alexametrics
BN TV

Taïeb Baccouche : la performance diplomatique de l'Etat est très faible !

Temps de lecture : 6 min
Taïeb Baccouche : la performance diplomatique de l'Etat est très faible !

 

Taïeb Baccouche, secrétaire général de l'Union du Maghreb arabe (Uma), a été l'invité de Khouloud Mabrouk, ce vendredi 14 février 2020, sur les ondes de IFM.

Lors de son passage à l'émission « Dkika 90 », réalisée en partenariat avec Business News, représenté par Nizar Bahloul, et Leaders, représenté par l’ancien ambassadeur au Koweït, Mohamed Ibrahim Hassaïri, avec pour invité Iheb Chaouech de la Télévision tunisienne, M. Baccouche est revenu d’abord sur son retrait de Nidaa Tounes, parti dont il a été le secrétaire général de 2012 jusqu’à 2015.

 

Taïeb Baccouche a, en effet, précisé qu’il avait officiellement quitté Nidaa Tounes la veille du congrès constitutif de Sousse en 2016 suite à la diffusion d’un communiqué « fictif ». Un communiqué qui avait, selon M. Baccouche, occulté un point extrêmement important validé par le bureau exécutif et qui portait essentiellement sur les moyens de faire réussir ce congrès sans connaitre la partie qui avait été derrière cette suppression.

Et d’ajouter que la crise qui plombe Nidaa Tounes était causée par « la plupart de ses enfants qui l’ont détruit de l’intérieur » assurant que le représentant légal du parti, Hafedh Caïd Essebsi, n’assumait pas la responsabilité entière dans cette destruction et que le chef du gouvernement sortant, Youssef Chahed avait une part de responsabilité lui aussi.

Dans ce sens, Taïeb Baccouche a précisé qu’il n’entretenait pas une relation personnelle avec Hafedh Caïd Essebsi et qu’il ne l’avait pas vu depuis le décès de son père, le chef de l’Etat défunt Béji Caïd Essebsi, assurant que dès le début, leur relation était quasi inexistante.

 

Interrogé sur sa mission à la tête de l’Uma, Taïeb Baccouche a affirmé que l’Union n'est pas dans un état « comateux » comme l’a qualifié M. Hassaïri. Toutefois, il a relevé que le sommet de l’Uma ne s’est pas tenu depuis plus de 25 ans ce qui représente un « énorme obstacle nécessitant un réexamen du système ».

Ainsi, M. Baccouche a relevé que l’Union du Maghreb arabe est passée par plusieurs blocages qui reviennent notamment à son maintien par un seul pays pendant des années soulignant que l’alternance au niveau de la présidence créera une certaine dynamique qui dissipera l’inertie actuelle.  

Dans ce sens, M. Baccouche a annoncé que les efforts fournis commencent à être fructueux et que les pays concernés sont prêts à collaborer.

Et d’ajouter qu’il existe, à présent, des concertations officielles pour que la Libye –qui a maintenant la présidence- cède cette tâche au Maroc qui s’est engagé à tenir son sommet une fois le passage concrétisé.

En ce qui concerne la situation en Libye, l’ancien ministre des Affaires étrangères a assuré que les positions des pays du Maghreb arabe sont extrêmement proches quant à la nécessité de coordonner les efforts et parvenir à une solution à la « très grave » crise libyenne qui se répercutera, certes, sur la région.

 

Répondant à la question concernant la performance diplomatique de Kaïs Saïed par rapport à ses prédécesseurs à savoir Mohamed Moncef Marzouki et Zine El Abidine Ben Ali, Taïeb Baccouche a estimé que la politique étrangère actuelle de l'Etat tunisien était « très faible » alors que celle de M. Marzouki était « catastrophique et pleine de contradictions » et que celle de Zine El Abidine Ben Ali était « satisfaisante » et plutôt positive. M. Baccouche a tenu à préciser qu'il ne s'agit pas de personnes mais de politique de l'Etat.

M. Baccouche a reproché, en effet, au président de la République, Kaïs Saïed son absence du 33ème sommet des chefs d'État de l'Union africaine tenu à Addis-Abeba à cause d’une angine le clouant au lit.

