alexametrics
A la Une

Tunisair, la crise de trop ?

Temps de lecture : 5 min
Tunisair, la crise de trop ?

 

Il n’y aura pas de reprise normale du trafic aérien avant 2023, a indiqué la semaine dernière l'Iata. Une annonce qui n’arrange rien aux affaires de Tunisair. Depuis 2011, les crises se sont enchainées et rien n’a été fait pour aider la compagnie aérienne nationale. Aujourd’hui, elle est au bord de la faillite, si un plan de sauvetage n’est pas rapidement mis en place.

 

L’annonce est lourde de conséquences et synonyme de faillite pour de multiples compagnies aériennes de par le monde : il ne faut pas s’attendre un retour à la normale du trafic aérien avant 2023, a estimé la semaine dernière l’Association internationale du transport aérien (Iata).

L’association travaille actuellement sur la mise en place d’un ensemble de mesures sanitaires pour réduire au minimum le risque de contamination à la pandémie Covid-19 à bord des avions. Au menu, port obligatoire du masque, contrôle des températures et déclaration sanitaire pour chaque passager. Ceci dit, elle exclut de neutraliser un siège du milieu dans les appareils pour la distanciation sociale, considérant que cette mesure fera augmenter d’au moins de 50% le prix du billet d’avion.

L’Iata travaille aussi avec tous les gouvernements de la planète, les organisations internationales en charge du trafic aérien et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à la mise en place d'un processus de contrôle sanitaire des passagers, qui devrait être prêt pour fin mai.

 

Mais Tunisair tiendra-t-elle jusqu’à la reprise du transport aérien ? Pas si sûr. La semaine dernière, le PDG de la compagnie aérienne Elyes Mnakbi avait affirmé que la société est au bord de la faillite, qu’elle attend l'aide gouvernementale, qui tarde à venir à cause de la situation des finances publiques.

«Il nous faut cent millions de dinars d'ici fin mai afin de payer les salaires et les primes, pouvoir redémarrer l'entreprise, payer nos fournisseurs et acheter du carburant», précise-t-il en soulignant le caractère urgent de cette aide.

Une aide qui, pourtant, tarde à venir. Au début du mois courant, le ministre d'Etat du Transport et de la Logistique Anouar Maârouf ayant précisé qu’il a demandé la préparation de deux plans : un plan de survie et un plan de la relance pour la compagnie aérienne et qu’il avait refusé le plan de survie car la compagnie a réclamé 100 MD de l’Etat, ce qui était exorbitant selon lui.

 

Il faut dire que la situation n’est plus soutenable et que la pandémie Covid-19 a été le coup de grâce. Mi-mars 2020, la compagnie a cumulé 36 MD de manque à gagner à cause de la suspension des vols lié à la pandémie. Mais les problèmes de Tunisair ne sont pas nouveaux, ils ont commencé après la révolution et n’ont fait que s’aggraver notamment après les multiples attentats terroristes et leur répercussion sur le secteur du tourisme. Les plans de restructuration inachevés se sont enchaînés au même rythme que les changements des ministres du Transport. Mais, aucun n’a été concrétisé. En contrepartie, le groupe traine un véritable gouffre financier : une masse salariale insupportable de ses 7.500 employés qui est passée de 220 à 380 millions de dinars en six ans et des avions cloués au sol à cause de diverses pannes. 1.200 employés devaient partir en retraite anticipée, dont 400 début 2020, ce qui n’a toujours pas été fait.

Les états financiers de la compagnie ne sont pas à jour, le dernier en date à avoir été communiqué est celui de l’exercice de 2017. L’assemblée générale ordinaire s’est tenue avec un an et demi de retard. Et la compagnie cumulait 897,97 millions de dinars au 31 décembre 2017. Un déficit qui s’est surement aggravé, même si plusieurs indicateurs se sont améliorés (la société étant obligée d’ouvrir des lignes à perte, ndlr) et qui a littéralement explosé à cause de la crise de la pandémie Covid-19.

