alexametrics
Chroniques

Trois remarques après l’épilogue de la crise sociale

Trois remarques après l’épilogue de la crise sociale
Le dénouement de la crise sociale a été la bonne nouvelle de la fin de cette semaine. Avec la signature de l’accord entre la centrale syndicale et le gouvernement sur les augmentations salariales dans le secteur public, puis la signature de l’accord entre la fédération de l’enseignement secondaire et le ministère de l’Education, le pays a poussé un ouf de soulagement. On peut dire aujourd’hui que la grave crise sociale qui a tenu les Tunisiens en haleine est derrière nous. Toutefois, quelques remarques s’imposent.
 
En premier lieu, cette crise montre que si les partenaires sociaux sont animés des meilleures intentions, les solutions existent et existeront toujours quelques soient la gravité et la complexité des dossiers à négocier. Seulement en Tunisie, nous avons pris cette fâcheuse habitude d’aller jusqu’au bout dans l’intransigeance, d’adopter la politique du bord du précipice avant d’accepter de négocier sérieusement et de faire les concessions nécessaires pour aboutir à un accord. Pourtant, cette démarche, exténuante pour les nerfs des Tunisiens, n’a jamais réussi auparavant et a toujours été improductive. Concernant le dossier de la fonction publique, le gouvernement aurait gagné à commencer les négociations par ses propositions présentées la semaine dernière, non par le refus de l’idée d’augmentation des salaires des fonctionnaires. Cela aurait fait économiser le pays une tension sociale et deux grèves générales. Avec le syndicat des enseignants, l’année blanche avait été évitée l’année dernière au dernier moment suite à un accord qui stipulait que les négociations allaient se poursuivre durant les mois de l’été pour aboutir à un accord avant la rentrée scolaire 2018/2019. Mais rien de cela n’a été fait ce qui a exacerbé les esprits, érodé la confiance entre les partenaires et rendu la crise de cette année inéluctable. 
 
La seconde remarque concerne l’UGTT. La centrale syndicale a été encore une fois au rendez-vous avec l’histoire. Elle a montré encore une fois qu’elle était une force nationale et sociale incontournable, structurée, organisée et dotée d’une ceinture populaire qui lui apporte un soutien indéfectible. Bien entendu, les positions et les débats au sein des structures syndicales peuvent être souvent contradictoires mais les décisions se prennent toujours par consensus, sinon par le vote. En cela, la centrale syndicale donne l’exemple en matière de gestion démocratique. Cette gestion interne, fortement centralisée mais très démocratique, a permis à l’UGTT de préserver une solidarité qui a fait ses preuves et à affronter les crises nombreuses pour en sortir avec le minimum de dégâts. Les gouvernements successifs, depuis l’indépendance, qui ont tenté de mettre au pas la centrale syndicale ont appris tous, à leurs dépends, qu’il était très risqué de se mettre le syndicat à dos. Quant aux autres, ceux qui ont saisi la dernière crise sociale pour diaboliser les syndicats, dénigrer l’action syndicale et appeler à un libéralisme agressif, inhumain et étranger à l’histoire et à la culture de notre pays, ils doivent déchanter aujourd’hui. L’UGTT fera toujours partie de notre paysage politique, social et économique, même si elle est appelée sans cesse à se remettre en question, à affiner sa gestion des crises et à se doter en plus de son rôle revendicatif nécessaire pour défendre les intérêts des salariés, d’une orientation vers un syndicalisme plus participatif.
 
Enfin, l’épilogue de cette crise ne signifie nullement qu’il n’y aura pas d’autres crises dans l’avenir. Nous avons tellement de problèmes à régler qui méritent notre attention et qui ont tous un caractère urgent. Mais la multiplicité de ces problèmes et même leur complexité est un motif de réconfort parce qu’ils montrent que le corps social est vivant et que le pays se prend en charge. D’ores et déjà, le ministère de l’Education doit régler dans les prochaines semaines, le problème avec les enseignants de l’école de base. Il aura surtout à ouvrir sérieusement le dossier de la réforme de notre système d’enseignement. Le ministère de l’Enseignement supérieur doit de son côté trouver les solutions à la crise qui bloque les universités depuis des mois et qui risque de conduire vers l’année blanche. Quant au gouvernement, les réformes des caisses sociales, la restructuration des entreprises publiques, la refonte de notre système fiscal et autres sont autant de dossiers urgents qu’il faudrait gérer en mêlant l’efficacité à la célérité.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