Il a, également, indiqué que le limogeage de l’ambassadeur, Moncef Baâti, représentant permanent auprès des Nations-Unies à New York, était « catastrophique » notamment dans la manière, le timing et le communiqué dans lequel la présidence de la République avait accusé M. Baâti de recourir à des pays étrangers pour contrer sa révocation.

« Je suis désigné par l’Etat tunisien au poste du secrétaire général de l’Uma avec l’aval des cinq pays du Maghreb arabe. Kaïs Saïed ne peut pas me limoger unilatéralement et il lui faut l’accord unanime des chefs d’Etat de ces cinq pays. Si Kaïs Saïed continue dans cette démarche, il commettra une erreur qui lui nuira et nuira aussi à la Tunisie car je voulais abandonner cette mission mais j’ai une obligation morale et politique d’achever mon mandat », explique Taïeb Baccouche, interrogé sur l’éventualité de son limogeage par Kaïs Saïed suite à cette déclaration.

 

Revenant sur le conflit entre le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi et Youssef Chahed, l’ancien SG de la centrale syndicale a nié que l’UGTT ait coopéré avec Hafedh Caïd Essebsi pour renverser le gouvernement. Des accusations qui ont été lancées par M. Chahed contre l’UGTT qui est devenue, selon lui, une partie du conflit politique depuis l’Accord de Carthage.

Ainsi, Taïeb Baccouche a souligné que la centrale syndicale est politiquement indépendante et qu’elle constitue une « force de proposition pour les questions sur lesquelles elle a le droit de donner son avis ».

 

Interrogé sur les multiples dépassements des droits de l’Homme quant aux journalistes et notamment la détention illégale du patron d’El Hiwar Ettounsi, Sami El Fehri, l’ancien président de l’Institut arabe des droits de l'homme a jugé que la situation actuelle était « plus dangereuse » que celle vécue sous Ben Ali.

Il a, de surcroît, assuré qu’il y a, à présent, une « instrumentalisation de la justice » ainsi qu’un manque de « régulation » et de « réglementation » face au chaos et à l’excès de liberté surtout quand il s’agit de l’expression sur les réseaux sociaux.

 

Taïeb Baccouche n’avait pas, par ailleurs, manqué de commenter le processus actuel de formation du gouvernement en considérant que le gouvernement d’Elyes Fakhfakh n’était pas un gouvernement du président ou de partis politiques mais plutôt de « chaos politique ».



Taïeb Baccouch a tenu à préciser dans un droit de réponse adressé à Business News, mardi 18 février 2020, qu’il n’a pas limité sa qualification de la diplomatie tunisienne de « très faible » en la personne du président de la République Kaïs Saïed. Il considère que la faiblesse de la diplomatie tunisienne caractérise l’ensemble des institutions de l’Etat, qui comprend la présidence du gouvernement, la présidence du parlement ainsi que le ministère des Affaires étrangères

Business News a pris en considération les remarques de M. Baccouche et a opéré les rectifications nécessaires.


Boutheïna Laâtar

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (25)

Commenter

Mansour Lahyani
| 16-02-2020 11:41
"Avec pour invité Iheb Chaouech" ? Vous êtes sérieux ? Iheb Chaouech, le fonctionnaire le plus nul de la télé nationale et du panorama journalistique tunisien Et vous vous étonnez encore que ce genre de programmes connaisse un échec si retentissant ? La seule présence de cet individu foutrait par terre le talk show le plus brillant sur la chaîne télé la plus performante !
Cela dit, pourquoi persistez-vous à prétendre jauger la "performance" diplomatique de K. Saïed ? IC'est simple : il n'en a pas, et c'est de notoriété publique ! Tout le monde sait que ce monsieur ne peut se targuer d'avoir aucune performance, ni dans la diplomatie, ni dans la politique : à 60 ans passés, il en est encore à se tâter pour décider quelle diplomatie il pourrait suivre - et les inscriptions sont closes, désormais !!
Pour une fois, Iheb Chaouech n'y est pour rien - mais son absence de présence est symptomatique de cet échec généralisé.

Un serviteur qui insulte son chef...!
| 15-02-2020 13:45
Ce baccouche a raté l'occasion de se taire...!!! Depuis l'époque de Socrate et Platon, un serviteur qui insulte son chef doit être limogé et même sanctionné...!!! Les récentes déclarations de taieb baccouche sont bizarres et irréfléchies; maintenant, il doit plier bagage et rentrer...!!! Vu les dégâts moraux et politiques causés par taieb baccouche à la renommée de la Tunisie et à son chef hiérarchique et président de la république, ce pseudo politicard doit être démis de ses fonctions et normalement poursuivi en justice...!!! Finies les vacances, finie la promenade et fini le laxisme...!!!