 

Elyes Mnakbi a noté que les cinq Airbus attendus pour 2021 et 2022 vont faire l'objet d'une renégociation. Il n’écarte pas le risque d'avoir recours au chômage économique de mai à octobre pour une partie importante de son personnel.

D’ailleurs, la compagnie aurait réduit de 50% les salaires de ses fonctionnaires à l’étranger : une mesure exceptionnelle et provisoire s’inscrivant dans le cadre d’une série de décisions prises dans l’objectif d’alléger les charges financières de la compagnie durant cette période d’arrêt d’activité et de manque de liquidités suite à la décision de l’arrêt du trafic aérien à cause de la pandémie Covid-19, précise un communiqué.

 

Une situation qui ne peut que s’aggraver avec le manque de visibilité. C’est dans ce cadre que le député et ancien ministre du Transport Hichem Ben Ahmed a plaidé pour la fixation d’une date de réouverture, raisonnée et structurée des frontières pour permettre aux compagnies aériennes et aux professionnels du tourisme de préparer leurs programmations et ouvrir leurs réservations. Il préconise l’application de mesures sanitaires de l’Iata dans les aéroports tunisiens, voir, le cas échéant, en rajouter si nos scientifiques le jugent nécessaire. Les impératifs de sécurité sanitaire étant la clé de voute dans la capacité du transport aérien à reprendre son activité.

Au menu des recommandations de l’ancien ministre : caméras thermiques à l’aéroport, test systématique des personnes suspectes, structures d’isolement des personnes testées positives à proximité des aéroports.

«Les pistes sont nombreuses, la réflexion est large, mais l’action doit être au rendez-vous. Et rapidement ! Le surcoût engendré pourra être financé, par exemple, par une partie des taxes aéroportuaires», estime-t-il, en soulignant que le bradage des prix ne permettra pas de capter la clientèle mais il faudra miser sur la mise en avant de la sécurité sanitaire.

 

Sans plan de restructuration, les problèmes de Tunisair ne peuvent que s’aggraver et son déficit s’accentuer. Des mesures urgentes doivent être décidées et mises en place si on veut sauver la société du spectre de la faillite qui se profile. Fin mars 2020, l’Iata évaluait que les revenus du secteur passagers pourraient plonger de 252 milliards de dollars, soit une basse de 44 % par rapport aux chiffres de 2019 et que les compagnies aériennes ont besoin de 200 milliards de dollars de liquidités simplement pour traverser la crise.

«Certains gouvernements ont déjà pris des mesures, mais de nombreux autres doivent suivre l’exemple», avait-elle conseillé. A bon entendeur.

 

Imen NOUIRA

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (15)

Commenter

HANNIBAL
| 23-05-2020 22:24
Monsieur Mnakbi,
vous parlez d'un crdit urgent pour payer les salaires, soit ! on vous comprend ! mais aller payer des primes, de quelles primes parlez vous, Ah, oui ! j'ai preque oubli, c'est les fameuses primes du confinement, et le manque gagner pour certains dans le vol des bagages des honntes gens qui vous font confiance! vous les employs de la Tunis air tes les premiers responsables de sa faillite !! dj Mr. Mnakbi que votre nom est de mauvaise augure.

James Michael
| 20-05-2020 21:06
Bonjour tous. J'ai vu des commentaires de personnes qui ont dj obtenu leur prt de prts c'?ur pur, puis j'ai dcid de faire une demande conformment leurs recommandations et il y a quelques heures peine, j'ai confirm sur mon compte bancaire personnel un montant total de 50000,00 $ que j'avais demand. C'est vraiment une excellente nouvelle et je conseille tous ceux qui ont besoin d'un prt rel de postuler via leur e-mail (jamesmichaelloanservices@yahoo.com) ou Whatsapp +16314912234, je suis heureux maintenant que j'ai obtenu le prt que j'ai demand pour

observator
| 19-05-2020 15:25
Il est intressant de remmorer l'histoire de la faillite de Swissair en 2001.
Compagnie nationale un des fleurons des entreprises suisses pendant longtemps.

