convaincre toutes les parties prenantes essentiellement le gouvernement, qui voulait céder la société pour récupérer des fonds mais qui s’est retrouvé obliger d’injecter plus de fonds pour pouvoir la vendre à de meilleures conditions. On s’est engagé tout au long de l’année dans cette opération de restructuration qui a abouti à une augmentation de capital, une des plus importantes du pays avec plus 260 MD. J’ai essayé de convaincre tout le monde, les banques qui ont converti 20% de leurs dettes en capital et aujourd’hui sur la partie capital, ils sont gagnants à plus de 70%. Les actionnaires historiques qui ont converti les créances porteuses d’intérêt en capital. Le grand public via la bourse qui a contribué un peu, le contexte n’étant pas propice, outre l’Etat tunisien qui a engrangé plus de 60 MD. L’opération est réussie », a-t-il relaté.

Et d’ajouter : «Le plus difficile a été la restructuration opérationnelle de la société : la société faisait un résultat d’exploitation de 29 MD. Cette année, et malgré la crise du Covid-19, on termine avec 100 MD alors qu’on tablait sur 120 MD, les 20 MD étant l’impact exceptionnel de la pandémie. Au niveau de la dette, les 360 MD qui restent sont parfaitement supportables, par rapport aux flux d’exploitation ».

 

Le responsable a avoué que dès fin 2017, Carthage Cement était menacé de fermeture : ses clients la finançaient en payant d’avance avec un niveau de ristourne extrêmement important et toute la marge était transférée aux grossistes.

Il a dans ce cadre appelé les intervenants à avoir confiance en Al Karama Holding lorsqu’elle estime qu’une restructuration est nécessaire pour la cession d’une entreprise.

Et de marteler dans ce cadre que « la réaction actuelle du marché est justifiée et qu’elle est arrivée tardivement ». Il a profité pour annoncer que Carthage Cement a deux bonnes nouvelles qui seront communiquées la semaine prochaine lors de la communication financière.

 

En ce qui concerne le processus de cession du cimentier, Adel Grar a souligné que les cinq investisseurs qui restent ont une stratégie et que certains sont présents dans le secteur en Tunisie (trois d’entre eux) : le rachat de Carthage Cement les intéresse au plus haut point étant le leader avec au moins 25% de part de marché, ce qui va leur permettre une croissance externe.

Il a indiqué qu’Al Karama Holding prévoit de clôturer le processus de cession d’ici fin mars 2021, si tout va bien.

« On va distribuer à la fin de cette semaine, le cahier de charge et ouvrir le data room. Normalement fin mars, l’opération sera parfaitement réalisable », a-t-il soutenu.

 

S’agissant de Shems Fm, Adel Grar a rappelé que les deux appels publics d’offres avaient échoué. Donc, la piste de contacts directs pour des transactions de gré à gré a été privilégiée. La deuxième tentative de contact direct a abouti à des offres libres (sans restriction de cahier de charge, chacun venant avec une proposition).

« Nous avons eu des discussions avec trois groupements qui ont donné leurs offres. Fin novembre, il y a eu une réunion qui a abouti à une décision, mais nous attendons le PV, car nous devons être notifiés officiellement par la commission nationale de confiscation pour qu’elle soit transmise. Donc il y a eu une offre qui a été retenue (prix d’achat + programme de développement) », a-t-il indiqué.

Le responsable confirme tacitement l’information relayée par notre confrère d’IlBoursa, selon laquelle la Commission nationale de gestion des avoirs et des fonds objets de confiscation aurait choisi l'offre présentée par le Groupe Maxula pour le rachat de la Radio Shems Fm.

 

En ce qui concerne Dar Assabah, M. Grar a avoué que la dernière discussion et les consignes sont de temporiser le processus de cession en essayant de restaurer en interne l’exploitation de la société.

« Mais, les conditions financières de Dar Assabah sont meilleures et je confirme que Dar Assabah a ses propres actifs car en général une restructuration commence par l’usage de ses propres actifs, ensuite en faisant appel à des ressources extérieures », a-t-il assuré en soutenant qu’il faut relativiser car tout le secteur est en difficulté.

 

I.N

23/12/2020 | 11:28
6 min
Suivez-nous