alexametrics
Dernières news

Abdellatif Mekki : Ennahdha n'est pas le porte-parole de Qalb Tounes !

Temps de lecture : 4 min
Abdellatif Mekki : Ennahdha n'est pas le porte-parole de Qalb Tounes !

  

Abdellatif Mekki, dirigeant d’Ennahdha et nommé ministre de la Santé dans le gouvernement d’Elyes Fakhfakh, était l’invité de Khouloud Mabrouk, ce vendredi 21 février 2020, sur les ondes de IFM.

Lors de son passage à l’émission « Dkika 90 », réalisée en partenariat avec Business News, représenté par Nizar Bahloul, et Leaders, représenté par Docteur Amel Ben Saïd avec pour invité Iheb Chaouech de la Télévision tunisienne, Abdellatif Mekki est revenu sur les revirements de son parti concernant notamment le processus de formation du nouveau gouvernement. 

Il a aussi abordé la question de la participation du parti de Nabil Karoui, Qalb Tounes, soulignant qu’Ennahdha a œuvré à garantir au nouveau gouvernement un périmètre politique lui permettant d’engager les réformes nécessaires.

 

« Il ne s’agissait pas de Qalb Tounes, dont Ennahdha n'est pas le porte-parole, mais de tout autre bloc qui permettrait d’élargir la base politique du gouvernement. On parle notamment du bloc de la réforme nationale ou encore d’Al Karama. Pour ce qui est du revirement, les urnes ont parlé et Qalb Tounes est aujourd’hui représenté au Parlement, nous sommes donc tenus de composer avec ce parti dont tous les députés ne sont pas accusés de corruption. Le vrai problème est l’instrumentalisation de l’associatif à des fins politiques, point sur lequel Qalb Tounes aurait pu s’excuser d’ailleurs. Sinon, nous avons fourni des efforts pour que le parti soit concerné par les concertations en vue de la formation du gouvernement mais des réunions ont eu lieu, Nabil Karoui est sorti pour dire que son parti n’allait pas faire partie du gouvernement pour venir déplorer par la suite qu’on ne l’ait pas consulté » a-t-il déclaré.

 

Intérrogé par Nizar Bahloul sur les plans attribués à Ennahdha concernant le retrait de confiance du gouvernement de Youssef Chahed ou encore le dessein de faire tomber d’ici la fin de l’été le gouvernement d’Elyes Fakhfakh, Abdellatif Mekki a affirmé qu’il n’en est rien.

« Les organismes nationaux sont intervenus pour apaiser les esprits et jouer le rôle de modérateurs. Nous avons tenu à élargir le périmètre politique des concertations et Elyes Fakhfakh a répondu à cette exigence. Nous respectons Kaïs Saïed et sommes prêts à lui fournir le soutien qu’il faut afin qu’il puisse mener à bien sa mission, nous ne voulions pas faire entrer le pays dans la tourmente des interprétations de la Constitution, si nous avons parlé d’élections anticipées c’était pour alimenter le débat. Le projet de révision du seuil électoral a été lancé pour répondre à un scénario mais cela ne veut pas dire que c’est celui que nous voulons » a-t-il expliqué.

 

Abdellatif Mekki a souligné que la relation entre le chef d’Ennahdha et le président de la République est cordiale et amicale, précisant qu’Ennahdha n’a jamais brandi la carte de la dissolution du Parlement pour faire pression sur Elyes Fakhfakh.  

 « Ce n’est pas Ennahdha qui a parlé de la dissolution du Parlement, c’est plutôt le président qui a évoqué le sujet lors d’une rencontre avec Rached Ghannouchi qui en parlé au conseil de la Choura. Sinon, pour le 26 février prochain, plénière consacrée au vote de confiance, nous pensons que la base politique est garantie mais les concertations continuent pour l’élargir et convaincre d’autres blocs. Certains pourraient même soutenir certains projets sur lesquels ils s’entendent avec le nouveau gouvernement » a-t-il ajouté.

 

M. Mekki a estimé que le nouveau gouvernement d’Elyes Fakhfakh comporte des personnalités qui ont déjà eu à collaborer du temps de la Troïka et que cela facilitera la coordination entre les membres de l’équipe gouvernementale, précisant que cela ne veut pas dire que ce gouvernement est un remake de la Troïka. « Je pense que le rendement sera positif, il y a aura débat et surement aussi quelques différends mais la machine est huilée » a-t-il confié.