observator
| 19-05-2020 12:08
On peut envisager deux solutions :
1- l Etat dcide de garder Tunisair et dans ce cas un plan de redressement draconien doit tre appliqu.
Une solution chirurgicale savoir une rduction draconienne malheureusement des effectifs.
Avec la flotte qu elle aujourd'hui Tunisair peut fonctionner avec 2500 employs.
Le cot social est trs important et douloureux mais y a t il une autre solution ?
les subventions de l '?tat Tunisair servant dans ce cas , reclasser le personnel licenci, ( aide la formation pour trouver un nouvel emploi pour certains, aide la cration de projet pour d'autres.....).
Dfinir une nouvelle politique gnrale pour la compagnie alliant effecience et efficacit
notamment une nouvelle direction comptente en lui accordant les pouvoirs qu il faut pour grer convenablement cette compagnie.
Ceci implique qu il faut rduire le poids de certains acteurs comme l'UGTT et d'autres profiteurs.
C est ce qu'ont fait les thiopiens avec ethiopean airlines.
Un plan de restructuration et de dveloppement bien dfini avec des objectifs claires qu il faut appliquer la lettre avec une direction comptente avec une certaine libert dans la gestion mais sous un contrle de l'?tat .
2eme solution : vendre Tunisair un repreneur.
Or personne n achete une entreprise pour perdre de l argent, donc celui qui achte Tunisair a en perspective qu un jour il va gagner de l argent ou bnficier d effets de synergie si le repreneur est du mme domaine.
Donc tous les cas, il doit escompter sortir gagnant en reprenant Tunisair.
Si par exemple, Quatar airways consent reprendre Tunisair, il peut reclasser certains employs mais dans tous les cas je ne vois pas comment on peut viter une reduction substantielle des effectifs.
7500 employs pour une flotte d une quarantaine d'avions dont certains mal entretenus, la cause est presque entendue.

Quand je dnonce l UGTT ce n est pas par le plaisir de s'en prendre Taboubi et cie mais parce que ce syndicat a tout fait pour saboter toute tentative de redresser les entreprises publiques.
Plus cela dure plus la facture sera sale pour le contribuable et l'conomie du pays.
Plus on retarde la restructuration de Tunisair, plus va coter encore plus chre au contribuable et au pays. Et plus les chances de la redresser se rduisent.
C'est criminel le comportement de l'UGTT et de tous ceux qui pour des intrts particuliers, empchent la restructuration des entreprises publiques.
Cela cote cher au contribuable et constitue une perte d'opportunits conomique et sociale pour le pays.
Aujourdhui, L'?tat, au lieu d'avoir, une compagnie Tunisair florissante qui cre de la richesse et qui donc participe au financement du budget de l '?tat pour pouvoir allger la pression fiscale des autres acteurs, voir financer des infrastructures, se trouve obliger de subventionner Tunisair.
L'UGTT a une grande part dans le grand dsastre de Tunisair, SNCFT , Steg et bien d'autres socits publiques.
Le gouvernement doit agir , dans le mme temps il doit mener une compagne d'explication au prs du peuple sur la situation et concrtement les mesures qu il compte prendre ainsi que les embches qui l attendent.
on le voit l'UGTT avec tous ces profiteurs du secteur publique sont dcids s'opposer toute politique de rformes profondes concernant ce secteur.
Les dernires gesticulations de l'UGTT , de certains partis politiques et certains mdias qui vhiculent qu'il existe a une crise politique dans le pays ( le dernier discours de Taboubi en est la parfaite illustration) s'inscrivent dans ce cadre l, savoir crer un certains dsordre et tenter de crer de faux problmes pour essayer de contrer toute initiative pour rformer ne pays , cela va l'encontre de leurs intrts troits.

