alexametrics
Tribunes

Qui veut la peau de Taoufik Ben Brik ?

Temps de lecture : 6 min
Qui veut la peau de Taoufik Ben Brik ?

 

Par Azza Zarrad

 

Cette année, encore une fois mes enfants, Ali et Khadija, ne fêteront pas l’Aïd El Kébir avec leur père. L’Aïd El Kébir, c’est cette Grande Fête sacrée  qui réunit plus de 270 millions de  musulmans pour remercier Dieu d’être en vie. Cette année, encore une fois, Ali et Khadija, ne seront pas entourés de leur père, Taoufik Ben Brik, le journaliste et écrivain tunisien qui a déferlé les chroniques du monde par sa célèbre grève de la faim de 42 jours. Cette année, tout, comme il y a déjà dix ans, sous Ben Ali, il n’y aura ni méchoui sur du brasier de charbon, ni salade méchouiya, ni harissa faite maison avec du piment fort, baignée généreusement dans de l’huile d’olive venue directement des terres ancestrales de Ksar Hellal. Cette année, il n’y aura pas de Couscous.

J’imagine déjà comment nous allons passer le jour de la Grande Fête… J’achèterai bien sûr de la viande d’agneau de la boucherie du Rond Point, pour faire du méchoui sur une plaque électrique. Mais, je serai incapable de faire passer la viande déjà assaisonnée, sur la plaque. Comme dit l’adage en Tunisien, j’aurai les mains froides. Je serai comme une momie, incapable de bouger, incapable de pleurer…

Je demanderai, bien sûr l’assistance de Khadija, laquelle, je sais d’avance refusera. Pour Khadija, il n’y a pas de fête sans Taoufik Ben Brik, son père.

Ali, 23 ans, Khadija 21 ans, ne sont plus des enfants. Que dois-je leur dire pour les consoler, pour les faire patienter jusqu’à la sortie de leur père de prison ? Mes enfants ont été les derniers à savoir que leur père a été embastillé. Je n’ai pas trouvé en moi ni la force, ni le courage, ni même les mots pour les mettre au courant de cette nouvelle tragédie. Couarde, que je suis ! C’est dans les rues de Paris qu’ils ont appris que leur père a été emprisonné…

Il y a dix ans déjà, mes enfants ont passé l’Aïd sans leur père. Je me rappelle encore, la veille de l’Aïd, le chef du commissariat de police a frappé à notre porte, un peu avant minuit, alors que nous étions tous endormis. Il devait me remettre une convocation pour le procès. Refusant de lui ouvrir car on ne donne pas de convocation à minuit,  il s’est mis à m’insulter. A ses insultes, je  répondis de plus belle. J’entends encore le commissaire qui blasphémait et les voisins qui applaudissaient. Jamais peur pour une cause juste.

Pendant vingt ans, mes enfants ont dû vivre avec nous la terreur comme quotidien. Comment oublier qu’un jour Ali, alors âgé seulement de 12 ans a été arrêté par des policiers en costume noirs, sur des motos Yamaha. Après avoir vérifié son identité, et s’être assurés qu’il s’agissait bel et bien du fils de Taoufik Ben Brik et de Azza Zarrad qu’ils avaient en otage, ils l’ont sommé de venir avec eux pour lui raser le crâne et l’enrôler dans l’armée.

Comment oublier, que, âgé seulement de 2 ans, et alors que je venais de garer ma Peugeot 107 bleue métallisée toute neuve, surnommée Zmorda par Taoufik, un motard nous lança, un jet de briques. J’entends encore les cris et les pleurs de mon fils qui, depuis ce jour-là, n’a plus parlé et s’est enfermé dans un mutisme assourdissant.

Khadija, qui venait de naitre au début du mois de décembre a été considérée « la plus jeune victime de la dictature » par Moncef Marzouki, qui deviendra après la chute de Ben Ali, président de la Tunisie le 12 décembre 2011, grâce au vote par l’Assemblée Nationale Constituante créée, on ne sait comment et pourquoi.

Je me rappelle aussi, le jour où je suis allée présenter mes condoléances à Besma Khalfaoui, suite à l’assassinat de Chokri Belaïd, celle-ci me fit une confidence : « Nous avons toujours cru, Chokri et moi, qu’on allait assassiner Taoufik, ton mari. »

Nous étions sous haute surveillance, isolés, téléphone coupé, voiture vandalisée. Nos ressources étaient insuffisantes car mon mari était interdit de travailler en Tunisie. Marginalisés, nous étions agressés et menacés en permanence. Mes enfants sont nés adultes. Leur enfance leur a été usurpée.

Nous avons espéré qu’avec la Révolution, nous allions vivre normalement, en paix, mais rien n’a réellement changé pour nous. La vie de mon mari a été sérieusement menacée à maintes reprises. Notre maison a été marquée par une croix rouge…Un message adressé aux tireurs à gages qui signifiait : ICI, L’HOMME A ABATTRE.