Mohammadou
| 11-02-2019 15:43
l'UGTT c'est la dictature du prolétariat qui va,si on l'a laisse,emmener l'économie du pays à sa ruine .
Je trouve cet article,avec respect pour son auteur très superficiel et sans beaucoup d'intérêt

Hédi
| 11-02-2019 15:10
La deuxième remarque est d'une pertinence rare. Elle dénote d'une connaissance fine et aiguë de ce qu'est l'UGTT, de son fonctionnement et surtout de la mission qu'elle s'est donnée depuis sa création malgré toutes les péripéties par lesquelles elle est passée.

Houcine
| 11-02-2019 01:05
Les pays où le syndicalisme est unifié sont ceux où les travailleurs sont respectés et disposent de moyens pour défendre leurs intérêts. Là où le syndicalisme n'existe pas, ou a été vaincu, ou n'est pas représentatif, les gens qui ne vivent que de leur travail ont peu de droits et encore moins de possibilité et liberté de se défendre.
Alors, l'UGTT est de ce point de vue une institution qui contribue à la paix sociale et joue pleinement son rôle d'acteur de la démocratie sociale.
Il faut abandonner aux ignorants la haine des institutions de médiation, heureux qu'ils sont de se croire autosuffisants et avoir les solutions à tout.

Petit x
| 10-02-2019 23:14
Je vous lance avec vos collègues si vous avez des C... un defis si vous êtes des journalistes dignes de ce job à soulever le problème épineux des cours particuliers et des études payants que les enseignants donnent chez eux (même pour les gamins de la première année primaire) contre les dispositions de la loi n°83-112 de 1983 portant statut particulier du personnel fonctionnaire de l'Etat qui leur interdit d'exercer une activité lucrative quel que soit sa nature.

Cette forme de corruption à grande échelle a bel et bien détruit l'école publique gratuite; ascenseur social par excellence d'antan pour les enfants des populations déshérités des quartiers pauvres et des régions de l'intérieur.

Voilà un sujet sérieux qu'il va falloir traiter au lieu de caresser L'UGTT dans le sens du poil par je ne sais quel opportunisme la grande majorité des journalistes ne cessent de le faire !!!

Le système tunisien de l'éducation publique actuel est devenu des plus honteux de la planète...

mansour
| 10-02-2019 23:08
pour des engagements forts réellement suivis d'actes concrets en faveur de la classe sociale sans l'intervention et manipulation des petrodollards islamistes du Qatar et du pion des islamistes freres musulmans salafistes d'Ennahdha,Lassaad Yacoubi

Forza
| 10-02-2019 20:15
Il ne fait que de l'éloge flatteur a l'UGTT sans aucune analyse critique. Et il s'imagine des histoires que personne n'a défendu. Je n'ai vu aucun article ou une personne politique demandant un libéralisme sauvage. Nous ne vivons pas sur une ile. Les investisseurs fuient la Tunisie a cause de l'UGTT. Pourquoi investir en Tunisie alors que les syndicats au Maroc, Egypte ou Turquie sont plus réalistes et plus raisonnables ? Les grèves répétées et illimitées de l'UGTT vont détruire le tissu de l'économie tunisienne et l'UGTT ne pourra plus faire des grèves une fois l'économie privée suivi par l'état font faillite. Ils parlent déjà de négociations pour juillet et Yakoubi fera rebelote au mois de septembre pour prolonger les vacances et les jours sont entre nous et on verra.

A lire aussi

Bref, un lien totalement erroné a été allègrement établi entre nationalité et patriotisme

21/08/2019 15:59
36

Il s’avère donc que les parrainages des candidats à l’élection présidentielle posent plus de

18/08/2019 21:19
2

Il reste la majorité des autres candidats, ceux qui ne présentent pour l’instant aucun programme

14/08/2019 15:59
11

Ce n’est pas énorme comparé aux 27 candidatures lors du premier tour de la dernière campagne

11/08/2019 20:30
26

Newsletter