Open-Sky
| 19-05-2020 10:13
Le dficit de ce certains osent encore appeler " fleuron de notre Tunisie " est plus que abyssale.
Soyons raisonnable , rien qu'en 2017 ce dficit s'lve plus de 897 milliards...! il est facilement estim aujourd'hui et avec tous les problmes ( Covid-19, avions en panne, corruption, masse salariale mensuelle...ect) au double voir au triple .
Notre " fleuron nationale est hlas devenu un fardeau, et je dirais un norme fardeau pour notre fragile conomie. Les diffrentes solutions proposes par l'ancien ministre des transports Hichem Ben Ahmed ne sont que du saupoudrage aux yeux, et ne feraient que dplacer, et retarder le problme.
Le salut ne viendrait que de privatisation voir mme la vente de cette compagnie aux Quataris qui auraient les moyens de la remettre sur rails sauvegardant ainsi les quelques centaines d'emplois.
Il faut aussi signer le plus rapidement que possible la Convention sur l'Open -Sky permettant ainsi l'ouverture de notre ciel aux compagnies Low-Cost; ouverture qui engendrerait une dynamique positive pour notre secteur du tourisme et donc pour notre conomie.
Pour finir, il faut que les illettrs ( je pse bien mes mots) de l'UGTT cessent de foutre leurs nez dans les affaires de Tunisair pour protger uniquement leurs avantages et ceux de leurs rejetons et de leurs proches embauchs illgalement chez Tunisair ( a c'est encore une autre histoire) .
Bref il faut que l'UGTT cesse de prendre en otage notre conomie travers Tunisair

observator
| 19-05-2020 09:55
les recommandations de l,'ancien ministre Ben Ahmed.
Pourquoi n a t il pas appliqu ces recommandations quand il tait ministre il y a 3 mois.
Vous ne citez pas ce que compte faire le nouveau ministre Maarouf parce qu il est issu du parti Ennahda ?.
Ce dernier, en refusant de parrainer le plan prsent par Mnakbi o il rclame l'?tat une aide de 100 millions de dinars supplmentaire, a parl d un cas de corruption grande chelle chez Tunisair.
4 racteurs de deux avions envoys la compagnie Lockeed au Canada pour rvision moteur depuis deux ans.
En passant directement sans intermdiaire la rvision aurait cot 27 millions de dollars ( je crois) .
Or Tunisair a prfr passer par un intermdiaire install dans un paradis fiscal et le cot deviendrait 40 millions ( au lieu de 27 millions).
Pourquoi la direction de Tunisair veut payer 40 millions au lieu de 27 ?
Pourquoi 13 millions supplmentaires payer par la compagnie qui est subventionne par l argent des contribuables tunisiens ?
En plus cela fait deux ans que les deux avions sont clous au sol puisque les moteurs sont toujours au Canada. D'o un manque gagner pour la compagnie qu il faut chiffrer.
Et ce n est pas le seul cas.
Devant cette situation le nouveau ministre des transports, refuse pour le moment , le plan de tunisair et les 100 millions de dinars d'aide.
Bon Mnekbi a t hospitalis au mme moment et le secrtaire gnral de tunisair a t mis la retraite ( il voulait y rester).
La question que je pose Madame Imen Nouira pourquoi n a t elle pas parl de cette affaire et de la corruption ?
Pourquoi Hichem Ben Ahmed n a rien fait pour endiguer la corruption et il vient aprs coup donn ses recommandations ?