Mes enfants, déjà fragilisés par des années de persécution et de harcèlement ont été traumatisés. Il a été décidé, alors qu’ils doivent quitter la Tunisie pour terminer leurs études en France. Mon fils Ali, entré en France en septembre 2015 ne mettra plus jamais les pieds en Tunisie. J’ai dû abandonner ma carrière professionnelle au sein d’une prestigieuse banque de Tunisie pour rejoindre mes enfants. Taoufik, resté seul à Tunis, a dû nous rejoindre cette année pour que la famille soit réunie. Il devait surtout être aux cotés d’Ali, victime de persécutions, de harcèlements et d’agressions même après la Révolution.

 

Ce lundi 13 juillet, Taoufik a dû partir précipitamment à Tunis pour rapatrier la dépouille de son frère aîné Hédi, qui vivait à Paris. Hédi est mort, soudainement suite à un cancer des poumons. Une mort qui a terriblement affecté Taoufik. Après l’enterrement, il  s’est retrouvé manu militari derrière les barreaux. Transgressant la loi, les juges ont décidé de  jeter en prison le symbole de la liberté.

Taoufik Ben Brik, le nominé au prix Nobel de littérature en 2011, se retrouve dans une cellule sordide de la Révolution. On l’a jeté dedans pour le laisser crever. On ne l’assassinera pas avec une arme comme on a assassiné les leaders Belaïd et Brahmi... On l’assassinera proprement. On l’assassinera avec le Covid-19.  Ainsi, ils pourront dire « C’est pas nous, c’est Allah ».

Des hommes passent et trépassent, mais l’histoire contemporaine de la Tunisie, retiendra que TBB, a été emprisonné sous la dictature policière de Ben Ali, et qu’il a été, encore une fois, emprisonné sous la deuxième république d’après la Révolution. L’Histoire retiendra aussi, qu’après Bourguiba, il y a eu un seul homme qui a dit : NON BASTA. Il est l’unique, car il n’a cherché aucune contrepartie, sauf sa liberté. L’Histoire retiendra, qu’au lieu de gratifier et d’honorer la plume d’or de TBB, les juges tunisiens ont préféré la faire taire.

3antara Ibn Chaded, le Tunisien est sous les verrous. New York Times, l’a comparé à Maradonna de l’écriture. Milan Kundera l’a comparé à Charles Bukovski et à Dostoïevski… Lui, aime être Taoufik Ben Brik.

Le Ben Brik, le poète est aujourd’hui sans liberté. Il a été jugé criminel pour avoir mis à nu la partialité des magistrats tunisiens, pour avoir dénoncé cette même justice, qui sous Ben Ali l’a embastillé injustement… Un crime de lèse-magistrat. Auteur de pamphlets acerbes contre toutes les formes de médiocrité et des dérives autocratiques des différents régimes en Tunisie, Ben Brik dort dans la prison de La Mornaguia, à Tunis, à 1800 km, loin de sa famille. Un an ferme pour la plume libre, l’ami et le complice des plus grands intellectuels et romanciers dans le monde entier. Il dormira dans une cellule miséreuse de la Révolution, lui qui a payé cher de sa santé, de sa sécurité et de la sécurité de sa famille pour la chute de  Ben Ali. « Médiocres, médiocres, je vous absous » dira t-il, mimant Mozart.

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

veritas
| 31-07-2020 09:18
votre mari se vente d'être tout et n'importe quoi spinoza Einstein Victor Hugo et j'en passe mais sa seule et sa vraie spécialité et d'être ringard c'est le chef ringardisme je me demande comment une personne (Hlelia)a acceptée de s'unir avec un mec de l'autre côté de la Tunisie ringarde ..?
Le Sahel ne doit pas se mélanger avec les autres il faut le crier haut et fort sur tout les toits .

veritas
| 31-07-2020 08:46
il est temps d'arrêter de croire aux slogans trompeurs de révolution et de démocratie concoctée par les anglo-saxons et vendu sur place par les criminels islamistes qui ne sont là que pour instaurer le chaos et l'anarchie comme c'est le cas déjà (Libye Syrie Iraq Tunisie...etc).
Croire en une justice meilleur sous les criminels islamistes que sous ben Ali est un écran de fumée chanté par le fameux jawhar hezgui dit ben mbarek et toute la razzia islamistes des traîtres .
La preuve a été prouvée par 1000 depuis la disparition de saddam et de kaddafi ,tout ceux qui ont crier la mort de saddam et de kaddafi maintenant ils rêvent de revivre avec insistance l'ere des 2 ex dirigeants libyen et iraquien la même histoire est entrain de se passer en Tunisie depuis 2013.
il faut arrêter de croire au père Noël des criminels islamistes ...vous avez prétendu chasser ben Ali qui a été trahis par ses ex employeurs pour introniser une racaille islamiste criminels qui n'a pas d'égal dans la haine et la destruction...il y'a quelques semaines seulement Taoufik que je n'apprécie pas Faisait l'apologie du gourou qui l'a reçu chez lui et lui a servi à boire et à manger et c'est bien là où le bas blesse ...comment se fait il que quelqu'un qui prétend défendre la vérité ose se rendre et serrer la main de l'ennemi numéro du pays et de l'humanité toute entière ...?on a seulement ce qu'on mérite ...

