alexametrics
vendredi 22 octobre 2021
Heure de Tunis : 17:32
Dernières news
Rached Ghannouchi : "Nous comptons nous inspirer des pays scandinaves"
25/12/2013 | 1
min
Rached Ghannouchi :
{legende_image}
Dans un entretien recueilli par Gérard Haddad, psychiatre et écrivain juif tunisien, il y a huit jours et publié en date du 25 décembre 2013 au Nouvel Observateur, le leader d'Ennahdha Rached Ghannouchi a surpris son interlocuteur en affirmant: "Le meilleur exemple de sociétés alliant démocratie et justice sociale, ce sont les pays scandinaves, et nous comptons nous en inspirer".

Par ailleurs Rached Ghannouchi a exprimé son optimisme quant à l'avenir de la Tunisie: "Le dialogue national est en train de réussir. L’horizon se dégage progressivement sur tous les points essentiels, ce qui permet d’envisager la finalisation de la constitution et la tenue prochaine d’élections. Il n’y a plus de points de friction idéologiques. Nous avons listé tous nos points de divergence avec l’opposition, et nous les avons réglés un par un".

Il a ajouté: "On considère souvent que tout changement politique repose sur une mutation idéologique, voire théologique. Et c’est la prise de conscience qu’il n’y a rien d’antagonique entre l’islam et la démocratie, qu’islam et démocratie vont de pair".

Il a également précisé : "Nous sommes un parti démocratique et comme tout parti démocratique, il comporte différents courants… Il est vrai que certains jeunes, emportés par leur ferveur religieuse, ont demandé l’instauration de la Chariâa. Mais la majorité au sein du parti ne les a pas suivis".

Concernant les droits de la femme et le CSP, M. Ghannouchi a affirmé: "Nous avons été mal compris. Nous voulions souligner que femmes et hommes sont complémentaires l’un de l’autre. Devant cette incompréhension, nous avons retiré cette proposition. Tout cela est derrière nous. Aucune modification ne sera apportée au code du statut personnel de 1957".

Evoquant le principe de laïcité, le leader d'Ennahdha a affirmé: "Nous avons accepté le premier article de l’ancienne constitution, affirmant que la Tunisie est un pays dont la religion est l’Islam, et la langue l’arabe. Nous ne pouvons pas aller au-delà".

Questionné sur la situation des juifs tunisiens résidents dans le pays, il a soutenu: "Pendant toute la période troublée qu’a traversée la Tunisie, aucun juif n’a été touché, ni dans ses biens ni dans son corps, alors qu’il y a eu des dizaines de musulmans tués. J’ai aussi récemment reçu le Grand Rabbin de Tunisie, le Rabbin Bittan, et nous nous sommes, je crois, appréciés".

Enfin, questionné sur la publication du "Livre noir", M. Ghannouchi a affirmé: "Il s’agit d’une initiative de la présidence de la République que nous n’approuvons pas. Nous sommes pour la création d’une grande commission Vérité et réconciliation à la manière de ce qui s’est fait en Afrique du Sud. On ouvrirait les archives et on apurerait le passé afin de tourner cette page. Ceci selon les normes juridiques admises".

D.M
25/12/2013 | 1
min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous