alexametrics
Dernières news

Samir Dilou : «Le gouvernement préfère être traité de mou plutôt que de répressif»

Samir Dilou : «Le gouvernement préfère être traité de mou plutôt que de répressif»

Lors du deuxième point de presse organisé au sein du Premier ministère en date du 25 janvier 2012, Samir Dilou, porte-parole du gouvernement et ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle, a présenté un état des lieux de la situation sécuritaire et sociale dans le pays ces derniers jours.

Il a énuméré les nombreux sit-in et a affirmé que ces mouvements sociaux ont causé depuis la révolution une perte estimée à 2,5 milliards de dinars, « de quoi créer 80000 nouveaux emplois ». Il a également rappelé que le gouvernement a favorisé le dialogue et les négociations avec les sit-inneurs au lieu de recourir à la violence. «Le gouvernement préfère être traité de mollesse, plutôt que de répression!», a-t-il ajouté. Il a également affirmé que le gouvernement tient à appliquer la loi, sans pour autant recourir à la force.

Par ailleurs, M. Dilou a annoncé l’intention du gouvernement de renforcer les liens avec les médias et consolider la communication, d’où la décision de créer des rendez-vous périodiques entre les médias et les représentants des ministères, ce qui revient à dire que la cellule de communication créée par le gouvernement de Béji Caïd Essebsi, sera de retour. Sauf que Samir Dilou n’a fait aucun rapprochement avec cette cellule de communication qui avait organisé plus d’une quarantaine de conférences de presse.

Revenant aux questions d’actualité, M. Dilou a commenté les événements accompagnant le déroulement de l’affaire contre Nessma TV.Il a dénoncé la violence tout en rappelant qu’il y a eu dépassement des lignes rouges par l’atteinte au sacré. Ceci étant, M. Dilou a affirmé que le gouvernement croit à l’indépendance de la Justice et par conséquent ne se permet pas de s’immiscer dans les affaires des tribunaux.

Sur un autre plan, le porte-parole du gouvernement a évoqué la polémique de « l’événement concernant le ministre de l’Intérieur », pour affirmer qu’en fin de compte, c’était une occasion positive qui a démontré à quel point les Tunisiens sont solidaires. Il a réaffirmé qu’il s’agit d’un coup monté par les sbires de l’ancien régime.
Quant aux propos du député Sadok Chourou, M. Dilou a déclaré : « il ne faut pas trop s’y attarder, c’est une affaire morte. M. Ellouze s’est d’ailleurs exprimé au nom de tous les Nahdhaouis à la Constituante pour expliquer que le but de la citation coranique n’est autre que de dénoncer les sit-in et leurs méfaits».

Quand nous avons posé la question à M. Dilou sur l’avis du gouvernement concernant les nominations nombreuses au cabinet du président provisoire de la République, il s’est abstenu de répondre nous suggérant de revenir aux textes légaux délimitant les attributions présidentielles et en affirmant que s’il y avait eu dépassement de ses attributions, le gouvernement aurait dit son mot.