Bent Tounes
| 30-07-2020 18:03
C'était une "plume libre", c'était une parole libre. C'était "l'ami et le complice des plus grands intellectuels et romanciers dans le monde entier" et défenseur virulent des "Mroufzin", son expression. Le
revirement depuis 2015, fera de lui le mandataire du corrompu et corrupteur Nabil Karoui ! Il le défendra bec et ongles, lui et sa chaîne illégale au point d'exhorter qu'on prenne les armes pour défendre notre "grand homme", notre "héros national" contre ses détracteurs ! Il dormira "dans une cellule miséreuse de [l'anti] Révolution", lui qui a payé cher de son parcours de défenseur des déshérités, des marginalisés et des exclus pour faire la propagande de son nouvel-vieil "AMI" le richissime N.K, manipulateur déclaré des "mroufzin", une assise électorale qui, paradoxalement, rapporte gros au magnat des médias et allié sans scrupules des Islamistes ! Eh oui, "la médiocrité est à absoudre, comme disait 'FEU' Taoufik Zoghlami Ben Brik, mimant Mozart!" promu par certains médias au rang de Sartre et de Voltaire !
Ses défenseurs nationaux et internationaux n'ont qu'à réécouter Mozart pour ne pas faire fausse note... Aucune raison donc d'être indulgents et d'exercer leur rapport de force pour défendre celui qui est devenu l'ami du plus traître des Tunisiens. "Il a agi sans scrupules et sans honte, en ne pensant qu'à sa petite personne". (Dict. L'internaute)

bent Tounes
| 30-07-2020 17:15
C'était une "plume libre", c'était une parole libre. C'était "l'ami et le complice des plus grands intellectuels et romanciers dans le monde entier" et défenseur virulent des "Mroufzin", son expression. Depuis 2015, son meilleur ami est désormais Nabil Karoui qui est l'ami de Berlusconi..., RICHES, CORROMPUS ET CORRUPTEURS ! Il dormira "dans une cellule miséreuse de [l'anti] Révolution", lui qui a payé cher de son parcours de défenseur des déshérités marginalisés et exclus pour faire la propagande de son "AMI" Nabil Karoui ! Eh oui, la médiocrité est à absoudre comme disait Taoufik Zoghlami Ben Brik "mimant Mozart!

Imed hanini
| 29-07-2020 19:36
De tout c'?ur avec toi Azza. Je suis sûre que TBB va bientôt vous rejoindre.
Amitiés
Imed Hanini

Mouaten_X
| 29-07-2020 15:35
Effectivement, nous sommes encore au pays de l'arbitraire et il faut rester vigilant. Pour l'ange hero révolutionnaire décrit par Mme, je ne retiens malheureusement pour ma part que les débordements vulgaires post révolutionnaires. La liberté et l'impertinence n'excusent pas tout et n'importe quoi. La diatribe ci-dessus commence par l'évocation de l'aid qui est avant tout une commémoration religieuse, pa vraiment convaincu que le personnage en ait eu quelque chose à F... pour rester dans ses codes d'expression

Pepito
| 29-07-2020 15:29
Peu importe ce que pense sa famille ou ses amis, je pense que dans un pays de droit la liberté d'expression ne rime pas avec dire tout et n'importe quoi et surtout tenir des propos répréhensibles par la loi
Je pense que l'emprisonnement de ce « journaliste » est juste la conséquence de ses actes appréciés par le droit et les juges qui appliquent les lois
Il faut assumer et non pas pleurer... c'est ainsi que fonctionne un état de droit

DIEHK: Cette question même F'?tus connait la réponse!!!
| 29-07-2020 15:24
1) ceux sont les juges de Bhiri !
2) Les tribunaux de Bhiri
3) les cours de cassation de Bhiri
TOUT est régi et commandé par le Qatar et sa main de fer Turque et si vous vous posez encore des questions:
Alors creusez votre tombe et enterrez vous vivants!!
Vous ne savez pas pourquoi mon ami "Taoufik" a inventé le surnom pour votre Tunisie islamiste "Bagla Liha" & Likoummm.

Médina tounes
| 29-07-2020 14:59
Son arrestation et son emprisonnement sont injustes. Mais il ne faut pas en faire un héros . Quand on voit ses récentes fréquentations ....

A lire aussi

alors que les chiffres des contaminations repartent à la

15/09/2020 10:52
4

Devrais-je en rire ou

14/09/2020 16:37
6

La Tunisie est confrontée à une crise politique, économique et

09/09/2020 12:25
9