Depuis l'époque de Socrate et Platon...!!!
| 15-02-2020 12:38
Ce baccouche a raté l'occasion de se taire...!!! Depuis l'époque célèbre de Socrate et Platon, un serviteur qui insulte son chef doit être limogé et même sanctionné...!!! Les récentes déclarations de hedi baccouche sont complètement bizarres et irréfléchies, maintenant, il doit plier bagage et rentrer...!!! Vu les dégâts moraux et politiques causés par taieb baccouche à l'encontre de la renommée de la Tunisie, de son chef hiérarchique et président de la république, ce pseudo politicard doit être démis de ses fonctions et normalement poursuivi en justice...!!!! Finies les vacances, fini la promenade et fini le laxisme...!!!

Certains tunisiens ont la mémoire courte...!!!
| 15-02-2020 11:56
Plus incompétent et plus opportuniste tu meurs...!!! Les tunisiens éveillés n'oublieront pas de sitôt le passage catastrophique de taieb baccouche à la tête du ministère des affaires étrangères...! L'homme fut d'une ignorance et incompétence extrêmes sur les relations de la Tunisie avec le monde extérieur...!!! Sa nomination à la tête de notre ministère des affaires étrangères et la proposition relative à sa candidature au poste de secrétaire général de l'uma étaient deux erreurs monumentales et impardonnables de feu beji caïd essebssi...!!! Ce dernier voulait se débarrasser de lui de nidaa tounes et du ministère des affaires étrangères, après avoir prouvé son incompétence...!!! En plus, taieb baccouche était un agent de ben Ali au sein de l'ugtt et son court passage à la tête de la centrale syndicale, après le fameux congrès de gafsa, a été également une catastrophe...!!! Mr kais saied peut saisir les chefs d'?tat maghrébins et démettre, au plus vite, ce bras cassé de toutes ses fonctions...!!!

Ex diplomate
| 15-02-2020 10:27
Kaeis Saied ferait une grave faute s il ne fout pas a la porte et au plus vite, ce Nidaiste et arrogant d Essebssi. Un tel language insultant pour son superieur, signifie qu il faut qu il quitte. K A doit se debarasser de tous les diplomates de Ben Ali et d Essebssi qui font tout pour paralyser et saboter sa politique etrangere. Il doit les balayer au plus vite. Avec les medias ils font tous pour deloger Kaeis Saeid du palais de Carthage..

MH
| 15-02-2020 09:29
Il était à côté de ces pompes sur tous les sujets. Pauvre gars, je pleins surtout ceux qu'ils invitent et l'écoutent moi le premier.

Raspoutine
| 15-02-2020 06:42
Je pense que vous avez oublié l'état des droits de l'homme en Tunisie durant la période de zaba paix à son âme. Ce point de votre déclaration est tout simplement honteux

Amal Yahyaoui
| 14-02-2020 22:36
Baccouche on le sait doit son poste a Beji Caied Essebsi pour services rendus...ce n est plus un secret....Il s attaque a Kais Saied Sidou...qui doit limoger cet idiot a la tete de l UMA et souhaite la delivrer au Maroc...Prepare tes valises et va t installer a Marrakech.....petit serviteur sans aucune dignite...

takilas
| 14-02-2020 22:08
- "La détention illégale du patron d'El Hiwar Ettounsi, Sami El Fehri, l'ancien président de l'Institut arabe des droits de l'homme a jugé que la situation actuelle était « plus dangereuse » que celle vécue sous Ben Ali ".

takilas
| 14-02-2020 21:20
Feu Si Beji a eu peur pour La Tunisie et a côtoyé, par nationalisme, les vautours khwanjias.
Ce dont profitèrent ces arnaqueirs pour trahir tout ce beau monde, et ce à savoir les naïfs cités par si Baccouche.

A lire aussi

Des diplômés chômeurs, qui ont entamé depuis des semaines un sit-in devant l’ARP, ont menacé ce

18/02/2020 17:56
4

pour éviter toute désinformation et instrumentalisation de nos rencontres

18/02/2020 15:50
6

Newsletter