Donc Tunisair est englue dans la corruption et le nouveau gouvernement, avant de lui injecter l argent des tunisiens, veut s assurer de la rgularit de sa gestion.
Vous dites qu aucun tat financier de la compagnie n a t approuv depuis ceux de 2017.
Pourquoi la direction n a t elle pas encore valid ceux de 2018 quand on sait qu il est toujours urgent d d'tablir les tats financiers surtout des entreprises en difficult pour mieux les suivre.
Or Tunisair ne le fait pas pourquoi ?
Ce flou dans la gestion cache t il encore des oprations louches de grandes envergures ?
Nous savons que la gestion des entreprises publiques est tache de beaucoup d'oprations suspectes pour ne pas prononcer le mot corruption.
Le gouvernement semble vouloir y faire quelque chose pour le moment.
Alors que des lections viennent d'avoir le jour, et que les institutions du pays fonctionnent normalement . Un nouveau gouvernement qui a ralis beaucoup de choses en deux mois et demi ( gestion de Corona, numrisation de la fonction publique, aides aux dmunis.....). En tout cas une volont pour amliorer les choses.
Des institutions qui fonctionnent normalement mme si certains essayent de mettre des btons dans les roues.
Voil c'est en choisissant ce moment que certains mdias, certains politiques qui ont perdu les lections et l UGTT ( voir discours de Taboubi hier entre autres) choisissent pour tenter semer le dsordre dans le pays sous prtexte que le systeme politique est changer. Certains rclament un sit-in devant le parlement

Il est clair que tous ces milieux ont pris peur que des dossiers de corruption les concernant voient le jour avec les nouvelles autorits issues des dernires elections et donc tentent de semer la pagaille dans le pays pour garder leurs privilges.
Le gouvernement, le prsident de la rpublique et le parlement doivent communiquer avec le peuple pour l'clairer sur les desseins de tous ces clans mafieux.
Le gouvernement a, aujourd'hui une chance inoue, pour venir about ou au moins rduire le poids des clans mafieux qui svissent dans le pays et retardent les rformes tant attendues par les tunisiens.
Il ne faut plus laisser une minorit corrompue jouer avec l avenir de nos enfants et ce pays.
Cette situation ne peut plus durer.

riri
| 19-05-2020 09:51
Tarifs preferentiels pour les TRE?
C'est faux. il y a quelques billets soit disant sociaux mais personne ne met jamais la main dessus. Le billet pour 2 hr de vol est entre 400 et 700 euros; soit un prix choquant par rapport la distance. les TRE sont des vaches lait.

Mourad
| 18-05-2020 23:48
Bonsoir
J ai lu l'article et je remercie la journaliste pour la qualit de la rdaction
J ai lu les commentaires et je vous prie de ragir pour critiquer et donner des avis , des solutions etc et oublions ce genre de Messages QUI CA SERT , VIREZ TOUT LE MONDE etc .....

