alexametrics
dimanche 16 mai 2021
Heure de Tunis : 12:11
Dernières news
Réunion de la FTAV : Il faut sauver le secteur tourisme
30/06/2015 | 14:56
4 min
Réunion de la FTAV : Il faut sauver le secteur tourisme

 

Une réunion « de crise » organisée par la fédération tunisienne des agences de voyage (FTAV), a rassemblé, dans la soirée du 30 juin 2015, à l’hôtel Movenpick Sousse, un bon nombre de professionnels du tourisme et de politiques, pour débattre des difficultés qu’ils rencontrent et des complications auxquelles ils doivent faire face depuis l’attentat terroriste du 26 juin, qui a coûté la vie à 38 touristes.

 

Dans son allocution d’ouverture, Mohamed Ali Toumi, président de la FTAV, a appelé tous les présents, hôteliers et propriétaires d’agences de voyage à parler sans langue de bois, à fournir aux politiciens présents un état des lieux réel et à faire part de leurs doléances, ainsi que de leurs propositions pour couvrir les pertes et essayer de sauver le secteur.

 

Un état des lieux a donc été dressé par les hôteliers qui ont pris la parole, état des lieux qui n’augure rien de bon. Il fallait le dire et c’est sans équivoque : la situation est désastreuse et si rien n’est entrepris c’est le secteur tout entier et par conséquent l’économie du pays qui s’écroulera.

 

Selon les représentants de tour-opérateurs présents sur place, les compagnies aériennes et voyagistes étrangers ont très vite pris des mesures exceptionnelles : Jetair a fait faire demi-tour à l'un de ses avions qui se rendait en Tunisie en provenance de Belgique, et a suspendu tous ses vols jusqu'au 29 juin. Le tour-opérateur britannique Thomas Cook offre désormais la possibilité à ses clients «de changer sans frais leurs réservations pour la Tunisie pour les départs prévus jusqu'au 24 juillet ». Le voyagiste allemand TUI a proposé à ses clients sur place qui désiraient rentrer de les rapatrier et ceux qui ont réservé jusqu'au 15 septembre ont pu annuler sans frais, avec arrêt temporaire des ventes et a enregistré, selon leur représentant, 11.000 annulations. On parle aussi de tour-opérateurs qui auraient carrément annulé la destination jusqu’en 2016 et qui ont rapatrié leurs clients et leurs guides.

 

En trois jours, les hôteliers ont vu leurs établissements se vider à une vitesse exponentielle. Les agences, quant à elles, gèrent depuis l’attentat les annulations successives qui engendrent des pertes considérables, on parle de millions d’euros remboursés. Les avions qui continuent de desservir la Tunisie arrivent presque vides, et le nombre de vols a chuté de plus de moitié, dans le meilleur des cas.

 

Selon le rapport 2015 du World Travel and Tourism Council (WTTC), le tourisme pèse pour 7,4% du PIB national de la Tunisie. Le tourisme emploie directement 239.500 personnes, soit 6,8% de la population active, en 2014, répartis dans l'hôtellerie, les agences de voyage, les compagnies aériennes et autres sociétés de transport touristique.

 

D'autres secteurs sont aussi dépendants directement du tourisme, comme la restauration et l'industrie des loisirs. Le tourisme comptabilisait 473.000 emplois en 2014, soit 13,9% de la population active.

 

La crise engendrée par l’attentat de Sousse est une crise économique mais aussi et surtout sociale. Les hôteliers présents sur place ont fait part de leur résignation à devoir se passer de bon nombre de leurs employés et à fermer certaines de leurs unités.

 

Ils ont vivement critiqué l’administration et notamment les établissements bancaires, la STEG et la SONEDE qui leur mettent la pression allant jusqu’à couper l’eau et l’électricité plongeant ce qui reste des touristes dans le noir et qui refusent catégoriquement d’échelonner leurs factures. Les hôteliers et directeurs d’agences de voyage ont souligné la non expertise des cadres de l’ONTT qui, selon eux, ne sont pas du domaine et qui ne s’y connaissent pas, soulignant l’insuffisance des mesures annoncées jusque là.

 

Selon les professionnels du secteur, le ministère du Tourisme devrait faire partie des ministères régaliens et travailler en totale coopération avec les autres ministères. Les hôteliers soutiennent l’idée de création d’un conseil supérieur du tourisme pour réformer le secteur et apporter les changements de fond, loin du rafistolage superficiel habituel. Les agences de voyage et la compagnie aérienne Nouvelair ont appelé à l’élargissement de l’espace aérien, soulignant que la Turquie profite du pont aérien qui la relie notamment à l’Algérie et que la catastrophe qui a frappé la Tunisie profite à la Turquie qui a augmenté ses prix pas plus tard que samedi, soit au lendemain de l’attaque terroriste de Sousse.

 

La sécurité a été au cœur du débat, et la détaxe du matériel de sécurité a été sollicitée par les hôteliers, qui ont précisé que les failles sécuritaires doivent absolument être réparées et au plus vite. Les professionnels du tourisme ont déclaré qu’il ne s’agit pas, à l’heure actuelle de jeter le blâme, que toutes les parties impliquées sont responsables de ce qui s’est produit et que l’heure est à l’action.

 

Les députés présents ont fait part de la volonté politique de venir en aide au secteur, et ont appelé les professionnels du tourisme à formuler, par écrit, leurs propositions, qui seront étudiées lors d’une réunion avec les représentants du secteur. Ils ont précisé que toutes les mesures nécessaires seront prises pour redresser ce secteur vital à l’économie tunisienne. Les premières ont été annoncées, lors d’une conférence de presse, qui a été tenue dans la soirée, par la ministre du Tourisme Selma Elloumi Rekik.