D.M

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

sarkha cha3bia
| 30-01-2012 00:44
g decouvert que tout le monde dit ce qu'il veut sans penser des droits de l'autre d'accepter ou de refuser ce qui reçoit des msgs diffusés sur tv ou sur les autres médias..l'egoisme est devenu un phenmene extraordinaire l'hypocrisie "bechkayerrr"et c un grand malheur et c dommage..."hout yakel fi hout w klil ejehd ymout...
et le plus douleureux que tout ça est apparu massivement apres les elections du 23/10...c inegal et injuste car plusieurs d'entre nous ont oubli la crédibilité et la sincerite de parler de nos vrais problemes et de les presenter cartes sur tables et le pire d'oublier nos vrais droits de l'homme..nos droits qui sont volées par l'ancien regime sous prétexte du modernisme..
aujourd'hui tout le monde parle du chomage des investissements du corruption etc...k7 majrouha meme l'assemblée constituante et troyka ont chanté et chantent jusqu'aujourd'hui la meme chanson ...je ne suis pas contre et c evident mais ou sont nos droits????????????????? et c la vrai SARKHA
ou sont nos droits: droit de vivre droit de vivre droit de vivre doit de vivre ....10000000fois...absence totale présence hypocrisie et des mensonges revolutionnaires meme chez quelques membres de l'assembléé..
g votait ennahdha pour quelle change notre vie vers le mieux et respecte nos droits offerts par notre dieu et les realisent..plusieurs cas ds la sté touche le coeur comme les relations or mariages qui attendent l'autorisation de la deuxieme femme..d'autres cas avec contrat 3orfi c illegitime ..on suit le chemin de l'egypte c pas normal..un msg pour les politiciens qui sont loins de vrais necessites; un peu de flexibilité pour les droits de mariages..je suis contre la polygamie mais pour la deuxieme femme pour offrir une liberté de vie pour les gens qui sont contre le divorce et pour la legislation de leurs relations..un jour dieu vous reclament pour cette injustice ...rigidité des articles et ce fléau de FSSED.chez tout le monde sans exeption car nos droits sont volés par les politiciens..ar7mou ennes rabbi yar7amkom...tout est offert par dieu..pour quoi el kofr..notre religion democrate moderniste juste avec tout le monde....matkafrounech ya nesss et matkarhounech fi bled w fi rwehna...

étudiant HEC !
| 27-01-2012 13:39
Un peuple né dans la dictature, habitué à la dictature ne sait pas apprécier la démocratie et le parti qui en est sorti gagnant...d'où le sabotage incessant contre le gouvernement... mé: yifhmou ken bel masbett...ainsi s'est comporté BCE et il l'ont tous respecté et même aimé malgré des actions préjudiciables au pays (Djaloul et la dette phénoménale qu'il a contractée). Nahdha allez de l'avant vos électeurs sont derrière vous. Foncez !

Engineer Juridique
| 26-01-2012 22:40
Le constitutionnalisme est une doctrine fondée sur l'idée de la suprématie de la Constitution sur les autres normes juridiques nationales.
C'est une idée qui est pas seulement juridique mais exprime aussi un jugement de valeur : la croyance dans le fait que la Constitution représente la meilleure garantie contre l'arbitraire du pouvoir politique. Elle apparaît notamment dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, et les objectifs de l'assemblée constituante. Le caractère écrit de la Constitution va lui assurer une forme de stabilité, ce qui va provoquer un premier niveau de protection contre les risques d'arbitraire de la loi, au profit des citoyens.
Cette doctrine a eu une influence très forte en droit public français. Elle a connu une seconde naissance au début des années 1970 lorsque le Conseil Constitutionnel a commencé à se référer à la Constitution afin de protéger les droits et libertés individuelles.
À partir de la décision du 16 juillet 1971, dite liberté d'association, le conseil constitutionnel incorpore au bloc de constitutionnalité, vis-à-vis duquel il exerce son contrôle de constitutionnalité, les normes citées dans le préambule de la Constitution du 4 octobre 1958 ; il s'agit, entre autres, de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 et du Préambule de la Constitution de 1946.
Elle est alors apparue comme une véritable norme juridique, de la même manière qu'aux États-Unis; la décision Marbury v. Madison de 1803 avait été aussi novatrice, puisqu'elle avait imposé au pouvoir exécutif, pour la première fois, le respect de la Constitution de 1787.

Bonne soirée cher ami!

Mohamed 2
| 26-01-2012 19:06
Engineer Juridique a toujours dit qu'il est ingénieur ENIT (profil déjà très appréciable) et qu'il s'intéresse au droit en sus. Ce n'est pas de l'imposture ; bien au contraire, il cherche à rendre les débats plus argumentés et c'est tout à son honneur.

kiki
| 26-01-2012 18:56
dans les circonstances actuelles , il est de loin preferable d'etre traité d' oppressif que de mou, votre mollesse est vue par certaines parties , et je cite entre autres les salafistes, de faiblesse, donc soyez oppressif, rendez sa sécurité au pays, et apres vous pouvez vous pouvez vous comportez comme bon vous semble:: il y en a marre!!!