Tunis air comme toute Entreprise Public doit etre audit par une commission externe pour detecter anomalies et prendre toutes mesures , deplus elle opere dans un secteur fragile et avec une Gouvernace public des annes 70 , ayant un organigramme implant sur mesure suite a la demande de chaqu un Exp DGA commercial se cre qu on veux nommer X puis on ferme le poste vu qu on veux pas mettre Y aussi DGA technique , aussi les nominations Etrangers sur mesure ......
Tunis air aussi au service de l etat on lui demande de faire des tarifs preferentiels pour residents etrangers pour que la BCT gagne en terme de recette devise et on s en foue de la rentabilit
On demande a Tunis air suite demande CEPEX et autres ONG travaillant sur afrique a mettre en place des lignes sans la soutenir en basse saison ou sans faciliter les visas a l arrive pour africains etc
On lui demande de revoir tarifs Omra et hajj pour aider nos Grands peres et meres a realiser leurs reves sans soutient de l etat devant un concurrent Saoudia airlines qui divise la part de march
Des factures non payes par l etat via des bons de commandes depuis 5 et 10 ans
Des Billets d'avion a faible revenue Exp Tun paris Tun a 680 dt avec plus de 300 dt taxes sachant que Airfrance les propose a 1100 minimum ET apres ils vous disent les billets sont Trop cher .....faites appel a un Agent de Voyage Rod neutre pour vous faire une analyse tarifaire , il vous confirme que Tunis air est toujours la moins chere ....et nous invitons un agent de voyages a intervenir pour exposer . LA preuve Tunis air fais des retards et toujours Full , ca veux dire qu on a pas de solutions vu que le tarif moins cher que autres compagnie , car le client s il trouve moins cher , il partira ....
La surcharge oui au Niveau personnel et je rejoint CITOYEN H ....L etat doit intervenir et autoriser le depart de 1200 , le syndicat doit aider le top management pour reduire de 1500 le nombre total donc 2700 de moins , de plus utiliser chomage technique 50 % et 20 % par letat pour le reste pendant 6 mois aussi pour ceux a letranger , reduire aussi le nombre de representants a l etranger POLITIQUE assur par toutes les compagnies en ce moment Emirates quatarya British Lufthansa etc
Changer l organigramme de l'entreprise en foonction dre l environnement actuel et benchmarquer par rapport aux autres compagnies
creer un Excellent call center bas a Tunis pour toutes les representations etrangers Exp TP Performance aussi Plateau a distance pour Gestion Groupe De la tunisie et vers Tunisie
Reaffecter le personnel a niveau des directions fixer des objectifs avec Gestion par objectif
Annuler 14 jusqu a 17 mois avec autres primes Ex Frais scolmarit Etranger Equiva 50 000 par enfant pour 2 ans Minimum
Revoir la politique commerciale et surtout revenue management et mettre en place un Robot comme toute compagnie pour reduire le nombre interventions pour avoir une place tarif Promo en Haute saison ou changer une classe de resa pour ami collegue vers la classe la moins chere dans un avion qui se vend en Classe la plus chere , ameliorer le service a Bord catering et surtout business Class , aussi ceux du handling aereport
Nommer un DGA commercial Immediatement parmis les meilleurs cadres au sein de l entreprise ayant Experience commerciale Etranger Tunisie Revenue management Visionnaire un bon communicateur parmis les directeurs centraux minimum ou representant Etranger en fin de mandat
Motiver les jeunes qui sont prets a assurer devant le depart a la retraite de plusieurs Pionniers
Aussi creer un Fond de soutient Tunis air Fihh Agences de voyages Tour operateurs Utica Grandes et Petites entreprises travaillant avec Tunis air CEPEX Hotels Banques et BCT pour participer dune maniere directe ou indirecte et Fournir minimum 250 milliards d ici 15 juin
Sans l'aide de ces derniers Tunis air va disparaitre et tous vont perdre par consequent Etat Banques et autres
Aussi preparer l entree d un partenaire stratgique d ic 1 an ou 2 ans mais en preparant lentreprise pour mieux negocier le partenariat
Mr le ministre , lisez bien ces remarques et faites une commission neutre du Ministere Tunis air presidence Gouvernement , actionnaires et anciens PDG et hauts cadres pour mettre en place un plan de survie sign par ces intervenants

etoirtap
| 18-05-2020 22:00
Je vous prie et c'est trs urgent de rcuprer les drones monstres dont nous parlent "notre" Ministre de la sant qui nous dit : "A noter que le premier essai de quatre drones quips de camras thermiques et de hauts parleurs a t effectu hier vendredi 24 avril."

ces drones sont un vrai danger entre les mains de certains idiots... .

aucun ministre et aucun parti politique n'a doit ces drones.

Citoyen_H
| 18-05-2020 20:38
Tout fait l'ami.
L'occasion tant rve par les chlyk leur est tombe du ciel.
Toutefois, signalons que le COVID 19 n'est qu'une des raisons cumuls de la situation catastrophique de tunisair.
A la source, le vrai coup de grce dj port notre compagnie nationale, fut le recrutement massif effectu par les brouettistes bagla-liha opportunistes ,lors de leur arrive au pouvoir. en 2011.
Ni plus, ni moins.
Salutations





A lire aussi

Un pacte qui

29/05/2020 21:15
0

Une tude a confirm les effets indsirables de la molcule.

28/05/2020 19:59
7

Depuis 2011, le mouvement islamiste dEnnahdha mne la danse sur la scne politique nationale.

27/05/2020 19:39
9

Des mesures complmentaires pour le soutien des entreprises contre les rpercussions du covid-19

26/05/2020 19:59
1