 

M.B.Z

30/06/2015 | 14:56
4 min
Suivez-nous

Commentaires (10)

Commenter

agent touristique
| 01-07-2015 09:35
Je me demande pourquoi mr toumi n'a jamais demandé au ministère du tourisme de débarrasser ses fédérés de la fameuse caution assurance. Pourtant le ministère l'aurait acceptée sans aucune géne puisque cela ne lui coûte rien. N'est il pas grand temps de jouer carte sur table et de dévoiler les magouilles?

Adnène
| 01-07-2015 09:01
Il est recommandé de décider:
*après tout le soutien qu'a eu le tourisme depuis l'indépendance, et des plaintes continues que cela allait mal (alors que les promoteurs se remplissent tranquillement les poches.

Maintenant que les banques ne sont plus copains- copains avec les hôteliers et les caisses de l'état vide.

*instaurer une taxe nationale au profit du tourisme dont le montant est équivalent à une journée en hôtel 7 étoiles de luxe, les enfants à la charge de leurs parents paieront 50%. Les reçu de paiement seront placés sur le pare-brise des voitures.

sador
| 01-07-2015 02:21
Concernant les critiques adressées à l'administration du tourisme elles sont justifiées compte tenu de la léthargie qui frappe celle-ci depuis des années.Cela dit il y a lieu d'alimenter ce département de nouveaux cadres qualifiés qui puissent insuffler un sang nouveau dans les rouages grippés de cette administration,visiblement dépassée par les évènements

ABDOU
| 01-07-2015 02:02
C'est la derniere, il ne manquait plus que ca. On leur a donne les meilleurs terrains gratuitement, les prets qu'ils n'ont jamais rembourses mettant a genoux le systeme bancaire et maintenant, ils trouvent un alibi pour demander l'assistance de l'Etat. Il suffit de voir leur train de vie a ces messieurs- dames. Un peu de decence. Si nous e sommes la, c'est a cause de votre manque de professionalisme et votre incompetence. Pauvre Tunisie . Quel systeme pourri ou le gateau est jalousement garde par une caste.

komkom
| 30-06-2015 18:25
suite a la reunion de sousse de la bande de la ftav je n ai pas entendu aucune mesure a preconiser par si Toumi qui fera mieux de partir et laisser la place a un professionnel qui a au moins un voir deux TO a representer pour bien parler de mesures ou de solutions .je demande a ce type d arreter de critiquer les cadres de l ONTT car ils sont plus competent que lui la preuve mr Toumi qu as tu fait pour le secteur depuis 4 ans .pauvre tourisme

citoyen
| 30-06-2015 18:21
Au delà du constat les professionnels et le ministère doivent chercher le bon remède et essayez de renverser la barre.

Un effort considérable reste à faire dans ce cas qui consiste à traiter les sources de ce problème autrement dit les tours opérateurs et agences de voyages qui pour se dégager de toute responsabilité offre des solutions alternatives à leurs clients que d'aller à la Tunisie.
Alors pourquoi ne pas traiter avec ces TO afin de les convaincre d'atténuer cette tendance réactionnelle de leur part tout en mettant en exergue les mesures urgentes prises par le ministère de l'intérieur pour sécuriser les touristes.

Un autre détail de taille pour la relance du tourisme, pourquoi ne pas exploiter à fond l'outil internet (réseaux sociaux ...) pour mettre en valeur notre pays et ses avantages comparatifs, notamment celui de l'hospitalité, et diffuser p.ex des témoignages de touristes présents lors de ce drame et qui ont tenu à terminer leur séjour en Tunisie.

Aux professionnels du secteur d'arrêter de se lamenter sur leur situation, sachant les mesures octroyées au secteur, et de monter en créneau pour montrer ce que notre pays et le tourisme tunisien peut offrir à nos hôtes en termes d'originalité culturelle.

Professionnels du tourisme la parole et surtout l'action est à vous.

Triste homme du monde
| 30-06-2015 16:26
Depuis le massacre du Bardo, les personnes qui acceptent de venir passer leurs vacances chez nous, ne doivent plus être considérés comme des touristes, mais des hôtes de la Tunisie.

Ils ne nous ont pas choisi par hasard; les européens du Nord se documentent beaucoup avant de prendre leurs décisions. Ils ont simplement cru aux promesses faites après les événements du Bardo.

Je me demande si, si j'étais directeur d'hôtel, j'aurais pu fermer l''il le soir avant de m'assurer que toutes les mesures ont été prises pour que mes hôtes soient en sécurité jour et nuit.

Bien sûr, des mesures vont être prises, mais avons-nous besoin d'endeuiller 38 familles, pour accomplir correctement notre mission ?

Le tourisme n'est pas seulement un business

Tounsi anti chlayeks
| 30-06-2015 15:36
Voilà comment un refoulé sexuel, un manipulé dans une mosquée hors de contrôle de létat, une police avec des cadres incompétents en une inattention de 45 minutes ça va couter des centaines de millions aux 10 millions de citoyens et au pays entier. Pendant ce temps un certain malade mental est en train de défier Israel et son chien de garde demande à ce que l'état tunisien se préoccupe du sort du malade mental qui a occupé Carthage! Au diable et en enfer! Allah ***!

Croco
| 30-06-2015 15:10
La 1 ère décision à prendre est votre démission Mr M.A.T.
Depuis 4 ans à la tête de la F.T.A.V vous ne faites que brasser de l'air.
Vous pensez plus à vos intérêts personnel qu'à la profession.

kameleon78
| 30-06-2015 15:03
Cela m'a fait réagir quand notre candide ministre du tourisme avait parlé de 10 millions de touristes en 2020. Souvenez-vous de mes commentaires quand j'avais dit : "si nous pouvions garder le niveau de touristes de 2010 ce serait déjà miraculeux".