Engineer Juridique
| 26-01-2012 17:27
Et je continue avec cet imposteur professeur de loi pour lui dire mais comment est-il possible d'admettre que la loi Tunisienne accorde « droit » d'inculper un individu, le juger par contumace et lui retirer sa liberté sans respecter la déclaration universelle des droits de l'homme et sans appeler ce système de TOTALITAIRE ou DICTATORIAL ?

Alors prof;, prière nous dire quand et par qui l'inculpation du présumé innocent est prononcée? Merci de donner lu support juridique.

Amine
| 26-01-2012 17:00
le VIAGRA est leur seul remede alors!

Engineer Juridique
| 26-01-2012 16:52
Et je continue avec ce professeur de loi qui dit
Faux : Le droit d'être défendu par un avocat n'est nullement en contradiction avec le jugement par contumace.

Or la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 dit :


Article 10
Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.
Et pour notre professeur, il traite ma définition de l'article sur la présomption d'innocence d'abracadabrante, or la même déclaration dit :
Article 11
1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.
2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.

La question qui est grave est de savoir combien de promotion ont appris sur ce monsieur et comment va-t-on faire pour les faire retourner à l'usine pour réglage comme s'il s'agit d'un défaut d'EDUCATION!

J'espère que mes chers lecteurs vont faire la différence entre un BON INGÉNIEUR DE LOI et
MAUVAIS PROFESSEUR DE DROIT et comprendre pourquoi les droits sont encore bafoués!

Engineer Juridique
| 26-01-2012 16:37
Réponse à un mauvais professeur de loi qui se dit professeur de DROIT car il est dur de dire qu'il est du DROIT d'etre jugé, iculpé et condamné par contumace sans atteinte aux droits de l'homme. Pour cet imposteur, pour reprendre le mot utilisé par mon ami Fahmi, je commence par informer le grand public de ce qui le PRÉAMBULE de la constitution française :

Le français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004.
Or la déclaration de 1789 dit dans son article :

Article VI
La Loi est l'expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
Article VII
Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout Citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l'instant : il se rend coupable par la résistance.
Article VIII
La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Pour notre professeur de loi dit qu(il est -Faux : la loi (sic) pénale n'est pas une composante de la constitution. Donc pour notre imposteur de loi, ce que dit la déclaration de 1789 n'est pas le droit pénal !

A suivre'

S.citoyen
| 26-01-2012 15:36
Vous n'allez pas tous devenir Omar ibn Abdelaziz lui est venu dans une époque où les gens ont des valeurs bcp plus importantes et qu'ils respectent plus qu'à notre époque .A l'époque actuelle ni islamistes ni salafistes et ceci en 1er lieu , ni les autres n'ont des valeurs .Un langage souki comme on dit et d'ailleurs la majorité des salafistes sont des vendeurs dans les souks donc forcément, ils ont appris ce langage dès leurs jeunes âges .Mr Dilou si le gouvernement ne fait rien , il sera dépassé par les évènements .Moi je ne suis pas nahdhaoui mais je sais que qqs uns parmi vous sont de bonne fois .Ne ratez pas cette occasion

A lire aussi

Le représentant légal de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi a indiqué, ce vendredi 19 juillet 2019,

19/07/2019 21:11
0

La Banque de Tunisie (BT) a enregistré une hausse de 17,9% de son produit net bancaire (PNB) au 1er

19/07/2019 20:53
0

Le ministère de l’Intérieur a rendu public un communiqué, ce vendredi 19 juillet 2019, indiquant

19/07/2019 20:02
2

Newsletter