 

Sur son retour à la tête du ministère de la Santé, le dirigeant d’Ennahdha a indiqué que les médecins qui ne sont pas heureux de sa nomination ont un problème idéologique avec lui ou ne veulent pas que les réformes soient engagées dans le secteur.

 

Il a enfin précisé que le dialogue sociétal engagé en 2012 sera l’une des bases de son programme pour la réforme du secteur de la santé. « Ce serait un signe divin que je sois celui qui a lancé le débat et celui qui en amorce le couronnement » a-t-il lancé.

 

 

M.B.Z

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

Justinia
| 22-02-2020 12:06
Bonjour,
Un islamiste cartésien?Descartes va se retourner dans sa tombe.
En quoi M.Mekki est-il rationnel,logique et méthodique?
Cordialement.

takilas
| 22-02-2020 10:54
Il a rate sa carrière de cinéaste, ce médiocre,et marchand de beignets (ftairi), ne vaut rien sauf de regarder le spectacle des incendies des forêts de Sejnane.

yasmina
| 21-02-2020 23:42
Vraiment !!! je me demande quand est-ce que cette mascarade politique finira?!!
Juste en explorant quelques postes d'expert senior de renforcement/reforme de système de santé , ou... sur les sites des organisations internationales comme OMS ou autres et on réalise dans quelle M**de la Tunisie est !!! et ce-ci s'applique aux autres domaines
Quand est-ce que les tunisiens se réveilleront de cette anesthésie générale !!

takilas
| 21-02-2020 22:48
A mon avis il faut que j'arrête d'écrire dans le journal de business news, parce que les censures, à mon egard, deviennent fréquentes et ce sans raison plausible.
Cependant, dès que mon écrit apparait sur le journal, probablement déplaisant pour certains, qu'il est systématiquement effacé.

Ceci serait acceptable et logique, si les propos étaient maladroits, déplacés ou inappropriés, mais rien n'est vérifié de tout cela, sauf que l'écrit devoile et analyse des comportements et des agissements incommodes et inadéquats de la part surtout d'une secte formée inexplicablement à Londres vers 2006, et que cette secte a certainement dépréciée qu'elle soit critiquée et accusée de plusieurs reproches avérées toutefois tangibles.

Ceci etant, il est inacceptable que les administrateurs de Business News agissent instantanément sur in simple coup de téléphone de la part de ces incivilités qui refusent la liberté d'expression de peur de perdre leurs vilaines influences.

Alya
| 21-02-2020 19:43
Bon je suis du domaine médical et je dois reconnaître que Mekki est un ministre de la santé publique bosseur et très cartésien même sonia bencheikh qui a travaillé dans son cabinet à récemment salué cette rigueur de travail honnête c est quelqu'un qui est capable de mener des réformes bien structurées et un très grand bosseur

TABARKA
| 21-02-2020 18:18
Comment donner un porte feuille ministériel aussi prestigieux à UN individu qui a prouvé son inefficacité en la matière . Cette nomination irresponsable aura sans aucun doutes des conséquences dommageables et néfastes pour le pays. Son passage au ministère de la santé au moment de la troïka a laissé des traces '? combien douloureuses. L'infrastructure hospitalière a été mise à rude épreuve, la descente en enfer du processus médical à commencé à prendre corps. Ce ministère mal acquis ne le protègera pas du crime commis avec préméditation contre le feu Dr JILANI DABOUSSI.

Lion14
| 21-02-2020 16:08
M. Mekki, allé détruire Ennahtha voila que Rached a préféré lui attribuer la santé des tunisiens pour se débarrasser de lui, le problème est que c'est les tunisiens qui vont souffrir maintenant.
Il à amorcé l'exile des médecins et il est revenu pour fermer les hôpitaux, pauvre tunisiens que dieux leur vient en aide, ça va être dure avec celui la pour les nouveaux médecin les anciens ils sont déjà partie .

Abir
| 21-02-2020 16:03
Vous êtes des sales politiciens dans ce pays et le monde entier

Aldo
| 21-02-2020 15:46
avez vous compris le GRAND CHALBOUK qu ennahdha vous l a infligé Ou vous en voulez d' autres ?

A lire aussi

Ghazi Chaouachi a nié en bloc les rumeurs sur la confiscation de fonds d’hommes

03/04/2020 12:29
0

Le ministère des Affaires sociales annonce une dérogation spéciale aux agents chargés des salaires

03/04/2020 10:51
3

bdelkarim Harouni est revenu sur son appréciation de l’interview du chef du gouvernement ainsi que

03/04/2020 10:25
2

Il appelle certains départements ayant des revenus à reprendre leurs activités

03/04/2020 10:06
2